Générer des Interférences dans les moteurs de recherche avec les publicités pour produits polluants

Plus précisément : faire apparaître dans la liste de résultats des moteurs de recherche correspondant à des produits très polluants des références de pages critiquant subtilement (voir subliminalement) ces produits pour essayer d’interférer avec des achats inconsidérés!

Supposons un certain nombre de situations très dérangeantes pour certaines personnes correspondant pour d’autres à un achat important et se matérialisant au final par des bouchons routiers, d’énormes 4×4 envahissants, des voitures en surnombre et, pour ne pas rester braqué sur le même sujet automobile, des souffleuses à feuilles, etc. Il est tentant dans ces circonstances de canaliser l’énergie des personnes dérangées de manière à leur proposer de participer à la création d’une critique Internet des situations leur portant préjudice! Jusque là rien de bien nouveau, sauf que dans dans ces cas particuliers en plus des objectifs traditionnels que sont les échanges d’idées et parfois l’effet cathartique de l’écriture se superpose de subtiles interférences avec la publicité en ligne dévolue aux objets controversés!

Examinons le cas d’un acheteur de gros 4×4 qui le fait principalement pour le prestige associé à la conduite d’une voiture puissante, si dans sa recherche Internet pour de nouveaux modèles, une nouvelle esthétique, etc. il tombe sur des textes suggérant (il peut suffire d’une demi phrase lue dans le moteur de recherche (*1)) psychologiquement des idées négatives sur l’objet convoité, il se peut qu’un nombre atteignable de stimulations suffise pour décourager l’achat ou le réorienter sur une plus petite catégorie!

Exemple pratique :

La publication de textes sur un sujet précis :

  1. Donner un titre publicitaire à la page contenant de nombreux mots clés, par exemple : Achat et vente de 4×4 puissants, critiques sur les conséquences.
  2. Encourager un débat ciblé sur un thème très précis, si possible en rapport avec plusieurs localisations géographiques et de nombreuses marques, non pas pour les accuser nommément, mais simplement pour essayer d’être exhaustif et d’obtenir ainsi une visibilité maximum sur les moteurs de recherches.
  3. A partir d’un certain volume de texte de qualité suffisante et pour un site relativement populaire, on finit automatiquement par obtenir suffisamment de visibilité entremêlée aux publicités.

L’effet sur l’acheteur potentiel :

  • s’il s’agit d’un achat de prestige, être confronté au manque de considération exprimé et ressenti en effet miroir par les observateurs soucieux de l’environnement qui observent ceux qui ne s’en soucient pas devrait avoir sur ces derniers l’effet anti-achat recherché! Cependant plus facile à dire qu’à faire, en effet faire prendre conscience à quelqu’un qui effectue un pavanage social à l’aide de tonnes d’acier que c’est souvent contre productif au niveau personnel peut être difficile, il conviendrait probablement de laisser une place d’expression plus que généreuse aux cibles communes de ces comportements ostentatoires dans la mesure où elles appuient les effets souhaités et dans le cas contraire il s’agit alors aussi d’un public à convaincre.
  • la mise en évidences et matraquage verbal des difficultés pratiques de ce genre d’achats : difficulté pour parquer, pollution, coûts, risques d’effectuer des dommages plus importants en cas de collisions etc. devraient aussi être distillés généreusement par toutes les personnes intéressées par ce genre de texte.

(*1) on touche ici l’effet d’un site par sa consultation partielle et indirecte, échappant totalement aux statistiques consultables par le Webmaster du site Internet concerné.

En espérant donner quelques idées aux webmaster intéressés par le sujet!

