Le vélo, transport public ou propriété privée?

La LAURE (Loi sur l’Air et l’Utilisation Rationnelle de l’Energie) de 2000 oblige les villes de plus de 100.000 habitants à harmoniser les deux générations de plans de déplacements urbains (avant/après la LAURE) dans le but de « renforcer la compétitivité des différents modes de transports » par l’intermodalité notamment (horaires compatibles, etc.) et pour diminuer l’usage de la voiture en ville.

Qu’en ressort-il 5 ans plus tard? Si certaines communautés de communes ont effectivement harmonisé leurs Plans de Déplacements Urbains (PDU), aucune ne fixe d’indication quantifiable au regard de la baisse de l’usage de la voiture en ville.

Les modes de déplacements doux? Aucun PDU ne propose des mesures concrètes et efficaces d’incitation à l’usage du vélo. Hormis quelques vélos municipaux (Rennes, Lyon, etc.) disposés dans des endroits stratégiques, quelle est la place que les municipalités souhaitent accorder au vélo? Pourquoi ne pas faire des parcs de stationnement pour vélos qui seraient gardés par des emplois-jeunes par exemple?

Un article du Monde du 13 juillet 2005 voit le vélo comme un « transport individuel public » potentiel. Bonne idée, mais puisque la Cité semble trouver sa force dans l’individualisme, pourquoi ne pas inciter les personnes à acquérir leur propre vélo (en leur garantissant des espaces sécurisés tant sur la route que pour le stationnement) au lieu de leur louer des vélos-clones municipaux qui pèsent une tonne?

Sans pour autant critiquer ces premières initiatives de réhabilitation du vélo en ville, je ne pense pas qu’il faille voir le vélo comme un service public comme peut l’être le métro mais plus comme un mode de transport individuel comme l’est notre ennemi mais pourtant indispensable voiture! C’est « l’individualisation » que nous procure la voiture (sensation d’isolement, de distinction et de sécurité) qui nous plaît, pourquoi ne pas faire de même avec le vélo? Le tunning et le besoin de distinction sociale qui s’en dégage (grossièrement) ne peut-il pas être transposé au vélo? Après « Echappement Magazine », à quand un « Rayon Magazine » ou un « Pédale Magazine » (hum, reste à trouver un titre pertinent…)

Rendons le vélo hype et tendance et brisons l’image rétro qui reste depuis trop longtemps dans sa roue !!

Vanessa


Ramassage scolaire dans l’Etat du Rajhastan (Inde)

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.