Pour un grand pôle public unifié de l’automobile

Le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) dénonce la situation des salariés de l’automobile et propose des solutions « afin de mettre sur pied une filière cohérente depuis les matières premières jusqu’aux produits finis ».

« Au moment où les salariés sont en chômage technique et menacés de licenciements, les bénéfices sont inchangés, voire progressent et les actionnaires, eux, ne connaissent pas de difficultés. Le plan de relance de Sarkozy va même injecter des fonds dans cette branche industrielle qui va en fait alimenter les profits des actionnaires. Il faut inverser cette logique » explique le collectif.

D’autre part le parti suggère que « les jours de chômage technique soient payés à 100 % et que les licenciements interdits. Le patronat (dont les grands groupes automobiles et les pétroliers qui ont fait ces derniers mois des bénéfices faramineux) doit solidairement verser à un fonds qui garantirait le financement de ces mesures. Pour ça, il faut la transparence donc lever le secret bancaire, commercial et industriel, instaurer un droit de regard sur les comptes des entreprises ».

Le NPA propose également « de créer un grand pôle public unifié de l’automobile, sous contrôle des salariés et de leurs syndicats, des usagers, en expropriant sans indemnité, les constructeurs, les équipementiers et sous traitants qui devraient être mis en régie publique ou repris sous forme de coopératives ».

Et de conclure « Par ces moyens, non seulement on garantirait l’emploi mais, en plus, on réunirait les conditions nécessaires pour préserver l’environnement avec l’objectif de promouvoir la sobriété énergétique des véhicules et la diminution drastique des gaz à effet de serre qui proviennent en très grande partie de la circulation automobile. Il faut développer les transports en commun, le covoiturage, mais aussi le ferroutage. La recherche doit être orientée vers des véhicules « propres » et économes. Et cela ne peut voir le jour que dans un cadre public, sous contrôle des salariés, sans recherche d’un profit à court terme ».

Source: www.lcrfranchecomte.org

Auto-Critique

A propos de Auto-Critique

Actualité des luttes dans l'industrie automobile à l'initiative du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)

5 commentaires sur “Pour un grand pôle public unifié de l’automobile

  1. serge

    je suis sidéré de lire les propos du NPA qui dénotent une méconnaisance totale de l’économie et des entreprises, et de nombreuses contre-vérités :
    1/ les bénéfices des constructeurs automobiles ne progressent pas; ils seront en forte baisse sur 2009 et 2009
    2/ comment peut-on affirmer que les actionnaires ne connaissent pas de difficultés alors que le cours des actions s’est effondré et que les dividendes seront en forte baisse voire supprimés
    3/ avec des entreprises entre les mains des salariés et des syndicats, qui investira les fonds nécessaires à la recherche ? le facteur peut-être ?

    Les problèmes économiques actuels ne sont pas dus au capitalisme, comme ont intérêt à le laisser croire les syndicats gauchistes et les journalistes. Les problèmes viennent de l’imbrication des poilitiques, des financiers et des énarques à la tête des grandes entreprises, et aussi du gavage des syndicats aux fonds publics.

    Un grand pole automobile public ne résoudra rien. L’Etat et les sysndicats ont montré, de tous temps, leur incapacité à gérer des entreprises. Que l’Etat s’occupe de l’éducation – en ruine depuis 68 – et que les syndicats prennent soin des ouvriers – des vrais ouvriers du privé – pas des privilégiés de la fonction publique.

    Quant aux entreprises, laissez-les vivre leur vie sans ingérance mais sans aide financière non plus; quand elle sont en difficulté, laissez-les couler … c’est ça le capitalisme vivant !

