Circuler à vélo : des aménagements et une culture cycliste à construire

La défense des droits du vélo est souvent « un problème de Parisien » dixit la population, ou les défenseurs du tout-voiture. En est-on aussi sûr? Pour exemple, Valenciennes, « petite ville » de 43 000 habitants, dont J-L.Borloo fût maire de 1989 à 2001, s’est récemment équipée d’un tramway et a réellement fait renaître son centre ville en quelques années. Elle s’attaque aujourd’hui au développement du vélo en ville et en périphérie, car dans cette ville, les pouvoirs publics ont compris toute l’importance des aménagements de voirie et de la « culture cycliste à construire » pour obtenir des résultats.

Le journal La Voix du Nord en parle : http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Valenciennes/actualite/Valenciennes/2009/03/21/article_circuler-a-velo-des-amenagements-et-une.shtml

A propos de Pim

Co-administrateur et traducteur pour Carfree France

26 commentaires sur “Circuler à vélo : des aménagements et une culture cycliste à construire

  1. veloce

    euh! il est pas un peu bizarre le panneau de la photo?
    Pourquoi le metre de sécurité démarre au milieu de la voiture?

  2. martoni

    c’est sur que de mettre le panneau dans le sens inverse de la circulation des voitures va arranger le problème !

    C’est bien connu que les conducteurs tournent toujours la tête dès qu’il voient l’arrière d’un panneau de signalisation 😉

  3. LomoberetLomoberet

    La culture cycliste est à construire !

    de A à ZZZZZ
    Hier, 17 h 40, je me rends au centre ville à vélo, en prenant ma place sur la chaussée comme il se doit et je vois …
    Un adulte, bien plus jeune que moi, plus grand et plus fort, se déplacer à vélo sur un trottoir pas très large et s’arrêter comme un presque coupable à hauteur d’un passage pour piétons car il avait l’intention de rejoindre le trottoir de l’autre côté !
    Je me suis arrêté – pleine rue comme un camion de livraison – et je lui ai fait la morale !
    Notre place est sur la rue … , devant les voitures …, à la place des voitures .. et non à la place des piétons qui ont déjà bien du mal à zigzager entre les crottes de chien, les poubelles et les bagnoles des connards garés sur les crottoirs !
    Les abrutis motorisés derrière moi n’ont même pas klaxonné (trop occupés avec leurs portables ?)
    Un tel comportement, si il est toléré par les forces publiques, est une insulte à la dignité des autres cyclistes, et un recul de la notion d’égalité fraternité et tout le boudin de notre belle république ! sans compter la mise en danger des piétons !
    Les cyclistes ne sont pas les parias de la circulation, Ils sont un des éléments des déplacements du futur et il est urgent qu’ils prennent conscience que tous les comportements déviants (je roule sur le trottoir, je m’arrête même quand j’ai la priorité) retardent la prise de conscience néccessaire de la société des gras du bide motorisés et mettent en danger les quelques cyclistes qui utilisent leur vélo de manière rationelle !

  4. LomoberetLomoberet

    Les panneaux RAB !
    l’essentiel, pour le cycliste urbain :
    a) ne pas se faire tuer
    b) ne pas se les geler, ou se faire tremper éternellement derrière les abrutis motorisés
    c) ne pas respirer les cochonneries de merde des pots d’échapement des gras du bide
    d) ne pas se faire tuer !!!!

  5. LomoberetLomoberet

    RAB ça veur dire rien à branler !

    face à des abrutis motorisés accrochés à leur portables !
    face à des crétins à moteur à 54,9 km/h (parceque à 55 y pourraient être verbalisés
    face (derrière) des salopards sans clignotants parce que ça les fatigue de prévenir les autres
    face (derrière) des andouilles sans rétroviseurs parce que on verra bien après qui j’ai tué

    si tu t’occupes du « pseudo code de la route », tu ne vivras pas longtemps !

