La ville à 30 km/h n’a que des avantages

Vous souhaitez voir votre ville passer à 30km/heure mais vous ne savez pas comment vous y prendre pour convaincre les habitants et surtout les élus. Voici un document pédagogique qui vous aidera à convaincre vos interlocuteurs que la ville 30 n’a que des avantages.

La ville à 30 km/heure, ce n’est pas une utopie, mais déjà une réalité dans de nombreuses villes françaises: Fontenay aux Roses, Sceaux, Clamart, Sèvres, Nogent sur Marne, Rungis, Fontainebleau, Bougival, Lorient, Aytré, etc.

Également, plusieurs villes ont le projet de passer en ville 30: Montreuil (93), Angers (49), Auray (56), Rennes (35)…

Il faut le concéder, le terme de « ville 30 » n’est pas forcément très explicite et peut laisser libre cours à toutes les interprétations. D’un autre coté, même une fois le concept expliqué, on ne peut couper aux réactions de comptoir: « mais on va aller moins vite« , « rouler à 30 c’est trop dur« , etc.

C’est pourquoi, l’association ville30.org a eu l’idée de créer un dépliant très pédagogique sur la ville 30. Son objectif est de mettre des images sur le concept: une ville 30 après tout n’est que le résultat de l’aménagement de chaque espace en fonction de ses usages. C’est donc le contraire du tout ou rien que certains croient ou veulent y voir.

Les principaux bénéfices de la ville 30 sont également rappelés (sécurité, convivialité, mobilité, limitation des nuisances, intérêt pour la collectivité, les commerces et les automobilistes). Enfin quelques idées reçues sont remises à leur place et la liste (non exhaustive) des villes 30 existantes et en projet est fournie pour rappeler que la ville 30 n’est pas une utopie mais une réalité.

Télécharger le dépliant (pdf)

Source: http://ville30.org/2013/04/13/depliant-ville-30-concept-et-arguments-en-2-pages/

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

15 commentaires sur “La ville à 30 km/h n’a que des avantages

  1. Thomas

    Un autre argument « café du commerce » auquel il faut aussi être préparé, c’est « les voitures consomment plus à 30km/h qu’à 50 », et au passage on ricane et on tacle ces écolos bobos incohérents qui au nom de la pollution veulent prendre une mesure qui va générer de la pollution en ville.
    Évidemment, c’est un faux argument car si ça peut être vrai à vitesse stabilisée sur circuit, c’est faux en ville car la pollution est générée par les phases d’accélérations qui sont plus importantes avec une limite à 50. Et puis de toute façon la pollution n’est pas l’argument premier de la zone 30.

  2. Pédibusjacques dutheil

    Ah! si la vitesse moyenne commerciale des transports publics était elle aussi de 30 km/h, et même davantage, comme ils seraient plus crédibles!

    Bus et trolleybus en site propre, et avec priorité aux feux, s’ils existent encore, quand ils ne sont pas remplacés par des « ronds points nantais à la cosmétique douteuse »…

    Même si l’exigence idéologique actuelle est la Cittaslow, pour suivre la trajectoire en décélération de Hartmut Rosa…

    Une vitesse en baisse pour les motorisés individuels, certes!
    Mais sans oublier l’objectif de rendre la place aux pratiquants des modes actifs!
    Qu’ils soient encouragés par une amélioration de l’environnement!
    Et que cette amélioration soit également apportée par moins de véhicules circulants et stationnés…

    On pourra alors parler de respiration urbaine dans tous les sens du terme!

  3. apanivore

    Il convient de rappeler qu’une « proposition d’initiative citoyenne » pour généraliser la limite à 30km/h en ville circule.
    https://30kmh.eu/oct-web-public/?lang=fr

    C’est une pétition, mais elle a une valeur légale. Seulement il faudrait qu’elle atteigne 1 million de signature pour être étudiée par le parlement européen.
    Or elle n’a actuellement que moins de 20 000 signatures.

    Dès qu’il faut mettre son numéro de carte d’identité il y a tout de suite beaucoup moins de monde que s’il suffit de cliquer sur « j’aime ! ».

  4. Le cycliste intraitable

    L’initiative citoyenne de la ville à 30 est un peu plus sérieuse que bon nombre de pétitions. C’est triste qu’il y ait si peu de signataires, alors que ce site garantit bien mieux la confidentialité des signataires que d’autres sites de pétition… du moins jusqu’à ce que la liste des signataires soit donnée aux autorités.

