Toulouse : Trop d’abus sur les pistes cyclables


Les incivilités des automobilistes sont trop fréquentes. Ici avenue des Minimes./Photo DDM, Michel Viala archives.

Alors que la communauté urbaine prépare une harmonisation des pistes cyclables, le comportement des automobilistes irrite les adeptes de la bicyclette qui demandent davantage de sévérité.

Même Philippe Goirand, élu vert, délégué aux pistes cyclables le déplore. « Dans certaines rues toulousaines, comme la rue de Touraine, la bande cyclable est davantage occupée par les autos que par les vélos. »

Cette propension quotidienne des conducteurs à occuper l’espace vélo rend les cyclistes verts de rage et certains en appellent à davantage de sévérité. C’est le cas de Florian Jutisz de l’association Vélo. « En dépit des améliorations réalisées ces dernières années par la municipalité, il y a quelque chose qui n’évolue pas à Toulouse. C’est la mentalité des automobilistes », observe-t-il en ajoutant : « Il suffit de passer devant la gare Matabiau pour constater que la bande cyclable sert de parking tout au long de la journée ».

Selon lui, « quelque 1 800 procès-verbaux sont dressés tous les ans, par la police municipale et ce nombre reste très inférieur au nombre de PV distribués dans une ville comme Paris ».  En résumé, la Ville rose pourrait mieux faire et le chef de la police municipale l’admet volontiers.

En revanche précise Jean-Pierre Havrin, « les 170 policiers municipaux ont aussi des tas de priorités à gérer. Forcément, ils se concentrent sur les problèmes les plus urgents. Mais on ne peut pas leur reprocher d’être laxistes. Ils font au mieux ».

En réalité, pour les uns comme pour les autres, la répression ne suffit pas à résoudre les incivilités. « C’est aussi une question d’éducation et c’est tout le sens de notre dernière campagne sur le partage de la rue », rappelle Philippe Goirand.

Le président de l’association Vélo suggère, lui, d’adopter une autre méthode. « La solution la plus efficace serait de bâtir des murets à certains endroits pour empêcher les voitures d’empiéter sur les pistes cyclables », dit-il.

Dans les mois qui viennent la ville va aussi étendre les zones à 30 km/heure à de nombreux quartiers. « Une zone à 30 n’implique pas de tracer une bande cyclable. Dans le quartier des Chalets, ça fonctionne », se réjouit Philippe Goirand en rappelant un chiffre : « Nous avons consacré 4 millions d’euros aux pistes cyclables en 2009. C’est un effort sans précédent ».

http://www.ladepeche.fr/article/2010/06/03/847634-Trop-d-abus-sur-les-pistes-cyclables.html

MOA

A propos de MOA

Contributeur du site Carfree France

23 commentaires sur “Toulouse : Trop d’abus sur les pistes cyclables

  1. Anthony GrégoireBaillecyclist

    L’éducation compte beaucoup, et en voyant tous les jours, en passant devant une auto-école qu’ils garent systématiquement leur voiture sur la piste cyclable, je suis un peu desespéré. Ou lorsque, je me suis fait controlé (à pied) par la police qui s’est arrété sur la piste cyclable, ils ont peu apprécié ma remarque sur leur incivilité, et m’ont dit que ca ne me regardait pas!
    Alors si ces gens là n’en ont rien à foutre et ne respecte pas les règles, comment peut on demander au reste de la population de les respecter?
    Dans les rues où les pistes cyclables sont régulièrement squattées, je roule au milieu de la route. On leur laisse les pistes, alors prenons les routes!

