La pollution de l’air est responsable de 9 % de la mortalité en France

Une nouvelle étude de Santé publique France (ex-Institut de veille sanitaire) explique que la pollution de l’air est responsable de 48 000 morts chaque année en France. En fait, c’est pire que ce que l’on croyait et sans doute encore sous-estimé par rapport à la réalité.

Les derniers chiffres en la matière parlaient de 42 000 morts par an « seulement ». On serait plus proche en réalité des 48 000 morts, ce qui en fait la troisième cause de mortalité en France, derrière le tabac (78 000 décès) et l’alcool (49 000 décès). Un petit effort de la part des automobilistes, et on dépassera bientôt l’alcool!

Et encore, « cet impact des particules fines sur la santé est probablement sous-estimé », selon Sylvia Médina, coordinatrice du programme Air et santé. « Nous utilisons dans notre étude les PM2,5 comme traceur, car il s’agit de l’indicateur de pollution le plus étudié en termes d’effets sur la santé, mais la pollution atmosphérique est un mélange complexe de milliers de polluants qui interagissent », rappelle-t-elle.

Donc, on ne parle ici que de la pollution de l’air liée à un certain type de microparticules… Si on prenait en compte l’ensemble des polluants dans l’air et leurs multiples et complexes interactions, quel serait le véritable bilan? Personne ne le sait vraiment, faut-il multiplier ce chiffre par deux, par trois? Si ça se trouve, la pollution de l’air fait déjà mieux que le tabac et l’alcool réunis!

Dans le détail, tout le monde est touché, ville ou campagne, jeunes ou vieux. Mais les effets de la pollution sont, sans surprise, plus importants dans les grandes villes: dans les zones urbaines de plus de 100 000 habitants, la perte d’espérance de vie à 30 ans du fait des PM2,5 atteint quinze mois en moyenne, ce qui correspond à 26 000 morts annuelles.

Perte d’espérance de vie… c’est le cas de le dire, il n’y a plus vraiment d’espoir. Se dire à 30 ans qu’on va perdre 15 mois « d’espérance » de vie du fait de la pollution de l’air, c’est plutôt désespérant.

Et à vrai dire, il n’y a pas vraiment d’échappatoire, à moins de vivre en ermite dans un trou perdu. Plus de 47 millions de personnes en France sont soumises à une concentration moyenne annuelle de PM2,5 dépassant la valeur guide de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), soit 10 µg/m3.

Que faire alors? Sylvia Médina appelle les décideurs à s’attaquer à la pollution chronique, en réduisant la dépendance aux énergies fossiles, en favorisant un usage du chauffage plus écologique, en développant les modes doux de mobilité en ville…

Source: Le Monde

Nuit Grave

A propos de Nuit Grave

Rédacteur du site Carfree France, spécialisé dans les questions relatives à la destruction de la santé et de l'environnement

6 commentaires sur “La pollution de l’air est responsable de 9 % de la mortalité en France

  1. Ad

    C’est grave en effet mais les gens s’en foutent ils votent sans réfléchir et remettent en cause le changement climatique dès lors que les moyennes saisonnières sont basses. Aucun responsable politique, très peu de leaders et d’associations sont plus sensibles à l’écologie qu’au commerce mondial et à la croissance. Alors tant que l’on se satisfera de vivre sous des nuages gris, rien ne changera profondément. La circulation alternée, les vélos libre service, les scooters libre service, les autolib etc… ne servent à rien pour contrer un phénomène d’une puissance physique aussi destructrice et considérable. Il faut LIMITER par des décrets, des arrêtés les mobilités quelque soit le mode, instaurer un quota de kilomètres par habitant et par mode, quota à ne pas dépasser sous peine de fortes amendes. En effet c’est drastique mais limiter le droit à la mobilité à très grande échelle est la seule solution pour lutter contre le réchauffement climatique et la pollution, tout le reste ce ne sont que des mesurettes écologiquement risibles.

  2. Vincent

    > Sylvia Médina appelle les décideurs à s’attaquer à la pollution chronique, en réduisant la dépendance aux énergies fossiles, en favorisant un usage du chauffage plus écologique

    Elle pense au nucléaire?

  3. alain

    Ad a raison:les gens s’en foutent totalement. Seul leur petit confort compte. Une petite vie à crédit le portable à la main. Aujourd’hui, le temps n’est pas à la pluie et que voit-on sortir? Sous ces journées de flotte, c’était les escargots, mais là, c’est les décapotables et la frime qui va avec.

    Un monde minable, schizo à volonté, l’autodestruction en route et rien capable de l’arrêter.

    D’ailleurs, de forums en forums, de réunions en réunions, on se rend compte que les gens sont de plus en bêtes, sans connaissances, sans culture, sans valeurs historiques. Un troupeau de moutons incultes et incapables de voir plus loin que leur confort.