CFFs (Car Free For Switzerland)
http://carfree.over-blog.com/

CarFrite

A propos de CarFrite

Contributeur de Carfree France

16 commentaires sur “Générer des Interférences dans les moteurs de recherche avec les publicités pour produits polluants

  1. ECDPP

    A noter qu’une stratégie intéressante consisterait aussi à proposer des produits alternatifs en gagnant éventuellement sur des publicités les concernant, tout en démarrant des réflexions fondamentales sur les raisons d’achats polluants! A noter aussi qi’il est probablement aussi positif de cliquer sur les publicités Google polluantes, de manière à faire payer les vendeurs / publicitaires pour des plages publicitaire qui ne servent à rien 🙂 Par exemple quand on navigue sur le site de la SNCF ou des CFF, rien ne vaut un petit clic (ouverture en arrière plan) sur des sites de compagnies aériennes ou de jets privés! … ça rapporte aux compagnies ferroviaires, ça coute aux transports aériens et cerise sur le gâteau ça contribue à augmenter le prix des billets d’avions, ce qui est très positif si ça décourage de voler! Problème : les clics engendrés envoient aussi du CO2 dans l’atmosphère, mais l’effet global est probablement positif, néanmoins il serait judicieux que les compagnies aériennes fassent un peu d’écoblanchiment à l’aide de sites Internet fonctionnant à l’énergie verte, ce qui permettrait aux écologiques cliqueurs de pubs polluantes (ECDPP) de le faire avec meilleure conscience 🙂

  2. ECDPP

    Et les principes du guerilla marketing? La version officielle (je crois que c’est légal) consiste à simuler un besoin important (une équipe de téléphoniste s’enquièrent d’un produit donné) pour ensuite pouvoir écouler le produit dans de meilleures conditions car l’acheteur pense que les débouché sont important à cause des faux prospects. A partir de là, il est facile de modifier le paradigme de base pour des actions écologique :

    1. cibler une compagnie très polluante (téléphoner, écrire etc.)
    2. la questionner sur ses pratiques environnementales si possible en laissant l’ambiguïté sur la possibilité d’être un client potentiel!

    Si ces deux phases sont menées à bien énergiquement, on peut espérer une prise de conscience du côté de la companie et si ce n’est pas le cas une perte d’énergie communicatrice au profit de ses concurrents que l’on espère (+x) plus respectueux de l’environnement.

    (+x) en fait une condition indispensable sous peine d’assister à un simple transfert de pollution

    Évidemment ces idées ne sont efficace qu’avec l’intervention de nombreuses personnes, mais avec les réseaux électroniques et l’engouement pour les phénomènes participatifs tel les flashmobs, ce ne devrait pas être difficile! En fait il est peut-être même nécessaire d’inventer des ternes appropriés à ce genre de situation, comme : écomob, écocontact etc.

  3. SexeVendeur

    Opposer au sexe vendeur de voitures du sexe vendeur de vélo! Imaginez toutes ces demoiselles fascinées par ces quadriceps masculins 100% utilitaires et dont la dureté large et longue offre de flatteuses comparaisons 🙂

  4. Pim

    C’est vrai que l’idée du « google bombing » ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Bombardement_Google ) est une excellente idée. Néanmoins, dans la pratique, pour la voiture, il faudrait que de nombreux sites et blogs anti voitures référencent la chaine de caractères « achat joli 4×4 » …
    Et je doute que ce soit le cas. Par ailleurs les constructeurs parlent tellement de 4×4 écolo et propre, que je suppose que les premiers résultats restent et resteront pour longtemps des constructeurs de voiture ‘plein de bonnes intention pour notre sainte planète toute verte’

    NB : un des derniers célèbres google bombing c’est la recherche ‘trou du cul’ ….

  5. ECDPP

    @PIM en fait je ne pensais pas à du Google bombing mais plutôt à du référencement naturel qui met l’accent sur de belles phrases avec plein de mots clés, mais principalement présentes et essentiellement efficaces directement sur le site concerné! Spécialement si ce dernier est déjà bien noté par Google et les autres, et c’est le cas de http://carfree.fr ! Donc ça serait particulièrement efficace ici même!

    Il suffit d’un bon titre html de barre du navigateur, de bonne balises métas principales, essentiellement la description et 2 ou 3 autres trucs qui sont automatiquement optimisés sur ce site pour obtenir d’excellent résultats, la preuve : http://www.google.ch/#hl=fr&q=« conduire+moins » constaté 3ème sur 15’600 ce qui est pas mal et peut encore nettement s’améliorer si l’on s’y prend efficacement.

