Bikes vs Cars, la guerre contre l’automobile est déclarée

Il y a un milliard de voitures aujourd’hui dans le monde, et les experts estiment que ce chiffre aura doublé à l’horizon 2020, c’est-à-dire demain.

Pour le réalisateur suédois Fredrik Gertten la solution ultime pour se déplacer au cœur d’une ville est bel et bien le vélo, et il a souhaité faire de ce sujet un documentaire, dont le titre « Bike vs Cars » évoque littéralement la « guerre » enclenchée depuis quelques années entre les pro-vélo et les pro-voiture.

Fredrik Gertten n’en est pas à son premier docu controversé. Tel un Michael Moore suédois, il avait réalisé en 2009 « Bananas! » qui dénonçait l’exploitation des ouvriers agricoles des plantations de bananes de la Dole Food Company. Documentaire qui lui a valu d’ailleurs un procès de la part de cette dernière, mais qui ne l’a pas empêché de réaliser un second documentaire, « Big Boys Gone Bananas!« , sur la manière dont la multinationale a voulu étouffer l’affaire.

Si le trailer du documentaire « Bike vs Cars », que vous pouvez visionner ci-dessous, évoque une guerre, c’est notamment en réponse au maire de Toronto, le très médiatique et controversé Rob Ford (celui-la même qui a récemment avoué avoir fumé du crack), qui, en décembre 2010 avait annoncé fièrement « The war on the car stops today« . Comprenez : « La guerre contre la voiture s’arrête aujourd’hui« .

Il avait décidé à l’époque de ne plus construire de pistes cyclables supplémentaires dans sa ville, décrétant fièrement que les rues d’une ville sont conçues pour les voitures, les camions et les bus … pas pour les vélos.

Pire, il a même fait effacer l’une d’elle sur Jarvis Street, bien que des militants pro-vélos aient tenté de bloquer l’accès aux ouvriers chargés du travail.

Fredrik Gertten a donc baladé sa caméra dans plusieurs villes du monde (Toronto bien sûr, mais également São Paulo ou encore Copenhague) allant à la rencontre des activistes vélos, mais également de ceux qui vivent du business de la voiture. Pour le réalisateur, ce n’est pas à proprement parler une « guerre » :

« Ce n’est pas un mouvement anti-voiture, ou pire encore, un mouvement qui déteste les gens qui conduisent des voitures. les militants vélo demandent la sécurité, des pistes cyclables séparées, des carrefours plus sûrs, le respect dans la circulation. Il s’agit de planifier la ville en se souciant d’autre chose que seulement de la voiture. »

Notons que la campagne Kickstarter, démarrée en septembre et dont l’objectif était de récolter 50 000 $ pour le financement du film, a littéralement explosé pour atteindre au final plus de 82 000 $ ! Le documentaire complet devrait être terminé d’ici l’été 2014.

Source: http://www.weelz.fr/

Weelz

A propos de Weelz

Le 1er Web Magazine du Vélo Urbain

48 commentaires sur “Bikes vs Cars, la guerre contre l’automobile est déclarée

  1. Struddelstruddel

    « Il avait décidé à l’époque de ne plus construire de pistes cyclables supplémentaires dans sa ville, décrétant fièrement que les rues d’une ville sont conçues pour les voitures, les camions et les bus … pas pour les vélos. »

    Les villes n’existaient pas avant l’invention du moteur à explosion, c’est bien connu …

    http://www.blogto.com/upload/2010/03/20100229-pc-armouries.jpg

    Documentaire à découvrir en tout cas !

  2. Jean-Marc

    Expérience d aujourd’hui, de la guerre vélo-auto :

    – INTRO :

    Je suis à vélo, à 18h30,
    sur une route tous véhicules, sur laquelle j ai le droit de rouler.

    mais, à un moment, cette route qui était éloignée d’une piste cyclable, s en rapproche de plus en plus :
    il y a donc un panneau d interdiction des vélos, pour qu’on prenne la piste 10 m sur la droite.. donc qu’on fasse un virage à 70 degrés à droite, puis, 10 m plus loin, un virage à 120° à gauche…

    Vu l’impossibilité de faire ces virages, à moins de rouler à 5 km/h,
    je roule (de façon illégale, c est vrai… mais, 99,999 font des choses illégales… comme ne pas respecter les distances de sécu,ou ne pas adapter leurs vitesses aux circonstances… ce qui est très largement plus dangereux que de rouler sur des zebras) sur les zebras entre la route tous véhicules sauf vélo, et la bordure de 20cm de haut qui protège la piste cyclable (bordure que je ne peux pas franchir…).