  4. Pédibuspedibus

    bon ce soir je risque de prendre à rebrousse poil bon nombre d’entre nous, ceux de la communauté clavardeuse anti bagnole qui cherchent à bon droit à réaliser une recension aussi complète que possible des méfaits du système atomobile pour Vincent, système automobile – SA – pour la plupart…

    lesquels pourraient être classés grossièrement de la façon suivante, sans hiérarchiser suivant leurs effets en termes de mortalité et morbidité, économie inefficiente… donc pêle-mêle:

    santé publique, sous-partie obésité, du fait d’une pratique des mobilités actives insuffisante ou découragée par le SA…
    santé publique, sous-partie accidentologie : la plus naturellement présente dans les représentations du SA…
    santé publique, sous-partie effets psychologiques entraînant une aggravation ou un déclenchement de pathologies dans le reste de la population;
    santé publique, sous-partie effets psychologiques entraînant une perte d’autonomie anticipée des seniors;(3 et 4 du fait du bruit, de l’encombrement de l’espace public, des nuisances diverses: odeur, esthétique…);
    santé publique, sous-partie affections pulmonaires;

     

    gestion urbaine renchérie par l’étalement urbain avec l’allongement des réseaux: routes, énergie, comm., adduction, assainissement…
    gestion urbaine et gestion du panier du ménage renchéris par un appauvrissement de la mixité fonctionnelle : individus rendus captifs de ses représentations – suggérées par le SA via ses pros spécialistes de la mercatique – et entraînés vers les centres d’activité périphériques, pôles générateurs de mobilité très majoritairement assurée par l’automobile;

    Sans forfanterie on pourrait noircir bien plus encore le tableau en rajoutant des items, sous-parties, sous-sous… : restons simplement au chapitre « santé publique » et qu’on me permette quelques remarques.

    Le hasard a voulu que vienne tout de suite un poste très lourd dans ma liste, avec les effets sanitaires du fonctionnement du SA : je pense qu’il est à la bonne place. Cependant en termes de mortalité je ne suis pas sûr – faute d’évaluation, de faisceau de résultats immédiatement probants issus d’une revue de littérature… – qu’on soit dans les bons ordres de grandeur pour la seule mortalité causée par la seule automobile avec la sous-partie « pollution de l’air ». A mon avis c’est un redoutable angle d’attaque du SA qui peut servir… aux automobilistes et supporters du SA eux-mêmes : l’étude de l’association technique CITEPA nous met sérieusement dans la merdre pour ce qui est des sources de pollution aux PM10 et PM2.5, les particules les plus fines, les plus dangereuses, avec la déesse Gnognole  loin du sommet du podium et des évolutions  à la baisse avec le temps :

    http://www.citepa.org/fr/air-et-climat/polluants/poussieres-en-suspension

    en regardant particulièrement les tableaux, à la fin, « Classement des sous-secteurs les plus émetteurs en 2013″…

    Cet angle d’attaque me semble bien contreproductif pour éclairer les consciences sur l’effet néfaste du SA. L’effet nécrosociétal est bien plus sévère, avec les petits vieux claquemurés,  du fait de l’existence d’un espace public rendu hostile voire impraticable par le SA, au point de leur interdire complètement la promenade quotidienne, de supprimer ce lien social naturel, par le seul regard échangé avec ses semblables, même anonymes, entraînant une descente infernale vers la perte d’autonomie, la perte des fonctions de bases nécessaires à la vie courante, l’alitement puis la mort… Combien…? J’ai bien peur… On ne parie pas avec des décomptes macabres, mais…

    Donc considérons que 1+ 3 + 4 >> 2 + 5  pour la seule partie « santé publique » des effets négatifs du SA sur la population, avec une très lourde contribution de 4… Pas facile à évaluer j’en conviens, mais cette hypothèse décidemment me travaille…

    @ suivre suivant les réactions éventuelles.

     

     

  5. Pédibuspedibus

    1) santé publique, sous-partie obésité, du fait d’une pratique des mobilités actives insuffisante ou découragée par le SA…
    2)santé publique, sous-partie accidentologie : la plus naturellement présente dans les représentations du SA…
    3)santé publique, sous-partie effets psychologiques entraînant une aggravation ou un déclenchement de pathologies dans le reste de la population;
    4)santé publique, sous-partie effets psychologiques entraînant une perte d’autonomie anticipée des seniors;(3 et 4 du fait du bruit, de l’encombrement de l’espace public, des nuisances diverses: odeur, esthétique…);
    5)santé publique, sous-partie affections pulmonaires;

  6. decoster

    bonjour:toutes ces images de pollution dans le MONDE,fonte de la banquise,forage de pétrole de gaz,abatages d’immensité d’arbres pour les cultures,pulvérisation de pesticide,désherbant,rejet en mer en tout genre,mer grande poubelle par l’HUMAIN,l’autoroute des avions dans notre CIEL,respirer en plein poumon cette air puant,qui pique les yeux,le nez,fait tousser,manger ces fruits,légumes pour notre santé enrichi avec du poison;c’est ça notre VIE bouffer de la merde qui nous tuent;nous en sommes tous conscient restons de marbre;fumer est trés dangereux pour la santé,et ont autorisent les fabriquants à nous empoisonner:la vie de l’espéce HUMAINE est précaire,c’est ça notre progré entrainant notre destuction:

     

Les commentaires sont clos.