Comment Copenhague contribue au déclin de la barbarie automobile

Ça fait toujours plaisir d’entendre qu’il faut « éviter la voiture » au journal télévisé, aussi, je ne résiste pas au plaisir de vous retranscrire un extrait du JT du 19/20 d’hier soir:

Laurent Bignolas: …et, dans nos déplacements? il y a des choses à faire aussi? des habitudes à prendre peut-être?

Claudine Gilbert Oui… alors: surtout éviter la voiture qui pollue, au moins quand on habite en ville, pour aller chercher le pain, mieux vaut privilégier le vélo, les transports en commun ou la marche.

Décidément, le XXIème siècle est en train de prendre le bon virage du déclin automobile. Et ce ne sont pas les nouvelles énergies ou technologies qui vont freiner cette tendance.


Gilles Chomel,
Les voies vertes en 06-ouest:
www.LecoLomobiLe.fr
Labo d’idées sur l’auto du futur:
www.LACPA.fr

Gilles Chomel

A propos de Gilles Chomel

Administrateur des sites Agonie automobile, LécoLomobiLe et du Laboratoire Alternatif et Coopératif de Prospective Automobile

9 commentaires sur “Comment Copenhague contribue au déclin de la barbarie automobile

  1. Sandro Minimo

    Oui c’est chou mais juste « pour aller chercher le pain »… pour le reste, hein…

  2. Pim

    Ca s’appelle une image, il faut pas être pessimiste comme cela…
    Par contre, je trouve que même si on en parle, j’ai l’impression qu’on agit peu tout de même.
    Cliché de désespoir : « Ha ouais tu vois, moi jfais gaffe, jsuis écolo bla bla bla bla Le WE dernier, avec mon copain on a fait 400 bornes pour se balader au lac machin bidule truc. Bon heureusement, c’est une rono’co2 bla bla bla »
    Ceci dit, les moeurs changent doucement, c’est vrai. Trop doucement

  3. Gilles ChomelLécoLomobiLe

    PiM: le problème, c’est que le droit à la mobilité est très inéquitablement réparti et c’est l’automobile qui a créé cette situation en étalant les banlieues où il est beaucoup plus difficile de ce déplacer écologiquement qu’en centre-ville.

  4. Pim

    Tu n’as pas tort sur ce point. Sans vouloir déresponsabiliser les gens sur leurs déplacements irrationnels, il manque de grosses infrastructures pour se déplacer « facilement »

  5. apanivore

    Le « pour aller chercher le pain » montre quand même bien que les alternatives à la voiture ne sont pas jugées sérieuses. (Au passage c’est qui d’ailleurs Claudine Gilbert ?)
    Et puis le « au moins quand on habite en ville » persiste dans la généralisation des situations : en ville y’a tout, à la campagne y’a rien.
    C’esst pitoyable et malheureux comme formulation.

  6. Tartouf

    J’ai bien regaré l’image, donc à la campagne il faut aller chercher le pain en train, c’est ça ?

  7. lechatz

    @TARTOUF
    Comme il y a plus de train,et bien souvent la première boulangerie est à
    plusieurs kilomètres et si le relief est tourmenté,tu prends ta voiture ou tu fait comme tu peux,fabrique le toi même.

  8. Tommilidjeuns

    Non Tartufe, à la campagne tu te fabriques un four et le dimanche tu fais ton pain pour la semaine, comme dans le bon vieux temps…Tu fais pousser les légumes, les fruits, les poules et le cochon du jardin et tu te régales. Voilà voilà…

Les commentaires sont clos.