La belle fable de Nissan pour vendre sa bagnole électrique

Demandez autour de vous: que se passera-t-il quand il n’y aura plus de pétrole ? Hein ? Réponse quasi-unanime: “ben c’est pas grave, on roulera en voiture électrique”…

Pas étonnant, c’est le message subliminal distillé par les médias esbaudis par les promesses des constructeurs automobiles, qui, il faut bien le dire, contribuent à les financer largement en leur achetant des quantités déraisonnables de pages de pub.

L’avantage, c’est que les médias en question reprennent ces inepties en bêlant, et surtout sans se poser les questions qui fâchent, du genre :

– Comment on va faire pour produire toute cette électricité ? (on va mettre des centrales nucléaires partout)

– Où va-t-on trouver les capacités de production suffisantes pour produire par millions des batteries et des moteurs, qui exigent par exemple du lithium et des terres rares ? (pas de réponse)

– Où vont-elles être produites ? (en Chine)

– Quel est le bilan CO2 de ces engins quand l’électricité est produite à partir d’énergies fossiles ? (désastreux)

– Comment on fait pour aller de Metz à Biarritz ? (on prend le train)

Néanmoins, après des années d’annonces et de protos de salons, il semble qu’il soit bientôt possible d’acheter, à prix exorbitant, les premiers spécimens de ces engins.

Le modèle le plus abouti et le plus promis à un succès d’estime (quelques centaines d’exemplaires vendus dans l’année…) est la Nissan Leaf. Simplement, parce que c’est la seule qui ressemble à peu près à une voiture ordinaire : 5 places, un coffre pas trop petit, un poids déraisonnable de 1.5 tonne, un moteur de 110 chevaux, capable de rouler à 145 km/h (pas longtemps…), une sécurité identique…

Evidemment, il ne faudra pas trop demander au niveau de l’autonomie, 175 km annoncés, en hiver si on arrive à 100 km ce sera déjà pas mal, d’autant que Nissan annonce que les batteries perdront 20% de leur capacité en l’espace de 5 ans… Sur une prise normale, il faut 12 heures pour la recharger complètement… Autre “détail” : le prix, hallucinant : 36000 euros (dont environ 20000 rien que pour la batterie !), hors options. Comme l’État français en faillite n’a rien de mieux à faire que de subventionner ce machin à hauteur de 5000 euros, l’heureux acheteur devra faire un chèque de 31000 euros !

Au pays du diesel, il semble peu probable que cette Nissan attire les foules. Alors, pour appâter le chaland, Nissan a décidé de raconter une belle histoire à ses futurs clients : la concession d’Aix en Provence a livré le 2 août dernier la première Nissan Leaf de France à la famille Gerbaud. C’est madame qui va s’en servir pour aller au boulot, elle va faire 80 km par jour à son volant. Ils la rechargeront tous les 2 jours, et grâce à l’économie d’utilisation fabuleuse, ils ne dépenseront plus que 60 euros d’électricité au lieu de 400 euros de gasoil auparavant… Son mari, qui est comme il se doit le cerveau de l’opération, affirme que l’investissement sera remboursé en un an, en plus de la fierté de ne pas polluer.

Voilà voilà. Convaincant, non ?

Vous pouvez vérifier (cherchez nissan leaf gerbaud sur Google), cette histoire a été publiée dans les mêmes termes et avec les mêmes photos par une myriade de médias, qui se sont contentés de la reproduire avec une absence de sens critique qui force l’admiration.

Une simple calculette aurait pourtant suffi à mettre en évidence l’escroquerie intellectuelle.

D’abord, si la voiture parcourt 80 km par jour, c’est tous les jours qu’il faudra la recharger, pas tous les deux jours, trop de risque de panne le deuxième jour. 80km par jour, 22 jours de travail par mois, ça fait 1760 km par mois. Je suppose que ce n’est pas avec cette bagnole qu’ils iront voir une hypothétique famille a Dunkerque, car à raison de 12 heures de charge tous les 175 km, il leur faudrait plus d’une semaine de trajet pour faire l’aller-retour… Admettons donc qu’elle fasse 2000 km par mois. Avec un diesel moderne équivalent (GOLF TDI, 308 HDI), elle ne consommerait sans doute pas beaucoup plus de 5 litres aux 100. Mettons 5.5. Je viens de regarder sur le site du gouvernement, le gasoil coûte environ 1.26 euro le litre à Aix en Provence. 110 litres par mois à 1.26 euro, ça ne fait pas 400 euros mais 138… Pour obtenir 400 euros, il faut croire que l’ancienne voiture de madame était une Porsche Cayenne ou un Hummer, mais vous avouerez que cela fausse un peu la comparaison…

L’économie mensuelle de carburant, à supposer que les 60 euros d’électricité ne soient pas aussi bidonnés, serait donc inférieure à 80 euros. C’est là qu’on repense aux 31000 euros… Ça fait largement 10000 de plus que les concurrentes diesel que j’évoquais… La rentabilité n’est plus obtenue en 1 an, mais en … 10 ans ! Autant dire jamais ! Je veux bien croire que le coût d’entretien du diesel sera supérieur (d’autant que le diesel tombera fatalement plusieurs fois en panne), mais sa valeur de revente sera très supérieure… Et au bout de 10 ans, la batterie de la Nissan sera foutue…

On peut donc affirmer que dans les conditions économiques actuelles (prix des bagnoles, du carburant et de l’électricité), celui qui achèterait une Nissan Leaf pour faire des économies ferait un calcul aussi pertinent que celui qu’ont fait les électeurs non millionnaires de Sarkozy qui espéraient en 2007 “gagner du pouvoir d’achat”…