  2. pedro

    @BAILLECYCLIST:
    idem avec un car de CRS stationné sur une piste cyclable. Quand je leur dis gentiment que c’est interdit on me répond « dégage »…

  3. Vincent

    Moi ceux qui gênent je leur colle un autocollant bien chiant à retirer sur la vitre. En général ils comprennent… Et si ils râlent je descend et bizarrement on les entends plus…

  4. Thomas

    Même si les voitures sur les bandes cyclables m’exaspèrent, j’essaie de relativiser et de faire la différence entre stationnement et arrêt. Moi même lorsque j’ai quelque chose à transporter en voiture, il m’arrive de m’arrêter au bord de la chaussée pour décharger, ça peut être sur une bande cyclable, et ça n’est en fait pas interdit sauf signalisation contraire. Lorsque la personne est au volant, il y a des chances que ce soit un très court arrêt et je me retiens de l’agresser.
    De toute façon du plus loin que je vois la bande occupée, je me décale à gauche pour anticiper le changement de file, je contribue à apaiser la circulation et aucune des bagnoles derrières n’ose rien dire. C’est un « échange de bon procédé » (traduire, les bagnoles me font chier, je les fait chier) et c’est tout à fait légal.
    Ça ne m’empêche pas de shooter un rétro de temps et temps quand manifestement la voiture est garée là pour la nuit.

  5. Anthony GrégoireBaillecyclist

    Je ne fais pas la différence entre arret et stationnement. Il y a des rues où il y a en permanence des voitures à l’arrêt pour 2 minutes, elles partent pour laisser place à d’autres, je ne vois pas la différence.
    Et pourquoi bloquer la voie cyclable pour décharger plutot que la voie bagnolable?

  6. Moa

    Thomas : « De toute façon du plus loin que je vois la bande occupée, je me décale à gauche pour anticiper le changement de file »

    Et quand on voit les bagnoles au dernier moment? C’est mon cas, tous les jours où les bagnoles s’arretent pour deux minutes sur la bande cyclable dans un virage… je réppète : tous les jours !

    Je me déporte au dernier moment sans avoir pu anticiper. C’est très dangereux.

    Il manquerait plus que les automobilistes derrière moi me klaxonnent!
    Il est normal « qu’ils n’osent rien dire » car ils n’ont rien à dire -> la chaussée appartient à tout le monde.

    Baillecyclist : « Et pourquoi bloquer la voie cyclable pour décharger plutot que la voie bagnolable? »

    Exactement, c’est ce que je dis systématquement ! Qu’ils se fassent chier entre eux s’ils veulent !

    Mais non, trop peur de se faire égratigner leur bagnole sans doute.

    Donc, ils préférent emmerder les cyclistes (pistes cyclables) ou les piétons en se garant sur les trottoirs.. trottoirs sur lesquels les municipalités sont obligés de fixer des barrières / plots / murets… barrières régulièrement explosées par un automobiliste n’ayant pas maitrisé sa trajectoire en pleine centre ville. Ya plus qu’à espérer qu’au même moment il n’y avait pas un piétonn au même endroit.

  7. Jojo

    Thomas : « il m’arrive de m’arrêter au bord de la chaussée pour décharger, ça peut être sur une bande cyclable, et ça n’est en fait pas interdit sauf signalisation contraire »

    Non c’est clairement interdit sans tous les cas, même de s’arrêter au bord de la bande cyclable d’ailleurs.
    Art R417-10 du Code de la Route :
    Est considéré comme gênant la circulation publique l’arrêt ou le stationnement d’un véhicule sur les voies vertes, les bandes et pistes cyclables ainsi qu’en bordure des bandes cyclables.

  8. Yefka

    « Et pourquoi bloquer la voie cyclable pour décharger plutot que la voie bagnolable? »

    Peut etre parce que le velo peut toujours contourner alors qu’une voiture ne le peut pas forcement ? 😉

    Dans le genre des comportements agaçants, il y a ces voitures qui se sentent obligées de coller le passage piéton (en se posant généralement sur l’espace réservé aux vélos), voir parfois carrément sur le passage piéton. Les pires étant ceux qui avancent petit à petit sur le passage piéton pour montrer leur impatience du passage au feu vert.

  9. Thomas

    Je n’avais pas l’intention de commencer un troll, dans le fond je suis bien d’accord avec vous ; les arrêts sur les bandes cyclables sont trop souvent abusifs (même pour 2 minutes), et les bagnoles s’arrêtent sur les bandes beaucoup plus facilement que sur les voies de circulation normales.

