Chronovalve, un défi lancé aux automobilistes et aux usagers des transports en commun

Jeudi 21 novembre, le collectif VALVE (400 VALVEURS à présent) organise à Lyon l’opération CHRONOVALVE : défi amical lancé aux automobilistes et aux usagers des transports en commun sur le trajet Oullins – Part Dieu, un jeudi matin en heure de pointe. Bref, la vraie vie!

Roulez pour le CHRONOVALVE… plusieurs options possibles :

– Encourager au village départ (mairie d’Oullins, départ officiel à 7h45)
– Escorter les concurrents officiels : mode de transport au choix – porter son gilet de VALVEUR (vente sur place)
– Encourager sur le parcours … prendre des photos
– Encourager au village arrivée (parvis du Grand Lyon, 20 rue du Lac) : à partir de 8h15 – café offert par le GRAND LYON – annonce des résultats – ambiance joyeuse garantie !

Évènement VALVE (+ campagne municipale) oblige, présence annoncée de nombreux élus + presse.

Chauffez vos mollets, astiquez vos vélos, le CHRONOVALVE va faire du bruit !

http://collectifvalve.blogspot.fr

Collectif Valve

A propos de Collectif Valve

Petit village d'irréductibles cyclistes du sud ouest de région lyonnaise

4 commentaires sur “Chronovalve, un défi lancé aux automobilistes et aux usagers des transports en commun

  1. Matutinal

    Le nombre de calories dépensées va-t-il être exprimé en CO2 de la nourriture ingérée correspondante ? Ainsi le VAE est nettement plus écologique que le vélo à force humaine si on prend en compte la nourriture qu’il économise !

  2. Struddelstruddel

    Je ne suis pas sûr qu’un cycliste non motorisé ne mange plus qu’un cycliste motorisé, il tourne juste avec moins de réserve.

  3. Gari

    @Matutinal : Ta remarque sur le fait que le cycliste consomme plus de nourriture du fait qu’il fait du sport se base sur une hypothèse fausse : nous mangeons exactement ce dont nous avons besoin. Or, en France tout du moins, on mange « trop ». Résultat, quand on fait du vélo, on ne mange pas plus, par contre on se dépense plus.

    Dans mon cas personnel, ça va même plus loin : quand je fais beaucoup de vélo j’ai tendance à manger moins que lorsque je ne bouge pas trop (hé oui, aller faire 20km de vélo en ayant mangé trop avant n’est pas particulièrement agréable).

    Finalement, je serais curieux de voir en quoi le vélo électrique serait plus écologique que le vélo classique, même dans le cas où l’hypothèse concernant la nourriture serait vérifiée. Est-ce à dire que la fabrication, l’usage et le recyclage d’une batterie et d’un moteur seraient « plus écologique » que manger une tartine de nutella « en plus » ?

Les commentaires sont clos.