Strasbourg, une « ville en marche »

La Ville de Strasbourg a développé un « plan piéton » composé de 10 points qui sont appliqués pour toutes nouvelles opérations de voirie et d’urbanisme.

La dernière enquête « ménages déplacements » confirme l’importance de la marche sur Strasbourg :

– un déplacement sur trois de ses résidents est ainsi effectué exclusivement à pied
– un déplacement sur deux (52%) pour les résidents du centre ville
– la gare centrale génère près de 24 000 trajets piétons concernant près de 40% des voyageurs, près de 800 000 trajets sont effectués en rabattement sur les transports publics.

Ce sont ainsi près de 532 000 déplacements qui s’effectuent quotidiennement à pied. Important mais pas suffisant car 25% des déplacements de moins d’un kilomètre se font encore en voiture, il est nécessaire de cibler en priorité ces usagers de l’automobile et des transports collectifs pour développer la marche.

Les 10 points du plan piéton

Promouvoir la marche

Afin de favoriser la marche à pied et mettre en avant le plaisir qu’elle procure, la Ville de Strasbourg s’est engagée à organiser des actions événementielles et partenariales, à réaliser des supports de communication ainsi que des cartes chiffrées autour du déplacement physique.

Accorder plus de place aux piétons

Le développement de la marche nécessite un territoire adéquat, caractérisé par un espace conséquent réservé aux piétons. La nouvelle charte d’aménagement des espaces publics de la Ville, mise en œuvre lors de projets de rénovation des voies publiques, tend vers 50% de l’espace public façade à façade consacré aux piétons/vélos.

Désamorcer les conflits piétons-vélos

Sentiment d’insécurité d’un côté, ralentissements imposés de l’autre, la cohabitation cycliste/piétons s’avère parfois difficile. Afin d’offrir des solutions arrangeantes pour les deux parties, la Ville prévoit des actions visant à désamorcer les conflits piétons, l’aménagement d’itinéraires cyclistes alternatifs ou de stationnement appropriée à l’entrée des zones piétonnes.

Utiliser les documents d’urbanisme pour améliorer la perméabilité du territoire

Afin que la marche se développe dans les villes, la trame viaire praticable à pied doit être aussi fine que possible. Une maille optimale se situe à environ 100 m de côté pour une ville comme Strasbourg. Cet objectif implique l’obligation de prévoir une perméabilité piétonne dans le cas de voiries routières en impasse et l’intégration au bilan financier des ZAC, de la réalisation des éventuels franchissements vers le reste du territoire.

Instaurer le 1% piéton à l’occasion des projets de transports publics (tram, bus à haut niveau de service…)

Pour promouvoir la marche à pied, la Ville entreprend des actions visant à rabattre les piétons sur les stations de transport en commun. Ainsi, chaque nouvelle station de trams ou de BHNS sera étudiée et pensée en termes de perméabilité et de traversée.

Encourager la démarche des pédibus dans les écoles de la ville de Strasbourg

La Ville de Strasbourg fait également la promotion de la marche à pied pour le jeune public. Elle encourage ainsi la démarche des pédibus dans les écoles : encadrés par des adultes volontaires, les écoliers cheminent en groupe sur un parcours déterminé jusqu’à leur terminus.

Renforcer la perméabilité piétonne des axes 50

L’un des enjeux de la Ville de Strasbourg est de veiller à la sécurité des piétons sur des axes à fort trafic routier. L’objectif étant d’améliorer la co-visibilité à travers la suppression des masques aux abords des passages piétons, l’aménagement des avancées de trottoirs ou encore l’amélioration de l’éclairage.

Mieux traiter les carrefours pour piétons

Afin d’assurer une bonne perméabilité piétonne, la réduction des temps d’attente pour un franchissement régulier et en toute sécurité est nécessaire. L’amélioration du franchissement piétonnier se fait à travers la régulation par feux ainsi que par des traitements innovants de certains nœuds complexes.

Traiter et planifier les ouvrages d’art stratégiques du réseau piéton

Afin de poursuivre l’amélioration des conditions piétonnières, la Ville s’engage à traiter en profondeur les infrastructures ou voies d’eau qui sont des éléments de coupure au bon cheminement pédestre.

Créer un réseau piétonnier magistral reliant les centralités de quartier

À termes, un réseau magistral (réseau « vitrine ») favorable aux piétons et liant les différents quartiers distants de moins de deux kilomètres devrait voir le jour dans la Ville de Strasbourg. Ce réseau déclinera dans ses aménagements la philosophie du plan piéton : 50% d’espace piétons, nœuds de franchissement traités, etc.

Il est à noter que ce plan sera complété par une action en faveur de la création de zones de rencontre, espace dans lequel la voiture doit respecter le piéton qui est prioritaire.

L’intégralité du document est téléchargeable sur le site internet de la communauté urbaine de Strasbourg:
http://www.strasbourg.eu/developpement-rayonnement/transports-et-infrastructures/exemplarite-strasbourg/strasbourg-ville-en-marche

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

4 commentaires sur “Strasbourg, une « ville en marche »

  1. Apanivore

    Le passage sur « Utiliser les documents d’urbanisme pour améliorer la perméabilité du territoire » est un peu jargonneux. Qu’est-ce que représente concrètement une maille ?

    En ce qui concerne la suppression des masques aux abords des passages piétons, les associations de cyclistes sont les alliés des piétons. J’en connais beaucoup qui veulent faire remplacer systématiquement la dernière place de stationnement automobile avant une traversée par quelques arceaux vélo. C’est facile de voir par dessus des cadres de bicyclette, bien plus qu’à travers un véhicule utilitaire !

  2. Ice

    +1 avec APANIVORE pour la place de parking.
    Dans ce genre d’idée il y a aussi les passages piéton au niveau de l’arrière des bus.

  3. F.S.

    Cela donne envie d’aller habiter à Strasbourg ! Il faudrait que ça devienne comme ça partout.

  4. Groumpf

    Habitant à Strasbourg, c’est vrai qu’on sent une vraie volonté de réduire la part de la voiture au profit des cyclistes et piétons dans cette ville depuis une quinzaine d’années. Résultat : de nombreuses zones de rencontre sans voitures et de belles vraies pistes cyclables. La photo d’illustration de l’article est parlante, et c’est ce à quoi ressemblent la plupart des rues de l’hyper centre.
    Et j’avoue que ça fait à chaque fois bizarre de ne pas retrouver les mêmes équipements quand je visite d’autres villes françaises.

    Même des jours comme aujourd’hui, avec moins de 5° le matin et un risque de pluie, il y a une forte population cycliste dans les rues.

    Evidemment ce n’est pas idyllique, mais les choses avancent continuellement et on voit la ville évoluer rapidement.

    Pourvu que ça fasse des émules et que ça devienne la norme !

Les commentaires sont clos.