    « Et pourquoi bloquer la voie cyclable pour décharger plutot que la voie bagnolable? »
    Parce que quand on s’arrête, c’est à droite au bord de la chaussée et pas au milieu ! C’est pas de bol si la bande est là. Et puis sérieusement vous seriez rassurés de passer entre une voiture arrêtée à gauche sur sa voie et les voitures stationnées à droite, avec les ouvertures de portières ?
    C’est tout le problème de la bande cyclable : ça détermine la place du cycliste alors que ça place devrait être partout. (mettons des Zone 30 partout, et plus de bande cyclable !!)
    D’ailleurs une voiture qui s’arrête au bord est aussi dangereuse pour les vélos qu’il y ait une bande ou pas puisque ça oblige à faire un écart, le problème n’est donc pas vraiment le stationnement sur la bande, si ce n’est comme je disais plus haut que la bande cyclable incite les bagnoles à s’arrêter parce qu’elles les prennent pour un parking.

  10. Carl

    Un automobiliste qui s’est garé en plein milieu d’un trottoir empêchant tout passage autre que sur la chaussée (je sais c’est hors sujet mais le combat est proche) m’a répondu, à la question de savoir pourquoi il faisait ça, « c’est pour ne pas gêner la circulation ». Je l’ai laissé devant la bêtise de sa contradiction…

  11. Pim

    [mode hardcore] sinon on peut toujours pédaler avec un antivol-U à la main… [/mode hardcore]

    @Thomas : « Et puis sérieusement vous seriez rassurés de passer entre une voiture arrêtée à gauche sur sa voie et les voitures stationnées à droite, avec les ouvertures de portières ? »
    C’est bien pour ca qu’il est interdit de s’arrêter et stationner le long d’une piste cyclable (et aussi ‘sur’), ce que Jojo nous rappelait : « Art R417-10 du Code de la Route :
    Est considéré comme gênant la circulation publique l’arrêt ou le stationnement d’un véhicule sur les voies vertes, les bandes et pistes cyclables ainsi qu’en bordure des bandes cyclables. »

  12. Gari

    Je suis plutôt d’accord avec Thomas : les gens qui se garent sur la bande cyclable (et non piste) ne font que se garer aussi à droite que possible, ils feraient la même chose sans bande cyclable.

    Et surtout, je suis d’accord pour retirer toutes les bandes cyclable et faire des zones 30… Ce n’est pas en ghettoisant les usagers de la route en fonction de leur véhicule qu’on va améliorer le partage de la chaussée. Je me suis déjà fait emmerder par des automobilistes parce que je ne prenais pas la bande/piste cyclable…

    Par ailleurs, s’opposer frontalement dans le pur style « Qu’ils [les automobiliste] se fassent chier entre eux s’ils veulent ! » (cf le message de MOA ci-dessus) n’améliorera pas les choses non plus ; à part continuer la gueguerre de classes (automobiliste – cycliste) sans apporter la moindre solution.

    Finalement, je veux revenir sur la photo illustrant l’article : la bande cyclable présentée délimite pour moi la zone dans laquelle un cycliste NE DOIT PAS aller, à cause des ouvertures de portières intempestives. Je ne prends JAMAIS ce genre de bande cyclable. Je roule généralement juste à gauche de la ligne discontinue définissant la bande.

    Cela dit, hein, je suis d’accord : c’est chiant toutes ces bagnoles qui se garent n’importe comment pour un oui ou pour un non, mais je pense que la solution passe par… la réduction du nombre de bagnoles ! Bref, c’est pas demain que ça va changer…

  13. Moa

    Pour ma part, là où je suis d’accord avec Thomas, c’est sur le fait que les piste cyclables sont pris pour des aires de stationnement plus facilement que les voies pour bagnoles. Q’ils cherchent à se garer le plus à droite me paraît être une évidence.

    En attendant d’apporter une « moindre solution, » qu’ils [les automobilistes] se fassent chier entre eux améliorera quelquechose à la différence de ce que dit Gari : la vie -sens propre et figuré- des cyclcistes.

