Le gros méchant pollueur, c’est vous !

« Vous n’êtes pas une pauvre victime, il y a quelque part un gros méchant pollueur et, en l’occurrence, c’est vous« . Distribution de tracts pour l’interdiction de la voiture le 12 février 2011.

Les actions de distribution de tracts du Parti de la Résistance (PR) ne sont pas anodines, pour trois raisons.

Premièrement, d’habitude, un tract est distribué à quelqu’un pour lui dire, en substance, « vous êtes une pauvre victime, il y a quelque part un gros méchant (être humain ou entité telle qu’une entreprise) qui vous menace, rejoignez-nous pour le combattre ». Par contre, j’ai beau y réfléchir, et même si je suis bien conscient que ça doit se trouver en cherchant bien, je n’ai pas souvenir d’avoir jamais vu un tract distribué à des citoyens disant, en substance, « vous n’êtes pas une pauvre victime, il y a quelque part un gros méchant pollueur et, en l’occurrence, c’est vous ». Mine de rien, ce n’est pas banal.

De cette manière, on sort du jeu stérile auquel se livrent la majorité des écologistes, et qui consiste à toujours désigner le mal ailleurs, sous la forme d’entités impersonnelles telles que des multinationales, sans piper mot sur les millions de citoyens-adhérents-potentiels qui choisissent délibérément d’utiliser les machines polluantes de ces multinationales. On imagine aisément que pour trouver des adhérents, dire aux gens qu’ils sont responsables de leurs actes, ce n’est pas « vendeur ».

Deuxièmement, ces tracts prennent au sérieux ce que disent les scientifiques travaillant sur les questions climatiques. Quand on lit leurs études, et qu’on traduit ces connaissances déjà solides en plan d’action politique, on en arrive par exemple à la conclusion suivante : il ne faut pas dépasser 500 kg de CO2 par personne et par an. Un seul trajet moyen-courrier en avion crache plus de 1000 kg de CO2 ? Il faut donc interdire l’avion. L’utilisation d’une voiture crache plus de 1600 kg de CO2 par an ? Il faut donc interdire la voiture.

Personne n’ose dire ces évidences, par peur de passer pour fou. Non parce que ces conclusions ne tiennent pas la route du point de vue de l’argumentaire, qui plus est scientifiquement référencé, mais bien parce que l’instinct grégaire est plus fort, pour l’instant, que la raison. Ceux parmi nous qui ont déjà distribué un tract pour l’interdiction de l’avion à l’intérieur de l’aéroport Charles-de-Gaulle savent à quel point il est difficile de surmonter cet instinct et de faire face à nos concitoyens pour leur dire de telles choses.

Les distributions de tracts ont pour ambition de rapprocher le moment où la raison fera voler en éclats l’instinct grégaire, individuellement… et collectivement (cette dernière étape n’étant pas dépourvue d’ironie, lorsqu’on parle d’instinct grégaire !).

Enfin, dernière caractéristique des tracts du Parti de la Résistance, ils nomment ce qui est en train de se passer. Nous ne sommes pas en face d’un « problème environnemental », de la même manière que l’extension du camp d’Auschwitz à Birkenau n’était pas un « problème environnemental ». La destruction du climat est un génocide, puisque les choix « rationnels » et planifiés d’une partie minoritaire de la population mondiale ont pour conséquence scientifiquement prévisible la mort par famine de millions d’autres êtres humains, au moyen de la destruction du climat.

Samedi, j’ai distribué dans les 200 tracts pour l’interdiction de la voiture, dans mon quartier du XXe arrondissement de Paris. Stressant au début, l’exercice est vite devenu libérateur. J’ai commencé par mettre le tract bien en vue sur des rangées de machines génocidaires. C’était génial, ensuite, de voir le gros titre « Les Talibans aiment la voiture », trôner, clairement visible, sur toutes ces horreurs, à tel point que des gens dans la rue prenaient le tract de dessous l’essuie-glace même lorsque ce n’était pas leur tuture. A un moment, un couple s’est arrêté et a essayé de lire le tract en se penchant au-dessus du pare-brise, et je suis revenu sur mes pas pour leur donner un exemplaire. J’ai également donné des tracts aux passants, qui les ont pris très facilement, et j’ai même expérimenté la distribution aux personnes positionnées à l’intérieur de leurs boîtes de métal, et qui étaient coincées par un embouteillage. A part une voiture, ils ont tous baissé la vitre pour prendre le tract. On fera une photo d’une rangée de tutures agrémentées du tract sur leurs pare-brises samedi prochain.

