Prisonnier climatique

L’écologiste Pierre-Emmanuel Neurohr est le premier détenu climatique de France. Il a été mis en examen le 7 septembre 2012 et incarcéré à la prison de la Santé pour avoir tenté d’empêcher un avion de décoller de Roissy le 5 septembre. Cela fait maintenant un mois qu’il est en prison pour avoir voulu défendre ses idées.

Son action symbolique était non violente. Il s’est simplement placé sur la piste, devant l’avion, avant d’être rapidement arrêté. C’est la cinquième fois en trois mois que Pierre-Emmanuel Neurohr proteste ainsi, « à mains nues », toujours pacifiquement, contre l’usage de ces machines responsables d’émissions massives de CO2 qui contribuent à détruire irrémédiablement le climat de la planète.

Pierre-Emmanuel Neurohr, homme de conviction, fondateur du Parti de La Résistance, est un prisonnier politique, son procès sera d’abord celui de l’hypocrisie d’une société prodigue en discours vertueux mais dont la cécité et la passivité face au réchauffement climatique peuvent s’avérer criminelles pour les générations futures.

Si la rhétorique utilisée par Pierre-Emmanuel Neurohr, dont l’usage du terme de « génocide », n’est pas partagée par tout le monde, nous savons cependant que les faits sur lesquels il s’appuie pour justifier son action, sont, eux, indiscutables. L’avion est effectivement le mode de transport dont l’impact sur le climat est le plus destructeur dans le court terme.

Durant toutes ses actions, Pierre-Emmanuel Neurohr n’a cessé en effet de marteler quelques évidences. Les scientifiques nous disent qu’il ne faut pas dépasser 1,5 t de CO2 par personne et par an pour ne pas détruire le climat de la terre. Un voyage en avion Paris-Montréal pollue avec 1,5 t par personne… en quelques heures (1). Or la destruction du climat va avoir des conséquences génocidaires (2). Il faut donc interdire cette machine.

C’est pour être convaincu de ce constat qu’un homme est emprisonné depuis le 07 septembre dernier. En effet Pierre-Emmanuel Neurohr est incarcéré à la maison d’arrêt de la Santé après avoir tenté à cinq reprises de bloquer la machine à détruire le climat la plus efficace à ce jour.

L’information a été reprise par de nombreux médias qui n’ont jamais omis de citer que Mr Neurohr est un « ancien salarié de Greenpeace », « aujourd’hui chômeur ». Ce qui a été moins dit, c’est que Pierre-Emmanuel est le fondateur du Parti de la Résistance, ce qui le rend moins seul et isolé qu’on voudrait le faire croire.

Pierre-Emmanuel Neurohr a engagé ce combat car pour lui « il n’est plus possible de ne rien faire », il en appelle à une « morale de base » parmi ses concitoyens. A l’heure où son engagement lui coûte sa liberté, nous pensons qu’il est temps que chacun s’interroge sur sa propre capacité d’action.

Alors, que pouvons-nous faire aujourd’hui pour participer activement et efficacement à ce combat nécessaire ?

Bien sûr l’argent est le nerf de la guerre et on ne pourrait s’en passer, aussi pures soient nos intentions. Ainsi nous en appelons chaudement à votre générosité en vue d’un don ponctuel nous permettant d’aider Pierre-Emmanuel à payer ses frais d’avocat, toutefois cette manne ne saurait suffire.

Nous pensons, qu’en soutien à Pierre-Emmanuel Neurohr, nous nous devons au minimum de diffuser et expliciter son message, à travers nos relations ou en usant des médias, alors faites circuler ce message, n’hésitez pas à contacter les journalistes qui auraient écrit un article incomplet (3), faites voir la vidéo à votre entourage… , faites circuler la pétition pour sa libération.

Une autre manière de soutenir Pierre-Emmanuel Neurohr est de lui écrire, en effet les lettres qu’il reçoit sont autant de fenêtres ouvertes sur l’extérieur, autant de renforts pour le moral. Vous trouverez son adresse complète à la fin de cette lettre.

Il en est à un mois d’enfermement, seuls la famille et l’avocat ont droit de visite, nous nous contentons des informations gentiment transmises par Maître Faro, et savons donc que Pierre-Emmanuel se porte bien, tant que possible, mais il est en manque de courrier. Ils sont quatre détenus dans la cellule, et le plus dur à supporter semble être la télé branchée sur TF1 toute la journée…

Une demande de libération a été déposée mais rejetée par la juge des libertés et de la détention. Ce qui laisse penser que Pierre-Emmanuel restera en prison au moins jusqu’à son prochain procès, procès qui réunira ses trois procès en appel, et aura lieu devant la Cour d’appel de Paris (chambre 11 pôle 4) le 26 octobre 2012 à 9H00. Venir assister à ce procès c’est aussi une façon de soutenir Pierre-Emmanuel.

