Dégraissez le PIB pour sauver le climat! (1/4)

Puisqu’aujourd’hui, arrivé au bord du précipice climatique, tout le monde, même les milliardaires (sauf Trump) et leurs premiers de cordée, se déclare volontaire pour sauver la planète, qu’il nous soit permis d’émettre une proposition dans ce sens : sabrez le PIB pour sauver le climat.

The « Stern Review » ou l’orthodoxie sortie de l’ornière

Une fois n’est pas coutume, c’est un économiste qui nous met sur la voie, même si sa mise en perspective s’opère à l’insu de son plein gré. La sortie de rang d’un éminent professeur fut en 2006 suffisamment remarquable pour qu’elle soit au moins reconnue comme une réelle prouesse intellectuelle.

Nicholas Stern est un économiste britannique hautement galonné, d’envergure internationale avec le titre respectable de Professeur à la London School of Economics – « LSE » pour les initiés. Ancien employé de la Banque mondiale et tout juste anobli par sa très gracieuse majesté la reine d’Angleterre, rien ne laissait prévoir qu’en 2006 il puisse se faire remarquer en traitant le sujet brûlant du moment.

On ignore pourquoi, en cette année, le gouvernement ultraréactionnaire et néolibéral de Tony Blair eut l’idée de lui commander une dissertation difficile sur le thème du PIB et du réchauffement climatique. Il est vrai qu’en cette décennie 2000, la chronique était climatique, animée par les négociations au finish pour l’entrée en vigueur du Protocole de Kyoto. Mais elle l’était tout aussi bien par la furie des gaz de schiste aux Etats-Unis; en Europe, l’Angleterre affairiste à l’odeur alléchée s’apprêtait, elle aussi, à dérouler le tapis rouge devant les compagnies pétrolières et, si nécessaire, à donner de la matraque sur les populations potentiellement impactées par le « fracking » ou fracturation hydraulique.

Chassé-croisé au pays d’Adam Smith, alors que Tony Blair avait converti le Labour Party au thatchérisme, son illustre conseiller économique Nicholas Stern décida, on ne sait pas pourquoi, de convertir les économistes à l’écologie ou du moins à la climatologie. Le chargé d’étude s’acquitta de sa tâche avec brio et fit sensation. Il sorti de l’ombre et devint célèbre avec un énorme rapport de près de 700 pages: The « Stern Review on the Economics of Climate Change »

De son côté, le gouvernement britannique qui, a priori, ne prenait aucun risque en confiant cette étude à l’ex-vice-président de la Banque mondiale se retrouva dépositaire d’un rapport explosif arrivé au plus mauvais moment de l’histoire de la pétromonarchie avec le tarissement des puits de la Mer du Nord et l’Eldorado des gaz de schiste annoncé par les agences étasuniennes de l’énergie AIE-EIA. Contre mauvaise fortune, il fit bonne figure et assuma sans sourciller la livraison.

Ainsi, pour la première fois dans l’histoire de la spécialité, un économiste orthodoxe réputé, Lord Stern, transgressait dans un rapport officiel au gouvernement britannique les dogmes de l’économie et de l’idéologie libérale. La croissance du PIB pouvait être affectée par les dégradations rapides de la planète et la main invisible ne pourrait rien faire pour sauver la situation. Hérésie mortelle, une action concertée des Etats à l’échelle de la planète s’imposait. Un comble au pays d’Adam Smith.

Le rapport fit l’effet d’une bombe dans le microcosme des économistes et bien évidemment les rares personnes gardiennes du temple et des dogmes qui firent l’effort de lire l’énorme pavé traîtreusement lancé par un Lord dans la mare des sciences économiques s’empressèrent de crier à l’imposture méthodologique, choisie à dessein pour noircir le tableau. Pourtant, Nicholas Stern dans sa savante démarche comptable restait dans les clous de l’orthodoxie. Il était donc irréprochable et même méritoire en tant qu’économiste puisqu’en définitive il sortait sa spécialité de l’ornière obscurantiste où elle s’enfonçait depuis le triomphe du néolibéralisme.