    On pourrait par exemple avoir l’article suivant : « voiture occasion Paris » qui correspond à une suggestion de Google Voiture occasion complétée et donne 1 220 000 résultats! Et bien une première page est tout à fait possible juste avec un bon contenu de page, voir une position dans les 3 premiers!

    Et si l’on s’y prend bien les automobilistes participent aussi à la création de la page 🙂 Un titre possible serait quelque chose du genre :

    Voiture d’occasion à Paris

    Et le contenu pourrait commencer par un texte se gaussant légèrement du sujet, par exemple :

    Quelle belle tâche que de rechercher une voiture d’occasion à Paris, le plaisir de fournir un bonus financier considérable au vendeur pour lui permettre d’acheter une voiture neuve à Paris tout en faisant le paris hallucinant de ne pas s’ankyloser à la première occasion, de résister à l’attraction salutaire du métro où plus personne ne dit « en voiture » pour embarquer les passager sans voitures et ceux qui ont une voiture de marché! etc…

    En fait il y a certainement beaucoup d’autres moyens pour créer des textes plus intéressants, avec évidemment quand les textes sont « artificiels » en ligne de font le danger de perdre du sens au profit d’un blabla axé sur la forme. Donc idéalement il faudrait faire coïncider des sujets très sensés et utiles avec un référencement interférant boosté. Les sujets qui s’y prêtent le mieux sont ceux qui traitent d’une question localisée (cela sélectionne automatiquement une région), après il suffit parfois de 5 bons commentaires utilisant des noms bien référençables comme « les voitures » plutôt que le pronom « elles » etc. Dans les grandes lignes 🙂

    Et n’oublions pas que pour beaucoup de personnes carfree c’est des voitures gratuites 🙂 il est possible de profiter de cette petite confusion en faisant un article juste sur elle! Par exemple en allant interviewer une vingtaine de personnes dans la rue, il suffit ensuite de reporter les dialogues, de faire une petite analyse et le contenu est pondu 🙂

  6. Miss Paris changeMiss "Paris change"

    C’est un peu ce qui arrive sur mon (modeste) blog au sujet des voitures. J’avais écrit un article intitulé « Se déplacer en voiture sans voiture à Paris » donc contenu localisé, pour parler de l’autopartage.

    J’ai remarqué que beaucoup de gens tombaient sur cet article en tapant « se déplacer sans voiture à Paris », du coup j’ai fait un 2ème article sur le métro, le bus, le vélo, la marche, etc pour expliquer pour les débutants comment faire à Paris pour se déplacer sans voiture.

    Ce qui est pas mal, c’est que des gens aussi qui tapent « se déplacer en voiture à Paris » tombent plus ou moins sur les deux articles qui arrivent en première page sur Google et qui présentent donc un l’autopartage (ça reste une voiture) et les autres alternatives. (transports en commun, vélo).

    C’est un début de sensibilisation.

    J’ai remarqué que globalement les transports en commun sont peu ou pas expliqués.

    Par exemple, actuellement l’A6B au sud de Paris est fermée dans un sens pendant plusieurs mois pour travaux. Quand on va sur le site officiel, ils expliquent (en tout cas pendant l’été) des itinéraires alternatifs pour éviter ce tronçon… mais toujours en voiture. Ils préconisaient aussi de privilégier les transports en commun (idem, écrit sur des panneaux dans les villes alentours)… mais les trabsports en commun ne sont pas du tout expliqués !

    J’avais remarqué que beaucoup de gens se demandaient comment aller de telle ville à l’autre sans passer par l’A6b (stats de mon blog).
    J’ai donc écrit un supplément à mon article sur l’A6b, pour expliquer sur cette partie localisée, les différentes solutions possibles en transports en commun. Ca a été du boulot !
    http://www.jehaisparis-maiscachange.com/article-autoroute-a6b-camembert–44096522.html

    Voilà. C’est clair que je conseille du contenu localisé, c’est plus efficace.