Bien sûr il faudra revoir ce calcul quand le litre de gasoil sera à 2, 3 ou 5 euros, et que le prix des batteries aura diminué… Mais en attendant, que reste-t-il aux pionniers, sinon le privilège de se la péter auprès de leurs voisins ou de leurs collègues de boulot ? La satisfaction de ne pas émettre localement de gaz pourris ? Elle est réelle, mais ne saurait pas faire oublier la cohorte de centrales nucléaire ou à charbon qui turbinent derrière pour ravitailler l’engin…

Comme je l’ai déjà écrit, les analystes sérieux estiment qu’en 2020, le parc de voitures électriques restera marginal, et ne dépassera pas quelques pourcents du total. Si on additionne toutes les raisons énoncées ici, on comprend mieux pourquoi…

SuperNo

A propos de SuperNo

Ex-blogueur, râleur, ex-chômeur, gaucheur, photographeur, linuxeur et même geekeur à ses heures.

40 commentaires sur “La belle fable de Nissan pour vendre sa bagnole électrique

  1. Legeographe

    Ben, en fait, il n’y a pas que des gens idiots… Sur certains sites, certains lecteurs et commentateurs se posent des questions ; c’est le cas sur ce blog de la voiture électrique (on a normalement des gens plutôt très chauds pour acheter un véhicule électrique, en toute logique en tout cas) :
    http://www.voitureelectrique.net/la-famille-gerbaud-recoit-la-premiere-nissan-leaf-en-france-3350

    Sur le site Auto Plus, on apprend même que la famille s’est endettée pour cet achat, j’espère que l’erreur de calcul ne sera pas apocalyptique :
    http://news.autoplus.fr/news/1444350/Economie-Environnement-V%25C3%25A9hicule-%25C3%25A9lectrique-Nissan-Leaf

  2. bruno

    Bonjour,

    Je suis régulierement ce site, et c’est ma première intervention. Je suis un adepte du vélo et du train, mais sans renier l’automobile, que j’essaye d’utiliser au juste necessaire. Je trouve ce site très interessant, bien que ne partageant pas cet esprit qui tappe sur l’automobile à tout va. Cet article repris sur ce site manque serieusement d’objectivité, c’est très regrettable, et je voudrais répondre.

    Quelques éléments, en réponse à ce article:
    Où va t-on produire l’elecricité: Déjà abordé sur ce site (je me souviens d’un calcul fumeux de +15 centrales), pour la France, ca sera principalement via des centrales nucléaires. Mais les centrales ne tournent pas à la demande, et touts les VE de grands constructeurs viennent avec des programmateurs, permettant d’optimiser la charge durant la nuit, et cela sera le cas de la très grande majorité des charges. Le fournisseur d’energie travaille meme à utiliser les batteries des VE comme tampon energetique. Donc il faudra beaucoup de VE avant de revoir le nombre de centrale en France, à cause des VE.

    Capacité de prodution: Les sources de nickel sont un sujet mal maitrisé (y compris par moi même), mais il y a des son de cloche très different, attention à ne pas prendre de raccourci.

    Production: C’est faux, au japon. Et c’est quoi le probléme? C’est une Nissan!

    Bilan CO2: Bien meilleur du puit à la roue, c’est démontré, même avec des centrales au charbons qui ont un rendement bien meilleur qu’un moteur thermique sur une voiture. Le rendement GMP/batterie est de l’ordre de 90%, bien meilleur que celui du cout du transport des energies fossiles.

    Metz/Biarritz: Et oui, en train! Et c’est très bien! Le VE, c’est une nouvelle façon de consommer, plus intelligente. Je trouve abbérant de présenter cela comme un argument anti-voiture.

    Pour le calcul: incroyable de mauvaise fois. Si vous regardez l’article de base, il n’a jamais été dit que 400e était le coût optimisé en gazoil, ni meme que l’ancien véhicule était un gazoil, ni meme que le véhicule ne servirait qu’à faire ces 80kms par jour. On peut aisément dépasser les 300e en carburant par mois sur un essence, surtout que l’achat du véhicule a été fait à un moment où le coût était supérieur à aujourd’hui.

    Bref, c’est vraiment malheureux de taper sur le VE comme ca. Ce n’est pas parfait, il y a des inconvénients, mais c’est clairement une avancée pour l’automobile. Bien sûr, ca n’engage que moi, mais l’automobile nous survivra, alors autant travailler à réduire ses impacts intelligement, plutôt qu’adopter des postures anti-auto.

  3. Legeographe

    « mais l’automobile nous survivra » : heureusement que ce ça n’engage que vous, Bruno, parce que je suis persuadé du contraire (enfin, moi, j’ai moins d’un quart de siècle, j’en ai encore deux autres à vivre, donc la voiture peut très bien clamser avant moi !).

    Sinon, bienvenue sur Carfree ; même si vous nous lisiez, il est aussi bon de savoir que les lecteurs lisent assez bien les articles pour réfléchir et porter un avis critique sur ces articles. Et ce, même chez les gens pas spécialement anti-voitures (cf une de nos discussions récentes sur le fond et la forme, dans des articles récents).

  4. Gillesgilles

    Tout cela sans compter que l’électricité devenue carburant automobile sera probablement taxé comme le pétrole, sinon il y aurait un manque de recette pour l’état et impossibilité de subventionner « durablement » la filière VE.

    Au fait pour les batteries en tampon des centrales nucléaires, comme elles vieillissent selon le nombre de cycles de charge/décharge quel serait l’intérêt pour l’ heureux possesseur d’un VE ?

  5. bruno le hérisson

    Ah ah ah.
    J’aime ce genre d’article qui démonte la belle mécanique de la solution qui va nous sauver de l’usage du vélocipède 🙂 du green washing 0 CO2 qui fait miaou miaou.