    Il vaut mieux SURVIVRE en infraction que mourrir dans son bon droit !

  6. Eric J

    Pendant longtemps j’ai dù rouler sur les trottoirs (prudemment) pour éviter que mes enfants, eux aussi à vélo, ne se fassent écraser par les voitures qui sortent du parking en épis à reculon. Le policier municipal m’a plusieurs fois obligé à poser pied à terre car chez moi le trottoir est interdit pour les cyclistes adultes, même accompagnant les enfants à vélo sur le chemin de l’école. De façon générale dans ma commune on ne fait pas grand chose pour encourager la pratique du vélo. Il m’en faudra + pour me faire y renoncer !

  7. Sil

    Non il ne faut pas renoncer. Je vois avec un immense plaisir que le nombre de personnes utilisant toute sorte de moyens à mobilité humaine pour se déplacer est en augmentation dans ma ville! Skaters, cyclistes, trotinett-istes ré-investissent la rue. Il faut que les automibilstes dans leur gros tas de féraille en viennent à se poser la question de la légitimité de leur monopole sur les voies publiques, même s’il faut du temps pour que l’idée atteigne leur cerveau formaté!
    Faire partie d’une association de défense des droits des cyclistes s’il y en a dans sa région peut-être aussi une bonne idée pour ne pas avoir à lutter seul.

  8. URB

    « même s’il faut du temps pour que l’idée atteigne leur cerveau formaté! »
    Mais pourquoi tout de suite des insultes ?

    Attention vous allez risquer de paraître pour des extrémistes.
    Vous êtes dans la caricature… et finissez par vous discréditer.

    Allons allons un peu de sérieux.

    Sinon, juste pour dire, oui il faut des aménagements pour les moyens de locomotion plus « doux ».
    D’ailleurs, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais dans de nombreuses villes c’est le cas ou c’est en cours.
    Par exemple du côté de chez moi, un projet de piste cyclable est en cours. Je ne parle pas d’une petite piste cyclable de quelques rues ou avenue, mais une piste qui va faire une distance d’environ 70 km, c’est surement rien.

    Il ne faut pas faire n’importe quoi non plus pour valoriser l’utilisation du vélo (par exemple).
    Il faut respecter les règles, sinon vous ne ferez pas mieux que ceux que vous critiquez.
    Donc pour le coup de ERIC J, c’est clair que c’est dommage en tant qu’adulte de ne pas pouvoir rouler avec ces enfants sur les trottoirs (au fait pourquoi ne pas rouler à côté du trottoir, vu que si trottoir = souvent route), mais si tout les cyclistes adultes pouvaient le faire, il resterait quelle place pour les piétons ?

    Et oui malheureusement il n’y a pas que les automobilistes et autres utilisateurs de véhicules motorisés ne sont pas les seuls « sauvages ».
    Vous laissez tous les cyclistes rouler sur les trottoirs et là ils deviendraient très vite de pur « sauvage » pour les piétons.

    Vous mettez un cycliste sur une piste cyclable sur trottoir limité à 10km/h et ça commence à râler sur cette limitation de vitesse.
    Cela ne vous rappelle rien ?

    Pourquoi je dis ça ? Une source ?
    Je vous laisse chercher un peu sur un forum de vélo pour aller au boulot, un sujet du côté de la Côte d’Azur.

  9. Eric J

    « ils deviendraient très vite de pur “sauvage” pour les piétons. »

    Je ne suis pas d’accord. Même le cycliste le plus inconscient ( ce que je ne suis pas) restera moins dangereux pour les piétons que n’importe quelle moto ou voiture envers les cyclistes.

    Autre chose: SIL a raison de parler du « cerveau formaté » des automobilistes, du moins s’il sous-entend « la majorité des automobilistes ». Nous avons tous grandi dans un décor dont la voiture et les infrastructures qui lui sont dédiées constituent un élément dominant. De plus, ce moyen de transport est sans cesse valorisé par les messages publicitaires des fabriquants, la presse sportive, le cinéma etc…Ce conditionnement, ce formatage fait qu’aujourd’hui peu d’entre nous sont capables de concevoir un monde sans voiture; à leur échelle individuelle la plupart des gens à qui je pose la question ne s’imagine pas une seconde accepter de s’en passer dans leur vie quotidienne.