  7. CarFree

    @ECDPP, l’idée a l’air bonne même si certaines subtilités m’échappent…
    en particulier, je ne sais pas si mettre de tels articles sur le site de carfree france ne serait pas source de confusion? entre convaincus et l’immense majorité qui reste à convaincre?
    mais ton début d’article a l’air pas mal du tout: « Quelle belle tâche que de rechercher une voiture d’occasion à Paris … » Si tu veux, on peut faire un essai, tu complètes ton article sur les voitures d’occasion à paris et on le publie à titre expérimental; à charge pour nous tous de publier un max de commentaires sur le thème « achat voitures », « vente de voitures »,
    « voiture d’occasion à paname », etc.

  8. ECDPP

    Petit problème, je ne suis pas de Paris, c’était juste un exemple pour essayer de cibler local et gros, alors si je me met à écrire une centaine de lignes, ça risque d’être complètement à côté du sujet voitures à Paris! Mais disons du point de vue pratique ça va vraiment dans le sens de la réponse de Miss « Paris change » le seul problème en cas de publication intense sur Carfree France de ce genre de sujet est leurs côtés rébarbatifs pour ceux qui ne sont pas localement concernés, c’est pourquoi il ne faudrait pas qu’ils apparaissent comme articles frontals, mais comme article latéraux avec un lien depuis la page principale mentionnant les régions, come les régions sont déjà spécifiées ce ne devrait pas être trop difficile! Évidement comme il n’y aurait pas d’apparition en page principale il faut un petit effort pour attirer Google, par exemple en inscrivant l’url spécifique de l’article à la main ou en faisant des liens directs depuis d’autres pages ou sites.

  9. CarFree

    C’est marrant, depuis quelques jours on a pas mal de visites d’internautes qui viennent en ayant tapé les mots-clé « avis de marché voiture électrique » dans les moteurs de recherche… Comme quoi, ça marche même si on ne le fait pas exprès !

  10. Miss Paris changeMiss "Paris change"

    J’ajoute que vous utilisez plus souvent le terme « automobile » qui est exact (une voiture servant à désigner parfois un wagon ferroviaire ou tirée par les chevaux autrefois !), et « bagnole » (j’imagine plus condescendant ou familier) alors que dans le langage courant, les gens disent plus « voiture ». Quelques articles subversifs avec le mot voiture devraient pouvoir marcher aussi ! C’est déjà le cas avec voiture électrique apparemment ! 🙂

  11. Pim

    Autre idée relative aux recherches. Nous préférons tous utiliser Rono et Pigeo. Or, il serait plus utile (d’un point de vue purement algorithmes automatiques google) d’utiliser Renault et Peugeot avec en lien carfree par exemple. Comme ceci donc : Renault et Peugeot sont les plus gros pollueurs français !

  12. ECDPP

    @PIM Vous avez entiérement raison, d’ailleurs je vous fait écho sous une forme un peu différente (la variété paye avec les moteurs de recherche).

    Peugeot et Renault sont-elles des marques de voitures qui polluent beaucoup (*1), comme quasiment toutes les voitures?

    Voilà qui devrait encore augmenter la visibilité sur le marché global (en fait je vise toutes les marques de voitures qui polluent plus que l’utilisation de 4 vélos électriques) de ces affreuses, horibles, encombrantes, pour la pluspart ridicules et nuisibles voitures, sans oublier les 4×4 bien sûr 🙂 Mais je m’égare, je contunue donc avec un nouveau post anti-voitures (encore uen mention explicite de l’automobile sous son appelation noble et surtout courante)

    (*1) Combien Peugeot et Renault polluent exactement avec leur vente et construction de puissantes et grosses voitures, se rattrapent-ils avec les petites voitures? Cela reste pour moi un mystère pour les statistiques exactes … encore un truc à contrôler 🙁

