La République En Voiture

Le candidat à la mairie de Paris pour les élections municipales de mars 2020 Benjamin Griveaux (La République en Marche) vient de présenter son projet pour Paris en matière de transports.

Le candidat Benjamin Griveaux, qui semble plus En Voiture qu’En Marche, souhaite apparemment en finir avec des décennies de dictature piétonne et cycliste incarnée par Anne Hidalgo. Dans un entretien radiophonique à l’ORTF devenue France Inter, il dénonce en effet la volonté idéologique de Anne Hidalgo de piétonniser la place de la concorde et la place de l’étoile à Paris. Selon lui, l’écolo-bolchévique Anne Hidalgo cherche à « muséifier tout le centre de Paris. »

On ne comprend pas très bien cette saillie de Benjamin Griveaux dans la mesure où la piétonnisation de l’espace public permet de dégager de nombreux espaces justement pour les « Marcheurs »… à la différence des politiques du Vieux Monde à la Pompidou favorables à l’automobile en ville. Il semblerait bien que le candidat Griveaux soit quelque peu idéologiquement perdu en matière de mobilité 2.0.

D’autant plus qu’en novembre dernier, il n’hésitait pas à accuser les bus à soufflet de la RATP de provoquer des embouteillages… Les bus responsables des embouteillages? Cela fait terriblement années 1970 comme analyse… A l’époque, les associations d’automobilistes demandaient justement l’interdiction des bus pour la même raison…

N’ayant d’ailleurs pas précisé plus avant son propre programme pour Paris en matière de transport, mis à part taper sur Anne Hidalgo et sur les bus à soufflet, nous avons cherché dans nos archives et nous l’avons peut-être trouvé. Il s’agirait d’un projet top-secret qui date en fait de 1967 et dont nous vous livrons en primeur l’exclusivité.

Est-ce que le projet de Benjamin Griveaux est de multiplier les voies express à travers Paris: les doubles traits bleu foncé indiquent sur la carte les autoroutes à six ou huit voies (en tiret les parties en souterrains ou en tranchées), les lignes bleues les artères à circulation rapide sans croisements, les traits bleu clair les voies où les principaux carrefours seront équipés de passages souterrains. Les échangeurs et les tunnels sont signalés par des cercles bleus. Les cercles noirs marquent l’emplacement des parkings souterrains.

Projets autoroutiers dans Paris
Cliquez sur la carte pour l’agrandir
Le tracé des futures autoroutes à travers Paris

Comme le disait le président Georges Pompidou, il faut adapter la ville à l’automobile. Benjamin Griveaux souhaite donc probablement adapter Paris à l’automobile en créant dans un premier temps quelques belles autoroutes urbaines qui déboucheront magistralement sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame (aménagée en aire d’autoroute financée par Total et LVMH dans le cadre de sa réhabilitation?).

La cathédrale elle-même pourrait faire l’objet d’un réaménagement audacieux, sous les ordres du général Jean-Louis Georgelin, qui pilote à la demande d’Emmanuel Macron la mission Notre-Dame et qui veut que ça dépote: pourquoi pas envisager sa transformation en parking aérien à 6 étages? Et si l’architecte en chef des monuments historiques n’est pas d’accord avec ce projet aérien, le général Georgelin lui dira probablement de « fermer sa gueule… »

Dans un second temps, une fois les Parisiens gagnés à l’Ancien Monde de la mobilité « En Voiture », on pourrait envisager de construire quelques rocades supplémentaires allant de la Porte d’Auteuil à la Place d’Italie et de la gare Saint-Lazare à la gare de l’Est, des radiales Porte Champerret-Montparnasse et Bagnolet-boulevard Richard Lenoir, et des pénétrantes enfin vers Montparnasse et Denfert-Rochereau.

L’idéal étant probablement de supprimer à terme le métro parisien qui n’est rien d’autre qu’un nid à grévistes assoiffés de sang macronien et de transformer avantageusement les couloirs du métro en autoroutes souterraines.

Cerise sur le gâteau, la transformation des Champs-Elysées en Autoroute A666 à deux fois six voies avec échangeurs de dégagement au niveau de la place de l’étoile et de la concorde permettrait à la fois de fluidifier le quartier les samedis et de limiter les déambulations piétonnes intempestives des gilets jaunes…

Votez « La République En Voiture! »

AutoMinus

A propos de AutoMinus

Rédacteur de Carfree France, spécialiste des questions psychologiques de l'automobile, en particulier concernant le 4x4, les courses de formule bourrin, le paris-dakar, les courses de quad, la moto et toutes les conneries motorisées qui polluent la vie

7 commentaires sur “La République En Voiture

  1. Bibinato

    Quelles prophéties apocalyptiques ! ça donne envie de reconduire Nanou et même de l’introniser maire à vie de notre bonne ville… 😉

    Je vous trouve sévère avec ce candidat, il y en a un d’encore plus gratiné, qui voudrait rétablir la circulation sur les voies sur berges, j’imagine qu’il fera l’objet d’un article sur ce site.

  2. Pédibuspedibus

    bah… rien ne vaut la couverture de la Seine avec une belle dalle… :

    exposition universelle permanente à la gloire de Ste-Gnognole, avec un pavillon pour chacune des multinationales tricolores à son service… :

     

    – bétépé (rien que pour la dalle…)

    – industries de l’armement, pour la protection des champs pétrolifères et uraniféres du monde entier

    – contructeurs de bousines

    – transformateurs de gomme caoutchouteuse, naturelle et synthétique

    – transformateurs et diffuseurs des matières premières évoquées à l’instant précédemment…

    – pavillonneurs du périr-urbain

    – musée hagiographique au service de la splendeur de Kronkrounette Ier, pharaon disruptif à la trajectoire fulgurante époustouflante pétaradante…

     

    Evidemment pour irriguer tout ça il devrait rester assez de place pour une deux fois douze voies – en mordant sur les berges peut-être… – où seraient abolies toutes les limitations de vitesse et dispositions du code de la route…

    Merdre, un pavillon pour les PFG aussi siouplait…

     

    pas boaaa du trou c’t’affaire…

     

  3. vince

    Malheureusement, Benjamin Griveaux semble aussi vouloir refaire rouler des voitures sur les berges de Seine :

     

     

     

  4. Bernard

    Mais la carte aux traits bleus … quel beau Réseau Express Vélo ça nous ferait.

    Hein, quoi, c’est pas ça ? Ah zut alors …

  5. Claude

    A l’inverse, il faudrait supprimer toutes les voitures, sauf peut-être les ambulances. Et que les gens arrêtent de voyager ! Ils peuvent visiter plein d’endroits par internet, et même rendre « visite » à leur famille par Skype etc.

    Il faut impérativement revenir en arrière. En se rappelant, au passage, que même le vélo pollue (un peu) et qu’il est dangereux : des cyclistes meurent parfois à cause d’une chute sans autre personne responsable. C’est un scandale à dénoncer aussi.

  6. vince

    La différence étant que le cycliste n’est dangereux que pour lui-même, ce qui n’est pas le cas de la voiture évidemment.

Les commentaires sont clos.