    Au niveau unitaire ce n’est pas intéressant pour le pouvoir d’achat du ménage . La nanautonomie (barbarisme de mon invention pour parler de la nano autonomie du bousin) du véhicule est le contre argument massue .

    Mais si on change d’échelle c’est aussi la fête du slip avec la voiture électrique :

    – hypothèse de conversion de toutes les réserves de lithium en batteries pour ouatures électriques, combien peut on avoir de véhicules ? A comparer avec le nombre de ouatures en circulation actuellement.

    – hypothèse des autres pays ,ceux qui ne sont pas nucléaires et qui ne s’appellent pas France, je vous assure que ces pays existent pour de vrai et il y a là bas des gens dans des voitures, par exemple nos voisins allemenads, ils ont des centrales thermiques qui fonctionne au pétrole, le rendement pétrole – électricité – ouature est ridicule par rapport au rendement pétrole – ouature.

  6. Tassin

    @ Bruno :

    Le coup de la recharge nocturne des VE est sans aucun intérêt. En fait comme vous l’avez très justement précisé, le nucléaire manque de souplesse et ne peut se réguler la nuit donc on se sert de sa production nocturne pour remonter de l’eau dans les barrages des alpes et des Pyrénées. Ainsi, en journée lors des pics de consommation on peut relâcher de l’eau et produire suffisamment.
    Si on se sert de cette énergie pour recharger des bagnoles alors ce sera les centrales thermiques qu’il faudra faire tourner en journée.
    Donc la voiture électrique fonctionne indirectement au charbon et au gaz. CQFD.

    Ensuite sur vos rendements vos chiffres viennent surement des constructeurs auto parce que si on prend le chiffre officiel (DGEMP et utilisés par les bureaux d’étude thermique) de conversion de l’électricité on a un beau 2,58 soit 38,75% de rendement.
    C’est à dire que vous devez multiplier la consommation apparente de votre véhicule électrique (à la prise) par 2,58 pour avoir sa consommation réelle en énergie primaire. Pour la LEAF ça donne 2,58*19,1=49,28kWh d’énergie primaire aux 100km. Soit la même consommation qu’une voiture diesel consommant 4L/100km (40kWh*1,25=50kWh primaires).
    Où est le gain?

    Vous me direz, on peut alimenter un véhicule électrique en électricité solaire ou éolienne. Oui c’est vrai, si vous installez une éolienne ou des panneaux solaires chez vous. Mais pas au niveau du réseau car le coeff 2,58 ne bougera pas dans les 10 ans qui viennent malgré le décuplement des capacités EnR.

    Voilà voilà. L’avantage de l’électrique c’est pour les 2 roues, dont les moteurs ont un mauvais rendement et sont particulièrement bruyants. Là on obtient une consommation divisée par 2 ou 3 par rapport à un modèle thermique.

  7. Legeographe

    « pour les 2 roues, dont les moteurs […] sont particulièrement bruyants. »
    À qui le dis-tu, Tassin ? C’est en effet une pollution qui n’est pas des moindres, cette pollution sonore du 2RM.

    Sinon, je ne sais pas si tu connais l’exacte efficacité de la remontée mécanique des eaux en lacs en amont des barrages… Je crois savoir que c’est le meilleur « stockage » (« stockage », façon de parler, puisqu’on emmagasine de l’énergie potentielle, si mes connaissances en physique ne sont pas trop lacunaires) d’énergie possible.
    As-tu sur Internet et à ce sujet des saines lectures (que je puisse comprendre, donc vulgarisées ; et aussi des saines lectures plus poussées que je puisse transmettre à des gens un peu plus scientifiques que moi) ?
    Merci.

  8. alain

    L’autre jour, j’ai vu une vidéo d’un ancien de la CIA. Il disait qu’il y avait grosso-modo 800 millions de voitures, et que chaque pneu est égal à 24 L de pétrole pour les fabriquer. Donc, pour lui, que la voiture soit à l’hydrogène, à l’électricité ou à quoi que ce soit, c’est mort: y’aura jamais assez de pétrole ne serait-ce que pour fabriquer les pneus de ces nouvelles voitures (si on reste sur une échelle de 800 millions).

  9. nico

    @ Bruno,
    « l’automobile nous survivra, alors autant travailler à réduire ses impacts intelligement, plutôt qu’adopter des postures anti-auto »
    Vous en parlez solennellement comme si c’est un objet sacré de religion, ou un Dieu en face duquel notre seule voie intelligente est de se plier? Pas pour moi, je n’ai pas cette religion, je vais continuer à adopter des postures anti-auto, parce que je suis convaincu qu’électrique ou à pétrole, elle est un bourreau pour la Terre en détruisant l’atmosphère, les sols,les forêts, les ressources de minerais rares, d’hydrocarbures,toutes sortes d’animaux, et même les hommes.J’ai déjà 3 amis d’enfance qui sont morts déchiquetés par des voitures, au nom de la Sainte voiture, c’est déjà trop. j »ai failli en mourir moi-même en faisant 4 tonneaux. Elle fait un vacarme épouvantable en ville, en prenant toute la place et en puant. je ne sais pas si vous êtes déjà allés dans le centre ville d’Amsterdam, presque interdit aux voitures, et fleuri partout? Pour l’instant, la dictature de la publicité pro-voiture vous donne raison, mais pour le futur je fais le pari que ça finira par changer et que vous y survivrez!…

  10. Anartoka

    ce n’est pas 80 kms par jour, c’est « distant de 80 kms », donc 160 kms par jour de travail

    Voiture électrique ou pas, faut juste être un crétin pour habiter si loin de son lieu de travail… Quid des routes, autouroutes et autres goudrons sans parler de la consommation d’espace… ?