Dimanche, Béatrice et moi avons distribué pratiquement 500 tracts dans l’aéroport Charles-de-Gaulle. Il y a eu quelques réactions intéressantes, entre autres, une jeune femme s’apprêtant à passer le check-in qui m’a répondu qu’elle n’avait pas besoin de lire le tract car « « je travaille pour l’écologie » ». Je lui ai répondu que « « si vous travaillez pour l’écologie » et que vous prenez l’avion, il faudrait réfléchir un petit peu… ». Encore une fois la langue française malmenée, la personne s’apprêtant à détruire la nature de la manière la plus extrémiste qui soit (plus d’une tonne de CO2 en quelques heures) dit qu’elle « travaille pour l’écologie ». Et un homme s’est arrêté pour dire à Béatrice que ce que nous faisons est très bien, et qu’il voudrait arrêter de prendre l’avion pour son travail. Il n’est jamais trop tard pour bien faire.

A ce propos…

– samedi 12 février : distribution de tracts pour l’interdiction de la voiture… aux utilisateurs de tutures ;
– dimanche 13 février : distribution de tracts pour l’interdiction de l’avion… aux utilisateurs d’avions.

Texte du tract pour l’interdiction de l’avion

Texte du tract pour l’interdiction de la voiture

Source: http://parti-de-la-resistance.fr/

Pierre-Emmanuel Neurohr

A propos de Pierre-Emmanuel Neurohr

Ancien fondateur et directeur du CNIID (Centre national d’information indépendante sur les déchets) et président-fondateur du Parti de la Résistance.

21 commentaires sur “Le gros méchant pollueur, c’est vous !

  1. MOA

    Félicitations pour le tractage… et je suis 300% d’accord avec le titre de l’article… et le reste.

    Le citoyen, dans nos pseudo-démocraties, est à la fois grandement responsable de la situation actuelle (incluant les révoltes actuelles et les prochaines émeutes de la faim qui ne sauraient tarder) et dans le même temps, il détient un bout de pouvoir :

    – en arretant de CONsommer
    – en boycottant les grandes distributions
    – en refusant la propagande consumériste-t’es-trop-beau/belle-avec-ton-jean/4*4/portable/écran-plat-keske-tu-dois-être-heureux-dis-donc-je-veux-etre-comme-toi, notamment en éteignant sa télé.
    – en réorganisant sa vie autrement qu’autour de la voiture individuelle
    – en s’informant avec grâce aux media indépendant.
    – liste non exhaustive

    Et c’est possible !! Bien sûr !!

  2. xtoflyon5

    Je suis évidemment de votre coté dans cette résistance.

    Mais j’entends souvent autour de moi mes concitoyens rejeter « en bloc » toute communication « culpabilisatrice » de leur mode de vie et de leur comportement (les pauvres !). Bref, si blocage, c’est l’échec pour le message.

    Avez-vous trouvé un moyen pour contourner ce blocage tout en faisant passer votre message que les coupables c’est bien nous tous ?

  3. Legeographe

    Eh bien, je pense qu’un blocage est vite désamorcé avec un tel titre. Ça fait néanmoins un peu « presse à scandale » qui surfe sur un mot (« taliban » ici), mais je pense que tout le monde a envie de lire le papier.

    C’est de la communication, ni plus ni moins. La com’, la plus grande des armes depuis 100 ans. Et même depuis la Rome antique et ses jeux électoraux et ses faveurs aristocratiques à l’égard des patriciens ou ses faveurs démagogiques à l’égard de la plèbe.