    Et, 15-20m après, quand les zebras s arrêtent, et que la route tous véhicules sauf vélo redevient une route tous véhicules (et oui.. seulement 15-20m d interdits aux vélos…)

    Je m insére dans la circulation
    (entretemps, plusieurs voitures m’ont doublées).

    – Anecdote d aujourd’hui

    En roulant sur les zebras, je vois, en toute illégalité
    (mais bon… ce n est pas bien grave, et c est ultra-classique sur cette piste cyclable…) 20 à 30 joggueurs qui occupent les 2 sens de circulation de la piste cyclable

    (c est une piste cyclable : elle est EXCLUSIVEMENT réservée aux cyclistes : ainsi, puisqu’il n y a pas de trottoir, ils sont censé marcher sur la chaussée tous véhicules : dans le sens opposé aux véhicules, s’ils sont 1 ou 2; dans le sens des véhicules, s’ils sont en groupe)

    Je sors des zebras, et m insére sans pb dans la circulation,
    une voiture (qui était derrière moi avant les zebra : qui m a donc vu depuis longtemps) une double à moins de 50cm,

    le passager a la fenêtre ouverte, et me crie/dit qq chose, que, bien entendu, je ne comprend pas…

    malheureusement, il a le feu vert, si bien que je ne peux pas le rejoindre (la route est en montée) pour lui demander ce qu’il m a dit.

    Par contre.. j ai eu le temps de voir qu’il s agissait… d’une auto-école :

    ainsi, l instructeur, qui n est pas un flic,
    qui n a pas à réglementer les autres usagers,

    « s amuse » à engueuler les autres usagers,
    mais ne semble pas choquer -alors que c est son métier- par son élève qui double un cycliste à moins de 50cm…

    avec de tels instructeurs… normal que les automobilistes fassent n’importe quoi, après….

  3. Struddelstruddel

    L’auto-école, tout un programme, on pourrait en écrire des bouquins là-dessus : je me rappelle du jour de l’examen, le moniteur m’avait demandé pourquoi je ne m’engageais pas sur un rond point, je lui avais montré le cycliste en train de faire le tour du rond-point qui allait arriver,

    Il m’a dit que j’avais largement le temps et qu’au pire le cycliste pouvait freiner.

    Deux ronds-points plus loin, je prends un rond-point et une voiture arrive de loin, je passe en me disant que j’ai largement le temps (et je l’avais largement), là l’examinateur me regarde et me dit « c’était juste quand même !! »

    J’ai donc retenu qu’il fallait faire attention à ne pas couper la route aux autres véhic… aux autres voitures, pour les vélos, ils freineront.

  4. Alain

    Il y a un an, les flics m’arrêtent sur une piste cyclable soit disant en « sens interdit » suite aux travaux du tramway. J’étais pas d’accord. Je contacte la ville et elle m’envoie les arrêtés municipaux. Je conteste l’amende. J’avais donc entièrement raison.
    Un an après, je me retrouve convoqué par le juge de proximité, c’est à dire hier. On me dit « vous êtes condamnés parce que vous étiez en sens interdit ». Je dis « non ». Je sors les papiers de la mairie. Mais les flics n’ont pas noté la bonne rue. Ils m’ont chopé à une intersection et ont noté l’autre rue de l’intersection sur leur PV. Bref, j’ai beau parlé, j’ai tort. Bingo: 30 euros d’amende parce que « c’est une petite infraction ». On ressentait bien que le vélo, pour ces gens là, c’est un truc pour les petites gens, les pauvres, les ratés du système.

    Bon, les autres affaires du jour à ce tribunal: des gens qui se font chopé avec un portable au volant, des excès de vitesses avec doublage par la droite, des stationnements sur des zones interdites, des accidents pour non refus de priorité. Mais toutes les amendes sont ramenés à la baisse, c’est des bagnoles, ils en ont besoin pour aller à leur travail, c’est des gens respectueux qui travaillent et font des efforts.
    J’étais sensé voir la justice de près, j’ai vu du clientélisme assujetti à la société de l’automobile!

