Transhumanisme à 4 roues

Bonjour, poème anti-voiture cherche partenaire pour support & diffusion 🙂 !

Transhumanisme à 4 roues
Dans mon exosquelette
à roulettes
Je suis immobile
Je me déplace
j’enfume la ville
Il faut que je passe
Plus vite &
Plus fort
Dans la cité
Qui dort
Derrière moi
Dans la rue
Dans les bois
Je laisse quoi?
Des particules fines
De la suie
De la mort

NO2
Nox
Oxyde d’azote
Monoxyde de carbone
Ozone
Oxyde de souffre

Acide nitrique
Oxyde d’azote
Mon gain de temps est au prix de vos vies
Ma vitesse
Vous blesse
Mon parti pris
Vous meurtri

NO2
Nox
Oxyde d’azote
Monoxyde de carbone
Ozone
Oxyde de souffre

Je me dégage du trafic
À coup de reflux toxique
Qui pénètre tes poumons
Quand j’accélère à fond
Je te suis supérieur dans ma boîte sécurisée
Je suis absent dans ma caisse sonorisée
Dans ma caisse à roulettes
j’empoisonne la planète

le nitrogène oxyde
c’est lui qui vous occide

NO2
Nox
Oxyde d’azote
Monoxyde de carbone
Ozone
Oxyde de souffre

Je fais de l’été
un pic de pollution
l’hiver c’est nouveau
c’est conceptuel
Je fais de la neige industriel
Comme un cosmonaute
En combinaison
Je suis dans un caisson
Climatisé que je crois
À l’abri
c’est un boitier mal barré

Je suis charlie
Je suis martine
Je suis monsieur & madame tout le monde
Je suis monsieur & madame Ussion qui ont des jumeaux
Appelés Paul & Paule
Je suis génération éco
Nomie comme l’ignominie
« Not me » comme ce n’est pas moi
Ce n’est pas de ma faute
Génération éco comme logie
c’est aussi rare qu’un colibri
Ou les abeilles en ville

Je roule pour aller au travail
Je pollue pour être payé
Je renverse, écrase, cartonne & percute plus de 3000 humains par an
Morts
70 000 blessés
100 000 chocs avec la grande faune
j’empoisonne je fais tousser je rends asthmatique 40 000 humains par an

Mais un calcul rationnel
Plus je roule plus je déduis
Plus je pollue
Moins je contribue
j’ai des frais réels
Bien plus concrets que ces gaz de complot chinois
Autrement plus visibles que les particules fines

Mais tous les jours c’est normal le moteur à combustion
La création de pollution
La fabrique de poison
À partir de la maison
Juste pour se déplacer
Je ne marche pas je roule
Je ne cours pas je conduis
Je ne pédale pas je pilote
l’énergie de la terre qui part en fumée
Pour m’éviter des efforts quand je veux me déplacer
Des distances à rallonge
Vivre à 100 km du bureau
mesurons en kg de C02
Comptons cela en dégradation de l’air
j’habite à 25kg de C02 de mon travail

Comme dans avatar je rentre dans mon exosquelette
Transhumanisme destructeur
j’augmente ma vitesse dans les montées
que je ne pourrais même pas gravir avec mes jambes
Je double, je dépasse, j’enfume
Putain c’est moi d’abord
Clignotant, appel de phare, je colle, je déboite
Je klaxonne je gesticule dans ma caisse mal barrée

On a besoin d’un corridor biologique pour piétons?
-Un cordon sanitaire pour humain non motorisé…

5 commentaires sur “Transhumanisme à 4 roues

  1. Margot

    J’adore !

    je persiste et signe avec toi ,vous .

    Suis une  pietonne et cycliste depuis toujours pour toujours.

     

    Margot

     

     

  2. Alain

    Cette idée avait été également développée dans une BD parue dans les années 70, « Les mange-bitume » (prépubliée dans le magazine Pilote)

    La couverture

  3. Pédibuspedibus

    …du nanan* l’illustration !

    …et le pouet pouet aussi d’ailleurs…

     

    * petit instant de cuistrerie :*

    Céline aimait bien cette expression, plutôt usitée avant le tournant du XXe s., et il trouvait son plaisir également à affubler d’un sobriquet les VIP littéraires de son époque :

    alors pour le sans doute plus célèbre d’entre eux c’était « prout prout »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.