    Donc en attendant (longtemps?) de réduire le nombre de bagnole, de se partager la rue dans la joie et la bonne humeur, je continuerai de conseiller aux rétroviseurs des bagnoles garées comme des abrutis de se planquer, aux autocollants de continuer à se coller sur les pare brises et… qu’ils se fassent chier entre eux.

    D’ailleurs, en se faisant chier entre eux ET en voyant qu’à côté ca roule le sourire aux lèvres et les cheveux au vent, peut être que la drôle d’idée de laisser tomber peu à peu leur bagnole germera dans leurs cerveaux, allez savoir.

    D’autre part, je ne suis pas un spécialiste des « classes » mais s’ils ont choisi cette « classe » -pour reprendre l’image de Gari-, c’est leur choix, on ne les contraint pas à en faire partie.
    Le terme « lutte des classes » ne me paraît pas vraiment approprié dans le cas cyclistes / automobilistes.

  14. WATELLIER

    Les pistes cyclables ?

    Plutôt des pistes dédiés:
    – aux automobolistes et livreurs pour s’arrêter sans être klaxonner par leurs congénères,
    – à l’entrainement, pour éviter les automobilistes qui ouvrent leur portière sans même penser à regarder dans leur rétro, puisqu’ils ne sont pas sur leur route,
    – à entreposer tous les détritus ramassés sur la route et les trottoirs, et notamment les morceaux de verre.

    Il ne faut pas oublier non plus les trous et les plaques d’égoûts, qui nous font soit serrer les fesses, soit slalommer sur la route pour rester en selle.

    Et que dire des voies partagées avec les bus et leurs pots d’échappements, avec les deux roues motorisés qui nous rasent sans vergogne, avec les automobilistes qui tournent à droite en nous coupant la voies sans préter la moindre attention à notre existence,et ceux qui veulent s’incérer dans la circulation et coupent toute la voie …

    Un petit mot aussi, aux piétons innatentifs qui traverse à l’ouie et ne regarde pas en traversant.

    Bref, dix minutes pour allé bosser, c’est le risque de se faire écraser au minimum 2 fois par trajet . Cela maintient l’attention et la vivacité !

    Au fait pour les voies à 30 km/h, il est interdit par arrêté municipale de les prendre à contre sens à Toulouse.

  15. Vélotafeur31

    Ah merci, je n’étais sans doute pas remonté aussi loin dans les articles. 😉
    J’en profite d’être lu pour vous féliciter et vous remercier.

    Et vu que l’article parle de Toulouse je raconte juste une anecdote récente: le mois dernier sur une piste cyclable j’ai claqué la portière d’une voiture stationnée en plein sur celle ci avec la portière passager grande ouverte, et un gars en est sorti et m’a couru après en insultant ma pauvre mère.
    Emplacement, au bout des allées Charles de Fitte côté gauche juste avant le pont des Catalans pour ceux qui connaissent.

  16. Moa

    ahaha excellent le gars qui te court après!

    Pour ma part, toujours à Toulouse, pas plus tard que hier après-midi, je me suis fait insulter par une ravissante et jeune automobiliste mais néanmoins extrêmement énervée (et sa passagère) au niveau d’un passage « piéton et vélo » (le long du canal vers la matabiau) car j’ai eu l’indélicatesse de passer lorsque mon feu était…. vert !

    Eh oui, celui-ci étant judicieusement synchronisé avec le feu vert des bagnoles de l’autre côté tournant sur ce passage… automatiquement les automobilistes, ayant un cerveau qui rétrécit quand ils montent dans leur voitures, ne peuvent pas comprendre qu’ils puissent trouver sur LEURS passages, des piétons et des cyclistes à ce moment précis… bouuuh les vilains.

    A noter que lorsque je passe et qu’il y a des voitures, j’ai systématiquement droit à des regards au mieux complètement ahuris au pire complètement énervés de me voir passer. Je répète un petit coup en décomposant pour bien faire comprendre que ce n’est pas du pipeau : sys-té-mat-ti-que-ment !.