  5. Laurent

    Je concluerai que ceux qui donnent encore la priorité à la voiture sont les véritables arriérés pas encore au courant du peak oil et aveugles aux inconvénients pourtant évidents de la motorisation à outrance , et que les riches sont ceux qui dépensent moins que ce qu’ils gagnent ,or avec un état qui nous endette insidieusement à hauteur de 250 euros par mois et par foyer ça ne fait pas grand monde surtout chez les automobilistes .

  6. Vincent

    LAURENT > Je concluerai que ceux qui donnent encore la priorité à la voiture sont les véritables arriérés pas encore au courant du peak oil et aveugles aux inconvénients pourtant évidents de la motorisation à outrance

    … ou plus simplement, des gens qui n’ont pas d’autre possibilité. Tout le monde n’a pas les moyens (ou l’envie : enfants) de vivre et travailler en centre-ville.

  7. Jean-Marc

    1- « n’a pas les moyens de vivre et travailler en centre-ville. »

    vivre + travailler en centre-ville ou très proche banlieue, en se déplaçant en mode actif (vélo-marche) revient MOINS cher, que de se loger à perpette, avec un loyer et/ou un remboursement de prêt d achat de logement réduit, mais nécessitant de se déplaçer pour toutes activités, dont le travail.

    Seules les personnes ne quittant jamais leur logement, y ont un léger avantage financier [ils payent tout plus cher (visites du doc à domicile, achat chez des commerçants ambulants, ou des péiceries de villages) mais économisent sur leurs non sorties, et loyer plus bas]

    c.f. manicore.com

    2- Tout le monde n’a pas l’envie (c.f. enfants) de vivre et travailler en centre-ville.

    quel est le rapport ?
    la difficulté d avoir un parc ou une rue piétonne (où ils peuvent jouer au foot ou au tennis) en centre-ville?

    alors, « suffit » de faire du lobying, pour que les politiques modifient ainsi la ville, et l améliorent, pour en faire un lieu de vie :
    ils ont deja commençé, lentement, par des parcs, et zones 30 et 20, mais il reste encore énormément à faire, c est vrai.
    Les rares rues piétonnes sont en général des rues piétonnières :
    des rues bourdées de commerces, et très rarement, des rues bordées d habitations.

    Par contre, ce n est surtout pas en partant dans des villages-dortoirs uniquement reliés par la route, que les choses vont s améliorer…
    que ce soit pour les gens restés en ville, ou pour les gens partis dans ces villages-dortoirs.

  8. Struddelstruddel

    Quand on a des enfants, habiter en centre-ville est précisément la chose à faire, voiture ou pas voiture.

    Habiter loin de tous les services signifie rendre les enfants complètement dépendants du moyen de transport de leur parents : que faire en cas d’horaires incompatibles avec leurs activités extra-scolaires ou même scolaires ?

    J’ai appris à me débrouiller tout seul dès le plus jeune âge faute d’horaires compatibles des emplois respectifs de mes parents (horaires décalés) avec mes horaires scolaires et extra-scolaires, pourtant il y avait une voiture familiale et nous habitions loin de tout : je prenais mon petit vélo et je faisais avec l’unique bus local, je rêvais à cette époque de pouvoir habiter près des services et de mes amis et non dans leur péri-urbain paumé loin de tout et de tout le monde.

    Penser au bien être de ses enfants, c’est leur rendre accessible le maximum de choses, leur permettre d’habiter près de leurs copains et d’accéder aux différents services (maisons de jeunes, gymnases et terrains de sports, sorties culturelles) facilement quand ils le veulent et non quand leur parents sont disponibles et « pas trop fatigués ».

    Rendre les enfants dépendant de la voiture dès le plus jeune âge est la pire des éducations que l’on puisse faire à ce niveau, c’est leur prouver par A+B pendant qu’ils sont en pleine phase d’apprentissage de la vie que la voiture est de toute façon indispensable : parfait, bel endoctrinement.

  9. kw

    Je confirme, les enfants, c’est vraiment LA raison, je dirai même quelque part l’unique raison de se passer de la voiture !!!

