Les jardins suspendus de Babylone

jardins-suspendus-de-babylone

Étonnante performance de l’artiste brésilien Felipe Morozini qui, un beau dimanche d’octobre 2009, avec l’aide de quelques amis, a décidé de fleurir une autoroute urbaine de São Paulo (Brésil).

Depuis 1971, cette autoroute urbaine surélevée et réservée exclusivement aux voitures et aux motos découpe le centre de São Paulo avec le bruit, la pollution, le trafic, la dégradation des façades et du paysage urbain.

Felipe Morozini, auteur de l’intervention, a décidé de transformer cet anachronisme urbain pour en faire un espace plus beau et poétique. Avec l’aide d’amis et armés avec de la chaux, il a réussi à couvrir de fleurs l’asphalte et montrer ainsi que les lieux publics pourraient être beaucoup plus intéressants sans voitures.

Cette infrastructure autoroutière en ville est typique de ce qui se faisait dans les années 70, à savoir la séparation des flux, les infrastructures routières sur plusieurs niveaux, la priorité accordée à l’automobile.  Ces autoroutes urbaines destinées à l’origine à favoriser les déplacements automobiles, servent maintenant à relier les encombrements entre eux quand elles ne sont pas elles aussi complètement congestionnées.

Maintenant que l’on sait que détruire les autoroutes permet d’améliorer le trafic et d’embellir la ville, qu’attend-on pour supprimer les autoroutes urbaines?

jardins-suspendus-de-babylone2

Source: www.apocalipsemotorizado.net

Steve

A propos de Steve

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste du pic pétrolier et des questions d'étalement urbain et de consommation d'espace.

Un commentaire sur “Les jardins suspendus de Babylone

Les commentaires sont clos.