  11. Legeographe

    En fait après relecture de pas mal de ce qui a été écrit au sujet de la famille Gerbaud, la voiture ne fera que 80 km par jour : Madame habite donc à 40 km de son boulot ! Ce qui est encore beaucoup trop, comme le dit Anartoka.

    Dans leur cas, je ne peux que dire que je les plains… En aucun cas, je n’envie leur pouvoir d’achat (euh, pardon : leur prêt bancaire !) suffisant pour acheter une voiture électrique si c’est pour faire autant de bornes le matin et autant le soir dans un monstre de métal !

  12. Tassin

    @ Legeographe :

    Oui effectivement c’est un très bon moyen de stockage d’énergie le pompage-turbinage. C’est d’ailleurs le seul disponible et utilisable sur un réseau électrique national.
    Bon après la construction de barrage ou de lacs artificiels est un désastre, noie des vallées, des forêts entières et parfois des villages… Assez catastrophique…

    Quelques sources vulgarisées sur le pompage-turbinage :

    http://www.ecosources.info/dossiers/Station_stockage_transfert_pompage_turbinage

    http://www.waterpowermagazine.com/story.asp?sectioncode=46&storyCode=2058515

    http://www.electricitystorage.org/technology/storage_technologies/pumped_hydro/

    Un exemple concret de réseau insulaire 100% éolien avec stockage hydro : http://www.marcelgreen.com/article/lire/1898

  13. Legeographe

    Merci pour tous ces liens, Tassin !

    La STEP, dans le même milieu professionnel grosso modo, ça veut aussi dire « station d’épuration ». La confusion est facile.

    Sinon, le vélo WAW que tu nous montres donne carrément le sourire après lecture de l’article ci-dessus. J’aimerais bien l’essayer, pour voir si c’est bien vrai ce rendement énergétique.
    (En tout cas, vive le mollet !)

  14. Cbolutopisme

    @ ANARTOKA : je cite  » il faut être crétin pour habiter si loin de son travail  » as tu deja pensé a un couple qui doit habiter plus ou moins a mi chemin du travail de chacun ? En milieu rural les trajets peuvent vite atteindre ces distances … Et trouver un emploi plus près n est pas forcement chose facile ces temps ci … Par ailleur je suis assez d’ accord avec Bruno : même s il est certain que le VE n est pas la solution miracle pour réduire l impact de l automobile sur la planète c est tout de même un grand pas !

  15. Anartoka

    C’est justement parce-que je pense à eux que je me permet de les traiter de crétin.

    Peu importe ce que je dis. A la limite, ils n’auront bientôt plus que leurs yeux pour pleurer la baisse de leur pouvoir d’achat…

  16. Gillesgilles

    Quel serai le bilan carbone d’une voiture essence qui aurait les mêmes caractéristiques ,emport charge utile ,autonomie, comparativement à ce véhicule électrique. Quel poid ferait-elle?
    Un expert peut-il nous éclairer ?

    Il me semble qu’avec 10 litres embarqué , plus 0.5 l pour la réserve on ne devrait pas être loin du compte non ?

  17. MOA

    Anartoka : « C’est justement parce-que je pense à eux que je me permet de les traiter de crétin. »

    Oui mais tu es dur là ! parceque y z’ont pas le choix, tu comprends bien. Faut bien qu’ils travaillent, peu importe le boulot et ses conséquances. Tu vas pas remettre ça en cause quand même! Et puis comment tu ferais toi pour rembourser tes prêts? hein? ahah ! tu sais plus quoi dire hein? quoi? utiliser son cerveau, esprit cirtique, remettre en cause, s’interroger…?

    C’est quoi tout ça? ça passe à la télé.

    Oui je caricature je sais !…. non? ah.

  18. Jean-Marc

    Moa, tu prends combien de temps pour décider du choix et du coût d’une voiture ?

    2 secondes, comme pour le paquet de bonbons, pendant que tu fais la queue à la caisse ?
    Ou, si tu n es pas un multi-millionnaire avec plus de 10 voitures au garage, légèrement plus longtemps, en étudiant différentes offres ?

    Donc cette famille a fait un choix « résonné », et après longue réflexion, ils ont décidé d acheter une voiture qui, grâce à leur calcul faux, leur coutera encore plus cher qu’un voiture thermique…

    Alors qu’ils vont peut-etre prendre 2 minutes pour choisir entre 2 paquets de pâtes, ils ont réussit à faire une très grosse faute de calcul sur un gros achat…*

    Cà ne serait pas si triste s’ils en avaient les moyens.

    * c est pas les seuls à faire de grosses erreurs : ceux qui ont fait des constructions dans l’immobilier locatif dans des régions non attractives, et/ou en choisissant une construction tellement bas de gamme qu’ils ne trouvent aucun locataire solvable acceptant qu’y loger (si bien que les proprio n auront pas droit à la déduction fiscale cause de cette construction) font aussi fort que cette famille.

  19. Legeographe

    @ Jean-Marc : Ne seriez-vous pas stéphanois, par hasard ? Je le suis.
    Sur cette ville, Loire Autopartage m’intéresse. Quelqu’un en connaît un peu sur l’avancement de l’affaire ?

  20. Jean-Marc

    Oups, en relisant Moa, la fin en particulier, je viens de le comprendre…

    çà me semblais étonnant son message 🙂
    J ai réagis trop vite, désolé.