    Cela dit je reconnais que certains commentaires lus sur ce site manquent un peu de modération dans le ton qui est employé, même si je partage les sentiments qui les motivent.

  10. URB

    Le cycliste est certes moins dangereux par rapport à la voiture, la moto est autre, mais il reste une personne comme une autre.

    Si tu met les cyclistes sur les trottoirs, sans un espace dédié, cela va vite être très difficile pour les piétons et certains cyclistes deviendront vite « des sauvages » pour les piétons.

    Parce que, quoi qu’on dise, si les gens prennent les vélos, c’est en partie pour aller plus vite que les piétons, tout comme les voitures par rapport au transport en commun, les motos par rapport aux voitures.
    Sinon pourquoi prendre un vélo ? Surtout pour aller travailler, pourquoi ne pas y aller à pied ?

    Donc au bout d’un moment, quand certains cyclistes auront pris l’habitude de bien circuler avec leur vélo, ils prendront de l’assurance, se permettront de dépasser les piétons à droite ou à gauche, parce qu’il ne faut pas rêver, le vélo ce n’est pas pour rester derrière les piétons.

    Quand je parle de « sauvage » ce n’est pas forcément des gens qui écrasent les autres, heureusement, car vu ce que certains pensent des automobilistes et utilisateurs de véhicule motorisé, on aurait beaucoup plus de décès qu’à l’heure actuelle.

    Et je veux juste dire, qu’en 15 ans de permis voiture, en 5 ans de permis moto, je n’ai jamais écrasé quelqu’un et ce n’est pas mon but.

    Après pour le coup des commentaires sur les insultes, caricature, etc… c’était juste une petite dédicace.

    Mais même en prenant cela légèrement, ça ne doit aller que dans un sens ce qui est un peu regrettable.

    (Allez une petite impression écran en attendant la publication de ma réponse)

  11. Sil

    on a déjà dit à maintes reprises sur ce site pourquoi il est absurde que les cyclistes soient tenus de respecter un code -de la route- qui leur est étranger, c-à-d qui est fait par et POUR des automobilistes. Mais apparemmment ça ne rentre pas, alors je ré-explique:
    Ce code est fait pour contrer la dangerosité de grosses masses de 1,5T et plus qui se déplacent à des vitesses -minimale- de 30 km et bien plus, susceptibles de causer des dommages corporels graves et même de tuer. De plus ces grosses masses ont 4 roues et occupent beaucoup d’espace (comparé au vélo) au sol ce qui fait que leur déplacement dans des voies de circulations urbaines est auto-entravé du fait de leur densité. Donc il faut des feux, des stops des ronds-points, etc,,, pour réguler tout ça. Bien souvent les cyclistes font la douloureuse expérience du respect du ‘code’ (je l’ai fait). Le signaux de circulations n’ont pas toujours existé et n’ont pas été créés par une volonté divine immuable: ils sont bien nés EN REPONSE à l’absurdité totale de la circulation automobile en ville. Essaie seulement de pousser ton imagination (dans ton cerveau, urb) et d’entrevoir une ville sans bagnoles : ben oui, plus besoin de mesures contraignantes pour réguler la circulation!

  12. URB

    Donc si je suis ton raisonnement, le code de la route n’est pas fait non plus pour les motos et scooter (ben oui ils n’ont pas 4 roues), donc je suggère que les motos et scooters soient mis au même titre que les vélos, à savoir tous sur les trottoirs, le pied.
    Ah mais non c’est vrai, ils sont dans le code de la route, tiens comme le vélo d’ailleurs 🙂

    Ne t’inquiète pas pour mon imagination (et mon cerveau, il fonctionne bien, contrairement à d’autre).
    Mais dans quelle mesure tu l’imagine ?
    1) Garder les structures actuelle et avoir les piétons sur les trottoirs et les cyclistes sur la route ?
    2) Virer toutes les structures pour n’avoir qu’un seul espace que ce partageraient les piétons, les cyclistes, squatter, roller ?

