Comment préparer sa retraite

On ne va pas se mentir, il va falloir travailler de plus en plus longtemps et au bout de la route, si vous êtes encore vivant à 64, 65 ou 66 ans, il ne vous restera plus qu’une retraite de misère pour payer vos soins de santé de plus en plus mal remboursés. Bienvenue dans Capital-Land! Heureusement, grâce à Carfree France, vous allez pouvoir vous préparer une retraite aux petits oignons pour vous dorer la pilule au soleil.

La clé de la réussite, c’est la vie sans voiture. En effet, si à 18 ans, vous vous comportez comme un réel entrepreneur de votre vie et non pas comme un assisté de la voiture, vous pourriez devenir riche et atteindre le statut enviable de retraité privilégié.

En effet, à 18 ans, la majorité des gens commencent à voiturer et conduisent ainsi leur destin vers la faillite. On connaît le cercle vicieux: « j’ai besoin d’une voiture pour aller travailler et j’ai besoin de travailler pour payer ma voiture, ouin-ouin. »

Résultat: une vie de labeur à s’épuiser et à tirer le diable par la queue pour alimenter en carburant ou autres taxes sa bagnole. Et ceux qui croient malgré tout avoir réussi leur vie se retrouvent à 50 ans à prendre leur voiture pour aller à la salle de sport tenter de perdre les kilos qu’ils prennent chaque jour en conduisant leur voiture.

A 65 ans, tout ce petit monde est soit épuisé d’avoir travaillé sa vie entière pour payer sa voiture, soit dans un état de santé déplorable du fait d’un mode de vie trop sédentaire, le cul vissé au siège de sa voiture. Si tout va bien, au bout de deux ou trois ans de retraite, direction le cimetière dans un corbillard à quatre roues…

Pour devenir un riche retraité, la solution est pourtant simple, il suffit juste de vivre sans voiture durant toute votre vie. Si on compte tous les coûts liés à l’automobile, depuis le permis de conduire, l’achat des voitures tout au long de votre vie, le carburant (bienvenue dans un monde à 2 euros le litre!), les assurances, l’entretien et les réparations, le lavage, les péages et les taxes, les frais de stationnement et les contraventions, on arrive facilement à 5 ou 6.000 euros par an. Disons 500 euros par mois pour faire un chiffre rond.

Lire aussi :  Le vélo, remède anti-crise !

La clé, c’est l’investissement coco! Car, comme chacun le sait, la voiture est un mode de déplacement d’assisté typique du gauchisme: « On veut des routes gratuites ouin-ouin, on veut des subventions sur le prix du carburant ouin-ouin. » Alors qu’à l’inverse, le vélo est un mode de déplacement de droite.

Comme le disait Nicolas Sarkozy, « si à cinquante ans, on ne se déplace pas à vélo, c’est qu’on a quand même raté sa vie. » Dit autrement, les loosers se déplacent en bagnole et les winners à vélo!

Devenir millionnaire sans voiture

Donc, revenons à notre pognon. Si, au lieu de dépenser inutilement 500 euros par mois pour nourrir une bagnole d’assisté, vous décidez en tant que jeune entrepreneur de le placer en banque, vos perspectives d’avenir deviennent radieuses.

Ainsi, si on prend un taux raisonnable, disons 5% par an, et une dépense mensuelle moyenne de l’automobile de 500 euros, on peut escompter devenir millionnaire en euros à l’âge de la retraite, 64, 65 ou 66 ans selon les cas, si on commence à économiser dès ses 18 ans. Voire même plus, car en étant actif toute votre vie au lieu d’être sédentaire dans votre voiture, vous vivrez plus longtemps et en meilleure santé, de quoi profiter longtemps de sa retraite!

C’est mathématique, faites vous-même vos comptes. En plaçant chaque mois 500 euros de vos 18 ans jusqu’à votre retraite, vous partirez en retraite avec environ un million d’euros.

De quoi s’acheter un magnifique vélo et partir au soleil se la couler douce, comme François Fillon!

5 commentaires sur “Comment préparer sa retraite

  1. Nicolas

    Joli discours du citadin qui bosse à 30 min max de chez lui avec des horaires de bureau (ou même en télétravail !). Et d’après toi, comment il fait celui qui bosse en horaires décalés – donc parfois de nuit, – pas à 30 min, mais à 30 bornes de chez lui (si si, ça existe) dans une zone industrielle ? Je te laisse même pas un hiver avec ton vélo avant de covoiturer avec un collègue qui finira par avoir pitié. Ah mince! Zut! dans covoiturer il y a « voiture » 🫤

  2. PMeBC

    Oui, discours du citadin. Certainement pas valable pour tout le monde, mais probablement valable pour énormément de gens.

  3. Ludovic Brenta

    Tous ceux qui m’ont dit « mais moi j’ai besoin de ma voiture pour aller travailler » mentaient. La vérité qu’ils n’osaient pas dire était: « mais moi j’ai besoin d’une voiture pour aller habiter loin du travail et de préférence dans un endroit où il n’y a pas de travail. » Comme par hasard, les mêmes habitent aussi loin de l’école « mais moi j’ai besoin de ma voiture pour emmener mes enfants à l’école », des loisirs, des amis, des commerces, des hôpitaux et de tout. Après avoir délibérément organisé leur dépendance à la bagnole, ils présentent cette dépendance comme si c’était la faute à pas de chance.

  4. mfb

    Alors, c’est vrai qu’on fait certaines économies quand on a pas de voiture, on ne devient pas riche pour autant, les déplacement, surtout les vacances, c’est pas gratuit (surtout et malheuresement le train…).

    Après, il reste possible d’aller au travail sans voiture, même si on travaille à 20 ou 30 km, train + vélo par exemple (avec un vélo tout pourri à l’arrivée) c’est top. Et les jours où ça se passe mal (grève par ex) on a des compagnons de galère plutôt sympa. (à comparer à ce qui se passe s’il y a un accident sur une rocade…)

  5. Bernard

    Au final, 3 parmi les 4 commentateurs qui m’ont précédé semblent avoir la mentalité requise pour rester pauvres ?

Les commentaires sont clos.