    @ legeographe
    non, je suis de nancy… ou les 2 grandes avancées de la mairie, actuellement en travaux d’étude avancée (ils seront fait l un et l autre, la discussion est deja close), c est une gigantesque statue « de prestige » place du marché, et un gigantesque casino… dont une partie du parking sera pris sur un des rare parc du centreville (le parc sainte catherine)

    youpi et youpi
    /me part se pendre

  21. MOA

    Jean-Marc mon intervention n’etait là que pour caricaturer (à peine) les pseudo arguments avancés par les crétins que désigne (à raison) Anartoka.
    Et je ne mange « jamais » de bonbons. Je préfère le cassoulet… même l’été.

  22. apanivore

    Ce qui est affligeant c’est que ces gens sont fiers d’eux, fiers d’aller en voiture bosser à 40km de chez-eux, avec toutes les nuisances que ça implique (bien plus graves à mon avis qu’un fumeux bilan carbone).

    Et ils habitent à Aix-en-Provence, 140 000 habitants, on peut difficilement appeler ça « milieu rural » ! (pour répondre à cbolutopisme)

    C’est le même genre de famille qui serait fière d’acheter des pommes bio du Chili.

    Bah!

  23. dominique

    Bonsoir.

    Dites moi, au lieu de stigmatiser les  » crétins « , vous connaissez les coûts de l’immobilier et de la spéculation immobilière qui chasse les  » crétins  » de plus en plus loin ???
    voilà la première page du BonCoin Ile de France :
    http://www.leboncoin.fr/locations/offres/ile_de_france/?f=a&th=1
    ça calme les prix, non ???? à 750 euros le studio !
    salaire moyen d’une famille de 4 personnes avant impôts, dans les 3200 euros par mois.

    Voilà.

    Il est vrai qu’il y a de vrais crétins qui sont fiers d’habiter  » à la campagne  » tout en travaillant à la Défense, mais pour l’immense majorité, c’est contraint et forcé cet exil.
    Vous croyez vraiment que ça nous amuse ( et oui, j’en fait parti, mais je l’ai déjà dévelopé ici il y a quelque mois) de nous cogner 3 heures de Tec par jour ???????
    Quant à MOA, que veux tu dire ?? faut qu’ils travaillent, peu importe le boulot, on va pas remettre en cause ??
    Moi je veux bien m’arrêter de travailler tout de suite, mais tu me loges et me nourris dis moi ?? tu payes mon inscription à la bibliothèque ?
    non bien sur, alors une fois qu’on a réfléchi sur notre travail et ses conséquences, ta solution c’est quoi ? qui soit tenable pour tout le monde, bien sur.
    je suis curieuse de ta réponse….
    Sinon le sujet étant la voiture électrique, bien sur que c’est une vaste fumisterie, et que le problème principal c’est les déplacements et donc l’amménagement du territoire et donc un retour du contrôle des prix de l’immobilier, entre autre, mais aussi un contrôle du dumping que se font les territoires entre eux, etc, etc

    Mais c’est plus simple de se moquer des gens sans rien connaitre à leur situation….

    bonne soirée

  24. Tassin

    @ Legeographe :

    Si tu as occasionnellement besoin d’une voiture sans vouloir en posséder une je te conseille Voiturelib ou Citizencar. C’est de la location de particulier à particulier, avec assurance.
    Je m’y suis mis cet été pour augmenter un peu de le faible taux d’utilisation de notre charrette à moteur.

    http://www.voiturelib.com/
    https://fr.cityzencar.com/

    @ Les autres :

    Sur l’immobilier, lisez régulièrement le blog de Seb Musset.

    http://sebmusset.blogspot.com/

  25. MOA

    Dominique : »ta solution c’est quoi ?  »

    Ma solution ? Ah oui, je vois… attendez faut que la retrouve, je l’ai écrite sur un bout de papier cette fichue solution… que j’ai dû fourrer dans une poche…
    Plus sérieusement, j’essaierai de satisfaire votre curiosité en vous donnant non pas
    ma solution mais plutôt mon point de vue.

  26. MOA

    Dominique,

    Comme demandé, je développe.

    Dominique : « Il est vrai qu’il y a de vrais crétins qui sont fiers d’habiter » à la campagne » tout en travaillant à la Défense, mais pour l’immense majorité, c’est contraint et forcé cet exil. »

    L’immense majorité? contrainte?
    Dans mon entourage la quasi totalité a fait le choix de « l’exil » à la campagne pour pouvoir :
    1- accéder à la propriété (jamais remise en cause/ interroger)
    2- accèder à une « GRANDE » propriété (disons pas pour acheter un T3 mais un 100 m2 mini avec 700m2 mini de terrain).
    3- avoir un peu de la verdure car « la ville c’est infernal ».

    Je ne prends pas en compte les motivations +/- conscientes liées à l’adhésion au modèle social dominant.

    Ce faisant, le travail rémunéré toujours plus devient une obligation. Le but du travail est de gagner toujours plus… pour rembourser toujours plus. Car notre Président de la République de notre belle démocratie (cf. Chirac) veut une France de propriétaires… en fait il veut une France d’endettés pour maintenir la consommation, le système bancaire, etc.. mais ça tout le monde le sait (non? eh m…)

    dominique : »Moi je veux bien m’arrêter de travailler tout de suite, mais tu me loges et me nourris dis moi ?? tu payes mon inscription à la bibliothèque ? »

    Je n’ai jamais dit qu’il fallait arreter de travailler. Vous avez fait un raccourci. En ce qui me concerne, je n’ai pas envie d’arreter de travailler. Le travail ne me dérange pas (mon travail actuel me dérange par contre).
    Ce que je critique c’est que l’on interroge ni la forme (salarié, travail forcément rémunéré, …) ni le contenu du travail. Avec le mot « contenu », je veux parler de « l’utilité à la société de ce travail ». Comme s’il y n’y avait plus d’alternative.
    Le fric est au centre du travail aujourd’hui. Tout le reste on s’en fout. C’est ce que je critique.
    Si l’on interroge le travail, des alternatives prennent forme -qui nécessite une refonte complète de cette notion de travail, certes. En critiquant cette notion de travail, le concept de revenu inconditionnel pointe le bout de son nez. C’est à approfondir mais c’est une voie extrêmement interessante.

