La France cyclable

Pendant très longtemps, la France, comme la plupart des pays occidentaux, a connu une massification de l’automobile individuelle, avec tous les problèmes induits (pollution, accidents de la route, insécurité routière, détérioration de l’environnement, etc.). En 2022, suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie et à la crise énergétique qui en a découlé, la France a radicalement changé de perspectives pour se transformer en pays cyclable. 

Dans le cadre de la guerre en Ukraine, les prix de l’énergie ont explosé au cours de l’année 2022. Dès le début de la guerre, le litre de carburant en France atteignait et dépassait les 2 euros. Lorsque la guerre a commencé à durer et que les pays du monde se sont livrés à de multiples sanctions et contre-sanctions, les prix du gaz et du pétrole ont atteint des sommets inexplorés.

A 3 euros le litre de carburant, un mouvement de protestation massive dans tout le pays a commencé à naître. Des actions-choc ont été organisées.

L’écoute progressive des autorités a été accélérée subitement au moment de la Grande augmentation du prix de l’essence de la rentrée 2022 qui a remis en cause le modèle de développement centré autour de la voiture jusqu’ici. A ce stade, on ne trouvait plus de carburant dans les stations service à moins de 5 euros le litre.

Le gouvernement prend alors dans l’urgence des mesures radicales. C’est ainsi que des pistes cyclables ont été aménagées massivement dès la rentrée 2022 sur le modèle des corona-pistes de 2020 et que, graduellement, les habitants ont ré-enfourché leur vélo pour les utiliser.

En fait, on savait déjà depuis longtemps qu’un réseau massif de pistes cyclables était la solution contre la pollution, les émissions de CO2, les accidents, la sédentarité, le bruit, l’appauvrissement de la population et toutes sortes de nuisances diverses et variées. Mais, autant par flemme que par manque de courage politique, les élus rechignaient depuis longtemps à mettre en place ces aménagements.

Cette forte augmentation du prix du carburant a eu un écho retentissant en France puisque les décideurs ne se sont pas contentés d’aménager des infrastructures cyclables. Dès la rentrée 2022, le gouvernement déclare le dimanche journée sans voiture afin de préserver les réserves de pétrole.

Lire aussi :  Comment construire une fusée pour bombarder les villes de graines de mauvaises herbes

Les 40 millions de voitures individuelles du pays n’ont tout simplement plus le droit de circuler sous peine d’amende. La mesure a participé à changer les mentalités alors très autocentrées.

C’était l’occasion de démontrer par les actes la viabilité d’une société moins dépendante du pétrole, de faire appel à la créativité pour réinventer les pratiques de l’espace public. Ça a donné des choses assez extraordinaires.

Suite à ces premières démarches, le gouvernement organise une sorte de consultation populaire afin de gérer la crise énergétique de 2022. Et l’idée prend forme qu’il faut changer radicalement les choses. Cela va mettre une décennie à se mettre en place, mais le pays va se doter d’une véritable infrastructure cyclable de qualité. En plaçant le vélo au cœur de la mobilité, les Français ont fait le choix d’une meilleure qualité de vie, d’un respect de l’environnement et d’une moindre dépendance aux dictatures pétrolières comme la Russie ou l’Arabie saoudite.

40 ans plus tard, en 2062, ce sont 40% de tous les trajets qui se font à vélo en France (contre 3% en 2022). La voiture n’a pas été bannie pour autant, les gens ne la prennent que pour les usages qui sont les plus pertinents. Les voitures sont systématiquement séparées des vélos grâce à un réseau de plusieurs dizaines de milliers de km de pistes cyclables afin de permettre à tout le monde de les utiliser en toute sécurité.

Notre dépendance pétrolière a été réduite de manière drastique et désormais la mortalité sur les routes françaises est très faible et la qualité de l’air bien meilleure. Les gens ont appris, en utilisant le vélo, à se passer le plus souvent de l’automobile, ce qui leur a permis d’améliorer leur santé et leur pouvoir d’achat.

 

Librement inspiré de Comment les Pays-Pas ont développé le vélo et de Comment les Hollandais ont obtenu leur infrastructure cyclable.

3 commentaires sur “La France cyclable

  1. Lydie

    Très beau sujet sur l’abandon de la voiture qui ne semble pas près de voir le jour avec l’état d’esprit actuel des Français et de notre classe dirigeante. Dernier sondage 84% des français privilégient les déplacements en voiture. Ils ne sont absolument pas disposés d’abandonner ce mode de transport. Gardons espoir qu’avec un litre d’essence à 5€ les mentalités changeront. Cet espoir n’engage que celui qui veut bien y croire. La réalité nous rattrape tous à travers les difficultés de se rendre au travail avec des distance de 20 à plus de 80 kms à parcourir au quotidien sans la possibilité d’avoir recours à d’autre moyens de transport. Que faire? Offrir des vélos qui permettent d’apporter la même qualité de service qu’une voiture. Est-ce possible? Faire comprendre qu’à vélo il est permis de franchir plus de 60 kms par jour avec des durées de déplacement quasi équivalent à la voiture. Est-ce imaginable? Le confort peut-il être aussi un argument dans une société de consommation qui a complètement anéanti le goût de l’effort, développé l’individualisme à outrance. La sécurité sera t’elle réellement prise en compte par les décideurs et les exécutants? La vie sans voiture doit être objectivée pour devenir crédible. Tout le monde n’habite pas des lieux permettant de s’affranchir d’un moyen de déplacement offrant une souplesse et une fonctionnalité comparée à l’automobile. Serait-il envisageable de mieux prendre en compte la réalité ce qui rendrait plus crédible les changements de vision sur les modes de déplacement?

  2. mat b

    Poutine, sauveur du climat et meilleur ami de la bicyclette. D’ailleurs en Vladivostokien Poutine veut dire écologie

  3. jol25

    A priori, la seule expérience d’une réduction soudaine et forcée de l’alimentation en énergie fossile pour un pays fortement dépendant: Cuba.

Les commentaires sont clos.