  4. soudry M.

    Je vous dis, je ne pollue pas de suite, j’ennuie personne en fait, tellement d’évènements, de rebondissements. Je ne pollue ni mon cerveau d’images colorisées ou noircies par des ampoules cathodiques ni « ordinatiques » continuellement. Je réfléchis à la condition humaine et féminine.

  5. sqoia

    1. Un autre militantisme qui s’adresse directement au consommateur en remettant en question son mode de vie : la viande.

    Si vous militez activement pour l’abolition de la voiture pour des raisons environnementales, j’espère que vous ne mangez pas de viande : l’industrie de la viande pollue plus que celle de la bagnole.

    2. L’utilisation d’une voiture crache plus de 1600 kg de CO2 par an ?
    – réponse A : il faut interdire la voiture.
    – réponse B : il faut diviser son usage de la voiture par 4 (ou 10 si vous voulez).
    Que répondez vous à ceux qui vont préconiser la réponse B ?

    3. Peut-on télécharger un pdf du tract ?

    Merci

  6. MinouMinou

    Il y a toujours des Sqoia qui arrivent avec grand fracas, croyant nous « casser » comme Brice de Nice. Quelle prétention, Sqoia ! Si vous aviez pris le temps de lire plus d’un article sur Carfree, vous auriez vu que nous sommes nombreux ici à comprendre que l’écologie ne se réduit pas à la lutte contre l’automobilisme.
    Vous croyez nous ridiculiser, nous « casser » ou que sais-je encore en nous balançant votre argument de « la viande pollue plus que…etc » ?
    Mais allez-y, finissez votre liste. Étendez-la à tous les domaines de l’agriculture productiviste. Et puis « cassez »-nous avec l’énergie nucléaire : c’est vrai, nous utilisons des ordinateurs donc forcément nous sommes pro-nucléaire, non ?

    Franchement, Sqoia ! Faisons-nous un concours ici de qui-pollue-plus-que-qui ? Croyez-vous que nous militions pour la fin de l’automobilisme et que nous nous foutions du reste ?
    Ne soyez pas si simpliste ! Ne nous caricaturez pas, et surtout, ne vous caricaturez pas en vous vautrant dans les gros préjugés, les gros clichés ridicules.

    Autre chose : chacun peut, en effet, à l’échelle individuelle, réduire sa consommation de viande ou même devenir végétarien. Mais cela ne changera pas la face du monde, parce que c’est de la force de la Loi dont nous avons besoin. L’activisme individuel est nécessaire, même indispensable, mais insuffisant. Nous ne pouvons pas compter sur la bonne volonté et la conscience des individus.

    Pour vous donner un exemple, je milite pour le Front de Gauche, et je ne suis pas d’accord avec la « ligne » politique du parti concernant l’alternative au bagnolisme. Elle est molle, elle refuse d’admettre la responsabilité individuelle du bagnolard. Elle ne s’engage pas clairement en ce qui concerne la responsabilité propre du bagnolard. Le pauvre petit bagnolard est une victime, un enfant, il n’a pas le choix de bagnoler. Il faut l’aider, il faut développer les transports en commun, etc.
    Dans son génial programme d’éducation populaire, le Front de Gauche a omis ce point important qu’est la responsabilié individuelle. L’usage de la bagnole ne doit pas être limité uniquement grâce aux « alternatives » que sont les transports en commun, la relocalisation, etc., mais il doit l’être en priorité par la prise de conscience de la responsabilité de chaque individu. À l’échelle individuelle, c’est là que le plus grand changement peut avoir lieu ! Il ne suffit pas de dire que les méchants ce sont les industriels, les urbanistes, les politiciens, les technocrates, etc. Il faut mettre ce fait en face de la gueule des gens : 80 % des trajets en bagnole ont lieu à l’intérieur des grandes villes et font entre 1 et 3 km !!!!!!! Souvent moins ! Qui le nie est tout simplement un menteur !
    Contre cela il y a l’éducation populaire et LA LOI. C’est de la folie de dire que l’individu n’est pas responsable. C’est trop facile !

