Mon Cher Vélo a un programme pour les Municipales

Mon Cher Vélo, l’association de promotion du vélo de Bourges et du département du Cher, a eu la bonne idée de mettre en place un cahier de doléances destiné aux candidats aux municipales de 2014.

Les prochaines élections qui auront lieu en Mars 2014 seront l’occasion pour les candidats de mettre en avant un sujet d’actualité qui préoccupe de plus en plus les pouvoirs publics, à savoir les transports.

Se déplacer coûte cher à l’usager comme à la collectivité, pollue, nous prend du temps et parce qu’elle est un luxe que tout le monde ne peut pas s’offrir, la voiture individuelle ne peut plus aujourd’hui être la seule réponse à apporter aux besoins de mobilité de la population.

Pour faire état de ses idées et les proposer aux candidats à la mairie de Bourges mais aussi dans toutes les autres villes et villages du département, Mon Cher Vélo a écrit un cahier de doléances que nous proposons à votre lecture et à vos réactions.

Le document tel qu’il est présenté ici a vocation a être modifié et enrichi par les propositions et suggestions de celles et ceux qui en sont les principaux intéressés : les usagers. Piétons, cyclistes, usagers des transports en communs, personnes à mobilité réduite ou automobilistes sont donc invités à donner leur avis sur ce cahier d’orientations.

Ce cahier de doléances, adapté aux contextes locaux, pourrait être repris dans beaucoup de villes et villages de France!

Télécharger le cahier de doléances de Mon Cher Vélo:
http://monchervelo.fr/elections-municipales-les-propositions-de-mon-cher-velo/

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

2 commentaires sur “Mon Cher Vélo a un programme pour les Municipales

  1. Jean-Marc

    Sur les 16 pages, pour l’instant, je n en ai lu que 5
    (elles se lisent facilement cependant… mais je poste parce que j ai trouvé mon 1ere commentaire)

    page 5 :
    « Afin de faciliter la conception et la réalisation
    d’aménagements ainsi que leur connexion avec le
    reste du réseau de voirie, Mon Cher Vélo proscrit également la réalisation de pistes cyclables bidirectionnelles en milieu urbain. »

    (alors que j approuve l encart du Plan de Déplacements Urbains, juste en dessous)
    Un point que je n approuve pas forcément :

    – Quand il y a une bande cyclable dans le sens du sens unique voiture, mais pas de double-sens cyclable (donc surtout en zone 50);

    moi, lors de courts trajets, mais aussi d autres cyclistes que je croise ainsi en « contresens cyclable sauvage« , remontons parfois des bandes cyclables à sens unique*, pour faire une ligne droite, plutôt qu’une perpendiculaire pour passer un paté de maisons suivant, et rejoindre l autre sens unique, allant dans l autre sens (et l autre bande cyclable), une ligne droite, puis une autre perpendiculaire (un « _ » plutôt qu’un « U », plutôt qu’un « [_] »)

    * lorsque j en croise, ainsi à contresens, alors que je suis dans le sens légal, celà ne pose aucun pb :
    comme je roule dans le même sens que les voitures, contrairement à eux, je l ‘intercalle sur la voie « tous véhicules » entre 2 voitures, en mettant mon bras, et en leur laissant la bande cyclable libre

    – Lorsque j arrive à un feu rouge, avec passage cyclable directionnel :

    normalement, selon les concepteurs, je devrais attendre le feu vert, pour après traverser le carrefour tout droit, puis, une fois le carrefour passé, tourner à gauche sur le passage cyclable

    en fait, je pratique le tourné-à-gauche thailandais :

    je prend le passage cyclable avant le carrefour, à contresens (il a le vert),

    puis, je roule à contresens sur la piste cyclable le temps qu’il faut, pour pouvoir, sans géner personne lors de la traversée, et sans mettre personne en danger, traverser la chaussée auto à contre sens puis celle dans mon sens, et rejoindre la bande cyclable dans le bon sens.

    Faut-il rappeler que les trottoir n ont pas de sens de circulation…
    Attention, cependant, à l effet pervers :
    permettre de rouler à gauche (sens du cycliste en contresens), à contresens, sur la bande cyclable prévue dans le sens des voitures, quand il n’y a qu’une bande dans le sens des voitures, et pas de contresens; ne doit pas être une raison de ne pas créer prioritairement un contresens cyclable à droite (sens du cycliste en contresens)

    (la bande à droite, dans le sens des voitures, est moins nécessaire que la bande de contresens)

  2. Jean-Marc

    Sinon, je suis d accord, de la page 1 à 11*
    (pour les pages 12 et suivantes, les TEC et l intermodalité, je connais moins, donc je n émets pas d avis pour l’instant)

    2 points à rajouter cependant :

    comme le dit le commentaire sur le site « monchervelo.fr », des ateliers-vélo dans les écoles primaires, collègues et lyçées seraient un plus,
    même s’il s agit d atelier itinérant (présence d’une personne une fois par mois ou par semaine… qui sera augmenté si nécessaire)

    sinon, les bandeaux berlinois, pour la continuité des piétons + le ralentissements des voitures + la prioritisation donnée aux piétons, en zones 30 ET 50, serait une bonne chose
    [vu les travaux que celà implique… à faire d abord dans les zones à forts passages piétons (mais aussi, pour la signalisation que celà induit, en entrée de zone de 30, mais pas seulement), avant de le répandre petit à petit]

    Or (page 7) :
    « Environ 100 000 excès de vitesses quotidien sont relevés à Bourges dont 10% de plus de 20km/h. Seulement 3 contrevenants sont verbalisés chaque jour.

    En agglomération, environ 50 % des véhicules sont en excès de vitesse. »
    Et ces coussins berlinois obligent physiquement à avoir une conduite plus apaisée.
    (donc réduisent le nombre d accidents, et leurs conséquences)

    * 2 bémols :

    – j aurai mis le vol de vélo en dernier des points sur le vélo, pas en premier,
    pour que ce ne soit pas la seule chose que lisent ceux qui vont survoler le document… croyant que le vol est très fréquent pour chaque cycliste…

    – page 3 :
    « D’autre part, la vitesse reste, avec l’alcool, une des principales causes de mortalité sur les routes .

    En fait, selon ce qu’on regarde, on arrive à des améliorations différentes
    (si on regarde le temps de trajet, ou le nombre d automobilistes tués par kilomètre en voiture, alors on fait des autoroutes partout… aux piétons de prendre leur voiture pour aller acheter une baguette ou aller au parc municipal : c est plus sûr de supprimer tous les trottoirs…, et de murer toutes les portes de bâtiments)

    Je dirai plutôt :
    « D’autre part, après la présence de voitures, la vitesse reste, avec l’alcool, une des principales causes de mortalité dans nos rues. »

    celà change tout :
    au lieu de multiplier les tests d alcoolémies les samedis soirs,
    on multiplie les rues piétonnes [et éventuellement les zones 20 (zones de rencontres) ou 30], ce qui a un impact bien plus efficace sur les chiffres de la mortalité routière, et sur les repports vers les modes doux.

Les commentaires sont clos.