Mon Brompton

brompton

A ma demande et à la suite de mon article consacré aux vélos Brompton, un membre du Forum Brompton – « Bromp’Lille » – nous décrit obligeamment ce qui a motivé son choix et son vécu avec ce vélo. Voici in extenso son texte. Merci à lui.

Quel est mon rapport d’étonnement avec mon Brompton ?

Le premier étonnement : apprendre que ce type de vélo existait.

Automobiliste depuis 15 ans, j’avais remisé mon vélo et depuis la petite reine ne partageait plus ma vie. Mais un jour, les bouchons, le prix de l’essence, une vague conscience écologique m’ont fait prendre la décision de trouver une solution alternative à la voiture. Les transports en commun ? Oui mais ils me faut faire 3km de marche à chaque trajet (trop long.) Le vélo ? Oui mais la distance à parcourir n’était pas envisageable. Le vélo laissé à la station de métro ? Ça ne réglait qu’une partie du problème puisqu’il me resterait encore pas mal de marche. J’ai alors googlisé : métro vélo et les aléas de la navigation m’ont fait arriver sur le Brompton. Un vélo que l’on pouvait prendre dans le métro, c’était ça la solution.

Le deuxième étonnement : le prix

J’ai d’abord cru à une erreur de conversion. Je me suis alors dit que le Brompton n’était pas raisonnablement envisageable. J’ai donc tout naturellement bifurqué vers les Dahon. Il me restait alors a voir l’engin.

Le troisième étonnement : la compacité

J’arrive donc chez le revendeur Dahon et je suis déçu. Le dahon a une belle allure mais il prend trop de place à mon goût une fois plié surtout à côté du Brompton du rayon d’à côté. Il va falloir trancher : continuer la voiture ou claquer une somme « folle » pour un vélo de clown.

Le quatrième étonnement : ne serais-je pas une victime du marketing ?

C’est la question que je me suis posée pendant des jours. Il y a deux ans et demi, on ne parlait pas tant des vélos pliants, pas de publicité, pas de tête de gondoles mais n’est-ce tout de même pas le marketing qui m’a fait arriver au Brompton. Je parcours alors le Bromptonforum et je découvre des utilisateurs de longues dates de ce vélo mais surtout beaucoup de passionnés de vélos tout simplement… Tant pis si c’est un caprice, je me lance.

Le cinquième étonnement : C’est casse-gueule mais pas tant que ça.

Je vais donc faire un essai du Brompton. Sur les pavés, le guidon part dans tous les sens, ça secoue sacrément, je vais finir pas casser un truc ! Et puis me voilà sur une voie « normale » et là je découvre que ça accélère vite, que l’on se faufile entre les voitures presque comme un piéton. C’est décidé, ce sera un Brompton mais un Brompton de base : trois vitesses, noir, pas de dynamo, pas de porte-bagages.

Le sixième étonnement : ça grince

Le lendemain d’une sortie sous la pluie, la chaine grince. Un coup d’œil, elle est toute piquée de rouille : l’angoisse d’avoir acheté un gadget pour enfant gâté. Je nettoie la chaine, la lubrifie. Plus de problème et depuis j’ai pris mes habitudes. L’entretien est finalement léger.

Le septième étonnement : ça s’emmène partout Au départ, le Brompton devait me servir pour les trajets domicile – travail mais très rapidement il m’a suivi partout dans mes déplacements professionnels (fini le métro parisien), mes vacances (découvrir une ville depuis un vélo est une chose à part.) Je m’équipe également d’un antivol (labélisé FFMC) pour l’accrocher dans la rue et ainsi tirer le maximum de liberté que peut m’offrir ce vélo.

Le huitième étonnement : l’entretien est peu coûteux

Ayant une fâcheuse tendance à pousser plutôt qu’à mouliner (je corrige peu à peu ce vilain défaut), la chaine se détend et il faut la changer. Moins de 40euro pour une chaine, une couronne arrière et la main d’œuvre. Si les accessoires sont hors de prix, il faut reconnaître que le coût des pièces détachées n’a rien de délirant.

