Les routes les plus dangereuses du monde

Voici une vidéo découverte par hasard sur youtube, et qui pourrait aussi vous intéresser.

Il s’agit d’un documentaire en français complet qui présente les routes de l’enfer ou bien les routes de la mort, à savoir les routes les plus mortelles du monde.

Cette vidéo est bien faite, et illustre entre autres la dangerosité et les victimes du déplacement automobile partout dans le monde.

Bon visionnage et merci à Jérome pour l’info.

Nuit Grave

A propos de Nuit Grave

Rédacteur du site Carfree France, spécialisé dans les questions relatives à la destruction de la santé et de l'environnement

6 commentaires sur “Les routes les plus dangereuses du monde

  1. Alavetz

    C’est un peu une apologie implicite des autoroutes, ce reportage sensationaliste… !

  2. apanivore

    La queue du dragon (2ème dans le reportage) est décrite comme une route dangereuse alors que ce sont les utilisateurs qui la prennent pour un circuit qui sont dangereux.
    Sinon c’est une route large, bien goudronnée dans une belle forêt, ça a l’air super en vélo.

  3. Laurent

    @Apanivore, c’est la même réflexion que je me suis fait à propos de la route de la queue du dragon.
    Quant à faire du vélo sur cette portion, cela relèverait de la folie vu le nombre de tarés qui y font vrombir leurs moteurs à fond les ballons.

  4. Jean-Marc

    Ils peuvent rouler comme des malades, car ils savent que le véhicule qui les précédent roule vite. C est une question de vitesses relatives.

    (sur une autoroute, si « tout le monde » roule à 130, pour avoir l’impression d avancer par rapport à « la masse », il faut rouler au-delà de 150).

    S’ils croisent des vélos tous les 2 km, ou si les véhicules qui les précédent roulent bcp plus lentement, ils ralentiront l’allure, plutôt que d écraser/faire sortir de la roule en les poussant les autres personnes (à moins d’être des assassins sanguinaires multi-récédivistes…).

    En effet, la quasi totalité des gens ne veulent pas tuer les autres sur la route, entre autre, ils ne souhaitent pas particulièrement tuer réellement les cyclistes (en parole, en volonté, parfois, si :))
    Or… la réalité montre involontairement, parfois, ils le font…
    (et que leur mode de conduite, trop rapide par rapport aux usagers présents, avec accélérations trop puissantes, distance de sécurité non respectée, et freinage trop tardif, contribue à faire en sorte qu’un jour, celà pourra devenir une réalité).

    C est pour cette raison, quand un camion/voiture vous double en vous frollant, qu’il faut faire de grands signes du bras, pour qu’il vous voit dans son rétro (car il a pû nous doubler sans même nous voir), et qu’il comprenne qu’il a doublé de trop prêt :
    celà pourra éviter qu’une autre fois, il ne vous renverse, ou renverse un autre cycliste.

    (en plus du bras agité pour qu’il vous voit; si vous avez la possibilité de le rejoindre au feu suivant, le rejoindre en le coinçant (en se plaçant devant son aile), pour lui expliquer pendant 2 ou 3 minutes* qu’il a mis votre vie en danger, et qu’il devrait faire attention, en lui rappelant les 1m (aglo) 1.5 m de distance latérale :
    celà permet aussi de faire en sorte qu’une prochaine fois, il réfléchira lorsqu’il abordera un dépassement de cycliste)

    *le temps pris par l’explication est important : plus c est long, plus cela le fait chier, donc plus il évitera se retrouver dans une telle situation, donc qu’il évitera de froller un autre cycliste.
    Et, si celà dégénère, sortir son APN ou son tél, pour visiblement le prendre en photo, ainsi que sa plaque minéralogique (voire sa vignette d assurance, s’il ne vous a pas seulement frollé, mais a touché quelque chose).

    Nous ne sommes pas en face d assassins, mais de personnes inconscience de la puissance et de la dangerosité en ville* des outils (voiture, camion, bus) qu’ils utilisent.

    *sur autoroute, ces outils sont moins dangereux, moins mortels pour les autres.

    Ainsi, c est parce qu’il n y a pas de cyclistes que certains véhicules roulent vite.
    En mettant quelques cyclistes, la vitesse va s apaiser… et les cyclistes les moins téméraires pourront alors rejoindre les 1ers sur cette route apaisée.

  5. Jean-Marc

    Précision :

    le cycliste qui apaise la vitesse des autres,
    je le pratique en france, actuellement.

    mais je ne le pratiquerai pas, actuellement, dans certains pays d afrique ni sur la route de forêt du reportage…

    Mon intervention était juste préciser que, ce n est pas en n’allant pas aux endroits où il n’y a pas de cyclistes, qu’on améliorera les choses.

Les commentaires sont clos.