La mini-piste cyclable

C’est un nouveau concept qui vient d’Orléans, la mini-piste cyclable. De la largeur du caniveau, cela correspond sans doute à la place du vélo dans la ville d’Orléans!

L’info provient du blog du porte-parole d’Europe Ecologie les Verts Orléans. Apparemment, il s’agit d’une petite provocation, probablement de militants du vélo, pour faire prendre conscience de la réelle place du vélo dans cette ville.

La mairie d’Orléans semble en effet situer sa réflexion avant tout en termes de fluidité des déplacements en voiture, alors que les seules solutions consistent à ménager un réel espace sécurisé aux mobilités « douces ».

Et les activistes en question ne se sont pas contentés d’une seule rue, tout un itinéraire a été « aménagé ». Le plus drôle, c’est que la mini-piste cyclable doublonne parfois avec un véritable aménagement cyclable, comme sur la photo suivante.

On attend impatiemment l’inauguration de la mini-piste cyclable, avec une mini-plaque et des mini-coupes de champagne!

Source: http://jpgrand.org/2013/10/11/nouveau-concept-orleanais-les-mini-pistes-cyclables/

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

20 commentaires sur “La mini-piste cyclable

  1. Jean-Marc

    C est amusant, celà interpelle les personnes (automobiliste, cycliste et autre) qui la découvre… et qui ne savent pas s’il s agit d’un aménagement réel…

    (aménagement qui prouverait que les pouvoirs publics font vraiment n’importe quoi)

    ou s’il s agit d autre chose…

    Ainsi, en terme de contre-publicité, d’éveil des consciences sur la politique cyclable/sur la place des cyclistes réservée par la municipalité, c est très bien.

    Par contre, pour améliorer directement la cyclabilité de la ville, il y a plus simple, et deja expérimenté dans plusieurs villes (françaises ou pas) :
    La vraie-fausse piste cyclable :

    La piste cyclable peinte par une personne/une asso dans les vraies règles, copiant les pistes cyclables, et étant positionnée là où c est nécessaire, là où il en faudrait une.

  2. Struddelstruddel

    Le problème de ce genre de réalisation est qu’il peut amener les automobilistes à se conforter dans l’idée que c’est effectivement la place du vélo : « on a indiqué aux vélos qu’il pouvaient emprunter cette rue à la condition de serrer à droite et de ne pas gêner les automobiles ».

    C’est personnellement comme ça que je comprends ces vrais marquages au sol de la ville de Nantes : http://goo.gl/maps/Upe5o

  3. Vincent

    Vélove > La mairie d’Orléans semble en effet situer sa réflexion avant tout en termes de fluidité des déplacements en voiture, alors que les seules solutions consistent à ménager un réel espace sécurisé aux mobilités « douces ».

    Si les maires voyaient un peu plus loin que la prochaine élection, ils anticiperaient la fin du pétrole bon marché et pousseraient à l’usage du vélo (classique et VAE) et des transports en commun.

    http://petrole.blog.lemonde.fr/2013/05/20/petrole-lannee-2012-a-la-croisee-des-chemins/

    Struddel > J’ai visité Nantes récemment, et j’ai aussi été étonné par le fait qu’une ville plutôt à gauche qui prétend développer le vélo propose aussi peu de pistes cyclables + parking à vélo (bp de vélos attachés au mobilier urbain).

    Solution simple : on remplace une place de voiture et ça donne dix parkings à vélo: http://www.cyclehoop.com. £4K pour le Car Bike Port.

  4. PédibusPédibus

    Ici pour un œil exercé de technicien de la voirie ou, bien sûr, d’un militant associatif, ce qui frappe c’est l’organisation de l’espace viaire, observable sur la 1ère photo :

    Quelques questions concernant l’ensemble des modes de déplacement:

    – une plateforme de tram : rien à dire;
    – à gauche comme à droite une file de circulation à sens unique : ne peut-on pas dévier l’une et/ou l’autre?
    – enfin sur les deux côtés de l’axe de circulation existe encore du stationnement en épi très consommateur d’espace : ne peut-on pas s’en passer pour l’un et/ou l’autre? Ou encore ne peut-on pas organiser ce stationnement parallèlement à l’axe de circulation?

    A-t-on calculé la part relative attribuée à l’automobile dans le contexte photographié? Est-elle majoritaire?

