Rues aux enfants, Rues pour tous!

Après son travail sur la ville à 30km/h, sur les espaces publics ordinaires dans la ville périphérique et le PAMA 2 (Plan d’Actions pour les Mobilités Actives), la Rue de l’avenir s’engage en cette fin d’année 2015 au coté de l’association nationale des conseils d’enfants et de jeunes (ANACEJ), de CAFEZOÏDE, et de Vivacités Ile-de-France au sein d’un collectif afin de lancer au niveau national du 27 novembre 2015 au 15 février 2016, un appel à projets « Rues aux enfants, rues pour tous » destiné aux acteurs des territoires situés en particulier sur les sites politique de la ville (collectivités territoriales, comités de quartier, associations locales, structures d’animation socioculturelle, conseils de jeunes…).

Qu’est ce qu’une rue pour enfant ?

Il s’agit d’une rue (ou d’une place…) fermée temporairement (certains jours et heures bien précises) à la circulation motorisée. Les enfants peuvent jouer librement sur toute sa largeur en toute sécurité et toute tranquillité.

Des infrastructures de jeux peuvent être installées, des animations organisées et l’accès des véhicules à moteur est réservé aux résidents.

Organisé en collaboration avec différentes acteurs (collectivité, parents, associations…), c’est l’occasion pour les enfants, de découvrir leur environnement, la rue, la ville et de se confronter au réel, de s’affirmer, de grandir.

Des barrières doivent être placées en suffisance afin de délimiter clairement « la rue aux enfants » et signalent ”Rue réservée au jeu”.

La rue réservée au jeu n’est pas (encore…) en France une disposition définie dans le code de la route.

Mais une « Rue aux enfants » est aussi une « Rue pour tous ».

Elle rappelle que la rue appartient aussi à ses habitants, qu’elle a une fonction de séjour qui améliore la qualité de vie en ville en créant dans un quartier, par la rencontre entre voisins de différentes générations, du lien social.

Le projet « Rues aux enfants, rues pour tous »

L’objectif est de favoriser un développement sur le territoire national des initiatives de « Rues aux enfants, rues pour tous » en particulier dans des communes ou intercommunalités ayant des sites suivis par la politique de la ville et de réaliser différents supports pour favoriser l’essaimage et une mise en réseau.

Appel à Projet : lancement le 27 novembre 2015

Pour encourager le développement de Rues aux enfants, un appel à projets lancé le 27 novembre. Le retour des dossiers est fixé à la date limite du 15 février 2016. Les dossiers sélectionnés bénéficieront à partir de fin mars 2016 d’un accompagnement afin d’aider à la réalisation des projets.

Le site du collectif : http://ruesauxenfants.strikingly.com

Rue De L'Avenir

A propos de Rue De L'Avenir

Association généraliste en matière de déplacements urbains qui a pour objectif de contribuer à transmettre aux générations futures une ville plus sûre, plus solidaire et plus agréable à vivre.

5 commentaires sur “Rues aux enfants, Rues pour tous!

  1. Pédibuspedibus

    Indéniablement ce concept est un des plus puissants moyens qui soient pour légitimer une politique municipale en vue de restreindre drastiquement l’usage de l’automobile en ville.

    Une suggestion toutefois. Dans la présentation de « Rue de l’avenir » il est question de barrières et d’aménagements temporaires. A-t-on déjà pensé à la solution suivante :

    mettre un obstacle amovible au milieu de la rue et non aux entrées, pour éviter les « itinéraires malins » et les fausses pistes de trop nombreux automobilistes? Lequel obstacle serait sans doute le mieux à même de faire prendre la qualité de « résidentielle » à la rue ainsi aménagée… Bien sûr filtrer ou barrer les entrées d’une telle rue s’avérera nécessaire.

  2. Flipper07

    @Pedibus: je suis content que tu mentionnes cette solution parce que je pense sincèrement que c’est LA (ok, peut-être pas LA, mais une très grosse) solution pour restreindre drastiquement l’usage de l’automobile en ville et aussi supprimer le traffic de transit (qui est pour moi au vrai fléau et une des raisons de la réduction des liens sociaux entre les riverains).

    Je réfléchis a cela pour ma commune depuis un certain temps. En supprimant le traffic de transit des rues résidentielles, on diminue fortement le traffic et surtout le nombre réduit de voitures qui circuleront seront locales et donc plus concernées par le bien-être des riverains. Cela laisse plus de places pour les enfants pour jouer en sécurité et se réapproprier la rue.

    ET également, cela supprime les potentiels itinéraires alternatifs ou « itinéraires malins » comme tu le dis pour les voiture qui pensent prendre un raccourci ou éviter certaines embouteillages, mais qui le font au détriment de la qualité de vie des riverains.

    Pour moi, dans une commune, toutes les rues devraient être considerées comme résidentielles avec une seule sortie possible du quartier, et seulement quelques exceptions de plus grands axes qui relie ensemble ces quartiers. Cela aurait pour effet de concentrer les voitures sur les plus grands axes au lieu étaler leur nombre sur toutes les routes.

  3. Pédibuspedibus

    En réponse à Flipper07, j’ignore la dimension de ta commune et ta situation dans son jeu d’acteurs, c’est-à-dire élu, membre de l’association de quartier ou d’une association riveraine : sans doute les mères de famille pourraient-elles être le bon relais pour la proposition auprès des élus…?

    J’ai eu l’occasion de me confronter à de la passivité voire de l’hostilité quand j’ai proposé de piétonniser une rue auprès de ses habitants, because le stationnement ; quand à la borne au milieu du tronçon de rue je ne m’y suis pas encore frotté… :

    en toute logique les riverains devraient voir d’un bon œil cet aménagement, et au cas où ils habiteraient en zone à stationnement réglementé, sans doute le besoin en stationnement, inférieur à l’offre, permettrait de requalifier l’endroit en transformant quelques places en bacs à sable, crottoirs à chiens, potagers partagés, bancs publics… en espérant que tous les usagers fassent bon ménage…

     

  4. JP54VTTT

    Rouler en hiver exige en effet de bien préparer son vélo pour pouvoir rouler dans de bonnes conditions (vent, pluie donc routes glissantes etc….) mais aussi surtout de disposer d’une bonne lampe de vélo (un bon éclairage) car en hiver, la nuit tombe bien plus vite!

    Donc, disposer d’une lampe robuste, etanche et qui est puissante pour y voir clair !

    Sans vouloir faire de pub, moi, j’ai acheté une lampe de VTT Ferei et j’en suis pleinement satisfait.

    http://www.ferei.fr/6-velo-vtt-x-country-raids-multisports

Les commentaires sont clos.