    Si c’est la 1) alors c’est sur il n’y aura pas de soucis, et encore u piéton trouveras toujours le moyen de se faire renverser par un cycliste qui roulera quand même trop vite (et oui ça peu rouler vite un cycliste, surtout quand il n’y aurait plus la contrainte des voitures)

    Si c’est la 2), ben ce serait en gros ce que j’ai dis, avec plus de monde c’est tout, des cyclistes qui iraient à droite à gauche à zigzaguer entre les piétons.

    Vas y essaye toi aussi d’imaginer les deux situations, je sais que tu peux le faire.

    Le tout voiture ce n’est pas le top, c’est clair.
    Le tout piéton non plus, du moins à l’heure actuelle, car malheureusement les gens doivent se déplacer sur des distances plus grandes qu’avant, pour diverses raisons (économique etc…) et c’est surtout là que ce pose le problème.

    Circuler pour les cyclistes en ville, certes ce n’est pas toujours rose, mais c’est surtout dans les croisements, mais comme je l’ai déjà dit, les structures sont en train d’évoluer, en autre par le développement des pistes cyclables.

    C’est sur que griller les feux rouges, les stops ce n’est pas dangereux (MDR)
    Tiens au fait, quel est le gros point faible des vélos ?
    Tu ne trouve pas ?
    Attends je t’aide :
    Leur accélération.
    Pourquoi à chaque croisement avec feux, on aurait pas des doubles feux ?
    Je m’explique, un feu supplémentaire pour les cyclistes qui serait décalé par rapport au feux pour les autres, il passerait au vert avant celui des automobilistes pour permettre aux cyclistes de démarrer et de prendre un peu de vitesse pour s’insérer dans le croisement.

    Ce ne serait pas impossible à faire.

    Mais bon, c’est tellement plus simple de pénaliser aveuglement tous les autres usagers.

    (Allez une petite impression écran en attendant la publication de ma réponse)

  13. Eric J

    La stricte soumission (principe appliqué par un nombre important de communes et policiers nationaux) du cycliste au code de la route (conçu essentiellement, tu as raison, pour les engins motorisés) fait perdre de l’intérêt au vélo en tant que moyen de transport alternatif. Je pense surtout aux stops et feux de circulation qui ralentissent considérablement le déplacement du cycliste, agravant ce qui constitue une des grandes faiblesses du vélo par rapport aux engins motorisés, du moins au delà d’une certaine distance, à savoir la vitesse. Donc nous imposer l’intégralité du code c’est décourager la pratique du vélo. Et cela je ne l’accepte pas.

    Mais je ne pense pas pour autant qu’il faille affranchir les cyclistes de toute règle. Seules quelques utopistes irréfléchis croient en un monde sans règles (et c’est un brûleur assidu de feux rouges qui vous parle). Il conviendrait simplement d’adapter la règlementation aux moyens de transport « doux ». Bref il nous faut assurer la sécurité de tous sans contraintes exessives. Une proposition concrète me vient tout de suite à l’esprit: décréter que pour les cyclistes de plus de 16 ans (ou majeur par ex) le feux rouge et le panneau « stop » soient assimilables au panneau « laissez la priorité ». Cette mesure serait naturellement étendu aux feux de circulation des piétons.