  7. Jean-Marc

    Comme le dit minou,
    Suffit de lire une 20aine d articles sur carfree, obtenus avec certains mots-clé (viande, nourriture, ecologie par ex, mais aussi energie, economie (d energie), decroissance, …), et découvrir que les problèmes de viandes ont été plusieurs fois évoqués.

    Par exemple, par SuperNo :
    http://carfree.fr/index.php/2010/05/15/je-suis-fou-jai-aime-un-film-nul/

    On a aussi évoqué, comme autres solutions, la re-densification des centres-villes pour lutter contre l’étalement urbain (qui contraint encore plus l’usage de la voiture), ou l’isolation des bâtiments, contre le gaspillage d’énergie.

    Par contre, nous sommes évidemment très friands de conseils nouveaux.

    Cependant, quelques soit les autres economies possibles, la voiture est une grosse part du pb :
    Par le calcul de J-M Jancovici, +/- 1/4 des équivalents-esclaves sont dus aux transports :
    http://www.manicore.com/documentation/esclaves.html
    http://www.manicore.com/documentation/esclaves_graph2.jpg

    Cependant, l’agriculture et l alimentation comptent aussi, bien sûr.

    D ailleurs, dans l alimentation, il n’y a pas que la viande :
    vaut mieux des préparations de soja que des oeufs+lait… eux-même mieux que de la volaille, mais qui est mieux que du porc, lui même mieux (moins pire) que du mouton, lui même mieux que du boeuf, qui est moins pire que du veau.

    En fait, même s’il est important de manger moins (voire plus du tout) de viande, et de bien choisir sa viande, il faut aussi porter de l’attention à ce qu’on mange en fruits et légumes.

    Exemples : vaut mieux du sucre non raffiné que du raffiné (blanc).
    Vaut mieux des ingrédients de base (farine ou salade) que des aliments préparés (pâte à tarte, avec carton et plastique ou feuilles de salade sous vide, ou en barquette avec sauce trop grasse, faite en partie avec de l’huile de palme).
    Ou, pour les féculents :
    vaut mieux des pommes de terres que des pâtes aux algues+épeautre bio, bien mieux que des pâtes au blé bio, mieux que des pâtes au blé, mieux que le riz complet, mieux que le riz semi-complet, mieux que le pire féculent, le riz blanc.

    c.f. pour l’alimentation :
    http://www.manicore.com/documentation/serre/assiette.html
    http://www.manicore.com/documentation/serre/assiette_graph5.jpg
    http://www.manicore.com/documentation/serre/assiette_graph6.jpg

  8. Legeographe

    Sqoia, en ce qui concerne la petite devinette-piège, voici ma réponse (toute personnelle) de lecteur assidu du site Carfree, de rédacteur d’articles sur Carfree…

    Une voiture est immobile 95% du temps (si on la fait rouler 1 heure et 12 minutes par jour, tout du moins) selon une étude. Une voiture qu’on fait dont on fait 10 fois moins usage (votre proposition) est immobile 99,5% du temps !
    1 heure et 12 minutes par jour divisées par 10, ça fait 7 minutes et 12 secondes.
    Pour 7 minutes et 12 secondes de voiture par jour, combien de km peut-on faire en ville à 50 km/h (ce qui demande de ne rencontrer ni feux, ni ralentissement, ni bouchons, ni « cédez le passage », ni stop, ni ralentisseur, ni cycliste à dépasser, bref l’impossible) ? La réponse est : 6 km. Pour cette distance-là, on peut tomber d’accord. Pas besoin de voitures particulières normalement. Des gens à pied, des gens à vélo, des tramways adaptés aux personnes à mobilité réduite, etc.