  2. CarFree

    je suis sidéré de mon côté par un tel charabia néo-libéral qui résulte de dizaines d’années de matraquage idéologique… A trop lire les Echos, La Tribune et le Figaro sans doute…
    Les bénéfices des constructeurs seront en baisse sur 2009 et 2009? On y est pas encore, aussi merci de ne pas jouer les Madames Soleil… Pour ce qui concerne 2008, les résultats définitifs ne sont pas encore connus, et pour ce qui concerne les constructeurs français, ils risquent bien d’être… positifs! Car une baisse des bénéfices reste malgré tout un bénéfice pour l’entreprise et ses actionnaires. Quant aux années précédentes, les bénéfices étaient largement au rendez-vous, à titre d’exemple, environ 1 milliard d’euros par an pour le seul PSA.
    Quand vous êtes actionnaire, c’est que vous avez déjà en général assez d’argent pour aller en jouer quelques millions à la bourse… Alors, si les actionnaires gagnent un peu moins une année par rapport aux autres, on ne va pas pleurer…
    Enfin, qui dit pôle public de l’automobile, dit financements publics, y compris pour ce qui concerne la recherche…
    Pour le reste, votre discours est pitoyable de mauvaise foi et dégoulinant d’idéologie ultra-libérale… « gavage des syndicats aux fonds publics », « privilégiés de la fonction publique », etc.
    Je vous souhaite d’avoir un grave accident de la route afin de prendre conscience de la performance de notre système public de soins (prise en charge, sécu, personnels qui s’occuperont de vous, vous savez les « privilégiés de la fonction publique » dont vous parlez…). Comparez la situation avec d’autres pays et expliquez-nous, par exemple, pourquoi de si nombreux britanniques viennent se faire soigner en France…
    Quant à l’Education, si elle n’est pas en ruine (une contre-vérité), elle subit les attaques successives de tous les gouvernements de droite qui se sont succédés en France depuis 1968 et qui, eux, ont mené le pays à la ruine actuelle…
    Sinon, j’adore votre couplet sur le « capitalisme vivant », il prouve tout simplement que le capitalisme est condamné à mourir! Car si l’Etat n’allait pas la rescousse des banques en quasi-faillite ou des constructeurs automobile (à leur demande, il faut le rappeler!), il n’existerait pas votre capitalisme vivant, le système s’effondrerait de lui-même… Ce pseudo-capitalisme est soutenu à bout de bras par la puissance publique, c’est-à-dire avec notre argent, celui des impôts.
    Et je ne vois pas pourquoi nous devons financer un système qui détruit l’environnement, qui détruit l’emploi (en délocalisant massivement) et qui engraisse une poignée de privilégiés au détriment d’une masse toujours plus grande de laissés pour compte…

  3. Sandro Minimo

    Mouais, j’ai beaucoup de sympathie pour eux mais ces communiqués du NPA sur l’automobile ne sont pas vraiment géniaux d’un point de vue « carfree ». Le dernier paragraphe est pas mal, mais il y a encore des efforts à faire dans la cohérence logique.

    Rendons nous à l’évidence : développer VRAIMENT les transports publics et le covoiturage implique de réduire DRASTIQUEMENT le nombre de voitures en circulation. Cela implique donc un quasi-démantèlement de l’industrie automobile actuelle. Besancenot en est encore à parler de « continuer la production » lorsqu’il va défendre les salariés dans les usines Renault.

    Je pense qu’ils seraient vraiment plus crédibles s’ils appelaient à une reconversion massive des travailleurs du secteur dans la fabrication de trains et dans d’autres domaines (isolation des bâtiments, etc). Un grand « pôle public » de l’automobile, ce serait chouette, mais si c’est pour fabriquer toujours autant de bagnoles qu’aujourd’hui : non merci.

    Je préfère encore laisser l’industrie actuelle s’écrouler et exiger de l’Etat qu’il paie des formations aux travailleurs du secteur. Mais malheureusement, le NPA s’adresse aussi beaucoup à des gens très attachés à leur bagnole en même temps qu’à des écologistes radicaux… difficile de ménager la chèvre et le chou!

  4. CarFree

    oui je pense aussi qu’ils naviguent entre leurs contradictions… alors que des solutions existent:
    http://carfree.fr/index.php/2008/12/15/pour-un-new-deal-des-transports-publics/
    et l’actualité récente nous montre que tout ceci n’est pas une utopie, dans le cadre du plan de relance sarkozien, la SNCF va embaucher en 2009 et 2010 des chômeurs de l’industrie automobile… pour en faire des cheminots moyennant reconversion et formation. J’essaye d’en faire un article aujourd’hui ou demain.

  5. CarFree

    au passage, Sandro, que deviens ton excellent blog qui, si je ne m’abuse, n’est plus trop mis à jour ces derniers temps?

Les commentaires sont clos.