Quand au procès relatif à l’action du 5 septembre, sa date n’a toujours pas été fixée, et il est à craindre que Pierre ne sortira pas avant ce procès là, nous souhaitons donc vivement qu’il ait lieu rapidement…

Et d’ici là, nous comptons sur vous pour donner de l’ampleur à l’écho !

Ecrire à Pierre-Emmanuel Neurohr :
écrou n° 21032
cellule 104, Bloc A
Maison d’arrêt
42 rue de la Santé
75674 Paris cedex 14

Soutenez-le ou racontez-lui vos vacances, mais n’insistez pas sur le sujet qui l’a amené là, car tous les courriers sont lus par l’administration pénitentiaire et ceux jugés sensibles passeront devant le juge ce qui ralentit d’autant leur progression vers l’intéressé…

Pour faire parvenir votre soutien financier :
merci d’envoyer un chèque à l’ordre de Pierre-Emmanuel Neurohr
à l’adresse suivante :
Parti de la Résistance
5, rue du Château d’Eau
57370 Phalsbourg

1. « Pour que les concentrations en gaz à effet de serre arrêtent d’augmenter dans l’atmosphère, une règle de 3 relativement grossière entre l’absorption de dioxyde de carbone par les océans et la végétation (environ 10 milliards de tonnes de CO2) et la population mondiale actuelle (6,8 milliards d’individus plus ou moins gourmands en énergie) suggère qu’il faudrait rejeter au plus 1,5 t de CO2 par personne et par an en moyenne. Malgré la relative modestie des rejets de gaz à effet de serre français par rapport à ceux d’autres pays industrialisés, nos rejets pour le seul CO2 devraient être divisés par 4 à 5 pour arrêter l’augmentation (…) », Climat : le vrai et le faux, Valérie Masson-Delmotte (l’une des principales climatologues françaises), 2011, p. 69. Il existe différents modes de calcul, et 1,5 t de CO2 représente l’estimation la plus basse. En fait, selon le gouvernement français, un A/R 2e classe Paris-Montréal pollue notre fine couche d’atmosphère avec 2,5 t de CO2 par individu (tableur Ademe V6.1, septembre 2010 ; un aller-simple pollue avec 1248 kg). Mais nous prenons à dessein l’estimation la plus basse : même de cette manière, il est évident pour toute personne rationnelle que l’utilisation de l’avion est incompatible, mathématiquement parlant, avec un climat préservé.

2. Drought under global warming: a review (Les sécheresses dans le cadre du réchauffement climatique : un état des connaissances), Aiguo Dai, WIREs Climate Change, 2010.

3. Serait-il utile de reprendre chaque journaliste n’ayant pas cité le PR dans son article, de même que ceux qui ne mentionnent pas le terme (au choix) : – climat – génocide ? Vous pouvez aussi réagir aux articles du net en invitant succinctement les commentateurs à se rendre sur le site du PR…à force de s’exprimer on sera peut être entendu… n’hésitons pas à essayer !

Pierre-Emmanuel Neurohr

A propos de Pierre-Emmanuel Neurohr

Ancien fondateur et directeur du CNIID (Centre national d’information indépendante sur les déchets) et président-fondateur du Parti de la Résistance.

9 commentaires sur “Prisonnier climatique

  1. nico

    Bravo pour être allé jusqu’au bout de vos idées. en 2013-2014, le GIEC sortira son prochain rapport sur le climat.
    Vu les fontes accélérées de la banquise et des glaciers, il se pourrait bien que votre action gagne en reconnaissance à partir de cette période.
    J’espère que des bateaux à voiles ou navire solaires ou éoliens vont bientôt remplacer les avions, même si c’est plus lent, tant pis.
    Le climat d’abord.
    En fait, la plupart des gens ne sen rendent pas compte ce que destruction du climat veut dire.

  2. Gwenael

    Pétition signée aussi.
    Par la force de son symbole, l’acte de Pierre Emmanuel Neuhror va bien au-delà d’un acte politique car s’il est urgent de mettre un terme à la démence d’une civilisation qui ne mesure le progrès humain qu’à l’aune de la démesure technologique, il est vital de s’émouvoir devant la fragilité d’un homme debout face au monstre de la machine.
    Cela place au centre de nos préoccupations humaines la beauté et le poème à vivre et fait renaître l’espoir d’un monde plein d’indulgence pour la lenteur édifiante d’où renaîtront nos âmes si malades d’être tenues dans la frénésie insensée de notre époque.
    Si la justice a mis cet homme en prison, c’est que l’évidence du symbole lui paraît insupportable tellement elle est criante de vérité.

