De Tokyo à Londres en passant par Paris : Faut-il supprimer la voiture ?

Christophe Boltanski pour Nouvel Obs (France)
Le 17-09-2007

La chasse à la bagnole est ouverte. La France, elle aussi, se convertit au transport  »doux ». Tram, vélos en libre-service, auto-partage… A l’approche des municipales, chaque maire défend son projet. Christophe Boltanski a enquêté sur ce nouvel idéal citadin qui risque aussi d’élargir le fossé entre centre et banlieue. Lire la suite…

Empaquetage de voiture

RÉSISTANCE À L’AGRESSION AUTOMOBILE
DÉFENDRE ET PROTÉGER L’ESPACE CYCLISTE

Il y a beaucoup à faire pour améliorer nos villes … Dans la série “pratiques militantes pour l’écologie au quotidien”, voici une action de défense et promotion du vélo en ville… Lire la suite…

L’automobile a-t-elle encore un avenir?

Plus de 1,5 euro le litre de super sans plomb ! L’été 2005 aura vu exploser les records de prix à la pompe. Le baril de pétrole franchissait, lundi 29 août, la barre symbolique des 70 dollars, et cette inflation ne semble pas connaître de limite. Alors que le gouvernement relance les bons vieux programmes d’économie d’énergie, les Français, eux, s’interrogent : avons-nous encore les moyens de rouler en voiture ? Lire la suite…

Les Bus-cyclistes

Un “bus cyclistes” est un convoi de cyclistes guidé par un “leader”, circulant sur un itinéraire comprenant des “stations” avec des horaires de passage. Le leader étant le garant du respect des horaires, chacun peut rejoindre le bus à la station convenant le mieux au déplacement envisagé. Lire la suite…

L’ozone issu de la pollution provoque aussi des crises cardiaques

GENÈVE – L’ozone issu de la pollution durant l’été tue non seulement en provoquant des insuffisances respiratoires, mais aussi des crises cardiaques. Les scientifiques commencent à comprendre comment ce gaz déploie ses effets néfastes à l’intérieur du corps. Lire la suite…

Le prix du temps

Extrait de l’ouvrage « Energie et équité« , d’Ivan Illich (1973)

La vitesse incontrôlée est coûteuse et de moins en moins de gens peuvent se l’offrir. Tout surcroît de vitesse d’un véhicule augmente son coût de propulsion, le prix des voies de circulation nécessaires et, ce qui est plus grave, la largeur de l’espace que son mouvement dévore. Dès qu’un certain seuil de consommation d’énergie est dépassé par les voyageurs les plus rapides, il se crée à l’échelle du monde entier une structure de classe de capitalistes de la vitesse. La valeur d’échange du temps reprend la première place, comme le montre le langage : on parle du temps dépensé, économisé, investi, gaspillé, mis à profit. A chacun la société colle une étiquette de prix qui indique sa valeur horaire : plus on va vite, plus l’écart des prix se creuse. Entre l’égalité des chances et la vitesse, il y a corrélation inverse. Lire la suite…