Oublie la bagnole

Le pire, à propos de la crise, serait bien le retour de la « bagnole ».

Au lieu de saisir cette historique et hystérique chance de s’en débarasser, au moins un peu, de la considérer avec des pincettes (oui je sais ce n’est pas sympa-sympa pour les travailleurs du secteur mais pardon c’est un peu plus compliqué que cela…) et de construire un autre rapport à l’espace et à l’objet…

Au lieu de tirer les leçons de cette première déflagration des géographies et raretés des « ressources » : main d’oeuvre esclave en Asie, acier, pétrole (la crise financière constituant le produit de la plus vaste intox financière de tous les temps pour masquer que les Etats-Unis ne sont plus le parfait empire des usines et ne le seront plus jamais).

Au lieu de changer, par trouille reproduire les anciens modèles économiques (gaspillage, consommation, pseudo-croissance), dont on croit connaître l’efficacité, balayant les tensions des marchés et des sociétés accrues en vue de la prochaine explosion (crise sociale en Asie ?)

Source: http://lecomplotdespapillons.blogspot.com

AutoMinus

A propos de AutoMinus

Rédacteur de Carfree France, spécialiste des questions psychologiques de l'automobile, en particulier concernant le 4x4, les courses de formule bourrin, le paris-dakar, les courses de quad, la moto et toutes les conneries motorisées qui polluent la vie

6 commentaires sur “Oublie la bagnole

  1. Philippe Schwoerer

    C’est vrai qu’il y a beaucoup de monde qui travaille dans les usines de construction automobile. L’histoire nous laisse des traces de conversions d’entreprises à la volée quand la situation l’exige. Je pense en particulier aux usines automobiles qui, lors de la première guerre mondiale, se sont mises à produire des obus.

    Aujourd’hui, avec les problèmes écologiques que nous rencontrons, ne serait-il pas envisageable de faire migrer les entreprises du secteur automobile dans la production de panneaux solaires par exemple. Il me semble que la priorité est tout de même là !

    Qu’en pensez vous, vous qui me lisez ?

  2. CarFree

    Bien d’accord avec toi Philippe! LE problème, c’est qu’on choisit toujours la facilité, c’est-à-dire maintenir le système actuel à bout de bras et à coup de subventions publiques massives si nécessaire, plutôt qu’envisager une réelle reconversion de masse de l’industrie automobile… Il suffit de voir le désastre économique et surtout humain de la sidérurgie dans les années 80: on a claqué des dizaines de milliards d’argent public pour soi-disant soutenir l’emploi, tout cela pour finir par fermer tous les hauts-fourneaux et délocaliser la production, faisant au passage des dizaines de milliers de chômeurs…
    Une reconversion massive de l’emploi vers les technologies environnementales suppose à la fois une vision politique, des moyens financiers, de la formation et de la reconversion, un système fiscal adapté… et surtout du courage politique!

  3. melissa19550

    Il nous faudrait plus d’argent. Le hic c’est où on le trouve? Ensuite, le truc magnifique ce serait qu’on trouve une alternative à l’automobile. Quoi, j’en sais rien. L’État récupère énormément de taxes sur les automobiles, voilà pourquoi se débarrasser de l’automobile ne fera jamais partis de leurs moindres problèmes. C’est dommage, quand on sait comment l’automobile est née…

  4. melissa19550

    Et l’argent on le trouve où? C’est bien jolie de dire, mais j’aimerai savoir ou est ce qu’on va bien pouvoir dénicher l’argent nécessaire alors qu’on à même pas de quoi payer le remplaçant du RMI.

  5. melissa19550

    Et largent? On le trouve où? On a meme pas de quoi payer le remplacant du RMI, j’ose meme imaginer si on appliquait sa. J’aurai aimer avoir des précisions sur ce point.

  6. CarFree

    « L’État récupère énormément de taxes sur les automobiles, voilà pourquoi se débarrasser de l’automobile ne fera jamais partis de leurs moindres problèmes »

    C’est faux, si on fait le bilan entre ce que rapporte l’automobile à la société (taxes, péages, impots, etc.) et ce qu’elle coûte (infrastructures, pollution, bruit, accidents de la route, etc.), la bilan est en défaveur de l’automobile qui apparaît bien comme un coût global supporté par la société… Plus d’infos ici:
    http://carfree.fr/index.php/2008/07/21/l%E2%80%99automobiliste-est-il-la-vache-a-lait-de-l%E2%80%99etat/

    Pour le reste, l’argent existe bel et bien, regardez simplement les crédits alloués à la finance et aux banques, et plus récemment, le plan massif de refinancement de l’industrie automoible… c’est comme pour la sidérurgie dans les années 80, on va injecter des dizaines de milliards d’argent public soi disant pour sauver l’emploi, et je suis prêt à parier que dans 10 ou 20 ans, quasiment plus une seule voiture ne sera produite en France… Comme pour la sidérurgie, la quasi-totalité de la production sera réalisée dans des pays comme la Chine, l’Inde ou la Malaisie…

Les commentaires sont clos.