Vive le vélo pour améliorer la sécurité routière en ville!

bike-accident

La Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUBICY) proteste contre le dénigrement régulier dont sont victimes les cyclistes, et rappelle que le vélo contribue à améliorer la sécurité routière.

L’utilisation du vélo dans les déplacements urbains augmente fortement dans notre pays et il devient un moyen de déplacement efficace et incontournable. Un nombre croissant de collectivités locales l’ont bien compris et renforcent aménagements et politiques cyclables. Les nouvelles mesures réglementaires pour créer des zones de circulation apaisée (décret du 30 juillet 2008), témoignent que la prise en compte par l’Etat, du cycliste, s’améliore.

La bicyclette n’est pas un mode de déplacement dangereux

Contrairement à des idées fausses trop souvent reprises la bicyclette est un mode de déplacement qui n’est pas dangereux, même si cyclistes et piétons sont plus vulnérables dans le trafic. En 2007 la baisse du nombre de cyclistes tués est de 21,5% par rapport à 2006 (passant de 182 à 142), et représente la plus forte amélioration de tous les modes de déplacements. Par rapport à 2000, la baisse est de 48%. Quant au nombre de cyclistes blessés, il reste stable, autour de 4500 personnes par an depuis 2005 et pourtant, les déplacements à vélo ont augmenté, stimulés par le développement des vélos en libre-service.

Rouler à vélo en sécurité

Pour protéger les enfants et les jeunes de nombreuses initiatives ont lieu pour que les cyclistes apprennent à rouler en sécurité. Mais pourquoi attribuer au vélo les accidents de jeunes, alors qu’ils se produisent surtout en voiture et en deux roues motorisés ? En 2007, sur 364 jeunes de moins de 18 ans décédés suite à un accident de la route, 155 l’ont été en voiture, 122 en deux-roues à moteur 51 à pied et seulement 17 à bicyclette (source : ONISR Bilan 2007). Il faut le dire aux jeunes, à leurs parents et aux adultes : se déplacer à vélo n’est pas dangereux si le cycliste prend bien sa place et surtout si les véhicules motorisés roulent moins vite et intègrent dans leur comportement que la voirie est faite pour tous. Baisser la vitesse des voitures en ville est une nécessité. Le risque du vélo est créé par les véhicules à moteur : éduquons leurs conducteurs.

Pour la FUBicy, Christophe Raverdy, Président

Crédit image: Foxtongue

FUB

A propos de FUB

Fédération française des usagers de la bicyclette (FUBicy)

19 commentaires sur “Vive le vélo pour améliorer la sécurité routière en ville!

  1. Nil

    Eh bien voilà, la messe est dite! cela met les choses au clair: non, le vélo malgré qu’il est vulnérable, malgré que la voirie n’est pas adaptée, n’est pas dangereux.

  2. PCEM1

    D’un point de vue médical, il est clairement conseiller de faire du vélo et d’arrêter d’utiliser sa voiture pour des trajets de moins de 2 km.

  3. EDMOND

    Et si le code de la route décrétait qu’une voie devient une piste cyclable dès lors qu’un cycliste l’emprunte et impose du coup de réaliser les dépassements sur la voie de gauche ,comme si il s’agissait d’une voiture.
    Chaque route deviendrait une piste cyclable temporaire.
    Un peu de répression pour la pédagogie, dans deux ans on roule peinard,dans trois ans les automobilistes se reconvertissent.
    Ainsi on pourrait même économiser la peinture des bandes cyclables qui non jamais très bien protégé les cyclistes.

  4. PCEM1

    Il faudrait que le gouvernement investisse un peu dans la voirie des vélo!

  5. RANDOLET Michel

    Malgré l’enthousiasme ambiant,je dois apporter un bémol à ceux qui affir ment sans retenue que le vélo n’est pas dangereux:tant que les cyclistes respectent le Code de la Route comme tout autre utilisateur de la voie pu bique,oui;tant qu’il n’y a pas autant de vélos que d’engins motorisés,oui;et enfin,tant que certains cyclistes,automobilistes à d’autres moments,ne se comportent pas aussi stupidement sur leur vélo que dans leur voiture,oui. Je suis exaspéré par certaines personnes qui empruntent les trottoirs,lors que la voie qu’ils fréquentent est en sens inverse;qui empruntent les passa ges pour piétons en faisant fi des feux tricolores réservés aux cyclistes;+ qui se la coulent douce dans les couloirs de bus…Par contre,plutôt que ré server une bande sur un pont,pourquoi ne pas y réserver 1 des 2 trottoirs?