  5. tichit

    Le poster illustrant l’article a l’air intéressant mais il est illisible, de quoi s’agit il?
    Concernant la limitation de vitesse à 30 c’est une idée qui fait son chemin, mais il faut absolument que les voiries soient pensées de manière à ce que l’automobiliste ralentisse naturellement, sans avoir l’impression d’être bâillonné.
    (rétrécissement de la largeur de la route, élargissement des trottoirs ou pistes, utilisation de matériaux comme des pavés symbolisant la zone 30, etc) Il faut indiquer clairement à l’automobiliste qu’il est « invité » dans un secteur privilégiant l’esthétique urbaine. Je constate que trop suivant les municipalités préfèrent les options répressives comme les dos d’anes ou les ronds points.

  6. Struddelstruddel

    Je viens de lire le pdf et certains passages m’ont hérissé le poil …

    Aménagements cyclistes inutiles dans les zones 30 ? Je ne prends que des zones 30 entre mon domicile et mon travail quotidiennement, et il n’y a justement aucun aménagement cyclable : il n’y a rien de plus désagréable.

    Les voitures collent au train, cherchent à doubler en nous rasant dès qu’elles ont la possibilité (même quand elles ne l’ont pas, quitte à faire une queue de poisson dangereuse), doublent juste avant les ronds points pour ralentir devant nous.

    Il n’y a rien de plus désagréable que de circuler au milieu des voitures stressées par la limitation de vitesse sans aucun aménagement cyclable.

    Soit on autorise les voitures et on crée des aménagements confortables pour les autres modes de transport, soit on éjecte la voiture, mais il faut arrêter de vouloir nous faire vivre au milieu de ces trucs …

  7. Pédibusjacques dutheil

    Hélas je me rangerai du côté de Struddel pour ce qui concerne la limite des aménagements prévus pour « pacifier » la voirie, c’est-à-dire inciter les motorisés individuels à modifier leur conduite.

    Si le « paysage intérieur », les représentations, l’idéologie des conducteurs ne sont pas préalablement reconstruits, alors les dispositifs de requalification de l’espace public sont rapidement contournés par une stratégie d’adaptation ou pire encore niés s’ils ne jouent pas le jeu…

    Le mieux serait de moins pinailler chez les élus, et de restreindre beaucoup plus l’accès de la ville à automobile: ce serait l’action la plus efficace en termes de santé publique, la qualité de l’air et la lutte contre l’obésité ou encore la conservation de l’autonomie des séniors…

    En contrepartie la manoeuvre est rude politiquement, avec les inévitables lobbies comme l’automobile club ou les commerçants, avec le discours véhicule de l’idéologie qu’on connaît, qui trouve une oreille complaisante chez les plus conservateurs des habitants… Genève et sa votation de septembre 2012 (« 50 rues piétonnes ») ou Strasbourg en mai 2011 (« zones 30 ») ont vu leurs élus, sans doute trop sûrs d’eux avant le référendum, se casser les dents…

  8. Haricophile

    Mouais, là on parle de centre ville…
    Amha on pourrait commencer par être beaucoup plus subtil :

    – sur les limitations de vitesse, au moins faire des paliers de 10kmh

    – sur une rue, 30 c’est trop, sur des avenues 2×2 avec contrallée dans les périphéries 50 c’est ridicule et impossible à tenir sans régulateur de vitesse.

    – Il faut commencer par mettre les bœufs avant la charrue, et mettre en place les moyens avant d’accuser les conducteurs : obligation des régulateurs de vitesse, signalisation intelligente etc, on sait faire une google-car qui se pilote toute seule, on a donc les moyens techniques d’avoir des conduites assistées qui optimisent une vitesse « environnementale » et fluide en fonction du lieu et de la circulation, c’est juste une histoire de moyens, de volonté politique et de savoir comment on place les sous (A la Reyl & Cie ?). On a aussi les moyens de faire des voitures qui soient des moyens de transport.

    – Et on a enfin moyen de repenser l’urbanisme, parce que même avec des vélos, on ne résoudra rien si on habite dans un quartier dortoir, on travaille dans un cartier de bureau et on fait le reste dans un quartier commercial. Le plus écologique des transport consiste à ne pas avoir besoin de se transporter sur de longues distances.

    Tout ça doit se faire le plus vite possible, mais ne peut pas se faire du jour au lendemain, même avec de la bonne volonté, revenir sur plus de 60 ans d’urbanisme mettra quelques temps sans compter qu’on y arrivera pas avec la casse systématique du domaine public et le système mafieu^h^h^h^h^h fachisant^h^h^h^h^h libéral actuel.