    Sur autoroute à 130 km/h, en 7 minutes et 12 secondes, combien de km parcourt-on ? La réponse est : 15,6 km/h. Pour cette distance encore, on ne devrait pas avoir besoin de voiture particulière. Personnellement, je mets tout le monde au défi de rouler ces 15,6 km par jour, en deux fois (un aller de 7,8 km et un retour d’autant de distance), et je suis sûr que plus de 75% des Français arrivent à faire ces deux trajets de chacun 7,8 km en moins d’une heure (en temps cumulés, aller et retour) ! Et on arrive à moins que 1h12 (le temps passé à bouger dans sa tuture, comme dit plus haut).

    S’il y a encore besoin de voiture particulière dans une telle situation, se demander si c’est une vie acceptable d’être à ce point asservi à sa machine à 4 roues et qui tue des milliers de gens partout.

    Ensuite, y a-t-il des gens qui passent 4 heures par jour en voiture ? Ah oui, c’est vrai, ça existe malheureusement bien trop (et la moyenne des 95% de temps d’immobilité est ainsi maintenue si bas grâce à eux : merci à eux, c’est vraiment gentil !). Pour ma part, je trouve ça triste. Mon conseil pour eux ? Changer de vie, de boulot. Et retrouver la joie de passer 4 heures à lire un bouquin ou à aller faire du sport avec des copains (aller au sport sans prendre la voiture, cela va de soi, sinon ce n’est plus du sport), ou 4 heures à jardiner, ou 4 heures à aller dans un café-lecture, ou 4 heures à aller à une conférence ou un colloque tout proche (sans voiture, encore, ça rend moins con).

    Après tout ça, il y aura bien des gens qui seront très immobiles si on leur donne un vélo (exemple d’un type en fauteuil roulant). Qu’est-ce qui empêche une commune rurale d’avoir un mini-bus ou une voiture adaptée en autopartage ? A priori, que le manque d’imagination de nos contemporains…

  9. Legeographe

    Ce que l’on peut dire aussi sur la viande (et pourtant, je ne nie pas l’impératif qu’il y a à consommer beaucoup moins de viande, minimum 80% en moins pour les Occidentaux, ne serait-ce déjà que pour avoir encore des terres arables dans 20 ou 50 ans…), c’est que la consommation de viande pourrait être équitable (et il faut qu’elle le soit) et elle l’est en fait bien plus (enfin, tout est relatif, elle est déjà profondément inhumaine, cette différence… enfin sauf que manger tant de viande en occident ne nous rend pas forcément en meilleure santé mais au contraire aggrave notre santé) que la consommation de transports motorisés.

    La consommation de transports motorisés n’a quasiment pas de limites pour certains (il y a des hommes d’affaires ou des chefs d’États qui font le tour du monde en une semaine) et laisse cloués au sol les autres (1 humain sur deux ne s’éloignera jamais de plus de 100 km de son lieu de naissance !).

    La consommation de denrées alimentaires a des limites, même si beaucoup abusent.

  10. Pim

    J’ajouterai un argument économique à ton très bon discours LeGeographe :
    si on diminue par 10 l’utilisation de sa voiture, il n’y a plus aucun intérêt à investir 15 000 eur dans une voiture + entretien + assurance + + + + Ca va revenir ultra cher du kilometre, (sachant qu’aujourd’hui le cout moyen du kilomètre est de 0.40 eur pour un francais avec 15000km/an).
    Bref, dans ce cas, autant investir dans un bon vélo. Et pour les trajets où la voiture est encore utile et pratique (transport de biens personnels etc.), la location et l’autopartage répondront parfaitement au besoin! Mais comme tu le dis si bien, nos contemporains manquent d’imagination!

  11. Noisette1325noisette1325

    dans l’affirmation que le secteur bovin pollue plus que le secteur automobile, il y a plusieurs contre-vérités. En voici deux parmi d’autres:

    -quand on fait honnêtement le calcul, cette affirmation n’est absolument pas vraie pour les pays industrialisés. Au contraire, dans certains pays d’Afrique où la seule agriculture possible est le bétail et où il n’existe pas de voitures, alors c’est vrai, le bétail pollue plus que la voiture.