  14. AntivoituresVélove

    Le code de la route comme son nom l’indique est essentiellement destiné à … la route! Il manque en France un véritable « code de la rue » qui prenne en compte la nécessaire priorité des piétons et des vélos en ville… D’ici là, le vélo n’a pas à appliquer des règles qui ne sont pas pensées pour lui et qui le mettent en danger. En ville, ce qui compte, ce n’est pas d’être en règle avec le code de la route, c’est de rester vivant…
    Sinon, désolé pour les motardeux, mais une expérience récente des frères Neistat a pu montrer que le vélo était plus rapide que la moto en ville! Alors, être obligé de faire un max de bruit, de mettre de l’essence et de polluer un max pour en arriver à ce piètre résultat, c’était pas la peine… Je conseille d’urgence à tous les motards de se mettre au vélo!
    http://carfree.fr/index.php/2009/04/12/yaourt-contre-essence/

  15. Sil

    [Une remarque à propos de ton style, urb: il faut d’arrêter de prendre les phrases hors contexte et de généraliser ,c’est une tactique sur utilisée par qui veut avoir toujours raison, mais ça ne fait pas avancer le schmilblick].

    J’observe, c’est tout. J’observe qu’en tant que cycliste respectant scrupuleusement le code de la route – que je connais, car j’ai été aussi automobiliste, comme quoi le monde n’est pas tout noir ou tout blanc – j’observe que j’ai été plusieurs fois serré contre des murets ou dans des ronds points, par des automobilistes qui me dépassaient… et que parfois ils ne m’avaient même pas remarqué!! c’est comme ça que t’apprends, cela ne sert à rien de théoriser.

    Quant aux feux décalés – d’abord cyclistes, puis automobilistes – c’est pas une grande découverte, ça existe déjà dans certaines villes et l’idée fait son chemin (mais pfff, c’est long)

  16. Sil

    @ Eric J: A Bâle, en Suisse, une ville à l’avant-garde en terme de circulation cycliste, il y a même des feux qui détectent les cyclistes! pour justement éviter ce ralentissement de leur déplacement. Me demande pas comment ça marche, je crois que je vais faire un tour sur place à l’occasion, pour me rendre compte.

  17. URB

    Donc le code de la route ce n’est que pour la route.

    Alors le soucis c’est de savoir où commence et se termine la route.
    Apparemment pour vous la rue et la ville ne fait pas partie de la route.
    Pratique quand même, en gros c’est où ça vous arrange.

    Pour moi la route, c’est tout simplement tous les espaces ou l’on peux circuler, tout moyen de transport confondu. Que je sois en voiture, en moto ou en vélo.

    « En ville, ce qui compte, ce n’est pas d’être en règle avec le code de la route, c’est de rester vivant… »
    Mais c’est relativement intéressant comme façon de penser, donc si j’estime que je dois rouler plus vite pour ma sécurité, que je dois griller des priorités pour ma sécurité, rouler les trottoirs pour ma sécurité, je peux le faire.
    Après si j’ai des démêlés avec les forces de l’ordre je citerais simplement les grands esprits qui se trouvent ici.
    Mais je ne suis pas sur que ça marche.

    Pour le coup des croisements et des feux, d’un côté vous faites ce que vous voulez, mai bon si jamais vous vous faites renverser par un usager à qui vous coupez la priorité, faut pas venir se plaindre.
    Mais si vous être sur un croisement vraiment difficile, pourquoi ne pas utiliser les passages piétons (vélo à coté de vous bien sur) pour passer ce croisement dangereux.
    Mais peut être que ça ferait perdre trop de temps.

    « Je pense surtout aux stops et feux de circulation qui ralentissent considérablement le déplacement du cycliste, aggravant ce qui constitue une des grandes faiblesses du vélo par rapport aux engins motorisés, du moins au delà d’une certaine distance, à savoir la vitesse. »
    Tiens ça montre que la seule chose qui intéresse c’est seulement de rouler vite, tout usager confondu.

    Perso quand je fais du vélo, je respecte le code la route, mais peut être parce que je le connais (repassé en 2004 pour le permis moto) alors que d’autre ne le connaissent pas mais le critique.