  9. StruddelStruddel

    Cette voiture n’aurait pas beaucoup d’intérêt en ville, elle gênerait toujours autant : place occupée, bruit, paysage urbain adapté aux voitures (même avec des zones 30, la voie reste plus adapté à la voiture qu’à autre chose).

    Quant à tenir une vitesse, je ne comprendrai jamais ceux qui pensent que c’est difficile, je n’ai jamais eu ce problème la vingtaine de fois ou j’ai du conduire une auto, il suffit d’appuyer moins sur l’accélérateur, si on est trop nerveux pour ne pas supporter de rouler lentement sur une voie très large en ligne droite, c’est qu’on est trop nerveux pour conduire un engin aussi dangereux.

  10. Haricophile

    Si les choses se changeaient d’un coup de baguette magique, ça se saurait. Il faut du temps. Regarde de quand date le début de l’écologie et le moment ou elle est devenu un peu plus sérieuse et mature, avec quantités de vrais observations et faits mesurés et vérifiables, et quand elle a été réellement prise en compte de manière un peu générale (ou pas mais pas par ignorance). En plus 60 ans de surconsommation et d’urbanisme orientée bagnole-qui-crée-de-la-richesse-et-des-emplois ça ne s’efface pas en 6 mois. C’est du long terme, les gens et les choses on besoin de temps.

    En ce qui concerne la vitesse c’est physiologique, c’est parce que nous sommes des êtres humains avec 2 yeux orientés vers l’avant avec un certain champ de vision et un certain nombre de paramètres comme ça qui font que notre perception de l’environnement n’est pas objective mais adaptative. Tu peux être intégriste comme tu veux et je ne sais pas comment tu es fabriqué, mais en général les êtres humain ne sont pas des machines. Rouler à 50±1kmh sur une quasi autoroute est quasiment impossible sauf à conduire en première parce que notre physiologie n’a pas suffisamment de repères pour obtenir ni une précision ni un comportement qui n’a naturellement aucune raison d’être. C’est intenable plus de quelques minutes tout autant que de marcher à 0,2kmh alors que ça ne pose aucun problème à un robot-aspirateur.

    Bref, avant de taper sur les gens et de les prendre pour des cons, il faut réfléchir à une bonne méthode qui permette d’aller dans le bon sens sans que ce soit à leur détriment de manière purement répressive. Et c’est pas si simple que dans Petit Poney.

  11. Jean-Marc

    En sécurité routière, on a +/- 50 ans de reculs,
    et l expériences de pays limitrophes, sur +/- la même période.

    Que constate-t-on ?
    c.f. sur la carte, le % de vélo dans les déplacements
    http://owni.fr/2011/05/17/la-data-enfourche-son-velo-sur-les-routes-de-leurope/
    La sécurité routière fait, depuis des années, l apologie de l europe du nord, face à l europe latine;
    l une étant bon élève (peu de morts sur la route),
    l’une intermédiaire (france),
    et l autre mauvais à très mauvais élève
    (grèce, italie, espagne, portugal… russie (des latins connus…) et plusieurs autres ex-pays de l europe de l est,…)

    Or, si on regarde le taux de vélo dans ces villes,
    on constatent que les mauvais élèves sont ceux faisant le moins de vélo; les bons, ceux faisant le plus de vélo :
    Le vélo apaise la vitesse de tous les usagers, et donc réduit le nombre d accidents, réduit la gravitée des accidents (car fait à une vitesse moindre) et réduit les conséquences, en particulier le nombre de morts lors de accidents résiduels.
    => plus il y a de vélos, moins il y a de morts.

    Cependant, dans les années 50, il y avait bpc bcp plus de vélos, en france, mais bcp bcp plus de morts en france.
    Ainsi, le nombre de cyclistes ne fait pas tout.
    Mais voila, ni ceinture de sécurité, ni limitation à 60 :
    rouler à 70 en ville, rouler en mode rallye en ville ne choquait personne [au contraire, celà prouvait que tu es un homme (sic), que tu es sportif (re-sic : c est vrai que savoir appuyer plus ou moins fort sur une pédale, est un exploit qui mérite d être applaudit et encouragé…)]

    Ainsi, les vélos seuls ne suffisent pas, il faut agir sur l action néfaste, dangereuse de la voiture, en en limitant les nuisances.

    Le plus facile, c est de créer quelques havres de paix : multiplier les rues et ruelles piétonnes.