    Anecdote : un pote part, il y a 1 an et demi, de son île européenne natale pour aller bosser dans la banlieue parisienne. Il habite à + de 60 bornes de son lieu du boulot. Sa copine était contente d’annoncer qu’au bout de 1 an, elle avait pu… s’acheter un frigo.
    Lorsque je l’ai avais interrogé sur pourquoi il venait à Paris? pourquoi n’envisageait-il pas une autre vie (plus modeste mais plus riche) sur l’île? La réponse n’a pas été « parcequ’on y est contraint » mais pour pouvoir acheter des biens de consommation.
    Ceci illustre le mode de pensée de la totalité des gens qui m’entoure.

    Vous me demandez de vous donner ma solution à votre situation. Je ne le ferai pas, je ne l’ai pas, je ne vous connais pas. Ce qui est sûr c’est que cette solution ne doit pas être appréhendée par le petit bout de la lorgnette. Cette solutin ne vous sera pas dictée par quelqu’un. Vous êtes adulte responsable, à vous d’aller au fond des choses. Notre société de la consommation est composée d’enfant. Nous avons perdu toute autonomie comme des gamins. Nous avons le culte du jeunisme. Nous avons oublié d’utiliser notre cerveau. Notre travail est tellement absurde que lorsque le week end arrive « faut partir ». Quand le soir arrive « faut se vider le cerveau » (déjà vide pourtant)… etc.. et ensuite, je m’entends dire sys-té-ma-ti-que-ment « oui t’es marrant mais je fais quoi? »… des gamins.

    Et quand je donne des pistes de « ma » solution? cela effraie… d’abord. Quand j’ai la possibilité de développer… petit à petit, sur plusieurs mois / années, les gens s’étonnent de n’avoir pas vu les choses sous cet angle bien avant.

    Ce qui est sûr c’est qu’il y a des alternatives ; elles ne sont pas complètes, elles sont compliquées à mettre en oeuvre dans notre société, mais elles existent et elle ne pourront être mise en oeuvre que si l’on garde cet esprit critique… par exemple sur la notion de travail, et sur la crétinerie de faire 50 bornes en bagnole pour aller bosser. Même pour ceux qui n’ont « pas le choix », car cele existe bien évidemment. Le fait qu’ils « n’ont pas le choix » n’empeche pas de dire que c’est crétin ; et qu’il faut savoir le reconnaitre même vis à vis de soi. C’ets ce qui fait qu’à uin moment donné, on se rend compte que l’on a toujours le choix !

    Les solutions que j’applique ne me satisfassent pas complètement (et je continue à éffectuer un travail que je considère inutile… voire même nocif).
    Est-ce que pour autant nous devons arreter de critiquer ce système… quitte à traiter de crétins cette masse moutonnière ? non, surtout pas car tout commence par là. Prise de conscience, critique objective, et ensuite on recherche une alternative, on s’implique, on refuse les absurdités que l’on veut nous imposer,…. voire plus.

  27. Gari

    Merci MOA, magnifique discours.

    J’en rajouterai sur le « on n’a pas le choix » qui n’empêche pas de trouver « ça crétin ».

    Le « on n’a pas le choix » est une attitude que je trouve assez étrange : lorsqu’on parle de vivre sans voiture, les gens disent « on n’a pas le choix », comme si leur vie dépendait de cette voiture. Si c’est effectivement le cas, alors ils devraient être les premiers motivés à réfléchir à un monde dans lequel la voiture ne serait plus une obligation… Non ?
    Bref, admettre qu’on n’a pas le choix n’empêche pas, bien au contraire, de tout faire pour construire un monde qui permettrait de changer ça.

  28. dominique

    bonsoir Minou.
    tu te fais rare depuis juillet, et oui je vais bien.
    que me vaut ces égards ? est parceque je ne réponds point à l’argumentaire erroné de Moa ?? ou bien ?? ( comme disent nos amis Suisses ).
    bonne soirée

  29. MinouMinou

    Ah tiens l’argumentaire de Moa est erroné ? Et ça te fatiguerais de le démontrer ? Ton contradicteur a pris le temps de développer ses arguments. Ils sont erronés ? Alors démontres-le.

