LGV Rhin-Rhône : et les cyclistes ?

Malgré tous les commentaires lus et entendus depuis la mise en service de la LGV Rhin-Rhône, un « détail » est passé inaperçu: il est dorénavant beaucoup plus difficile de se déplacer en train en transportant son vélo, depuis ou à destination de notre région.

Tout ça malgré, ou plutôt à cause de la mise en service des nouvelles rames TGV dites « EuroDuplex », qui vont assurer une part importante des trajets sur la LGV Rhin-Rhône. En effet, bien que d’après la SNCF ces nouvelles rames disposent de couloirs d’accès plus large facilitant l’embarquement des personnes à mobilité réduite – qui auraient pu également faciliter l’accès des cyclistes – les nouveaux trains sont interdits aux vélos non démontés, faute d’emplacement prévu pour leur transport.

Par conséquent, les cyclotouristes venant d’autres régions françaises ou de l’étranger, qui seraient tentés de choisir notre belle région pour y pratiquer leur loisir favori, devront bien planifier leur voyage pour trouver un des rares TGV leur permettant de voyager avec leur vélo : la moitié environ des Paris – Besançon et des TGV vers le Midi ou l’Alsace, mais seulement deux Paris – Belfort-Montbéliard sur neuf. Quant au TGV Strasbourg – Lyon via Lons-le-Saunier, qui acceptait les vélos, ce n’est plus le cas depuis le 11 décembre.

Et si les touristes à vélo décident de se rabattre sur les TER (qui eux sont très bien équipés pour transporter les vélos), ils devront être patients et subir des ruptures de charge d’autant plus pénibles quand on doit changer de train avec un vélo. Un exemple parmi tant d’autres: Colmar – Lons-le-Saunier : en 2011, quatre à cinq trains directs par jour, avec des temps de parcours compris entre 2h50 et 3h36. Désormais, le même trajet nécessite deux changements, et un temps de parcours de quatre à cinq heures environ, alors que le TGV direct (dont sont maintenant exclus les cyclotouristes) ne met plus que 2h22.

Les associations de cyclistes franc-comtoises viennent d’alerter la Présidente de Région, et le Président du Comité Régional du Tourisme sur cette régression. Et au niveau national, la FUB a interpellé la SNCF. Réponse, si les nouveaux « EuroDuplex » ne sont pas équipés pour transporter les vélos, c’est parce que les Duplex déjà en service sur le réseau sud-est ne l’étaient pas. En d’autres termes, il y avait un manque, les cyclistes s’en sont plaint, mais on persiste. Et si ce matériel continue à se répandre sur le réseau à grande vitesse, les cyclistes risquent d’en être à terme complètement exclus.

Source: http://asso.velobesancon.info/

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

5 commentaires sur “LGV Rhin-Rhône : et les cyclistes ?

  1. 01010101

    __ça continue dans mon 1/4tier piétons exclus slaloment sur le trotte entre mobilier urb1 armoire et kbine tléfone à ci-l opn, contnr vr et pannox pub droulante, 2 et 3 roues divrs garées/gav sur ce mm trotte,

    -chance 7 hivrs vu le chang climatic des climatox ni neige ni g’l je risqe pas de gli-c glic

  2. Le cycliste intraitable

    VFE persiste et signe dans la mauvaise volonté et la mauvaise foi.
    C’est d’autant plus regrettable que tout a été fait pour démanteler la messagerie ferroviaire, celle qui permettait entre autres de transporter les bagages encombrants comme les vélos.

    Voilà ce que nous apporte un monopole naguère public.

  3. pierre

    On attend les TGV à pédales: des trains allégés pouvant rouler à 200 km/h mus par le pédalage des passagers! Les pédaleurs ont un billet gratuit, les autres payent plein tarif.
    Sachant que le rail offre la plus faible résistance au roulement tant que la voie n’est pas en côte, c’est une vitesses assez facile à atteindre.

Les commentaires sont clos.