  10. Jean-Marc

    Je n ai pas retrouvé la bonne page, sur manicore.com,

    page où J-Marc Jancovici compare les coûts pour des habitants de centreville, de banlieues proche, et de villages péri-urbains.
    (en fait, vivre en centreville coûte moins cher, si on prend tout en compte, et pas seulement le prix du logement)

    Mais voici 2 pages intéressantes, en particulier, les images tout en bas de chacune de ces pages :
    – l’évolution en 58 ans… entre la 2CV et la C3 :
    http://www.manicore.com/documentation/petrole/prix_petrole.html

    – la consommation énergétique d’une population, en fonction de sa proportion d agriculteurs
    http://www.manicore.com/documentation/esclaves.html

    (illustration extrême : le bio fermier, plus demandeur de main d’oeuvre agricole, mais plus rentable; donc moins créateur de chômeurs et de subventionnés, est moins consommateur d’énergie que l’agriculture industrielles (tracteurs + engrais + produits phyto-sanitaires ayant tous une forte empreinte carbone)

  11. Jean-Marc

    J ai retrouvé le lien sur manicore.com

    Les valeurs en question sont celles de l avant-dernier graphe, le tableau comparatif de 3 localisations en idf :
    1- Paris / 2- Ensemble HLM petite couronne / 3- Lotissement pavillonnaire grande couronne

    http://www.manicore.com/documentation/sobriete.html

    Le pb, JM Jancovici ne parle que des equivallent GES
    (qui sont des données variant peu.. et comparables d’un endroit et d’une époque à une autre),
    pas des prix, qui, eux, dépendent du marché, et sont donc moins stables, moisn fiables dans le temps
    (ainsi, le prix au m² peut très bien augmenter ou baisser, sur 10 ans, c.f. aux USA, en banlieue péri-urbaine de Détroit, ou dans un nouvel ensemble sans habitants d’Espagne, entre 2008 et 2012 : des chutes vertigineuses de prix sont observés).

    Cependant, d’autres études ont été fait par d autres, sur le même problème… et, la conclusion était tjrs un coût finalement plus élevés, pour un cadre de vie pire (au milieu de rien), pour ceux recherchant le prix au m² le plus bas…

    Et ceci, c est sans parler de l’insatisfaction permanente, c.f.
    http://thefuturebuzz.com/2013/09/24/your-commute-is-likely-a-cause-of-unhappiness/

    => Après 3 ans, il est pire pour sa joie de vivre, pour les victimes, de continuer à vivre en péri-urbain que de perdre un bras…

    Si vous vivez depuis plus de 6 ans en péri-urbain… pour comprendre la non-joie que vous vous êtes offerte,
    pensez à hypothéquer votre 1ere jambe…
    RDV dans 3 ans pour la 2nde…

  12. Alex

    J’ai toujours vécu en périurbain, et je me porte toujours aussi bien. Vivre en ville avec tous ces **** => non merci !

    Et c’est encore plus vrai pour les enfants. Toujours au contact de la nature, il sauront de quoi il parlent.

    En ville, a part devenir asthmatiques, allergiques, et stressés comme leurs parents…..

  13. Struddelstruddel

    De ALEX « En ville, a part devenir asthmatiques, allergiques, et stressés comme leurs parents….. »

    Drôles de généralités, péremptoires et non vérifiables par ailleurs.

    Un mélange de lieux communs et de préjugés sur la vie parisienne appliqué à toutes les villes.

    Quant à la nature hors des villes, on a intérêt à bien cibler.

    Pour avoir habité dans l’Isère et dans la Sarthe, dans un cas j’étais réellement dans la nature, des montagnes à perte de vue, dans l’autre j’avais le droit à une enfilade de champs découpés artificiellement tenant plus de l’industrie agricole infinie que du spectacle bucolique.

    Le mythe de la nature retrouvée dès la sortie de la ville fait doucement rigoler.

  14. cedric

    @ ALEX

    bien sûr les urbains n’ont rien compris à la vie…

    Cela dénote surtout que vous êtes aigr. Restez dans votre entre soi à la campagne, loin de tous ces inconscients qui choisissent de sacrifier leurs enfants à la pollution atmosphérique…

  15. Laurent

    Toujours pour rester dans l’aspect économique du « je n’ai pas les moyens d’habiter en centre ville » j’avais constaté il y a une quinzaine d’années qu’un 4 pièces de 75 m2 en limite d’ un quartier central coté et parc dans la résidence valait le même prix qu’une maison de 120 m2 avec jardin en périphérie relativement recherchée . Si on ne veut pas se contenter de 75 m2 en ville c’est trop facile ensuite d’aller pleurnicher qu’on a besoin d’une voiture .

  16. Alex

    En appartement, on ne peut même pas pratiquer d’un instrument de musique, ni faire son jardin, ni bricoler, ni profiter de la vue.