    Très facile et très efficace. En plus, celà réduit la pollution… utile alors que la france est sous le coût d’une forte amende de l europe pour dépassement de sa pollution de l air (utile pour ne plus à avoir à payer cette amende, et utile pour ses citoyens, qui respireront un air plus pur, dans un environnement plus agréable, plus silencieux et autorisé aux jeux et terrasses dans la rues).

    Mais après, comment faire pour les autres rues ? celles qu’on veut laisser à la circulation automobile ?
    => Il faut voir la différence d accidents et de morts en villes, dans les 10 ans qui ont suivis la création du 60 en ville, puis du 50, puis du 45 en zone résidencielle.
    Maintenant, il existe un soupoudrage de zones 30 ou 20, mais très lentement.
    Autre pb, les zones 50km/h sont trop souvent sur des chaussées adaptées au 70 ou plus, où l automobiliste doit se retenir pour ne pas rouler à la vitesse qui lui semble -logiquement- adaptée à cette chaussée :
    Celà demande un rétrécissement de la chaussée, des chicanes et cousins berlinois (passages piétons surelevés, à hauteur des trottoirs, pour les piétons et les fauteuils roulants) à CHAQUE passages piétons, pour obliger physiquement à tenir cette vitesse non dangereuse.

    Mais, si on tient à sauver des vie, et améliorer la qualité de vie des citadins (plus de 80% des français) celà demande aussi de faire un grand coups, comme l ont été les limitations 60 et 50 dans le passé :
    – passer de la règle des 50km/h d office avec des exceptions, à la règle des 30 km/h d office avec des exceptions à justifier
    – passer le 50 à 45km/h, comme celà aurait dû être fait depuis des années.
    – passer le 70 à 60 km/h

    D autres règles simples seraient aussi utiles, par ex, pour limiter l accélération max entre 2 feux, le collage au cul [qui entraine des accidents, quand l un pile à l orange, et son suivant accélère, car s attendant à ce que l un accélère pour forcer le passage, comme la majorité le fait (alors que c est illégal)] : une amende, si on ne se tient pas à plus de 2m de la voiture nous précédent, EN PARTICULIER À L’ ARRÊT (impossible de rentrer dans la voiture devant soi, si on respecte une distance minimale entre elle et soi… même si, d un seul coups, elle s arrête ou fait une déviation de direction qu’on n avait pas anticipé).

    Un régulateur de vitesse automatique obligatoire ?
    Celà existe déja :
    celà s appelle le trinôme « compteur de vitesse + yeux + cerveau« .

    Le compteur de vistesse est obligatoire.
    On en laisse pas un aveugle conduire une voiture;
    Reste le dernier point du trinôme :
    Un automobiliste, qui a fait preuve, par sa conduite en ville, qu’il est un danger pour autrui ou pour lui, n a plus à avoir le droit (au moins 3 ans) de conduire un véhicle de plus d’une tonne pouvant rouler à plus à plus de 100km/h.

    Par ex, un automobiliste qui force le passage d’un piéton, ou un automobiliste qui sort de sa voiture, au feu, prend une clé à molette, un nerf de boeuf ou autre, pour s approcher de la personne qui le précéde/le suit; fait montre d’un manque total de maitrise et de respect de la vie d autrui nécessaire à l usage d’un tel char d assault; de même pour un automobiliste en excès de grande vitesse :

    La suspension de permis devrait alors être la règle (rares exceptions, si circonstances particulières), avec vente de la voiture, et argent allant aux domaines, au trésor public.

    En cas de faute grave, l’immobilisation immédiate du véhicule, avec vente de la voiture, et argent allant au trésor public, en autre quand le conducteur n est pas le proprio aura un effet garanti : les automobilistes deviendront de suite plus respecteux des règles.
    [Au proprio (qui peut etre l employeur*) de se retourner, devant les juges (si pas de paiement à l’amiable), contre le conducteur, pour se faire rembourser la valeur de son véhicule]

    Suffit de voir aux USA :
    les flics sont des vrais cowboys, où, pour un excès de vitesse ou un feu grillé, tu te retrouves à subir une fouille corporelle, les mains plaquées sur le capot ou plaqués au sol. Et, vu comment ils sont chatouilleux de la gachette, tous le monde (sauf courses poursuites de déliquants) leur obéis :
    Les sanctions -alors qu’il s agit de mise en danger de vies- ne sont pas assez fortes en france.
    De plus, elles ne sont -très largement- pas appliquées [gares-toi sur un piste cyclable.. et vois le temps que tu peux rester avant une amende ou une mise en fourrière (fourrière qui devrait être la norme : tu bloques la circulation, ce qui est interdit : selon le code, tu risques jusqu’à… 5 ans de prison; mais à ma connaissance, cette sanction, prévue dans la loi pour toutes les voies, n a jamais été appliquée pour une bande ni une piste cyclable; même pas pour une semaine)]