    Il me semble que oui à vue de nez, mais je me méfie…

    Sinon peut-on dire qu’à Orléans l’arrivée du tram a produit une requalification de l’espace public, au moins sur la totalité de son tracé?

    Dernière question:

    Pensez-vous qu’à Orléans et à l’échelle de son intercommunalité – sinon dans la population du moins chez ses élus – on aime la bagnole?

  5. PédibusPédibus

    En réaction (favorable) au commentaire de Vincent : goôôôôche ou non le programme de tram est gelé à Nantes, et le SE de la ville a eu droit à un BHNS…

    Quant au tram train ça ne résout pas la question de l’accessibilité à un TCSP lourd, garant de la meilleure qualité d’offre; ci joint une carte de mon mémoire de cette année pour l’agglomération nantaise:
    http://www.fichier-pdf.fr/2013/08/10/2013-08-10-nantes-hors-zone-1/

  6. Struddelstruddel

    Beaucoup d’abréviations, je ne comprends pas la moitié des termes 🙂

    TCSP ? SE ?

    J’ai BHNS : bus haut niveau de service, c’est en effet ce que développe en majorité cette ville avec ses chronobus.

    Pour en revenir aux pistes cyclables, c’est en pleine transformation, il y a des travaux partout et globalement, pour utiliser quotidiennement le vélo ici, je trouve qu’il est vraiment facile de s’y déplacer et les parkings à vélo protégés sont en train de se développer.

    Ce qu’il faut, c’est demander directement aux cyclistes ce qu’ils veulent car ils seront les seuls à pouvoir répondre. Après, les services techniques trancheront ce qui est réalisable ou non.

  7. cycliste alcoolique

    Et que pouvons nous voir sur la vraie piste cyclable? une tonne d’acier

  8. Jean-Marc

    Je ne crois pas que ce soit une vraie piste (ou plutôt, d’une vraie bande, vu qu’il y continuité avec la voie tous véhicules), d ailleurs, dans l article, elle n est pas qualifiée de bande :

    Le plus drôle, c’est que la mini-piste cyclable doublonne parfois avec un véritable aménagement cyclable, comme sur la photo suivante.

    (il faudrait une photo en plan plus large, pour en être sûr, voire si une bande de peinture continue sépare la bande vélo et tous véhicules, ou non)

    Au vu de l image, je crois que c est plutôt juste un peu de peinture sur la chaussée commune (sans la bande continue de séparation des voies), sans espace supplémentaire dédié aux cyclistes, comme les double sens cyclables, sur laquelle peut rouler la voiture, s’il n’y a pas de cycliste.

    (un orléanais pourra peut-etre nous dire s’il s agit d’une bande cyclable ou non, et nous poster un plan plus large)


    Le pb des vraies pistes / bandes cyclables, c est qu’elles imposent un certain nombre de contraintes
    En particulier, l’occupation d’une partie dédiée de la chaussée.. donc, même si c est souvent en réduisant la part de chaussée dédiée aux piétons (surtout pour les pistes), parfois, celà mange une partie de la part auto, ce qui est juste inacceptable :
    Ainsi, certains élus ont trouvé l’idée de ce coup de peinture ne voulant rien dire, mais montrant qu’ils font « des choses » pour le vélo, vu qu’il se retrouve peint un peu partout sur des voies où ils avaient deja le droit de circuler…

  9. Lemaitre

    Je confirme la remarque de Struddel. La présence d’une bande cycable trop étroite donne l’impression aux automobiliste qu’ils peuvent doubler le cycliste… et donc le frôler. Dans certains cas, l’axe central de la rue est une séparation physique (bordurette). Le service technique de la ville mérite les plus vifs reproches pour ce dangereux système de partage. Mieux vaut s’abstenir de peindre son envie de favoriser les cyclistes.

  10. rmenard

    @jean-marc
    Concernant les coups de peintures sur la chaussée – sans que cela soit une bande ou piste cyclable – j’avais le même avis que toi, mais je me rend compte que ça permet quand même de signaler aux voitures que les vélos sont tout à fait à leur place sur la chaussée, et que c’est à eux d’attendre tant qu’ils ne peuvent pas dépasser, sans que le cycliste ait à se coller au trottoir.

    Ceci étant dit, ça ne remplacera pas de « vrais » aménagements, et le nécessaire courage politique pour les mettre en place.