    L’appart, ce n’est rien de plus qu’une cage. Moderne.

  17. Struddelstruddel

    Il existe des appartements avec jardin (c’est ce que j’avais avant d’habiter en maison), j’ai toujours eu des voisins de palier qui jouaient de la musique et j’en joue moi-même (on répettait même avec un groupe dans le 15ème art de Paris au 1er étage) …

    Quant à la vue, entre la vue imprenable qu’avaient des amis sur Angers sur la cathédrale St-Maurice et sur les toits en ardoise et la vue des « superbes » rues dénuées de vie et d’histoire et des pavillons de tous les voisins d’un lotissement, le choix est très rapide.

    Pour le bricolage je n’ai pas compris, tu habites un drôle d’endroit, les gens ont le droit de marcher dans les appartements de ton coin ?

    Et la perceuse à 4h du matin est acceptées dans vos pavillons ?

    Curieux endroit.

  18. Jean-Marc

    De ALEX « En ville, a part devenir asthmatiques, allergiques, et stressés comme leurs parents….. »
    De Struddel :
    « Drôles de généralités, péremptoires et non vérifiables par ailleurs. »

    Malheureusement, actuellement, du fait de la présence de la voiture en ville, c est partiellement vrai

    c.f.
    http://carfree.fr/index.php/2008/08/29/pollution-automobile-les-cartes-qui-font-peur/
    ou
    http://carfree.fr/index.php/2009/04/07/nouvelle-alerte-a-la-pollution-au-dioxyde-dazote-en-ile-de-france/
    où on voit très bien les axes de concentration de polluants, le long des grands axes routiers.

    Le pire et le plus intéressant étant cette carte de Paris :
    http://carfree.fr/index.php/2011/04/08/indice-atmo-quand-21-2/#more-12991

    Paris intra-muros est la plus polluée…

    Hors, en remontant à mon commentaire du 28 nov. (http://carfree.fr/index.php/2013/11/26/bikes-vs-cars-la-guerre-contre-lautomobile-est-declaree/#comment-28683 ) et du lien http://www.manicore.com/documentation/sobriete.html
    que constate-t-on ?

    Que, en idf, c est les parisiens intra-muraux qui polluent le moins
    (moins que les HLM petite couronne, eux-même polluant moins que les résidentiels grande couronne).

    Ainsi, ceux qui polluent le moins, sont actuellement ceux qui bénéficient de la plus forte pollution… comme les péri-urbains et urbains plus lointain passent leur rendre visite en voiture…

    Il serait donc tout à fait normal, que ceux qui ont le moins de voitures, qui l’utilisent le moins, votent pour une amélioration de leur cadre de vie, votent pour l’instauration des rues piétonnes (c est d ailleurs ce que l aug. du prix du m², quand une rue devient piétonne, illustre),
    et donc que Paris intra-muros deviennent de plus en plus piétonnier.

    Petit réconfort, pour les parisiens intra-muraux :
    ils bénéficient de la pollution des automobilistes venant d ailleurs, dans leur air
    MAIS ces automobilistes les polluant, vivant dans des endroits moins pollués, sont ceux les plus touchés par la pollution… car le taux de pollution le plus fort n est pas dans Paris intra-muros,
    MAIS dans les voitures en marche :
    http://carfree.fr/index.php/2009/02/22/lauto-pollution-des-voitures/#more-1347

    Ainsi, Alex, si tu es un péri-urbain qui se déplace en voiture, TU es celui qui bénéficie à la fois
    – de l air le plus pur sur ton lieu de sommeil niveau pollution auto (juste niveau pollutio auto : tu as sans doute droit aux pesticides, si tu as des producteurs non bio autour de ton village),
    – MAIS tu es aussi celui qui reste, lors de tes longs trajets, le plus au contact avec l air le pire… celui de ta voiture.

