La langue de bois de l’agglomération mulhousienne

Mulhouse Alsace Agglo, le magazine de la Communauté d’Agglomération de Mulhouse (M2A) vient de paraître (avril juin 2011). Certes, ce n’est qu’un magazine de propagande comme le font toutes les agglomérations. Il faut donc garder raison sur son contenu. Tous les articles sont passés à la loupe et le vocabulaire pesé et repesé avant de passer à l’imprimerie.

Par exemple, au chapitre des objectifs de transport, l’ambition est belle: encourager le vélo et la marche sans stigmatiser l’automobile.

Rien de moins!

Entre les mains du communicant professionnel qui rédige l’article pour les politiques de l’agglomération, voila comment on caresse les candidats cyclistes dans le sens du poil : « Améliorer la sûreté, l’accessibilité et le confort des aménagements cyclables est une priorité pour les années à venir »; une phrase qui ne mange pas de pain et qu’on peut ressortir tous les ans pendant vingt ans. Sans que jamais la part modale du vélo en ville progresse (3% à Mulhouse depuis 20 ans).

D’abord, améliorer la sûreté des aménagements, qu’est-ce que ça peut vouloir dire dans l’esprit des gens qui écrivent ce genre d’article? ont-ils seulement utilisé au moins une fois un vélo? il est permis d’en douter quand on voit l’état pitoyable des infrastructures.

Est-ce entretenir les bandes cyclables?… supprimer les nids de poule?… faire la chasse aux voitures « ventouse » sur les bandes cyclables?…on aimerait bien savoir concrètement à quoi s’applique cette fameuse sûreté qui va faire que les cyclistes n’auront plus peur de rouler en ville…

L’autre phrase à la mode dans le vocabulaire M2A, c’est « ne pas stigmatiser la voiture ».

Pas de vagues avec les bagnoles!

Au contraire, on va même créer 100 nouvelles places au centre -ville et ouvrir de nouvelles voies de l’hyper-centre à la circulation.

Surtout que PSA et BMW ont l’intention d’investir dans l’agglo 100 millions d’euros dans les technologies hybrides, il est donc difficile de se montrer contraignant à l’égard de la bagnole.

Ne pas stigmatiser, on vous dit.

Source: http://velomaxou.sportblog.fr/

Photo: Pfastatt-vélomaxou

Vélomaxou

A propos de Vélomaxou

Cyclo-citoyen, cyclo-randonneur depuis 1976. Venant du cyclotourisme "la tête dans le guidon", je me dirige vers le déplacement doux de l'écocitoyen à Mulhouse, dans les Vosges, en Alsace et dans la Forêt Noire.

Un commentaire sur “La langue de bois de l’agglomération mulhousienne

  1. Pim

    Sur le sujet, e pense que le problème est le même dans toutes les villes. Les élus ne veulent pas se mettre à dos « les 40 millions d’automobilistes », qui rappelons le paient déjà leur essence tellement chère, les pauvres malheureux!
    Sur Toulouse, Pierre Cohen déclarait : «Les voitures seront acceptées mais pas forcément les bienvenues. Et elles ne pourront plus traverser le centre de part en part ».
    puis bla bla bla … « Parmi elles, les allées Jean-Jaurès dont la transformation façon Ramblas de Barcelone semble être une affaire entendue. « Il y aura une allée au centre avec des arbres, et les voitures passeront sur les côtés », […], sans dire combien de files de circulation subsisteront. »

    source : http://www.20minutes.fr/article/709925/toulouse-le-nouveau-centre-ville-entre-pistes

    Un poil paradoxal non?

    Bref, le mot d’ordre partout est bien sur : « améliorer la sécurité des cyclistes bla bla bla bla » sans jamais « stigmatiser les automobilistes » (alias l’électorat). Beaucoup de branlette intellectuelle donc, pour pas grand chose au final.

Les commentaires sont clos.