Et, cerise sur le gâteau, son rapport sauvait la face des « sciences économiques » qui, en cette décennie 2000, ne pouvaient plus faire l’impasse sur la menace du dérèglement climatique sans se décrédibiliser à jamais. En cette première année d’entrée en vigueur du Protocole de Kyoto, les (vrais) scientifiques des sciences de la Terre étaient au plus haut point préoccupés par l’état de la planète et de l’atmosphère; comment les économistes pouvaient-ils encore prétendre à un statut de science à part entière en continuant à ignorer la triste réalité du monde? Après la déchéance des scientifiques climato-sceptiques, démasqués à la solde des pétroliers, les économistes n’avaient pas d’autre choix que de se remettre à la page.

Ainsi, avec le « Stern Review » et les cris d’orfraie sur sa méthodologie, les économistes faisaient en 2006 leur aggiornamento dans l’ère du dérèglement climatique.

Une précision s’impose cependant pour comprendre les hurlements féroces des ultra-orthodoxes: ce qui est resté célèbre sous le nom de « Rapport Stern » est en fait une étude collégiale pluridisciplinaire associant un noyau d’une vingtaine d’experts, climatologues et économistes avec, en sous-traitance ponctuelle ciblée, l’intervention d’autres experts extérieurs au cabinet Stern (1).

Face à autant de sommités savantes réunies en un seul cabinet avec un étalage transversal de science climato-économique, il ne nous reste plus qu’à nous incliner, à faire profil bas et passer en silence notre chemin… sauf bien sûr à inscrire notre analyse dans un tout autre paradigme.

« Donnez pour sauver le PIB ! »

Bien évidemment, le Rapport Stern est illisible pour le commun des mortels puisqu’il mêle aux concepts physiques de la climatologie les élucubrations idéologiques mathématisées des économistes. Sans bagage économique de haut niveau universitaire, il est impossible de suivre la mise en perspective du risque climatique sur l’économie et de comprendre la volée de critiques qu’il a subie. Si l’on aime les lectures difficiles sans pour autant disposer de beaucoup de temps libre, mieux vaut se contenter de lire directement un rapport du GIEC ou son résumé aux décideurs politiques qui se construit sur des données physiques tangibles apprises en école primaire et secondaire.

A notre humble niveau de simple mortel, que dit en substance le Rapport de Lord Stern? Pas grand-chose de très transcendant: pour se sauver et assurer sa croissance, le PIB doit faire l’aumône à la planète et lui consacrer une part de quelques pourcentages par an. S’il continue à croire en sa bonne étoile et à vouloir croître en faisant la sourde oreille aux alertes des savants, il risque de subir des pertes encore plus grandes et au final dégringoler dangereusement. L’idée même que le PIB puisse être égratigné et cesser de croître était effectivement hétérodoxe et a pu être vécu comme une haute trahison dans le microcosme de la science économique. « Donnez pour sauver le PIB! », tel était le message sacrilège du rapport Stern face à la doxa néolibérale dominante; la main invisible était mise au rancart, d’où les étranglements de rage ultra-orthodoxe d’outre-Atlantique…

Plus sérieusement, pour se remettre à la page des années 2000 avec un zeste de lutte des classes environnementaliste du temps, le message de Lord Stern prendrait une coloration plus crue et conflictuelle: pour que les riches puissent continuer à détruire la planète afin de s’enrichir en proportion, il devient nécessaire de le faire de manière concertée et intelligente, et sans trop se fier à la dextérité philanthropique de la main invisible… Bref assurer la casse inévitable et le service après-vente du désastre en y consacrant une part du PIB mondial.

Bien évidemment, les écologistes n’avaient pas eu besoin d’attendre les efforts mathématiques d’un économiste orthodoxe chiffrant les conséquences du réchauffement climatique sur le PIB pour être mis sur la voie. Pour donner une idée du retard culturel des économistes par rapport au niveau de conscience de la situation en 2006, on peut citer le titre du livre d’un journaliste écologiste, Hervé Kempf, tiré de la littérature du temps: « Comment les riches détruisent la planète? (2) », il révèle à la fois l’envers réel du PIB et l’origine de classe du problème environnemental.

Si le travail de Sir Nicolas Stern fut une tentative pour inciter les Etats à l’action, il ne disait pas ce qu’il fallait faire en dehors d’investir une part minime du PIB dans la lutte contre le dérèglement climatique pour sauver la croissance de ce même PIB. C’est en cela que Nicolas Stern reste un économiste orthodoxe malgré les cris outrés de certains de ses collègues.

