« Guidon d’Or » et « Clou Rouillé » 2011

La Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB) a tenu son assemblée générale annuelle le 16 avril à Clermont-Ferrand. Elle a décerné le Guidon d’or 2011 à Chambéry Métropole (Savoie) et le Clou rouillé 2011 à la ville de Saint-Avold (Moselle).

Chambéry Métropole (126 000 habitants), a reçu le Guidon d’or, pour un partenariat exemplaire ayant abouti à la création d’une passerelle cyclo-piétonne sur le ruisseau de la Mère. L’idée est née du conseil municipal des jeunes de la commune de La Ravoire. La passerelle a été conçue et réalisée par les élèves de BTS construction métallique du lycée Monge. Chambéry Métropole a financé la passerelle et les pistes cyclables attenantes. Le nouvel itinéraire permet ainsi de rejoindre en toute sécurité le lycée du Granier, en évitant un carrefour dangereux et une route à forte circulation.

Le Clou rouillé revient à la ville de Saint-Avold (17 000 habitants), pour le non respect de la loi, qui oblige à prendre en compte le vélo, lors des nombreux aménagements de voiries réalisés dans tout le centre-ville, et le refus d’appliquer le décret du 30 juillet 2008 sur l’obligation de réaliser des doubles sens cyclables dans les zones 30. Au contraire, la mairie continue à adapter la ville à la voiture et pénalise de ce fait les déplacements à vélo. En centre-ville, il y a 2 000 places de parking pour les voitures contre 12 arceaux pour les vélos !

Ont également été nominés pour le Clou rouillé 2011 :
· La Ville de Lyon, pour la non-généralisation des doubles sens cyclables dans sa zone 30, qui est une des plus étendues d’Europe. En effet, 84 % des rues à sens uniques ont été exclues de ce dispositif par un arrêté de la Ville de Lyon.
· La Ville de Reims, pour le manque d’aménagements cyclables, notamment lors de la réalisation du tramway, inauguré ce jour. Reims n’affiche aucune ambition en matière de politique cyclable : voies de bus toujours interdites aux vélos, suppression de voies cyclables à l’approche d’un carrefour, zones 30 sans doubles sens cyclables…

Source: http://www.fubicy.org/

FUB

A propos de FUB

Fédération française des usagers de la bicyclette (FUBicy)

7 commentaires sur “« Guidon d’Or » et « Clou Rouillé » 2011

  1. antec

    Ayant été étudiant à reims pendant quelques années, j’ai pu y vivre 2 vols de vélo, un refus de priorité ayant entrainé une chute et une roue voilé tapé contre un trottoir.
    Et avec le peu de voies cyclable je ne me gênais pas a prendre ma place sur la route… avec bien sûr ces voitures qui prennent des risques pour te doubler pour les redoubler ensuite au feu rouge suivant.