Le neuvième étonnement : une fabrique plus qu’une usine.

En 2008, Brompton reprend l’organisation d’un Championnat du Monde de Brompton. L’idée est amusante, l’organisation sur place très bon enfant, la visite de l’usine située à deux pas du Kew garden à Londres est étonnante. Les cadres sont soudés sur place et un vélo est assemblé de A à Z par le même ouvrier, il pourrait presque le signer. Je trouve cela plus gratifiant que de monter des gaines de freins à longueur de journée.

Le dixième étonnement : ça roule

L’emmenant partout, après un an d’utilisation, le compteur affiche 4000km et je ne roule plus avec la seconde voiture du foyer. Ce n’était donc pas qu’un caprice, je m’offre donc une nouvelle selle pour marquer le coup. Aujourd’hui, bientôt 10.000km pas de grands exploits à mon actif, juste une utilisation quotidienne qui ne cesse de m’étonner.

Source: http://velomaxou.sportblog.fr/

Pour faire connaissance avec ce vélo et sa fabrication, on trouvera un reportage très complet sur le site du Vélotaf.

Vélomaxou

A propos de Vélomaxou

Cyclo-citoyen, cyclo-randonneur depuis 1976. Venant du cyclotourisme "la tête dans le guidon", je me dirige vers le déplacement doux de l'écocitoyen à Mulhouse, dans les Vosges, en Alsace et dans la Forêt Noire.

12 commentaires sur “Mon Brompton

  1. cycliste alcoolique

    « Automobiliste depuis 15 ans »:
    J’adore! On remplacerait automobiliste par fumeur…
    Congratulation! Moi aussi j’ai arrete (la cigarette et la voiture).

  2. Laurent

    « Je m’équipe également d’un antivol (labélisé FFMC) pour l’accrocher dans la rue et ainsi tirer le maximum de liberté que peut m’offrir ce vélo.  »

    là, cette attitude m’étonne vraiment !

    je ne comprends pourquoi l’utilisateur le laisse dehors ???? alors qu’en le repliant, le vélo suit partout son propriétaire
    quelle idée d’attacher un brompton dehors même avec un excellent anti vol pour moto ????
    je ne comprends pas, quelqu’un peut m’expliquer ????

    il y a une option qui permet de transformer le brompton en caddie -le vélo est alors présent dans un magasin sans problème et porte vos courses –

  3. lecteur étonné

    AVION + VELO le cocktail hypocrite à la HULOT-ARTHUS-BERTRAND

    je viens de lire le  » reportage  » sur le site VELOTAF viste de l’atelier brompton

    texte
     » après un «  » » » petit BRIN en avion  »
    les «  » » » » » » » » » » zécolos «  » » » » » vont visiter l’atelier de vélo

    2 FABRICATION «  » » » » » écolo » » » » » » » » » » » du Brompton
    — certaines pièces ( en Titane = superécolo pour la destruction des mines )viennent de Russie ( train ou Camion ou bateau ou les trois )

    —- certaines de Chine !!!! ( bateau , avion , train, camion + esclaves )

    etc……

    c’est comme le gonze écolo anti-agro-carburants et qui a fait le tour de l australie et amérique du sud en avion plus bagnole
    ( son nom est dans la liste des «  » » con tributeurs «  » » » à carfree )

    fais ce que je dis
    fais pas ce que je fais !!!

  4. CarFree

    Sur la construction des vélos, bien sûr qu’il faut des matières premières dont l’extraction ou le transport sont par nature polluants… Aucune activité humaine ne produit zéro pollution, tout est affaire de proportion. Un vélo nécessite environ 100 fois moins de matières premières qu’une voiture…
    Sinon, pour l’angleterre, le cocktail train+vélo marche aussi très bien…

  5. URB

    @LECTEUR ETONNE
    Après il ne faut pas non plus faire des amalgames à la vas-vite.