Mais aujourd’hui, une douzaine d’années après et à la veille de 2020, tout ce bruitage académique d’experts économiques paraît bien désuet. Beaucoup d’eau toxique du PIB a coulé sous les ponts et le rapport Stern est obsolète. Avec la critique qu’il a suscitée, il est désormais à ranger dans le registre des « querelles byzantines ». En 2009, le protocole de Kyoto tombait à l’eau avec le fiasco de Copenhague, même si les COP continuent encore leur manège en moulins à prière. Après la brève parenthèse de la crise financière, les émissions de gaz à effet de serre avaient repris leur envol. Et, en 2017, la température moyenne de la Terre affichait 1°C de plus au compteur.

Désormais depuis 2015, chaque année pulvérise le record de chaleur de celle qui la précède… Le marché carbone a vite été perverti au profit des entreprises les plus polluantes. Les technologies du « carbone propre » ou autre captage-stockage du CO2 (CSC) se sont rapidement révélées des « usines à gaz » pour ne pas dire de vastes fumisteries scientifiques. Et les Etats, acteurs essentiels du dispositif Stern, mobilisent toujours plus d’argent dans des « subventions à la pollution » ou leur industrie de l’armement. De toute évidence, la lutte contre le changement climatique apparaît comme le cadet de leurs soucis (3)… La main invisible n’avait pas lâché prise et plus que jamais elle gardait la haute main sur les rênes de l’économie.

Et, en coup de grâce local pour le rapport Stern, on découvre que derrière les festivités très médiatiques du Brexit, la furie foreuse du gaz de schiste fait rage aujourd’hui encore en Angleterre. Momentanément mise en sourdine à la suite de séismes ayant mis en émoi le Royaume en 2011, le gouvernement britannique décidait en automne 2018 de reprendre ses courbettes au fracking et intensifiait sa répression féroce contre la population. Depuis, des écologistes croupissent en prison pour avoir voulu s’opposer à la relance du désastre… Hasard de calendrier ou cynisme de la City, c’était au même moment où le GIEC publiait son rapport spécial sur l’intérêt de limiter l’élévation de la température à moins de 1,5°C. Décidément, l’histoire du capitalisme piétine dans le crime climatique. Si dans l’espace médiatique de la politique politicienne, les « policymakers » au service de la City s’étripent sur le Brexit, il faut encore une fois constater que la main invisible veille à ce que tous soient d’accord pour rester dans le fossile…

Fin de la 1ère partie
[…]

Février 2019
Jean-Marc Sérékian, auteur de :
« Capitalisme fossile, de la farce des COP à l’ingénierie du climat »
Ed. Utopia 2019 (à paraître)

Image: Toile brûlée, Joan Miró, 1973, acrylique sur toile, déchirée et brûlée ensuite, 130× 195 cm, fondation Joan Miró, Barcelone.

(1) Godard Olivier, « Le Rapport Stern sur l’économie du changement climatique était-il une manipulation grossière de la méthodologie économique ? », Revue d’économie politique, 2007/4 Vol. 117, p. 475-506.
(2) Hervé Kempf, « Comment les riches détruisent la planète? » Ed. Seuil 2007
(3) Jean-Marc Sérékian, « Capitalisme fossile » Ed. Utopia 2019 (à paraître)
http://www.editions-utopia.org/

Jean-Marc Sérékian

A propos de Jean-Marc Sérékian

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions d'énergie et de biodiversité.

14 commentaires sur “Dégraissez le PIB pour sauver le climat! (1/4)

  1. Ikook

    De toutes les façons, c’est mort: Limiter le réchauffement en cours à +2° signifie que les gaz à effet doivent être divisés par 5 dans nos vies quotidiennes. Autant dire que c’est impossible.
    Et c’est pas avec les zozos qu’on rencontre tous les jours et les pourris qui sont au dessus qu’on va y arriver.

    Rien qu’aujourd’hui, marche pour le climat des lycéens. La planète est à sauver, sortons nos téléphones portables pour le montrer et le dire. Voilà la triste réalité du monde.