    Bon asthme, allergies, et cancers à toi.
    (surtout si tu roules en diesel et/ou roule derrière (ou à coté) de diesels modernes.. donc si tu roules en france…)

  19. Jean-Marc

    Dans le lien manicore « sobriété », le 2eme graphe en partant du bas n est pas le seul graphe intéressant.
    toute la page vaut d être lue,

    Mais, sur le sujet en cours,
    Le 4eme graphe en partant du bas est particulierement intéressant, sur la voiture en ville :

    Localisation :
    Ville-centre / Banlieue / Périphérie urbaine / Périphérie rurale
    Voitures pour 100 ménages :
    89 / 110 / 129 / 136
    % de diesel :
    24 / 26 / 31 / 36

    Distance par adulte et par jour en km en voiture conducteur, en Ile de France
    7 / 13 / 21 / 30

    moins de voitures, moins dieselisée, et faisant moins de km…
    le parisien/centre-villageois est, niveau voiture, très largement moins pire que le péri-urbain (surtout le péri-urbain rural, le rurbain).

    au passage, la 4eme colonne, donne 16km, en moyenne, comme distance au lieu de travail pour les rurbains…
    => c est une distance idéale pour le vélo
    (ou en VAE pour ceux qui n’ont pas encore l’habitude du vélo ou qui ont des problèmes physiques)]

  20. Struddelstruddel

    En tout cas quand on observe les zones de pollution au niveau national

    http://www.terraeco.net/Quelle-pollution-respirez-vous,51773.html

    Et les zones où les enfants sont le plus exposé à l’asthme

    http://www.bretagne-environnement.org/Media/Atlas/Cartes/Prevalence-de-l-asthme-observee-chez-les-enfants-de-grande-section-de-maternelle-en-France

    On peut se demander s’il y a un lien direct.

    Non que je pense que la pollution soit inoffensive, bien au contraire (risques de cancers, etc.), mais concernant l’asthme, je ne sais pas.

  21. Jean-Marc

    Plusieurs choses interfèrent entre elles :

    « prévalence de l’asthme observée chez les enfants de grande section de maternelle [..] dans la moitié Ouest de la France ».

    Tous les garagistes te diront aussi que le « cancer » des voitures, la rouille, est plus fréquente et agit plus vite en bord de mer, à l Ouest de la france, qu’ailleurs :
    eau + sel => carrosseries qui trinquent.

    Pour tout ce qui est pulmonaire,
    c est un peu pareil :

    ainsi, les virus, bactéries et -pire car encore plus dépendant de l’humidité- levures et moisissures, résistent moins longtemps dans une atmosphère sèche :

    ainsi, les problèmes pulmonaires, l entrée d agents infectieux pathogènes dans les voies respiratoires hautes est plus fréquente en bord de mer, qu’en climat continental.
    (par contre, cette humidité peut favoriser leur blocage dans les voies hautes…)

    Précision : trop de sécheresse, comme dans le désert, séchant le mucus protecteur du nez, n est pas non plus bon : c est le milieu, l’humidité intermédiaire, qui est le mieux.

    Ainsi, sur ta carte de l’asthme, on observe l’influence de l’Ocean Atlantique, couplé à l’influence de la pollution…

    Et ta carte de l’asthme, faite au niveau des régions, est bien trop imprécise pour montrer une hausse ou baisse de pollution entre une grosse ville et un village à 10km de là…
    il faudrait une carte 100 ou 1 000 fois plus détaillée, pour voir la pollution… (avec les chiffres en % de la population, mais surtout pas en nombre… car, en nombre, il y a plus de malades (et de personnes saines) à Paris, que dans un champs d auvergne ou de la creuse…)

  22. Jean-Marc

    Précision, ceci est des restes de cours… je peux avoir oublié certaines données importantes… voire faire des confusions.
    Car, comme tjrs avec l’humain, une chose et son contraire est tjrs vraie
    (ainsi, selon la dose et le patient, un même produit est un médicament, ou un poison)

    Précision : trop de sécheresse, comme dans le désert, séchant le mucus protecteur du nez, n est pas non plus bon

    en fait, si les moisissures n aiment pas l air sec,
    leurs spores le supportent très bien.

    Donc, avec un air sec, on a moins de mucus, un nez plus sec/irritable, et des spores qui ne s agglutinent pas avant d entrer dans le nez.

    Ainsi, en cas d air trop sec, les spores des moisissures, ainsi que différents agents allergènes (rhume des foins) peuvent rentrer plus facilement dans nos voies respiratoires.

  23. Alex

    Je suis péri-urbain et je vais au taf en vélo (10-15 min de trajet). La voiture et la moto, c’est pour le côté utilitaire et plaisir. Il n’y a pas que les « intra-muros » qui sont « écolos ».

    Mon tord est d’avoir un véhicule diesel, et là, j’avoue que je le regrette. C’est pour ça que la prochaine bagnole, elle roulera à l’essence !