  30. dominique

    bonsoir Minou, il me semblait bien aussi, prendre de mes nouvelles !!
    Bon, je reconnais que le terme erroné n’est pas le bon, que Moa m’excuse.
    Mais :
    ce n’est pas parceque dans son entourage certaines personnes pensent  » X  » que l’ensemble des gens pensent  » X  »
    les généralités c’est jamais correct.
    je le cite : accéder à la propriété, jamais remise en cause/interroger
    mais si, mais je connais énomément de gens de ma génération ( 50/60 ans ), qui sont bien contents d’être propriétaires, et vous savez pourquoi : avec les maigres retraites versées ( et ça va pas s’arranger ), ils sont bien contents de plus avoir de loyers à verser tous les mois ! c’est simple ça , non ???
    accéder à une grande propriété ? un 100 m² plutôt qu’un f3 ?
    mais il n’a pas suivi mon lien vers le bon coin, ou vois t’il un f3 à un prix abordable en Région parisienne, ou ???? ( et c’est pareil à Lille, Strasbourg, marseilles, Lyon…),
    alors oui, c’est contraints et forcés, il faut voir la réalité en face !
    du reste le prix serait abordable, il n’y aurait de toute façon pas assez de logements proches des centres de travail ( cf : les chiffres de La Défense que j’ai déjà cités, il faudrait loger au bas mot 500 000 personnes à proximité : ou ??? ).
    La faute à cette politique d’aménagement du territoire qui fait que le travail est là, et le logement là bas.
    Ah c’était plus simple avant, les mecs travaillaient à l’usine, les familles habitaient les cités ouvrières au pieds des usines, les femmes ne travaillaient pas, et allaient, à pieds, faire les courses dans les petits commerces. oui, mais mais là, ça va pas non plus, c’est de l’horrible paternalisme !
    Pour renseigner Moa, je n’appartient pas au modèle social dominant, pensez donc, une femme de maintenant 53 ans, sans enfant, jamais mariée et sans le permis !! et pas propriétaire ( ce qui d’ailleurs va me mettre dans la m…. d’ici ma retraite, voir plus haut !!! ).
    Moa souhaite que l’on s’interroge sur le travail, l’argent, ou courge ou verge, dans quel état j’ère ???pourquoi moi, ici, maintenant ?
    mais c’est très bien, je constate que malgré ses interrogations existentielles, il n’a pas lui même trouvé mieux, et que par conséquent il fait partie de la  » moutonnerie crétine ambiante  » !
    L’argent est au centre de tout ? ben oui, et allez expliquer vos théories aux personnels de nettoyages qui quittent les bureaux de la Défense vers 23H, allez leur demander de s’interroger sur la crétinerie de leur vie, sur le pourquoi faire autant de km par jours pour faire un travail de merde, allez y !!
    frottez vous au quotidien des 8 millions de pauvres en france ( source INSEE), en leur disant que ce sont des cons-sommateurs, allez y !!

    Politiquement, j’adhère à 99 % à ce qui est dit sur ce blog, vous le savez bien, y compris la prose de Moa.
    mais à un moment, il faut arrêter de réfléchir et se mettre en mouvement, avec des idées et des solutions pratiques et concrètes, et si, Moa, c’est par le petit bout de la lorgnette, au moins c’est un début…
    et pour finir, Minou, tu le sais bien que le logement est un gros problème, notre parti ne propose t’il pas la construction de 500 000 logements sociaux sur un quinquennat ????
    Rendez vous à la F^te de l’Huma ??

    bonne soirée

  31. MOA

    Dominique : »et si, Moa, c’est par le petit bout de la lorgnette, au moins c’est un début »

    Non, c’est une erreur car ne considérant pas le pb dans son ensemble, le diagnostique posé risque d’être mauvais et les solutions apportées idem, du coup.
    Il est vrai qu’apprehender le pb dans son ensemble est… déprimant, et cela nécessite de sortir des poncifs dont le système nous abreuve (il y en a quelques-uns de bien beaux dans votre dernière intervention), et cela nécessite d’inventer autre chose et non reproduire les systèmes qui n’ont pas marchés dans le passé(référence au système patriarcal que vous évoquez par ex).
    J’y répondrai.

    Dominique : »je constate que malgré ses interrogations existentielles, il n’a pas lui même trouvé mieux, »

    Vous ne constatez rien du tout Dominique. D’abord parceque vous ne me connaissez pas et surtout je n’ai jamais dit que je n’ai rien trouvé de mieux… juste que cela ne me satisfaisait pas, ce qui n’a strictement rien à voir.

  32. dominique

    Bonsoir Moa;
    c’est avec plaisir que je lirai vos réponses.
    Il n’en reste pas moins que, poncifs ou pas, et c’est souvent le problème sur Carfree, que faire en attendant des lendemains radieux ??
    ( ou le Grand Soir pour certain, remember des débats épiques ).

    Il est vrai qu’il est mieux d’appréhender l’ensemble du problème, puisque de toute façon tout est interconnecté, comme un gigantesque Mikado,
    moi je ne trouve pas ça déprimant, mais je sais par contre qu’au delà d’une appréhension globale, la solution ne pourra pas , elle, être globale et en quelque sorte  » d’un coup  » , c’est le Mikado : tu tires un bâton en essayant de ne pas faire tomber tous les autres, sinon c’est la cata…. ça n’enpêche pas de voir le tas de bâtons dans sa globalité….

    Enfin, quand je parlai de tes interrogations existentielles : un peu d’humour, please, c’était pour te montrer qu’on peut facilement faire parti du monde des crétins, et que ça n’est pas plaisant !
    Nous sommes toujours le con d’un autre, toi comme moi, justifié ou non, et pour s’armer contre ça, l’autodérision est encore ce qu’il y a de meilleur !!

    au plaisir de te lire

    et au fait , on a franchement dérivé du sujet !
    bonne soirée

  33. Tassin

    Au passage, sur l’immobilier et les retraites : la bulle immobilière rendant inaccessibles de nombreuses villes ou quartiers et le fait que les retraites soient de plus en plus maigres sont issus de la même idéologie.
    Propriété privée à tout prix et individualisation des conditions de revenus c’est de la droite libérale ça.

  34. MOA

    Large hors-sujet en effet (et ma longue répoinse ne va pas aider). Donc, repartons de ce qui vous a fait réagir : qualifier de crétin le fait de faire 80 km A/R pour aller bosser.

    Vous nous dites « oui mais vu le bordel créé par le système, on n’a pas le choix, il faut bien travailler, même en faisant 80 bornes pour aller bosser si nécessaire, car les loyers sont supers chers et l’argent est au centre de notre vie. Il vaut mieux etre propriétaire car à la retraite sinon, on sera dans la merde parceque nos retraites vont baisser! »

    Je vous réponds « continuons à réfléchir de cette façon sans plus nous interroger sur les valeurs à partir desquelles notre système est fondé et les plus modestes (puis les autres) serons toujours plus dans la merde. Car on ne règlera rien. »

    Pourquoi on ne règlera rien en raisonnant comme ça?

