Les marées noires oubliées du delta du Niger

Depuis cinquante ans et dans le plus grand silence, le pétrole brut se déverse en flots continus et pollue le delta du Niger. En comparaison, la catastrophe du golfe du Mexique semble surmédiatisée.

Avec 606 champs pétrolifères, le delta du Niger fournit 40 % du total des importations américaines de brut. Il est impossible de mesurer la quantité de pétrole répandu dans le delta du Niger chaque année, car les pétroliers et le gouvernement veillent à ne pas divulguer l’information. Cependant, si l’on en croit deux grandes enquêtes indépendantes réalisées ces quatre dernières années, il s’en déverse autant par an dans la mer, dans les marais et sur terre que ce qui a fui dans le golfe du Mexique jusqu’à présent… C’est la capitale mondiale de la pollution pétrolière. L’espérance de vie dans ses communautés rurales, dont la moitié n’a pas accès à l’eau potable, est tombée à 40 ans à peine depuis deux générations. La population locale maudit le pétrole qui pollue ses terres et trouve incroyable les efforts déployés par BP et les autorités américaines pour colmater la brèche dans le golfe du Mexique et protéger le littoral de la Louisiane contre la pollution.

Lire l’article complet sur www.courrierinternational.com

Greenworld

A propos de Greenworld

Contributeur de Carfree France climatiquement engagé dans les affaires du monde

4 commentaires sur “Les marées noires oubliées du delta du Niger

  1. joan

    Merci de diffuser cette mise au point.

    Maintenant excusez moi, il faut que j’aille vomir.

  2. tommilidjeuns

    C’est immondément dégueulasse, beuark !
    Mais c’est malheureusement pas un scoop…
    çà et tout le reste des merdasses qui se propagent dans la Nature, je me demande jusqu’à quand la Terre va pouvoir supporter l’humaine débilité…

  3. Balthar

    Effectivement horrible,mais bon dieu USA oblige les médias ne peuvent parler des povres amerlok ( je vous rassur je suis pas anti americains,j’y ai vecus quelque temps la bas 😉 )
    Juste anti cons !!

Les commentaires sont clos.