    -Ceux qui ont fait les calculs de la pollution du secteur bovin ont oublié (consciemment ou inconsciemment?) de prendre en compte la quantité de C qui est stockée dans le sol des prairies. Il est de toute évidence bien plus grand que sous la même surface de béton ou d’asphalte. Je doute que SQOIA connaisse ces chiffres.

    PS Cela ne pas dire que je me goinfre de viande à chaque repas. Je prends régulièrement des repas sans viande, je fais attention.

  12. apanivore

    si un français moyen fait 15000km/an en voiture et qu’il divise par 10 son usage ça ne fait plus que 1500, soit 4,1km/jour.
    (Au passage ça devrait tenir en 7min12sec !)
    A vélo ça se fait en un quart d’heure mais ça c’est la solution pour fainéant qui ont la flemme de marcher (je revendique).
    En gros je confirme, diviser l’usage de la voiture par 10 c’est ridicule, autant s’en passer. Déjà qu’avec des distances moyennes actuelles son besoin est fortement discutable, si on le diminue il l’est encore plus.

    Enfin ce que je regrette dans certaines réactions comme celles de sqoia c’est la réduction du problème automobile à la seule pollution atmosphérique (émission de gaz à effet de serre) alors que ça n’en est qu’un parmi d’autres. Le fait que les bagnoles soient immobiles 95% du temps et donc qu’elles gaspillent l’espace sans qu’on ne s’en rende compte tellement c’est « normal » ça me parait également grave.

  13. dominique

    @Legéographe : juste une petite réaction :
    tu conseilles aux gens qui passent 4 heures dans leur voiture pour le travail, de changer de vie, de changer de job.
    Pour mémoire, il y a 4 millions de demandeurs d’emplois en France,
    tu crois qu’il est si simple de changer de job ???
    es tu Merlin l’Enchanteur et sa belle baguette magique ???!!!
    et changer de vie : quid du conjoint, de la scolarité des enfants ???
    nous en reparlerons dans 10 ans, quand tu auras vieilli, et qu’immanquablement , tu seras face à ces choix là !

    ah oui aussi : les chiffres et les calculs c’est bien, mais sérieux, quand tu prends l’autoroute, c’est jamais pour 7 mn et 12 secondes : les chiffres on en tire ce qu’on veut, regardes Sarkozy et son valet ministre de l’intérieur….

  14. Legeographe

    Tout à fait, Dominique, j’aurais même pu prendre un exemple assez évocateur dans lequel l’automobiliste passerait même plus que ces 7’12 » dans sa voiture et en prenant l’autoroute pour une distance ridicule : l’aire urbaine Montbéliard-Héricourt-Belfort.

    Un travailleur qui habite Danjoutin (donc pas du tout dans le centre-ville de Belfort) et qui va travailler à Sochaux (pour faire fonctionner une usine de l’industrie automobile, par exemple) peut prendre l’autoroute pour 14 minutes et 15,3 km (et ça existe).

    Personnellement, les 30 km à vélo par jour, ils sont toujours faisables par une grande majorité de Français… (il me semble que, quelque part dans la salle, on a des Montréalais qui font 40 km par jour même en partie en hiver). Et on arrive à 2 heures de vélo dans la journée pour les personnes qui prennent le temps d’arriver.

    « et changer de vie : quid du conjoint, de la scolarité des enfants ???
    nous en reparlerons dans 10 ans, quand tu auras vieilli, et qu’immanquablement , tu seras face à ces choix là ! »
    Je suis d’accord avec vous, Dominique, c’est douloureux et pas facile de devoir changer de mode de vie quand on a conjoint ou enfants : c’est pourquoi je fais tout pour ne pas avoir à changer de cap, et donc ne pas m’engouffrer dans ce que je ne veux surtout pas…

    Le chômage temporaire et trouver un boulot à moins d’une heure de vélo de chez soi ? Ou bien travailler 8 heures par jour et conduire sa voiture 4h par jour, à se faire klaxonner devant, derrière, à se faire insulter ? Désolé de choisir la 1re proposition, je préfère quand même la simplicité volontaire à la course pour ne pas tomber… Pas de voiture, c’est plutôt déjà un bon début pour s’en sortir avec un budget de simplicité *volontaire*… Bien sûr, si on ne veut pas de ça, on n’y arrivera pas.