  6. RANDOLET Michel

    Dans les grandes villes,ça serait génial d’interdire la circulation d’engins motorisés dans des rues peu fréquentées et longues(sauf pour riverains); de les réserver aux seuls vélos(pas les planches,rollers et autres…); et de poser des balises de priorité pour les artères traversantes.C’est évident qu’ à pratiquer ainsi et à éviter la promiscuité des différents modes de déplace ment les uns par rapport aux autres,la sécurité routière s’en portera mieux et chacun aura moins de stress et de risques à assumer…Mais il faut que chacun respecte la présence de l’autre,et que les handicapés circulant sur la voie publique soient aussi en sécurité et libres de leurs mouvements qu’ aucun autre usager,par exemple…Pour obtenir un maximum de sécurité en circulant,il faut être discipliné et partager vraiment l’espace public…

  7. apanivore

    > Par contre,plutôt que réserver une bande sur un pont,pourquoi ne pas y réserver 1 des 2 trottoirs?

    Je connais des endroits comme ça avec un trottoir réservé aux vélos et un autre aux piétons : c’est une aberration :
    1. sauf rares exceptions les vélos devraient être sur la chaussée et non sur le trottoir et les aménagements devraient inclure ce paramètre (je parle en tant que cycliste),
    2. les piétons devraient toujours pouvoir marcher des 2 côtés de la route, à pied on va toujours au plus direct, pourquoi obligerait-on les gens à faire des détours et traverser 2 fois la chaussée ? Les aménageurs qui ont des idées comme ça raisonnent comme des automobilistes, en pensant qu’un micro-détour n’a pas d’importance. Mais à pied ça en a énormément.

    Et puis parce que c’est une tournure de phrase trompeuse mais bien ancrée dans les esprits : le vélo n’est pas dangereux, ce sont les voitures qui sont dangereuses pour les vélos, et même pour tout le monde.

  8. Pim

    En ce qui me concerne je suis choqué de lire « Par contre,plutôt que ré server une bande sur un pont,pourquoi ne pas y réserver 1 des 2 trottoirs? »
    En zone urbaine, la priorité doit être avant tout aux piétons, puis aux vélos et surtout jamais à la voiture qui devrait être interdite du fait de son danger (1 tonne à 50 km/h) et de son encombrement. Même en zone 30, aucun automobiliste ne respecte le 30, pas forcément parce que c’est un chauffard, mais simplement parce qu’avec une voiture c’est presque impossible de rouler à 30..

  9. PCEM1

    Exactement Apanivore, ça serait le must . Mais tout ces aménagements couteraient une fortune, on aurait du y penser avant. Par chez moi les routes sont très étroites, il est impossible aujourd’hui de mettre ni une piste ni une bande cyclable.

  10. RANDOLET Michel

    Pim,à propos de la dangerosité d’une voiture,je t’avouerai qu’ayant fait du stop dans les années 85-2000 couramment sur autoroutes et routes à 2×2 voies hors agglo,,je n’ai jamais eu d’accidents et n’en ai provoqué aucun… Pour éviter ça,j’évitais de tourner le dos au trafic,notamment aux PL.Ayant aussi travaillé comme ambulancier diplômé de 78-80,j’ai appris une chose à l’Ecole du SAMU de Paris-Necker:<>Et plus:<>Les seuls ac cidents que j’ai eu,c’est surtout comme passager et conducteur,sans avoir jamais blessé personne…Comme piéton aujourd’hui,en empruntant la rue Bouchut,à Lyon vers 9h00 du matin,à la descente du train,je constate qu’ il y a des gens qui se comportent à vélo,comme dans leur voiture…

  11. Dominique Bied

    Sur la sécurité routière, un seul mot, réduire sa vitesse et augmenter les distances de sécurité, cela permet de laisser le temps aux autres et à soi de réagir aux évènements. Rendre la route plus confortable et plus tolérante fait mieux vivre la route. C’est le cas en Suède où on se sent sur la route comme dans son salon tellement la circulation est paisible. Là bas, la courtoisie règne. Pas de Klaxon, pas d’agression.