  2. jol25

    J’ai récemment entendu parler du Produit Intérieur Doux, né au Québec, qui vise à prendre en compte des éléments méprisés par le PIB. Notion intéressante pour rétablir des valeurs autres que monétaires.

  3. Pédibuspedibus

    terriblement charmeur et convaincant le bon vieux docteur tourangeau avec ses faux-cils… !

    on lui souhaite de se bien porter très longtemps, pour continuer à ferrailler avec autant de vigueur contre le grand système…

     

    sinon il n’y aurait pas des gens des « sciences dures » assez engagés – et enragés… – pour essayer de fabriquer un « effet Sokal* » contre ces pseudo sciences économiques – particulièrement l’économétrie – et leur ôter leur crédit – usurpé – pour un bon bout de temps… ?

     

    *En 1996 un physicien – du nom de Sokal – réussit à faire passer sous le radar du comité de lecture un article bidon en termes de rigueur scientifique auprès d’une revue de sciences sociales nord-américaine et dénonce le canular auprès des médias le jour de sa parution… Si le père Aurélien Barrau pouvait s’évaporer quelques instants de ses trous noirs, pour évaluer le tape-à-l’oeil que sont ces mises en équation de la cupidité et du désir par les intrigants imposteurs économètres, rois borgnes au pays des aveuglés du Caca-quarante et autres Dos-de-John…

     

  4. jol25

    @Ikook: oui c’est mort, même en arrêtant tout aujourd’hui, l’inertie du processus climatique initié fait que ça ne changera probablement pas ce qui est en route. Le plafond est passé. Voir cette interview de D. Meadows en 2012 (!) où déjà il indiquait que l’orientation était à présent la résilience (afin de résister aux crises inéluctables à venir). Nous avons dépassé le stade « préventif »…

  5. kervennic

    La vision de Kempf est incomplete et donc fausse. Il n’y aurait aucune richesse ni accumulation si il n’y avait la masse croissante des pauvres necessiteux pret a se battre entre eux pour des miettes. Tuer les riches et il en naitra immediatement de nouveau de la masse des pauvres, des nouveaux riches, encore plus aggressifs et sans scrupule.

    L’inegalite des richesses est le lot de la societe industrielle qui par la specialisation des taches et leur division, cree les conditions de l’inegalite, des privilege et de la rente. Meme les tentatives « socialistes » de dompter cette societe industrielle ont mené a pire: une classe d’aparatchiks corrompus et brutaux. Et ca n’est pas, contrairement aux mythes des neo communistes, du a une derive.

    Seul une denonciation rigoureuse de la societe industrielle permettrait de changer la donne. Mais ceux qui manifestent « pour le climat » sont ils prets a vivre a la dure ? A voir. Ils peuvent venir en stage dans ma ferme voir si ils passent l’hiver. Mon experience est qu’il faut vraiment tres fortement aimer la nature pour arriver a s’adapter a la vie rigoureuse de nos ancetres… qui ont massivement dégarpi vers les apparts chauffé au fioul en ville. Certe c’est un peu plus complique que cela, puisque certains ont résisté et n’on pas pu..Mais lil y’ a bien eu une attirance pour la facilite du confort energetique, bien utile surtout dans un contexte de croissance demographique.

    Seul un alignement sur le mode de vie de communautes agraires permettraient de changer la donne. D’ailleurs chez les Amishs, il n’y a pas vraiment de riche et de pauvre, mais des gens qui bossent pour produire ce qui les nourrit.

    Et puis si l’on y pense, la richesse mal repartie est un mode de regulation. Durant les trentes glorieuses, avec l’abondance petroliere les inegalites ont baissées, et jamais le rythme de destruction (croissance) n’a ete aussi fort. Aujourd’hui les pays du tiers monde rattrapent notre niveau de production (malgres la croissance des inegalites au sein des classes moyennes et superieures) et ca n’est pas du tout une bonne nouvelle pour la planete.

    Si l’on prend l’exemple inverse d’une societe feodale, celle ci est souvent plus ecologique qu’une societe egalitaire de possession des terres, car cette derniere cause souvent une augmentation de l’exploitation des terres (suppression des terres reservé a la chasse etc). C’est d’ailleurs un des moteurs de la revolution en France, car ce mode de gestion des terre n’etait pas assez productif et le peuple avait regulierement faim.