    Cordialement.

  15. dominique

    @Legeographe.

    Entièrement d’accord avec l’ensemble de votre post….sauf le dernier point :
    chômage temporaire
    quitter volontairement un emploi, par les temps qui courent,
    le temporaire à de fortes chances de devenir RMI/RSA au bout d’un an !!
    c’est uniquement là que ça coince, mais sinon, c’est sur, c’est dès le début qu’il faut faire les ( bons ) choix, comme vous allez essayer de le faire.
    Bonne réussite !!!
    Bonne soirée

  16. Legeographe

    Oui, Dominique, c’est vrai que c’est un pari très optimiste que de dire que le chômage temporaire n’est pas grave. C’est peut-être plus grave quand on a des enfants et qu’on ne sait pas si le temporaire ne va pas se transformer en longue durée.

    Mais moi qui n’ai pas d’enfants, je suis totalement libre d’accepter ou non une offre, et bien plus libre encore d’accepter de déménager. Respecter ses propres aspirations à l’*universel* est plus facile (bizarrement) quand on n’a rien de *particulier* à protéger. C’est un peu la question du dénuement (eh oui, on a par rapport à notre famille une pulsion de défense coûte que coûte, et c’est bien compréhensible de défendre les personnes avec qui on est affilié, mais c’est en fait aussi se priver du luxe de l’universel en toutes choses).

  17. sqoia

    Oula, je pense que j’ai été mal compris. Dommage que je revienne si tard.
    Tout d’abord je ne « débarque » pas sur CarFree, je suit le blog depuis bien longtemps. Je fais la plupart de mes déplacements en vélo, et je me pose réellement la question de l’opportunité d’interdire la voiture. Je ne viens pas « casser » ou quoi que ce soit, et il n’y a pas de « piège » dans la question « interdire ou diviser par 10 ? ».

    Quand je dis réduire l’utilisation de la voiture par 10, on répond que ça revient à faire 5 ou 6 Km par jour, ce qui peut se faire en vélo. Évidemment, mais l’idée de réduire par 10, ça peut être aussi de faire le trajet de 60Km tous les 10 jours (ou 120Km tous les 20 jours), et de s’organiser autrement pour les déplacements courts.

    Habitant dans une grande ville j’ai rarement besoin de faire plus de 20Km par déplacements, donc ça va. Mais tout le monde n’est pas dans ce cas.

    Après je ne sais pas si ça restera rentable pour le quidam moyen d’avoir une voiture individuelle.

    Mon problème principal avec le concept de l’abolition de la voiture, c’est que c’est beaucoup trop tôt pour en parler, de sorte que 99% des gens vont se braquer et ne même pas écouter les arguments. Ce qui fait que tous les arguments qui auraient peut-être pu leur faire sérieusement diminuer leur consommation vont tomber dans l’oubli. Quand on fait une campagne il faut se fixer des objectifs réalistes et avancer petit à petit. Sinon on avance pas du tout et il n’y a rien de plus frustrant.

  18. Jean-Marc

    Si on fait ses trajets quotidiens en vélo/TEC de ville,
    Alors, pour faire occasionnellement 120km tous les 20 jours, il ne faut pas avoir une voiture perso :
    Ses frais fixes restants identiques (amortissement du prix d’achat en particulier/dégradation du prix du véhicule dans le temps), c’est alors bien plus couteux au kilomètre.

    Mais, au choix, utiliser les TEC inter-urbain (trains, cars), l’auto-partage (en plein développement grâce à internet et aux tél portables), la location de voiture voire, à l’extrême limite, les taxis (vu leur coût, c est plutôt pour un trajet tous les 6 mois)

Les commentaires sont clos.