    Qui a dit que Vélotaf était un site écolo ?
    Certes il y en a parmi les membres, mais ce n’est pas pour autant qu’ils le sont tous.
    Il y a des passionnés de vélo, des écolos, des personnes qui vélotaf pour des raisons de budget etc…

    Alors ta remarque est un peu limite, vu que tu ne les connais pas.

    C’est comme ceux qui sont antivoitures, ce ne sont pas tous des écolos.
    Il y a ceux qui n’aiment pas les voitures pour d’autres raison que l’écologie.
    L’écologie c’est surtout une raison en plus de ne plus vouloir de voiture, mais il n’y a pas que ça.

    Mais bon ce n’est pas évident pour tout le monde d’assimiler ça.

  6. BruGeek

    @Laurent,
    Certains commerçants font les gros yeux quand tu rentres avec un Brompton sous le bras. Mon patron me regarde aussi bizzarement quand je glisse mon Brompton plein de neige sous mon bureau et sur la moquette ou lorsqu’il n’en finit pas de dégouliner.
    Il y a donc qques rares occasions où je me sépare également de ma noire monture.
    A part ça oui, je l’emmène au restau, au Delhaize, +rarement dans le métro (pas besoin!).

  7. LUTHER34

    Le Brompton est un vélo formidable.
    Par contre je ne laisse jamais dehors et si je pense qu’il va y avoir un soucis avec le commercant, direct la housse !

  8. Tableau

    Bonjour,

    Le lien sur le site Vélotaf ne fonctonne plus (normal depuis le temps, mais bon…)
    A présent il y a des vélos pliables avec assistance motorisée.
    C’est tip top, mais un peu plus lourd: presque 20kg quand même !

  9. Bob

    Bjr à tous voilà faut que je me décide ! vraiment on ne sait vers qui se tourner brompton me plait a fond ! c’est sur et même esthétiquement plus que tout les autres et en matière de pliage nickel ! mais ou le bas blesse c’est que je fais 180cm et 90kg en muscles et des fois je pousse bien (d’ou la pièce amorto plus dur si je commande ! , et que je roule haut donc en plus ici tige de selle télescopique ! alors un revendeur B.. me dit c’est le top et pas de problème pour rouler comme vous le dites , je prend le train descend dans une ville exemple Bruges me tape jusque la panne mais en passant par Blankenberhge Blankenberghe donc plus de 75km , puis un avis de revendeur autre , qui me dit lui ho non oufti 60 km avec sa , sa va po le faire !!! vaut mieux prendre un dah.. ou tern en 20 pouces et moins cher en plus et le B… c’est un truc a pièces cher et plutot un vélo bcbg et snob ??? pourquoi les vend t’il ??? , ou alors sont incompétent ou se foute du client ou je sais pas alors , du coup que dois je faire ??? éclairez moi SVP en tout cas bonne route a tous que vous soyez en B ou autre et sauvont la planète par l’Amour et non la Haine .

  10. Olivier

    Dans le brompton, ce qui est super c’est le pliage.
    Rapide et compact.

    Donc pour faire 75 km un vélo un peu moins facile à déplier
    peut se justifier. (Je n’aurai pas peur de faire 75 km avec le mien,
    mais pour tous les jours j’ai un autre vélo, je n’utilise le brompton qu’en voyage)

  11. Bob

    Merci Olivier !
    Moi j’aimerai vraiment ne garder qu’un seul vélo , et pratique et qui me permette de faire tout avec , donc voilà pourquoi je me pose toutes ces ? est ce le bon choix ?? j’ai des amis avec Dah.. et autres marques connues moins coûteuses avec des problèmes aux niveaux des articulations et autres pièces de leurs engins , je n’ai parlé qu’une seule fois avec une fille qui a un B.. elle est enchantée mais ne fait pas ce que je fais avec non plus , et d’après se que je lis sur les forums et les vidéos de gens qui partent en trekking avec un B hyper équipé , je me pose la question c’est surement le meilleur choix , alors je viens chercher vos avis ? merci et a plus Olivier.

Les commentaires sont clos.