    Ensuite pour le fabuleux article « yaourt contre essence », c’est un peu facile, car je ne pense pas que la situation de la ville (piste cyclable aux abords de la ville et donc pas soumis au traffic) n’est pas le cas pour toute les villes du monde.

    Par exemple, tu prends ma ville, le trajet entre chez moi et mon boulot, que ce soit en moto ou en voiture, ben tu arrive bien avant le vélo.

    Mais ce n’est qu’un détail pour vous et votre bonne foi.

    (Allez une petite impression écran en attendant la publication de ma réponse)

  18. URB

    @SIL :
    « il faut d’arrêter de prendre les phrases hors contexte et de généraliser »
    Ha bon je fais ça ? si c’est vraiment le cas, j’en suis désolé mais bon on fait toujours à peu comme tout le monde, ce sont un peu les uses et coutumes.

    Malheureusement pour le fait d’être bien vu ce n’est pas toujours évident pour tous, surtout les 2 roues (quelqu’il soit).
    Le plus facile de remarquer les autres c’est d’être les autres.
    Ce que je veux dire, c’est que pour les automobilistes deviennent plus attentif aux motos ou aux vélos il faudrait qu’ils fassent eux aussi de la motos et du vélo.
    Quoi de mieux pour comprendre le comportement des autres que de faire comme eux.

    « Quant aux feux décalés – d’abord cyclistes, puis automobilistes – c’est pas une grande découverte, ça existe déjà dans certaines villes et l’idée fait son chemin (mais pfff, c’est long) »
    C’est vrai, ça existe ? Où ça ?
    En tout cas c’est bien, mais c’est clair que c’est long à mettre en place.
    Entre les périodes de test ensuite la volonté de la faire, le temps de voter les budgets pour la mise en place etc…

    « C’est comme ça que t’apprends, cela ne sert à rien de théoriser. »
    Je suis d’accord avec toi et j’ai la chance (ou malchance) d’être ou d’avoir été dans chaque groupe d’usager (sauf camionneur) et de connaître les défauts, avantages et dérives de chacun.

    (Allez une petite impression écran en attendant la publication de ma réponse)

  19. AntivoituresVélove

    @URB qui ne connaît pas la différence entre la route et la rue… et qui ne connaît donc pas le code de la route: En milieu urbain, c’est-à-dire en agglomération au sens du code de la route, on a affaire à une limitation générale de la circulation de 50km/h sur les rues, sauf cas particuliers (rocades, autoroutes, etc.).
    Sinon pour le respect du code de la route, ne t’amuses pas à faire des comparaisons entre le vélo et la voiture ou le vélo et la moto: un cycliste n’a jamais tué personne, ce qui n’est pas le cas des automobilistes ou des motocrottes…

  20. URB

    @VELOVE
    Ha bon je ne connais pas le code de la route, c’est nouveau ça.
    J’aime bien juste la précision sur le fait qu’en milieu urbain, au sens du code de la route, on a affaire à une limitation générale de la circulation de 50km/h.
    Il est où le rapport ?

    Le Code de la Route se limite juste à des limitations de vitesses ?
    On comprend mieux le comportement de certains sur la ROUTE.
    Les limitations de vitesse font PARTIE du Code de la Route et ne sont pas le Code de la Route.
    Il y a tout un ensemble de règles dans le Code de la Route, comme les priorités, les éclairages, les feux de circulation, les stop, les trottoirs, les passages piétons etc…

    Si, si je t’assure, c’est dingue quand même, on voit de ces trucs quand même. 🙂

    Déjà je fais ce que je veux, alors si je veux m’amuser à tous les comparer, je les compare.

    Pourquoi tout le monde ne pourrait pas respecter le Code de la Route ? Si tout le monde le faisait ça serait plus simple et bien moins dangereux, même pour les cyclistes.
    Malheureusement ce n’est pas le cas et c’est loin de l’être (tout usagers confondus)

    Mais c’est vrai, c’est bien plus simple de griller des feux et des stops, de rouler sur les trottoirs que de connaitre le Code de la Route.
    C’est bon pour les ados qui font n’importe quoi, mais pour des adultes « responsable » c’est un peu limite quand même. Vous allez apprendre quoi à vos enfants ?

