Dans les parkings souterrains de Lyon, les vélos prennent la place des voitures

Au détour d’un reportage de France Info, on prend conscience de la révolution en cours en matière de mobilité dans les villes françaises. À Lyon, le principal gestionnaire de parkings souterrains s’adapte en effet au nombre croissant de cyclistes en transformant une partie des emplacements jusqu’ici réservés aux voitures, en espaces sécurisés pour les vélos et notamment les fameux « cargos » de plus en plus plebiscités. Face à la demande, 900 places supplémentaires vont être créées d’ici 2022.

C’est un peu le laboratoire de la Métropole. Ce parking du centre-ville accueille le premier espace équipé d’emplacements pour les vélos cargo. Une expérimentation amenée à se développer car ces drôles d’engins sont de plus en plus plébiscités.

Des places de stationnement sécurisées

Un service indispensable pour des deux-roues de plus en plus techniques, de plus en plus chers aussi et donc de plus en plus convoités par les voleurs. Avec cette solution, les utilisateurs sont rassurés. « Je l’utilise depuis quatre ans, n’ayant pas confiance en la sécurité dans les rues juste avec un antivol, j’ai préféré avoir un endroit clos, verrouillé et surveillé. C’est tranquille et j’habite en face, » se réjouit cet abonné.

Prix de la tranquillité : seulement 38 euros l’année. C’est trois à quatre fois moins que l’abonnement mensuel pour une voiture. Alors forcément à ce prix-là, il y a de la demande. Et la liste d’attente pour obtenir une place dans plusieurs parkings du centre s’allonge chaque jour.

Un espace de 900 places

Conséquence : le nombre de places de stationnement réservées aux vélos va doubler. L’objectif étant d’atteindre 2200 emplacements dès 2022. Quitte à rogner de plus en plus sur les zones voiture. Une stratégie assumée par Pascale Gibert la directrice générale de Lyon Parc Auto, qui gère plus de 20 000 places de stationnement: « Effectivement ça réduit les espaces, mais quelque part ça offre une place plus forte au vélo que celle qu’on lui accordait jusqu’à présent. En même temps, on parle là de la réalisation de 800, 900 places pour les vélos, pour une réduction de 80 places de voitures au total sur deux ans. » LPA s’adapte ainsi à la hausse croissante des trajets à vélo dans la métropole de Lyon, avec des records battus chaque année.

Un reportage à voir sur le site de France Télévisions

8 commentaires sur “Dans les parkings souterrains de Lyon, les vélos prennent la place des voitures

  1. Pédibuspedibus

    en espérant que le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, s’en inspire :

    un moyen élégant de requalifier les taupinières à bagnoles, situées jusque dans l’hypercentre… :

    https://www.google.fr/maps/@44.8387801,-0.5720594,3a,75y,358.43h,87.73t/data=!3m6!1e1!3m4!1sdrPkxOD2u1katEAIzc8yng!2e0!7i13312!8i6656

     

    une vraie plaie :

    à moitié vides, bilan carbone épouvantable  – béton et ferraille -, aspirateurs à bagnoles ces équipements empêchent de piétonniser les quartiers, voire entraînent le sacrifice d’arbres centenaires, comme ici à proximité de la gare centrale… :

    https://www.google.fr/maps/@44.8292206,-0.5633778,3a,75y,110.24h,85.89t/data=!3m7!1e1!3m5!1s1YnJYZQVPBK8eA2lwEbWbA!2e0!6shttps:%2F%2Fstreetviewpixels-pa.googleapis.com%2Fv1%2Fthumbnail%3Fpanoid%3D1YnJYZQVPBK8eA2lwEbWbA%26cb_client%3Dmaps_sv.tactile.gps%26w%3D203%26h%3D100%26yaw%3D77.809906%26pitch%3D0%26thumbfov%3D100!7i16384!8i8192

     

    cette conversion des taupinières à bagnoles complète utilement la panoplie édilitaire, au-delà du vélo box et du traditionnel arceau, ces derniers venant toutefois concurrencer directement les motorisés pour une meilleure occupation de l’espace public…

     

     

  2. mat b

    Pendant ce temps à Vera Cr… Heu à Montauban.

     

    Vroom vroom tut tut  pouet pouet pouet

  3. Prolo

    En même temps les parkings souterrains de Lyon sont à moitié vide.

    Ceci dit avant de considérer qu’il y a de la place j’aurais commencé par systématiquement verbaliser et enlever toutes les voitures mal garées en surface, histoire de tester les parkings avec une vraie utilisation : si ça se trouve, les parkings souterrains ont la bonne capacité, c’est juste que les gens ne les utilisent pas et préfèrent se poser n’importe où.

  4. Pédibuspedibus

    Ceci dit avant de considérer qu’il y a de la place j’aurais commencé par systématiquement verbaliser et enlever toutes les voitures mal garées en surface, histoire de tester les parkings avec une vraie utilisation : si ça se trouve, les parkings souterrains ont la bonne capacité, c’est juste que les gens ne les utilisent pas et préfèrent se poser n’importe où.

    les deux mon capi… !

    régime de la prune à 135€ pour le squat motorisé des trottoirs et équipements cyclables couplé à la reconversion des taupinières :

    effet ciseau bienvenu pour la première étape de la transition des mobilités…

  5. Lydie

    Espérons que ces aménagements de parkings à LYON inspireront d’autre métropoles Françaises ce qui passe aussi par être moins laxiste vis à vis des contrevenants du stationnement dans les rues. L’automobile restera omniprésente en ville tant que les adaptations à l’usage du vélo ne seront pas davantage en adéquation avec les attentes des cyclistes. Comment atteindre ce résultat? Les différentes pistes d’amélioration passe par la création de bandes et de pistes cyclables, la sécurisation des ronds points, la limitation de vitesse automobile, une accessibilité réduite de l’automobile en créant des zones apaisées, donner la priorité systématique aux piétons et vélos, interdire la voiture à proximité des écoles, des espaces verts, des terrains de sports par la création d’espaces de rencontre, d’échange. Les élus sont vraiment frileux sur ces sujets et évoluent que très lentement à notre grand désespoir. Les édiles locaux ne peuvent pas s’étonner de l’abstention aux élections en étant aussi éloignés des attentes des citoyens.

  6. Prolo

    J’y pense : ils ont prévu des parkings pour l’inter-modalité voiture-vélo ?

    Des endroits conçus pour pouvoir :

    venir en voiture,
    prendre un ticket,
    décharger son vélo,
    utiliser le vélo en ville,
    revenir au parking,
    ranger le vélo dans la voiture,
    payer le stationnement en sortant.

    Ça c’est de l’idée concrète pour sortir les voitures des centre-ville.

  7. Alain

    À Toulouse on a le parking du capitol. On a déduit des vestiges romains pour le construire, et aujourd’hui on conserve des accès voitures pour le remplir.

Les commentaires sont clos.