  13. ECDPP

    @PIM 2 : en fait un gros problème vient du fait que les groupes de protestation ont tendance à utiliser un vocabulaire péjoratif (bagnole, tas de ferraille, char urbain, caisse, poubelle, handicap-mobile, et … bagnolard) qui évolue totalement en parallèle du vocabulaire standard et publicitaire (voiture, automobile, et conducteur ??? ) et qui par conséquent crée une séparation au niveau des groupes de lecteurs, ceux qui ont une vision positive de l’automobile ont moins de chances de tomber sur nous simplement parce qu’ils n’ont pas le même vocabulaire! Et ça se ressent aussi au niveau personnel, je suis pour le moment incapable de trouver plus de 2 mots neutres désignant une voiture et aucun mot positif!

    Très dommage! Ah encore … auto, 4×4, et les modèles spéciaux avec attributs : berline, jeep, tout-terrain, break (?), fourgon, camionnette, mobile-home, caravane, remorque etc.

    Deux dictionnaires utiles :

    http://www.crisco.unicaen.fr/cgi-bin/trouvebis2?requete=automobile
    http://dico.isc.cnrs.fr/dico/fr/chercher?r=automobile

    Voilà voilà, une bonne solution serait donc d’utiliser aussi les mots neutres, éventuellement en les couplant avec un adjectif négatif, par exemple ces voitures rifdicules etc.

    Courage, on à raison c’est qu’une question de temps pour que tout le monde comprenne, mais il faut juste espèrer que ça sera pas trop tard!
    @+ ECDPP

  14. CarFree

    Un autre type d’approche consisterait à saturer les sites internet des constructeurs automobile pour les rendre inutilisables. C’est ce qu’ont fait les hackers Anonymous avec les sites des sociétés américaines de droits d’auteurs…
    Avec un simple logiciel, n’importe quel internaute peut lancer une attaque consistant à saturer un site de requêtes jusqu’à son blocage.
    Source: http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/vu-sur-le-web/20100920.OBS0124/un-groupe-de-hackers-declare-la-guerre-aux-ayants-droit.html

  15. Pim

    oui mais ca ca devient illégal. Le plus souvent, on infecte des machines de particuliers (souvent des gens qui comprennent pas grand chose à l’informatique) et on transforme ces machines en machine zombie.
    Ensuite, les hackers pilotent ces machines pour qu’elles se connectent toutes en meme temps (sans que le zombie lui meme en ait conscience) au site à attaquer. Le serveur est saturé et tombe.

    Il existe meme des logiciels clé en main pour cela : c’est un vrai commerce. Tu peux meme louer 50000 machines zombie pour 2h par exemple pour attaquer le site http://www.gros4x4.com (c’est un exemple, toute ressemblance etc.) aupres de hackers étrangers (sites russes par exemple)
    Accessoirement, je ne connais pas les peines encourues pour ce genre d’attaque

    Ici le logiciel de nouvelobs est un peu différent, puisque c’est l’utilisateur qui, de son plein gré se déclare ‘zombie actif’ en tentant de se connecter 10 000 fois au site à attaquer. Et dans ce cas, j’ignore si c’est légal… Tu es libre de te connecter à un site tant que tu le souhaites, mais si c’est dans l’intention de nuire, c’est peut etre différent.

  16. ECDPP

    @ Carfree : ce n’est pas légal, donc gros ennuis possibles, et ça implique beaucoup de traffic (saturation) et sans message tout en dégageant plein de CO2 … pas vraiment le but! … ça peut se justifier dans certains cas, mais ce n’est certainement pas une solution à long terme pour convaincre! A tout prendre je pense qu’il serait plus rentable d’aller améliorer les affiches publicitaires voitures avec de judicieux jeux de mots, vous pourriez d’ailleurs lancer un concours d’amélioration virtuelle des affiches automobiles (*1) actuelles les plus scandaleuses!
    a+ ECDPP

    (*1) Vous voyez j’applique la technique vocabulaire enrichi 😉

Les commentaires sont clos.