    Ensuite pas la peine d’aller se cacher derrière les sacro-saint arguments « c’est pour notre sécurité » ou « un cycliste n’a jamais tué personne », car je ne vois pas en quoi griller un feux est moins dangereux que de le respecter et un cycliste peux tuer un piéton, voir ici => http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=200001&sid=8254265&cKey=1190831874000

    C’est un peu tiré par les cheveux, c’est vrai, mais bon on est dans la même arène, même armes 🙂

    (Allez une petite impression écran en attendant la publication de ma réponse)

  21. Eric J

    « un cycliste n’a jamais tué personne, ce qui n’est pas le cas des automobilistes ou des motocrottes… »

    En effet le vélo ne représente qu’un danger nul pour les autres types de véhicule et modéré pour les piétons (sauf à très grande vitesse). D’autre part le cycliste jouit d’une bien meilleure visibilité que les automobilistes et porteurs de casque intégral. Ce sont ces 2 constats qui me permettent de préconiser l’octroi, aux cyclistes, d’un droit d’assimilation du stop et du feu rouge au panneau triangulaire qui nous oblige simplement à céder la priorité. Ce droit ne serait acquis qu’à partir d’un certain age car les croisements sont trop dangereux pour les enfants. De plus ils ne concernerait pas certains croisements particulièrement risqués (voies rapides très fréquentées); il suffirait d’assortir les feux tricolores d’un panneau distinctif.

    Tu vois URB, si mon objectif est effectivement de minimiser le temps de parcours des vélos (pour le rendre le plus attractif possible) j’ai aussi le souci de la sécurité.

    Je me rends au travail (distant de 9 km du domicile) en vélo quelle que soit la saison. Je ne respecte pas les feux rouge mais j’ai la conscience tranquille car je les franchis avec la + grande prudence et je ne me souviens pas avoir obligé quiconque à ralentir ni encore moins à s’arrêter pour me laisser passer alors que le feu était vert pour lui. Autrement dit je n’ai jamais gêné personne tout en gagnant chaque jour de précieuses minutes sur mon temps de parcours. Pourtant j’essuie de temps en temps des coups de claxon de la part d’automobilistes. Mais alors pourquoi ? S’agit-il de légalistes forcenés qui ne supportent pas de voir la loi transgressée sous leurs yeux et qui trouvent une forme d’apaisement dans l’usage de leur avertisseur ? Ou bien ont-il peur pour ma sécurité et ils tentent de me mettre en garde ? Ou bien faut-il y voir l’expression d’une jalousie (moi je fais l’effort de m’arrêter et lui non, c’est injuste) ? En tout cas c’est très pénible à entendre à cause du bruit mais surtout parceque ces réprimandes proviennent de gens que je n’ai aucunement dérangé et qui devraient au contraire me remercier de faire l’effort de pédaler alors que je pourrait très bien faire comme eux. J’y trouve quelques bénéfices personnels certes (entretient du coeur, aucun frais de carburant et aucun problème de parking), mais si j’utilise le vélo pour envoyer les enfants à l’école, faire les courses et me rendre au travail c’est surtout pour le bien de tous. Or nous, les cyclistes assidus, recevons plus souvent des coups de claxon (même injustifiés comme on vient de le voir) que des remerciements. Vous me le confirmez n’est-ce pas ?

