La promesse illusoire de la conduite high-tech

« Les bases ont été posées pour une autonomie totale, » annonçait Elon Musk en 2016, lorsqu’il assurait au monde entier que Tesla aurait une flotte de voitures sans conducteur sur les routes en 2017. « C’est deux fois plus sûr qu’un humain, peut-être mieux encore. » Les promesses d’utopies de conduite technofuturistes ont été omniprésentes partout où les entreprises technologiques et les constructeurs automobiles se rencontrent. Dans « Autonorama : The Illusory Promise of High-Tech Driving, » l’historien de la technologie Peter Norton affirme que les voitures sans conducteur ne peuvent pas être les « solutions de mobilité » sûres, durables et inclusives que les entreprises technologiques et les constructeurs automobiles nous promettent.

L’argument de vente derrière l’avenir sans conducteur nous détourne de l’investissement dans de meilleures façons de se déplacer que nous pouvons mettre en œuvre dès maintenant. Contrairement aux véhicules autonomes, ces alternatives sont peu coûteuses, sûres, durables et inclusives. Norton emmène le lecteur dans un voyage passionnant – de l’exposition Futurama de General Motors aux autoroutes et véhicules « intelligents » – pour montrer comment on nous vend une fois de plus la dépendance à l’automobile sous le couvert de la mobilité.

Il fait valoir que nous ne pouvons voir ce que les entreprises technologiques nous vendent qu’à la lumière de l’histoire. Avec les voitures sans conducteur, on nous promet que les nouvelles technologies résoudront les problèmes que la dépendance à l’égard de la voiture nous a causés – zéro accident ! zéro émission ! zéro encombrement ! Mais ce sont les mêmes promesses qui nous ont maintenus sur le tapis roulant de la dépendance à la voiture pendant 80 ans.

Autonorama est plein d’espoir et plaide pour une mobilité sage, éprouvée et humaine dans laquelle nous pouvons investir dès maintenant, sans attendre une technologie qui restera à jamais hors de portée. Avant que les systèmes intelligents, les données et la technologie puissent nous servir, suggère Norton, nous avons besoin de sagesse. Rachel Carson nous a prévenus que lorsque nous recherchons des solutions technologiques au lieu d’un équilibre écologique, nous pouvons aggraver nos problèmes. Avec cette sagesse, soutient Norton, nous pouvons répondre à nos besoins de mobilité avec ce que nous avons actuellement.

Lire aussi :  Vélos sur autoroutes !

Extrait

Si la plupart des gens pouvaient se rendre à pied dans un magasin de proximité, nous n’aurions pas à trouver le moyen de donner à chacun l’accès à une voiture robotisée qui les y conduirait. Si la plupart des enfants pouvaient se rendre à l’école à vélo en toute sécurité, nous n’aurions pas à concevoir des voies d’accès suffisamment longues pour accueillir des files de voitures sans conducteur qui les déposent et les récupèrent. Si la plupart des arrêts de bus étaient abrités et équipés – grâce à la technologie – de panneaux numériques indiquant aux usagers l’heure exacte d’arrivée du prochain bus, nous n’aurions pas à consacrer autant d’efforts de recherche et d’argent à la mise au point de systèmes de haute technologie permettant de faire tenir un plus grand nombre de voitures sans conducteur sur une voie routière donnée. C’est en prenant conscience que la promesse de la conduite high-tech est illusoire que nous avons le plus de chances de prendre conscience de tout ce que nous pouvons faire. En sauvant l’innovation des technofuturistes et en récupérant les outils qu’ils ont rejetés, nous découvrirons que nous pouvons faire aujourd’hui, à un coût bien moindre, ce qu’ils ont promis de faire pour un montant illimité dans un avenir toujours plus lointain.

Autonorama
The Illusory Promise of High-Tech Driving (non traduit)
Peter Norton
Island Press, 2021

2 commentaires sur “La promesse illusoire de la conduite high-tech

  1. zaph

    Ce qui est énoncé dans l’extrait de cet ouvrage est empli de bon sens .

    Hélas ces solutions ne seront jamais promues car bien trop simplistes et non pourvoyeuses de dividendes pour des industriels avides d’argent.

    De plus la plupart de nos concitoyens sont sensibles au matraquage publicitaire et tombent dans le piège du toujours plus de technologie alors que des solutions simples existes et ont fait leur preuves.

  2. Letard

    Bonjour à tous,

    Si la conduite autonome est une illusion, la conduite semi autonome ne me semble pas l’être.

    S’il faut une machine pour réparer des erreurs humaines, il faudra toujours au moins un humain pour réparer les erreurs des machines.

    Il est illusoire de penser, pour moi, que des machines ne peuvent jamais faire d’erreur, une erreur, un accident peut arriver à tout le monde, même aux machines, donc aussi aux automobiles même autonomes.

    L’important est, pour moi, d’éviter des accidents mortels.

    A votre service.

    Danny zone 30

Les commentaires sont clos.