Les agro-carburants : une fausse réponse au défi climatique

Les agro-carburants sont produits à partir de végétaux tels que l’huile de palme, la canne à sucre, le soja ou la betterave. En théorie, ils sont plus « propres » que le pétrole ou le diesel parce que la plante absorbe du dioxyde de carbone durant sa croissance. Certains y voient donc une réponse facile aux problèmes posés par le réchauffement climatique et la raréfaction des carburants fossiles. Se prononcer en faveur des agrocarburants permet de dire que l’on va faire quelque chose pour le climat sans devoir s’attaquer à la demande générale en énergie. C’est également un marché en développement dont certaines compagnies attendent des profits substantiels. Ainsi la compagnie pétrolière BP investit d’ores et déjà dans ce secteur en prévision du prochain choc pétrolier !

Mais les agro-carburants sont loin d’être la panacée qu’ils semblent être : ils peuvent même se révéler plus nocifs que bénéfiques pour le climat.

Pourquoi ? De vastes étendues de forêt tropicale sont défrichées pour y installer ces nouvelles cultures. Or ces forêts éliminent le CO2 de l’atmosphère et réduisent le changement climatique. Cette déforestation ­ souvent effectuée par la mise à feu est une source importante de pollution. Les méthodes de culture intensives utilisées pour produire les agro-carburants peuvent générer plus de gaz à effet de serre que leur utilisation n’en épargne.

Engrais et pesticides aggravent également la pollution de l’eau. Des espèces animales telles que les Orang-Outans sont menacées par l’extension incontrôlée de ces cultures qui se fait au détriment de leur milieu naturel. La main-mise de sociétés commerciales sur des terres agricoles contribue à fragiliser les communautés locales, qui sont chassées de leurs terres ancestrales et privées de leurs moyens de subsistance, et cela dans des conditions parfois très violentes. Cette atteinte aux droits des populations est autorisée par l’Etat dans des pays comme le Brésil ou la Malaisie.

Les paysans chassés de leur terre vont grossir le nombre des pauvres dans les villes, ou sont réduits à travailler pour un maigre salaire dans les plantations où les conditions de travail sont proches de l’esclavage.

agro-carburants.jpg

Enfin, la compétition entre cultures alimentaires et agrocarburants pour l’utilisation de la terre et de l’eau provoque une hausse des prix des denrées alimentaires de base. Des dizaines de millions de personnes souffrent de plus en plus de la faim parce que l’on détourne des denrées alimentaires de leur usage pour nourrir nos voitures !

Dans le cadre d’une Directive sur le développement des énergies renouvelables, l’Union européenne envisage de rendre obligatoire l’addition de 10% d’agrocarburants dans tous les carburants mis sur le marché européen d’ici 2020. Cet objectif ne peut être atteint sans augmenter encore les surfaces consacrées à ces cultures dans les pays en développement : au final, encore plus de personne déplacées et de vie sauvage et de biodiversité détruites pour une aggravation de la crise alimentaire mondiale !

Les Amis de la Terre ont lancé, en Europe, une campagne pour amener l’Union Européenne à revenir sur cet objectif destructeur pour les hommes et la planète.

Selon Adrian Bebb, responsable de cette campagne pour Friends of the Earth Europe :« les agrocarburants sont une fausse solution aux problèmes de climat et d’énergie. Utiliser des produits agricoles pour nourrir des voitures alors que des êtres humains souffrent de la faim est moralement indéfendable. L’Union Européenne doit abandonner cette voie et opter pour de vraies solutions telles que des véhicules plus propres et des mesures d’économie d’énergie dans tous les secteurs en Europe ».

Pour agir : http://www.foeeurope.org/agrofuels/…

Source : www.amisdelaterre.be

Steve

A propos de Steve

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste du pic pétrolier et des questions d'étalement urbain et de consommation d'espace.

5 commentaires sur “Les agro-carburants : une fausse réponse au défi climatique

  1. K_az

    ça va éttoner, mais j’suis entièrement d’accord avec cette article llol
    y’a juste un truc qui me titille ( faut bien ) : « ils peuvent même se révéler plus nocifs que bénéfiques pour le climat. » Je pense qq’il faut s’avouer une bonne fois pour toute que quoique fasse l’être humain, rien se sera jamais  » bénéfique  » à l’environnement. Pour parler bêtement, la seul chose de bénéfique qu’on pourrai organiser est un suicide collectif…

  2. CarFree

    c’est sûr qu’avec ce raisonnement, on peut y aller gaiement vers la surconsommation, la gaspillage, les 4×4, les trajets en voiture pour acheter son pain à 500 mètres… je comprend mieux votre point de vue!

  3. K_az

    Faut pas dire aux gens ce qu’il ne disent pas! C’est pas propre! lol
    J’ai horreur des 4×4 en ville, dès que j’en vois un j’ai envie de le bruler ou ficeler la bouche de son proprétaire au pot d’échappement lol
    J’ai jamais pris ma bagnole pour aller acheter le pain à 500 mètre de chez moi…
    Et c’est pas un  » raisonnement « , c’est une évidence. Tu contrôlera jamais le comportement de 7 milliard d’être humain!

  4. CarFree

    je ne sais pas si c’est une « évidence »… Selon moi, le suicide collectif, c’est ce qu’on est en train de faire à l’échelle de la planète…

  5. Philippe Schwoerer

    C’est aussi ce que je ressens, l’impression d’être embarqué, impuissant, dans un Titanic dont les matelots en poste ne savent pas prendre les bonnes décisions.

Les commentaires sont clos.