  11. carlos45Carlos45

    Je roule à Orleans tous les jours en velotaf avec mon bullitt et je prend cette rue tous les matins. C’est vrai que quand j’ai vu les marques au sol ca ma fait beaucoup rire, mais ce matin j’ai bien fait attention et je crois que les mini marques ont ete retirees. C’est un mauvais exemple, car Orleans à pas mal de piste et meme une voie verte qui fait le nord/sud, c’est pas si mal que ca Orleans pour le velo de ville/utilitaire, j’ai vu pire. Meme si la mairie surfe beaucoup sur la Loire à Velo qui est un veritable succees.

  12. Mirkorne

    @ Struddel et Jean Marc
    Avec ou sans marquage, les voitures nous frôlent toujours plus ou moins dans ce genre de situation. Néanmoins, lorsqu’il y a pas mal de feux, je trouve plutôt intéressant de rappeler aux automobilistes que des vélos peuvent les dépasser par la droite. Cela nous évite par la même occasion de devoir zigzaguer entre celles qui ont oublié de serrer sur la gauche.

    Je pense que toutes les rues sont bonnes pour le vélo même les plus étroites. Le plus dommageable est de faire croire que le vélo doit rouler sur le trottoir et donner l’impression que toutes les rues sont aux voitures… Vélotaffeurs et bicycletteurs descendez du trottoirs, la rue est à nous!

  13. Struddelstruddel

    Oui et non : sur une rue étroite sans marquage, je reste au milieu et c’est selon l’humeur et la connaissance du code de la route de l’automobiliste derrière.

    Sur une route étroite avec un tel marquage, l’automobiliste klaxonne systématiquement et montre de l’index le marquage au sol en indiquant au cycliste qu’il DOIT rouler sur le côté pour laisser passer les voitures.

  14. Jean-Marc

    Comme Struddel :
    Une voie sans marquage spécifique n est pas gênante :

    il vaut mieux une absence d’aménagement cyclable, qu’un aménagement mal conçu.

    [Par ex, la mauvaise conception, c est une bande cyclable, avec aucune montées/descentes hors des carrefours… qui sont les endroits le plus dangereux des bandes cyclables (comme les voitures tournent sans nous regarder), alors que, pour tourner à gauche au prochain carrefour, il nous faut quitter la bande 25 à 50m avant, afin de se déporter sur la voie « tous véhicules » la plus à gauche, avant d arriver au carrefour

    autre exemple :
    De multiples chicanes et systèmes anti-voitures/anti-scooters, voire des priorités aux voitures aux carrefours (ce qui est contraireaux recommandations du CERTU) rendant les bandes cyclables impropres à l usage des cyclistes…

  15. jean claude

    c’est peut etre tous simplement un itinéraire dans la mesure ou il y a un vélo et et une flêche verte. Ce qui me fait penser à ca, c’est que quelque fois je fais des rallys avec les cyclistes du dimanche (svp ne le dites pas à Robert) et le principe est de mettre sur la route, à la peinture, des logos avec une flêche. Ainsi ce ne serait pas une piste cyclable mais un itinéraire, c’est dit dans le texte (il y a un itinéraire) c’est d’ailleurs une bonne idée pour orienter les cyclistes. Par exemple pour faire une visite guidée de la ville dans le cas présent Orléans s’y prete bien.

  16. roll

    c’est énorme ce marquage! il est plus que réaliste, vu le nombre automobilistes qui manquent de m’ y coller la tronche chaque matin et chaque soir, c’est tout a fait approprié! quand à ceux qui ne comprendraient pas le message il s’agit malheureusement de cas désespérés.

  17. Jean-Marc

    2 vidéos interessantes Alex.

    Comme quoi, pour ceux qui en doutent, on peut transporter des charges sur un vélo.


    Pour ma part, sauf oublis, en dehors des nombreux trajets avec +/- 20kg de courses,
    j ai eu, sur vélo normal avec saccoches et tendeurs, un arbre à replanter de plus de 1.6m; un ordi grande tour + écran CRT; un autre vélo+qq pièces méca; une barre à mine d’1.6 m; et ceci, sans parler des transports avec remorque ou en vélo-cargo avec ou sans remorque, quand j en emprunte.

Les commentaires sont clos.