     

  6. Ikook

    @ kervernnic:

    L’inégalité des richesses est un pb vieux comme le monde. On le retrouve chez les romains, les sociétés féodales, dans le royaume de France, du saint empire germanique, en Russie et ailleurs et jusqu’à maintenant.

    Jusqu’à ce qu’on trouve du pétrole, on ne peut pas dire qu’on était tous égaux mais on ne mettait pas en péril les pans entiers du système économique et écologique. Il y a eu du dégât, mais on pouvait s’en remettre (la gestion des forêts de Colbert par exemple, les principes d’usure de la monnaie sous la pression des papes et autres exemples). Ce n’était pas tout rose, mais le pétrole a permis de tout démultiplier. Avant, on gaspillait et on recyclait le plus possible. Maintenant, on gaspille point barre.
    Il existait un temps où les financiers ne pouvaient avoir plus de pouvoir qu’un empereur romain sans son accord, ou qu’un roi sans son accord. On les laissait faire et si çà allait trop loin, soit ca passait (complot contre un roi par exemple, mais pour se retrouver avec sa succession) ou çà cassait (Nicolas Fouquet par exemple, ou certains financiers de l’empereur Joseph 1er). Et puis, il y avait l’idée de Dieu et on pensait (quand même un peu) à la sauvegarde de son âme, donc, il y’avait des règles morales qui un moment où un autres limitait les débats.
    Mais maintenant, plus personne ne contrôle google ou Apple ou si peu. Il n’y plus dans des « anciens » mondes comme la Chine et la Russie où on, contrôle les grandes entreprises.

    Le problème de nos crises climatiques ne sont pas les inégalités (qui est quand même un pb) mais le pétrole de masse qui entraine une consommation futile de masse et qui se base sur la publicité de masse.

     

  7. vince

    On avait une solution toute trouvée à ces problèmes : supprimer l’automobile.

     

    Supprimer l’automobile, c’est supprimer les centres commerciaux, et les Iketruc Jarditruc Decatruc.

    C’est aussi supprimer le transport routier qui sert à acheminer ces produits inutiles, et qui pollue.

    C’est encore supprimer le transport maritime qui sert à acheminer les containers, et qui pollue.

    Et c’est enfin supprimer les entreprises chinoises qui servent à les fabriquer et qui polluent.

     

    L’automobile est un pilier majeur du capitalisme, sans elle on a rien de tout ça.

     

  8. Pédibuspedibus

    …tous avec Létard… !

    on s’enferme dans une carrosserie, on met les gaz… et on attend que ça passe…!

     

    vivent les lemmings…!

    même si à ce régime-là ils ne feront plus de petits…

     

    boaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

     

  9. XUMP

    @Vince :

    > L’automobile est un pilier majeur du capitalisme, sans elle on a rien de tout ça.

     

    Ah bon ?

    Il n’y avait donc pas d’automobiles ni de constructeurs auto en ex-URSS, en RDA et autre pays de l’Est ?

  10. vince

    D’un point de vue logique cela reste valable. Cela dit il y a comme une différence fondamentale entre une Trabant et une Mercedes.

    Je maintiens : ce système est basé sur la massification de l’automobile. Enlevez-lui sa béquille il s’écroule.

     

     

     

  11. AAlain

    @Vince :

    Le problème n’est pas le capitalisme, mais le comportement de chacun.

    Le capitalisme n’a pas inventé l’automobile. Et les pays qui ne sont pas « capitalistes » polluent autant et voir même plus que les pays à système capitaliste.

    C’est un peu facile d’accuser le « capitalisme ». Çà permet à chacun de se dédouanner de son comportement individuel…

  12. vince

     

    Le mot capitalisme est daté, je reconnais,

    néanmoins on est bien dans un système intenable basé sur toujours plus de croissance avec l’augmentation artificielle des besoins (la voiture individuelle pour tous, l’étalement urbain, le tourisme etc) dont le seul but est le profit.

     

     

     

  13. Pédibuspedibus

    le cacapipitalisme serait daté… ?

    noooooooooooooooooooooon… foutre non…

    ça fait partie au contraire des grands invariants anthro-pot pot -logiques :

    outre le cochon il y a toujours le petit enfant – poétique et pervers à la fois – qui sommeillent chez les grands et moins grands…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.