  12. Pim

    @Dominique : je pense qu’il faut comparer ce qui est comparable. La Suède a une densité de population bien plus faible (20hab/km2 contre 120en France), et je ne pense pas qu’il existe des bouchons chroniques comme on peut en vivre dans les grandes agglos Francaises. C’est le trop grand nombre de voitures qui rend les gens mauvais conducteurs, aigris, pressés, prets à tout pour gagner 1 place etc… Et très franchement, meme avec toute la bonne volonté du monde, je peux comprendre qu’on craque dans certaines conditions! –> D’où d’autres moyens de déplacements : vélo & transport

    Peu de voitures = beaucoup plus zen. A mon humble avis, un Francais aigri en Suède sera beaucoup plus cool…

  13. Dominique Bied

    Le nombre ne fait rien à l’affaire. Ce sont les pouvoirs publics qui ont appliqué une politique efficace de sécurité routière. La répression sur les vitesses a été initialement féroce. Par contre, on fout une paix royale aux vélos et aux piétons.

    A stockholm, il y a aussi des bouchons, le nombre de voitures ne fait pas grand chose au comportement. Il suffit d’observer la vitesse en dehors des heures de pointe pour s’en rendre compte.

    Non, le nombre ne fait pas grand chose à l’affaire. Il faut savoir q’un tiers de la population suédoise est concentré sur 3 ville, Stockholm, Goteborg, et Malmoe. La densité de ces villes et le nombre de voitures est élevé.

  14. stoppeur

    En Suède,ce dont les autorités sont capables pour maîtriser les flux de cir culation,ce n’est hélas pas le cas en France;d’où l’apparition de cas d’acci dentologie relative à l’insouciance des pilotes de 2-roues(scooters,surtout + motos),les cyclistes -osant « braver » l’univers urbain étant par ailleurs au tomobilistes en d’autres temps-consacrant toute l’attention utile à se proté ger de l’inconséquence des autres véhicules…En Suède,les autorités mun icipales ont bien compris,comme les Japonais d’ailleurs,qu’on ne fait pas passer plus de véhicules dans une rue,un tunnel,qu’à la vitesse imposée de 30km/h…Les risques y sont minimes,voire inexistants,ce qui assure la fluidité de la circulation;tous les véhicules étant en parfait état de marche, il n’y a plus qu’à s’assurer de la probité des conducteurs…Ce qui est fait!!!

  15. stoppeur

    En France,on aime tellement sa LIBERTE,qu’on voit aussi bien des trotti nettes ou des rollers sur les pistes cyclables ou sur les trottoirs;quand ce n’est pas dans les couloirs de bus ou de tram…Et en toute impunité,cela va de soi!!Pourquoi donc n’en fait-on pas plus pour les personnes en faute uil,les personnes âgées et les mamans avec poussettes…?Il y a tellement peu d’aménagements pour elles en TC ,déjà…Ce qui me semblerait plus a dapté pour les uns et les autres,pour tous,en fait,serait de mettre en place des pistes cyclables pour des tricycles-taxis,exclusivement;de composer avec les réseaux de TC,en pensant spécialement aux personnes à mobili té réduite,en complément indispensable de la « circulation classique »…Et tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes(pollution minimale)!!!

  16. Dominique Bied

    Je crois qu’en matière de mobilité urbaine, on peut vraiment s’inspirer fortement des pays scandinaves, et même sans aller si loin, de la Belgique, de l’Allemagne ou de l’Italie du Nord. Ce n’est pas difficile, la plupart des gens sont prêts. C’est juste une question de volonté politique de nos élites et une question de société civile (la population et les corps intermédiaires) qui doit être consciente de sa force et de son pouvoir pour faire bouger les conservatismes si elle veut s’en donner la peine.

  17. stoppeur

    Pour éviter l’occupation du domaine public par les voitures,l’idéal serait de faire comme dans une certaine ville japonaise,réputée pour être la vil le-musée du Japon:interdire le stationnement sur la voie publique..Voilà ce qui pourrait rapidement faire changer les mentalités,dans les agglo mérations où se déplacer en TC est chose facile,les réseaux étant suffi samment denses et performants…Evidemment,les voitures sont utiles, mais dans des situations bien particulières:de travail,de transport de pe rsonnes fragiles,d’urgence…La voiture est un caprice plus qu’une utilité, comme l’avion,qui assure des relations à travers la planète pour 80% de « touristes »,qui veulent valoriser tant que plus leur vie trépidante et sublime à l’excès;c’est l’expression d’un « moi d’abord,les autres après », Société de Consommation oblige…!

Les commentaires sont clos.