  22. Vélove

    @URB qui fait l’autiste: j’ai pris un peu de temps pour analyser ta manière de faire: tu cherches en fait à polémiquer, provoquer systématiquement y compris en refusant les arguments de bon sens que les autres peuvent t’apporter, tout simplement car ton but n’est pas d’être constructif, de faire avancer le débat, mais de chercher à provoquer des polémiques sans fin… Ta dernière réponse concernant mon commentaire est parfaitement éloquente: je t’ai donné des explications précédemment et tu redemandes des explications comme si de rien n’était… car tu ne veux pas entendre les arguments de bon sens.
    C’est bizarre, mais tu as exactement le comportement d’un troll:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Troll_(Internet_et_Usenet)

  23. CarFree

    @Vélove, j’ai déjà constaté les pratiques de URB et j’ai même été amené à le modérer car il a en outre une tendance à déraper vers l’insulte quand il se sent en difficulté… Ça sent la filtration d’IP…

  24. Pimousse3000

    C’est dommage de virer URB, il se ridiculisait souvent un peu tout seul avec ses idées bien arrêtées sur tout;-)
    Mais c’est vrai que vu la verbosité des messages et le peu de contenu intéressant à débattre, ca devient lourd. Et en plus, il pose toujours les mêmes questions. Alors un peu de débat et de polémique, oui, mais modérons!

    Concernant le respect du code de la route, on n’a pas assez souligné que le fait de s’arrêter/redémarrer au stop ou feu rouge à vélo est fatiguant pour le cycliste : ca décourage la pratique du vélo donc! Idem pour le respect des sens uniques, cela oblige à faire des détours assez longs.
    La voiture n’a pas vraiment ce problème (je le souligne pour URB au cas où), car appuyer sur l’accélérateur pour faire avancer sa tonne de ferraille requiert peu d’effort, idem pour les détours dus aux sens uniques.

  25. URB

    @PIMOUSSE3000
    Je crois que tu ne lis pas tout, car j’ai déjà marqué le fait que le plus dur sur l’utilisation du vélo étant le démarrage.
    Ou bien ça faisait parti d’un post que l’on m’a « modéré ».

    Même si c’est fatiguant le fait de redémarrer, je ne pense pas que ce soit le plus rebutant à la pratique du vélo, c’est surtout le temps que l’on perds qui est gênant car dangereux, d’où l’intérêt d’avoir des feux décalés.

    De toute façon le vélo il faut le vouloir, si tu essaye le vélo sans être motivé, c’est comme d’arrêter la cigarette, ça sert à rien d’essayer.
    Après si tu veux vraiment (et que t’en as les moyens) pour les plus « rouillé » physiquement, tu prends un VAE (bien que pour chez moi, vu comment ça grimpe, même avec un VAE ça aurait du mal à passer, parole du vendeur).
    (quand j’utilise « tu » ce n’est pas toi Pimousse, c’est juste une façon de parler)

    L’idée de ERIC J sur le céder le passage n’est pas mauvaise (mal comprise au début car la première explication n’était pas bien précise), mais pas contre ça ne pardonne pas, une mauvaise appréciation de la vitesse et hop, plus personne.
    Mais ça éviterais les PV pour les cyclistes surtout.

    « C’est dommage de virer URB, il se ridiculisait souvent un peu tout seul avec ses idées bien arrêtées sur tout 😉 »
    Je te trouve bien mal placé pour dire cela, comme dit l’expression :
    « C’est l’hôpital qui se moque de la charité »

    Mais bon si ça peux te faire plaisir, il ne faut pas t’en priver, ça à l’air d’être si rare, vu comment tu saute sur l’occasion 😉

  26. ERIC J

    « une mauvaise appréciation de la vitesse et hop, plus personne. »

    J’en suis bien conscient et c’est pour cette raison que je n’ai préconisé cet aménagement du code de la route q’à destination des cyclistes (quasi)adultes et uniquement pour les croisements non rapides (zones limités à 30km/h dans un premier temps).

    Mais on pourrait aussi citer d’autres aménagements règlementaires tel la dérogation vis à vis de certains sens interdits. Il parrait que cela existe dans certaines communes; on en attend toujours la généralisation.

    Quand aux pistes cyclables elles s’étendent progressivement, mais avec quelle lenteur !

Les commentaires sont clos.