  2. cycliste alcoolique

    Après avoir passé des années à Montréal, j’ai été, il y a 3 mois, relocalisé à Sydney. 20 heures d’avion, même si je met la facture carbone sur le dos de l’entreprise, je me sens encore sale, et ais vite repris le vélo.
    Je ralais à montréal, je pestais contre la société automobile. Ici, à Sydney, il n’y a qu’une société et elle est automobile.
    Pourtant il y a qques pistes cyclables – pour faire bien – avec personne dessus. Il y a les bandes sur les cotés -annoncées comme cyclables sur les cartes les cartes- sur lesquelles les automobilistes peuvent légalement se garer. En fait c’est le contraire, ce sont des bandes de parking sur lesquelles les cyclistes sont invités à pédaler pour ne surtout pas aller emmerder les automobilistes sur la route. Les panneaux de prévention invitent les cyclistes à la prudence, de faire attention aux voitures… tout une culture. Dans mon quartier – le maire est « écolo »: pas de pistes cyclables (même pas de parking cyclables), et interdiction de pédaler sur les trottoirs. Aucune place pour le cycliste. L’automobiliste à tout les droits. Ils viennent même nous chercher sur les trottoirs, considérant qu’ils sont prioritaires en entrant/sortant des nombreux parking sous-terrains. Ils en sortent/rentrent en passant sur le trottoir à vive allure sans se soucier des piétons. Les enfants sont habitués à s’arrêter également à chaque sorties d’immeuble. Très peu de passages piéton, quand il y en a un i l faut appuyer sur un bouton pour que au prochain cycle, le piéton puisse traverser – ça peut prendre 2-3 minutes, et selon le cas, l’autorisation ne sera pas donnée. Statistiquement, il a a très très peu d’accidents impliquant piétons et cyclistes. Les premiers ont peur, et marchent tels des soldats, étudiant la moindre sortie de garage; les cyclistes, y’en a pas. Sauf, le matin très tôt, quelques-un en groupe … des sportifs. J’ai vu 3 magasins de vélo, que pour le sport. Aucun magasin de vélo pour le le cycliste qui s’en sert comme vrai moyen de locomotion. Y’a pas le marché.
    Les TECs sont pourris et hors de pris. Ici c’est la voiture.
    Je me rends toujours au travail à vélo. 30 km. Je me fais insulter, klaxonner, on me jette des canettes- des bouteilles!!!!
    Quoique, pour ce qui ai de jeter par la fenêtre, ici on le fait sans problème, qu’il y est un cycliste ou pas. TOut se jette par la fenêtre – l’espace vivable étant la bagnole et la maison. Alors lorsqu’on pédale, on doit éviter verres cassés, moteurs -MOTEURS-, pneus, et autres merdes. On pédale dans un bourrier.
    Dans la ville on trouve beaucoup de cadies sur les trottoirs à l’entrée des immeubles, des garages..les gens étant trop fénéants, préfèrent perdre leur 2$. Pendant ce temps, un petit avion dans le ciel, déploie un message de fumée annonçant les soldes de Honda…La pollution est vraiment totale.

  3. stefanopoulos

    Cycliste alcoolique, tu devrais faire un blog. Il y a visiblement des choses à redire au pays des surfeurs… Le cycliste semble aussi peu considéré que les Aborigènes. Bon courage à toi !

  4. Le cycliste intraitable

    @ Cycliste alcoolique :

    Pour te consoler de ces infâmes bagnolards que tu nous décris, lis le chapitre sur l’Australie « minière » dans « Effondrement », de Jared Diamond. (« Collapse » en anglais)

    Saint-Avold a sans doute été choisie parce que quelqu’un s’est motivé pour monter un dossier « Clou rouillé », mais énormément de villes moyennes sont dans le même cas. Que dire d’Arpajon, en région parisienne, qui a tout son centre-ville en zone 30, aucun double-sens cyclable et qui est extrêmement fière de ses 2400 places de stationnement… pour moins de 10000 habitants ?

  5. antec

    De toute façon, il est clair que ces villes/pays basé à gogo sur la voiture tomberont les premiers avec la raréfaction du pétrole.

    Et ce ne sera pas faute de les avoir prévenu…

  6. nancéien

    à Nancy ville en tête du classement Des villes prêtes à tous les efforts pour éradiquer la voiture hors les murs, nous bénéficions de bicyclettes en libre-service type Vélib’, dont l’entretien annuel coûte 4000 € par bicyclette égale 800 000 € pour l’entretien de 200 bicyclettes, « Source journal la semaine de Nancy » comme vous pouvez le constater la ville de Nancy, maire André Rossinot, est prête pour participer à l’opération vieux biclou rouillé,
    à qui profite le crime ? ?

  7. cycliste alcoolique

    Merci pour les encouragements et pour les idées de lecture. Je vais essayer de trouver Collapse. ET comme tu dits ANTEC., rien n’est fait ici pour vivre sans pétrole. D’ailleurs personnes ne réalise que ça arrivera bien un jour.

Les commentaires sont clos.