    Bref, outre le fait que c’est un passage extrêment dangereux pour ceux qui n’ont pas d’armures et que j’en remercie la mairie, la voirie et tata denise..
    Je me suis demandé si elle se rendait compte que dans la vraie vie (c’est à dire sans sa saloperie de carcasse en féraille & plastoc qui lui sert d’armures et qui fait que je n’ai rien entendu à ses insultes)… se rendait-elle compte donc que dans la vraie vie, en me parlant comme ça, il y aurait eu de forte chance que malgré toute la maitrise dont je peux faire preuve, elle eusse pris une mandale dans la gueule?… légère mais mandale quand même. Je crois bien pas qu’elle ne s’en soit rendu compte.

    Bon, elle n’était pas dans la vraie vie donc pas de souci pour elle.

    Bien sûr, après je me serais excusé car faut pas mandaler les dames même quand elles jouent aux hommes velus… je suis presque sûr qu’elle a du essayer de se gratter les couilles quand elle a raconté ça en arrivant chez elle.

    A noter, le motard juste derrière la bagnole qui étant dans l’obligation de mettre un pied à terre du fait de mon passage -volontairement lent du coup histoire d’avoir le temps de lire sur les lèvres de la demoiselle énervée- a mis quelques coups d’accélérateurs bien sonores à décorner un boeuf pouir me faire accélérer je suppose (comment aurait-il dit ce gros con? ah oui… « j’ai essoré la poignée! ihihih »). Me demande qui c’est le boeuf d’ailleurs…

    Me suis bien marré en tout cas.

  17. MOAMoa Auteur

    Evidemment, j’ai oublié de préciser que je devais être pour eux, lors de cette traversée, « un con de cycliste hyper dangereux voyou sans casque et sans gilet fluo qui ne respecte rien qui se croit tout permis et blabla et blabla » !

  18. Pim

    Complètement d’accord avec l’article et les commentaires!
    Perso, à chaque fois que je passe là : http://tinyurl.com/BagnolesDeMerde il y a toujours des bagnoles garees sur la bande cyclable (deja tres merdique, remarquons le au passage), et elles se prennent toujours un bleu quand je passe ;-).
    Celle sur le lien street view est prise en flag et le gros 4×4 de merde à côté aussi!

  19. Christian

    Mon safety code…

    1/ L’AUTOMOBILE est un ANIMAL GREGAIRE dont les sens sont atrophiés: il est pratiquement aveugle et sourd et il possède mal sont propre schema corporel.

    2/ TON PLACEMENT sur la chaussée EST LE LANGAGE NON VERBAL qui seul te permet de COMMUNIQUER avec ces créatures.

    3/ LA TETE ET LE CORPS sont les INSTRUMENTS de ce langage. Si tu doute de la réaction de l’animal ne pas hésiter a sur-jouer les mouvements de placement surtout en cas de changement de direction ou si tu croise son chemin.

    4/ JE JAMAIS ROULER A L’INTERIEUR DES PISTES CYCLABLES
    appelées aussi zone de prédation: la portière , appendice de nourrissage, guette sa victime.

    5/ ROULER SUR LA GAUCHE DE LA CHAUSSEE dans les situations ou on précède la Bête: circulation bloquée ou vitesse de roulage supérieure.

    6/ SE RABATTRE à droite d’un mouvement souple, franc, respectueux et lisible en anticipant sur le troupeau qui te rejoins: dans ton dos ils arrivent…ne tente pas de t’imposer, tu ne fais pas partie de l’espèce…

    7/ LE BUT est d’arriver VIVANT (avé le sourire).

    Peace, respect.

  20. theron

    Les bandes et pistes sont des inventions d’automodébiles, certains sont devenus piedcons et d’autres de plus en plus adeptes des transpires en commun. Les vélorutionnaires circulent sur la chaussée, évitant les trottoirs comme la peste. A Toulouse comme ailleurs : brûlons les feux, grillons les priorités aux bagnoles, devenons plus vélonomes par nos ateliers, mettons les bagnoles en sous-nombre (c’est pas gagné mais ça vient !), réduisons leurs espaces de stationnement en y garant nos vélos 2 à 2, réunis en masses critiques le plus souvent possible… Vive la Vélorution !

Les commentaires sont clos.