    * Actuellement, les véhicules de fonctions, en multi-conducteurs (camionnettes d artisans, de livraison, de chantier par ex) sont parmi ceux faisant le plus d infractions :
    L’administration/la boite ne donne en général pas le nom du conducteur, mais paye juste l amende, le conducteur se prend une remarque de son chef, mais sans perdre de points :
    Mais si un conducteur fait vendre un ou 2 véhicules à sa boite… il risque de ne plus garder son emploi : avec ce risque, il sera donc encore plus respecteux des lois qu avec son propre véhicule…

  12. Jean-Marc

    @ Haricophile :

    Je suis un automobiliste (même si occasionnel) et bien, je réussis à rouler 45km/h en zone 50 sans pb, en acccélérant lentement au démarrage, et en anticipant les feux et virages par une deccélération; et ceci, sans me faire klaxonner (çà m’étonne tjrs, je m attend plutôt à déchainer des concerts, mais ce n est jamais arrivé).

    Si 10% des autres automobilistes faisaient pareil, ils donneraient la vitesse de circulation à tous les autres, à leurs suiveurs, et donc celà deviendrait de suite plus facile de respecter ces nouvelles vitesses.
    Là, au demarrage du rouge, quand tu vois celui devant partir au loin, c est actuellement dur de ne pas chercher à le recoller…

    Mais, si chacun accélère plus lentement, ce qui est meilleur pour la mécanique, l environnement, le portefeuille et la diminution du nombre d accidents, celà deviendra, au fur et à mesure, la norme en ville.

    (surtout que démarrer vite ne sert à rien… sauf à rejoindre plus vite la file d attente des voitures ayant accélérées comme des malades, attendant au feu suivant…)

    Précision :
    les panneaux rond à fond blanc* de vitesse sont des vitesse maximales autorisées en cas de bonne conditions.

    Si la chaussée est défoncée, s’il y a des bouchons, s’il y a des piétons, s’il y a des chaussées humides, des travaux, du brouillards, de la neige, de la pluie,…; mais aussi en fonction de son état (fatigue, personnes avec qui on discute dans la voiture, prise de médocs,..)

    Le conducteur doit adapter sa vitesse aux circonstances, et donc rouler aussi lentement que les circonstances le nécessitent, pour ne pas metttre lui ou les autres en danger; il n a pas à faire, comme une majorité, la recherche absolue de la vitesse maximale autorisée sur cette voie, la considérant comme un minimal obligatoire à atteindre.

    * ceux à fond jaunes, temporaires, tiennent compte de l état de la chaussée :
    rue à 50 (blanc), mais défoncée, panneau jaune à 30, il n est pas obligatoire de rouler 10km/h sous les 30, mais juste de rouler à 30.

  13. Haricophile

    Un régulateur de vitesse automatique obligatoire ?
    Celà existe déja :
    celà s appelle le trinôme « compteur de vitesse + yeux + cerveau« .

    Il y a un autre trinôme, cela s’appelle regarder la route, regarder le rétroviseur, regarder le compteur.

    Je signale que le temps d’adaptation oculaire de la distance entre ces trois points entraîne un temps mort non négligeable, et si tu passe ton temps à regarder le compteur, tu ne regarde plus assez les 2 autres, tout ça est particulièrement nuisible aux 2 roues et aux piétons !

    Je maintient qu’il faut commencer par imposer aux constructeurs des équipements adaptés, dont font partie le régulateur. On a commencé par imposer la pose de la ceinture sur les véhicules AVANT d’imposer de l’attacher. C’est du même acabit.

    Après on peut rêver d’un monde sans voiture, je suis sûr que ça va arriver, mais maintenant, tout de suite, il y a déjà pas mal de chose qu’on peut améliorer à un « coût » supportable pour toutes les « parties ».

    P.S. Entièrement d’accord pour la séparation des voitures, les ex. « couloirs de la morts » de Jacques Chirac étant le parfait exemple de ce qu’il ne faut pas faire (piste cyclables uniquement dessinées, qui traversait une partie de la place de la concorde en diagonale, à gauche du couloir de bus, ce qui laissait aux cycliste assez suicidaire pour les respecter le bonheur de se retrouver entre un bus qui double par la droite et un car Air France qui double à toute berzingue par la gauche avec moins d’1m entre les 2.

Les commentaires sont clos.