  3. Allamezonallamezon

    Bonjour,

    Je souhaitais savoir si Pierre-Emmanuel était toujours en prison ?
    Est-il encore utile que je lui écrive un petit mot ?
    Merci d’avance.

    Sébastien

  4. MOA

    Allamezon, P-E Neurohr n’est plus en prison.

    A noter un entretien intéressant avec lui dans le dernier numéro du journal La Décroissance.

    Pour info, tiré de l’entretien :
    P-E Neurohr : »Mon principal problème [relatif à son séjour en prison] a été la confrontation à la violence verbale et physique des autres détenus. J’ai failli être passé à tabac deux fois.(…) Les discussions étaient impossibles sauf avec une extrême minorité (…) »

    Pas de raison que ce soit différent en taule, hélas… même si, sur simple demande aux intéressés, les détenus pourraient lire gratuitement la presse d’opinion (Artcile11, Revue Z…) qui éveille les consciences vis à vis du système qui les a amenés là où ils sont… et ainsi comprendre certaines choses… et « accessoirement » discuter avec des gars comme P-E Neurohr.

  5. nicolas

    Bonjour,

    les cycles « naturels » du climats de la planète impliqueraient que l’on bascule « prochainement » (dans les milliers d’années à venir) dans un nouveau cycle glaciaire de quelques milliers d’années.

    Il me semble que cette perspective était autrement plus effrayante (réduction de la zone propice aux cultures sur Terre, et même de la zone habitable, vu que les pays du nord seraient recouverts de glace).

    Fort heureusement, nous avons réussi à sortir du carbone des couches géologiques et à le relarguer dans l’atmosphère, ce qui nous évite cette perspective déplaisante ! Grâce à cette combustion massive de pétrole, les plantes poussent plus vite ! Et en plus on peut rallier Paris à Montréal en quelques heures !

    Vive les transports aériens (et désormais, tournons-nous vers le solaire et la géothermie, pour des raisons de baisse de la disponibilité en pétrole plus que pour des raisons « écolo naïf ».

  6. legeographe

    En fait, j’arrive à faire un rapprochement entre l’enfermement (euphémisme qui dit quand même la plus importante des conséquences d’un emprisonnement) de PE Neurohr et les préoccupations anti-terroristes :

    Rappelez vous ; ça date déjà, mais ce n’est pas de l’histoire si ancienne que cela… Retour sur le sabotage des TGV en 2008, ce qui fut appelé Affaire Tarnac.

    « […] Sont ainsi cités dans cet opuscule, avec insistance, le réseau TGV et les lignes électriques comme autant de points névralgiques par le sabotage desquels, les activistes peuvent, à peu de frais, arrêter plus ou moins durablement les échanges de biens et de personnes et ainsi porter un coup au système économique qu’ils combattent. »
    Source :
    http://rue89.nouvelobs.com/2009/04/09/affaire-coupat-un-editeur-entendu-par-lantiterrorisme

    Bref, PE Neurohr a été considéré, à mon avis, comme un gêneur de la machine à vitesse, la machine à rapidité qu’est notre société de communication, « communication » arrivée à un tel point qu’on doute quand même qu’elle soit vraiment là pour un meilleur vivre-ensemble…

  7. Pédibuspédibus

    De Nicolas:

    « les cycles « naturels » du climats de la planète impliqueraient que l’on bascule « prochainement » (dans les milliers d’années à venir) dans un nouveau cycle glaciaire de quelques milliers d’années. […] Fort heureusement, nous avons réussi à sortir du carbone des couches géologiques et à le relarguer dans l’atmosphère, ce qui nous évite cette perspective déplaisante ! »

    Je ne voudrais pas faire ici de l’anti-anti-réchauffisme de l’ère carbonifère, alors que la sainte patronne des géographes Yvette Veyret devrait s’y employer, mais il me semble là qu’on casse le thermomètre du bon sens : a-t-on vu une seule ligne dans les rapports du GIEC depuis qu’il existe nous faire ce coup là ? En tout cas bravo Nicolas pour le canular : ça a le mérite de ne laisser personne indifférent et de réveiller les consciences… sans doute engourdies par les records de chaleur en 2013.

Les commentaires sont clos.