Samuel Hanson ORDWAY Junior, un collapsologue oublié

Samuel Hanson Ordway Jr. (20 janvier 1900 – 18 novembre 1971), diplômé de la faculté de droit de Harvard, était avocat au barreau de New York de 1925 à 1958. Auteur et défenseur de l’environnement, il fonda en 1948, au côté de Fairfield Osborn, la Conservation Foundation qui préfigura le WWF créé en 1961. Aucun de ses ouvrages sur la protection de l’environnement, dont le premier date de 70 ans, ne semble avoir été traduit en Français.  Lire la suite…

Élections Européennes: une liste Décroissance!

Si nos médias commencent récemment à s’intéresser à la crise écologique c’est qu’elle est simplement devenue trop grave pour être ignorée. Il est donc temps pour eux de détourner les questions posées par la crise avant que trop de gens ne comprennent que les réponses qui y sont nécessaires doivent porter préjudice à ces médias: arrêt de la publicité, diminution des inégalités, décroissance des industries… Lire la suite…

L’utopie ?

« Vivre sans voiture, sans télé ? Mais c’est de l’utopie ! » « Consommer moins ! Et puis quoi encore ! Tu veux revenir en arrière ? Allez, sois raisonnable ! » « Arrête de rêver, tu ne peux pas changer le monde. » Lire la suite…

Gratuité versus capitalisme

Partant du constat que notre système d’allocation des ressources par le marché arrive à bout de souffle, le politologue de référence du courant de la décroissance et de l’écologie politique Paul Ariès propose dans son dernier ouvrage intitulé « Gratuité versus capitalisme » un modèle alternatif fondé sur la gratuité. Lire la suite…

Dégraissez le PIB pour sauver le climat! (3/4)

Puisqu’aujourd’hui, arrivé au bord du précipice climatique, tout le monde, même les milliardaires (sauf Trump) et leurs premiers de cordée, se déclare volontaire pour sauver la planète, qu’il nous soit permis d’émettre une proposition dans ce sens : sabrez le PIB pour sauver le climat. Lire la suite…

Aux origines de la décroissance

En juillet 2014, le journal La Décroissance publiait un dossier spécial intitulé « Géants d’hier, néant d’aujourd’hui. » En une, ce titre était illustré par des portraits de Simone Weil, Léon Tolstoï et George Orwell, opposés à ceux de Luc Ferry, Jacques Attali et Caroline Fourest. Les pensées de vingt-huit auteurs majeurs pour le mouvement d’idées auquel appartient le journal étaient présentées dans un cahier central stimulant qui invitait à (re)découvrir leurs œuvres et à s’y plonger. Ce numéro a fait date, à tel point qu’il s’est vite retrouvé épuisé. Quelque temps après, afin de donner une pérennité à ces textes forts appréciés, les éditions québécoises Écosociété ont sollicité La Décroissance pour les republier sous la forme d’un livre. L’échappée et Le Pas de côté, complices et déjà co-éditeurs de deux titres construits autour du journal, Vivre la simplicité volontaire et Le Progrès m’a tuer, se sont joints au projet… Lire la suite…