    Parceque vous n’utilisez comme outil pour régler les pbs que les outils de pensée mis à dispositon par le système depuis des générations.

    Vous sentez bien que vous risquez d’être dans la merde une fois à la retraite (probabelment à raison et comme beaucoup) et du coup, d’une certaine façon, vous légitimez le fait d’accéder à la propriété sans vous interrogez vraiment sur toutes les conséquences. cf. votre réflexion sur l’accession à la propriété/retraite, parfaitement bien souligné par Tassin.

    Vous constatez que les loyers sont supers chers et donc d’une certaine façon, vous légitimez les « pauvres » -notez bien les guillemets- qui font 80 bornes en vous offusquant quand on dit que c’est crétin, sans plus vous interrogez sur le travail tel qu’il existe.

    Ce type de raisonnement suit le modèle de pensée dominant : « no alternative. C’est de la merde, mais on n’a pas le choix ». Vous ne faites que répéter -en râlant- ce que le système, qui fout la planète sur les rotules, veut que vous disiez.
    Vous râlez, vous prostestez, vous avez même peut être une conscience un peu plus aigue que d’autres du bordel ambiant, mais au final, vous vous soumettez aux pseudo-solution du système.

    Pourquoi s’interroger sur les valeurs travail, argent, etc.. telles que définies par le système actuel?

    Pas pour se tripoter le cortex façon dans « quel état j’ère » comme vous le faites remarquer avec sarcasme -ou humour- mais parceque cela permet de décoloniser l’imaginaire (cf. Serge Latouche par ex.).

    C’est nécessaire, et c’est même préalable… à tout le reste ! sans ça, vous n’apporterez aucune solution. Aucune. Sans cette remise en question en profondeur, vous risquez d’être dans la position après une révolte/révolution (cf. révoltes arabes) de ceux qui rentrent dans le rang parcequ’on leur dit, pas de pb, on fait exactement comme avant par contre, on vous loge pour pas cher, on met le prix de l’essence pas cher, on vous file un travail et « roulez jeunesse », tout ira bien.

    C’est ce qui se passe, toujours. C’est ce qui s’est passé en 1789, où la bourgeoisie a tué la révolution française en reproduisant un système inique. Plus d’aristocrate, certes, mais des bourgeois à la place… et toujours les mêmes cons qui morflent.

    L’autonomie.

    Vous pointez, donc, du doigt le bordel qui risque d’advenir à votre retraite car vous n’êtes pas propriétaire… moi non plus, par choix de ne pas m’endetter.

    Est ce que je suis inquiet? pas exagérément… (et pourtant je vais morfler aussi).
    Pourquoi? parceque s’interroger sur les notions évoquées précédemment (questions existentielles pour reprendre votre formulation) permet de s’interroger sur son autonomie.
    Et cela permet du coup de prendre conscience que l’on a perdu toute autonomie réelle (perte limitée -dans notre société- si l’on a du fric… mais perte quand même)… et donc permet d’anticiper en essayant de trouver des alternatives -compliquées- pour regagner cette autonomie.

    C’est compliqué? oui, car le système n’a aucun intéret à ce que l’on retrouve notre autonomie.

    Pourquoi? parceque le système à tout monétisé… il fonctionne grâce à notre perte d’autonomie. Et donc s’effondrerait si d’un coup tout le monde pouvait vivre : avoir un peu d’eau, une patate, un toit, des « amis » et bientôt de l’air etc etc etc… sans devoir débourser systématiquement du fric.

    Il faut s’interroger sur la valeur centrale de l’argent plutôt que dire « ben oui l’argent est au centre de tout, c’est comme ça ». S’interroger sur l’argent, c’est s’interroger sur la gratuité. C’est décolioniser l’imaginaire…
    … qui sera donc le préalable à tout véritable changement.

    Au vu de vos dernières interventions, vous illustrez bien, malgré vous, cette colonisation de l’imaginaire. Vous avez conscience des absurdités de notre société mais les solutions à apporter que vous envisagez sont très conformes au système que vous critiquez, court-termistes et auto-centrées.

    Dire qu’il est crétin de faire 80 bornes pour aller bosser ; et encore plus crétin de trouver comme solution de faire ces 80 bornes en bagnole électrique parceque l’essence devient cher : c’est sain, c’est nécessaire et cela participe au phénomène de décolonisation de l’imaginaire. A noter que bien sûr, on fait tous parti, chacun à des niveaux différents quand même, de cette crétinerie ambiante.

    Vous me dites oui mais en attendant on fait quoi car les gens trinquent?
    Ce que je me dis : en gros, on sera +/- dans la merde de toute façon et donc, le but est :
    1-d’essayer de l’être moins que plus, en regagnant notre autnomie par des moyens autre que ceux que le système nous donne comme incontournables.
    2-de faire en sorte de préparer les générations qui nous succèdent -là tout de suite- à avoir un autre imaginaire. Car si on ne le fait pas, ces générations vont se planter lamentablement et en prendre vraiment plein la gueule du fait des limites physiques de notre planète.

    Je finis en vous -presque- paraphrasant : mais à un moment, il faut continuer de réfléchir ET se mettre en mouvement.

  35. MinouMinou

    En voilà une intervention de Dominique qui n’est pas niaise pour une fois !
    Encore un effort et tu pourras même ouvrir un livre de Heidegger et commencer à penser la technique.
    Je parie que tu trouveras la conférence « La question de la technique » (dans les Essais et Conférences) au moins aussi extra que je trouve extra la vidéo que tu cites.

    Moa, excellent argumentaire, merci.

Les commentaires sont clos.