L’opération anti-voiture d’Europcar : Pure opération marketing ou prise de conscience ?

Êtes-vous prêts à vous faire confisquer votre voiture pendant 2 mois ? En échange, vous aurez accès gratuitement à tous les services de transports en commun, vélib’ et autres auto-partages. Ce deal est proposé en ce moment aux habitants du centre-ville de Nantes. Et ce qu’il y a d’étonnant là-dedans, c’est que l’opération est organisée par le loueur de voitures Europcar.

L’objectif est de prouver qu’en conjuguant intelligemment les modes de transports, on peut se passer de véhicule individuel et donc… préférer, à terme, se tourner vers des loueurs pour des weekends escapades. Selon eux, un cocktail bus-tramway-bicloo-autopartage Marguerite -loueur reviendrait à 200 euros par mois, contre 465 pour une voiture individuelle (assurance + crédit + carburant + entretien).

“Ce type de nouvelle pratique développera le marché de la location de voiture”, explique Tony Lesaffre, à l’origine de l’opération, à Innovation le Journal . En somme, c’est la mort de la voiture comme source de croissance à cette autre filière de distribution de l’automobile. Il est toujours bon signe que le privé prenne le relais des pouvoirs publics dans ce type de sensibilisations, c’est que l’on sort de l’utopie pour rentrer dans sa mise en pratique.

La dernière opération, qui a eu lieu de septembre à novembre, a concerné des professionnels. Le bilan qu’ils en tirent est globalement positif, malgré une offre trop circonscrite au centre-ville. Ajoutons le prix encore très élevé des loueurs de voiture, parmi les freins à la vie sans voiture individuelle.

>>> Zenius, l’offre de transpor

A propos de Pim

Co-administrateur et traducteur pour Carfree France

9 commentaires sur “L’opération anti-voiture d’Europcar : Pure opération marketing ou prise de conscience ?

  1. Steven

    Europcar ? Cette opération m’a plutôt l’air d’avoir été organisé par Loc Eco.

    Cette opération a le mérite de faire réfléchir sur la place de la voiture dans la société et de ses alternatives.

  2. apanivore

    Même si c’était Europcar c’est pas vraiment étonnant, leur but est de louer des voitures, pas d’en vendre. Ils partent du principe qu’on ne peux pas se passer à 100% de voiture et que dans le faible nombre de cas où elle est utile les clients vont se tourner vers la location.

    Quand on possède un véhicule on va utiliser la location pour des besoins très précis comme une camionette pour déménager. Mais si on n’a pas de véhicule on aura recours à la location dans des situations plus courantes.

    Encourager à renoncer à posséder son véhicule c’est tout bénèf pour les loueurs.

  3. LAFON

    J’ai rencontré Tony Lesaffre qui est un indépendant « franchisé » Europcar partisan convaincu de l’intérêt – y compris pour son activité – d’une autre manière de se déplacer en ville. Il fallait oser le faire, il l’a fait.

  4. FRAIOLI

    En même temps, comme ça ne concernera qu’une minorité d’individus qui abandonneront la voiture pour la location, je ne me fait pas de soucis pour le lobby automobile. Les individus sont tellement attaché à leur bagnole symbolisant la réussite de notre société de consommation. Ils oublient que la bagnole, ça pollue, ça pue et ça rend con !

  5. Tommilidjeuns

    Fraioli, je crois que ceux qui ont un minimum de jugeotte peuvent constater que notre société de consommation n’est pas vraiment une « réussite ».Mais ceux-là doivent être minoritaires.La preuve, c’est qu’on continue quand même, malgré l’urgence climatique, à fabriquer pour les « autres » (j’entends par là la grande majorité des Cons-sommateurs qui croient encore au Père Noël) des 4X4 et grosses cylindrées énergivores,au lieu de se limiter à des petites voitures pour s’en servir strictement comme outil de déplacement, et non pour la frime.
    Mais quoi donc ils foutent à Copenhague ?

  6. Gildas

    Je déterre ce sujet pour vous faire part de mon expérience car j’ai opté, plutôt que d’acheter une voiture pour ce système de location de voiture à l’année à Nantes (Zenius de LocEco, franchisé d’Europcar, mais ce dernier propose une formule proche d’abonnement également). Contre un engagement de 25 jours (ou plus) de location par ans, les tarifs sont diminués par deux.
    Après 9 mois d’utilisation, je dois dire que c’est une solution adaptée pour moi qui habite et travail près du centre dans des rues où trouver une place pour se garer correctement revient à accomplir un véritable exploit.
    Mon budget auto est limité (60€/mois) et mon mode de vie est alternatif si je puis dire :
    Je n’utilise une voiture qu’un week-end par mois et je suis 28 jours par mois environ et en moyenne sans voiture.
    Je trouve ce système assez intéressant car il cumule les avantages de ne pas posséder de voiture sans les inconvénients.

    De plus c’est toujours une démarche rationnelle qui pousse à louer donc à utiliser l’auto ou non, le coût étant à payer tout de suite, on opte aussi plus facilement pour le train ou d’autres modes.

    Pour conclure même si j’en aurai beaucoup à dire, ce système demande quand même un peu d’organisation car il faut savoir au moins deux jours à l’avance quand on veut utiliser sa voiture.

Les commentaires sont clos.