  24. Alex

    Struddel, tu habites toujours dans les appart’ exceptionnels alors forcément, tu ne peux pas comprendre ce qu’est la contrainte de la vie en communauté. Appartement avec jardin où on peut jouer de la guitare ou du sax’ ; ça ne court pas les rues !

  25. Struddelstruddel

    Des appartements avec jardin on en trouve dans un paquet d’immeubles, le dernier en date dans lequel je suis allé chez une amie est un petit HLM dans un quartier du Bourget (93), il n’y a franchement RIEN d’exceptionnel dans cet appartement, il est bêtement au rez-de-chaussée. …

  26. PédibusPédibus

    « J’ai toujours vécu en périurbain, et je me porte toujours aussi bien. Vivre en ville avec tous ces **** => non merci !

    Et c’est encore plus vrai pour les enfants. Toujours au contact de la nature, il sauront de quoi il parlent.

    En ville, a part devenir asthmatiques, allergiques, et stressés comme leurs parents… »

    Méfions-nous du bon air périurbain : les abeilles en crèvent avec toute la panoplie de l’agrochimie. Les mouches à miel le font le mieux en ville à cause de ça…

  27. Michel

    2 milliards de voitures en 2020,donc plus de routes et d’autoroutes donc peu de place pour les vélos, mais bon, les esprits peuvent changer.

  28. Alex

    Nan mais je suis d’accord Pédibus, la pollution n’a pas de frontière. C’était pour la provoc’. Qui marche à tout les coups ici.

    En fonction de la zone, chacun à ses inconvénients. Personnellement, j’ai la chance de vivre en périurbain, proche de la forêt. Donc, les pesticides et autres traitements chimiques de nos amis agriculteurs sont relativements loins. Tout le monde n’a pas cette chance, j’en convients. Et je n’aurais pas le culot de dire, comme certains, « t’as qu’à vivre comme moi » ! On ne peut pas tout choisir..;

    Michel : 2 milliards de bagnoles, peut-être, mais sa ne durera pas longtemps !

  29. Struddelstruddel

    ALEX : « On ne peut pas tout choisir.. »

    Partiellement vrai : parfois on vit dans la rue et on n’a pas le choix.

    Mais avoir une voiture restera toujours un choix étant donné le coût exorbitant d’un tel engin.

  30. Struddelstruddel

    Je trouverai toujours ça énorme qu’on puisse sortir des inepties telles que « le pauvre il n’a pas le choix, il est obligé de posséder un objet à 10 000 € »

    On en viendrait presque à s’apitoyer sur ces pauvres gens.

  31. Jean-Marc

    « C’était pour la provoc’. Qui marche à tous les coups ici. « 

    En fait, quand qq un fait une remarque du style
    « il est impossible de vivre sans voiture »,
    je ne trouve pas celà provoquant :

    Effectivement, malgré le peu de pertinence de tel propos,
    25 à 99,9% des automobilistes pensent ainsi,

    ainsi, une telle remarque permet de s entrainer à répondre à de telles questions; questions auxquelles on sera, un jour ou l autre, confronté en direct.
    Donc y répondre sur un site où on peut chercher des infos, et prendre son temps pour y réfléchir, permet d’avoir la répartie plus aiguisée, quand une telle question arrive dans la « vraie vie ».

    Exemple type, les 3 questions qui me sont le plus posées par des collègues :

    – le port du casque
    – l éclairage (jugé insuffisant)
    – ma position sur la chaussée

    En sachant, que, pour les 3, la même cause unique, entraine les mêmes effets :

    La cause principale (et quasi unique) de danger du cycliste urbain, en ville, c est les automobilistes (et conducteurs d autres véhicules motorisés),
    pas parce qu’ils sont des assassins,
    mais parce qu’ils ne font pas attention aux cyclistes, qu’ils n’imaginent même pas qu’ils puissent exister,
    et que leurs distances de sécurités par rapport au véhicule les dévançant, et leurs vitesses, sont inadaptés à un environnement citadin, avec présence possible de piétons, cyclistes, 2RM, et d autres véhicules qui peuvent se garer, sortir d’une place ou d’un bâteau ou s arrêter.

    Ainsi, mon SEUL but, en ville, est d être visible et remarquable par les automobilistes :

    d’où une position de conduite très droite, un guidon haut, de façon à avoir les coudes légèrement pliés… et donc d avoir une silhouette de plus de 1.80 sur 80cm,
    avec des vêtements très visibles,
    et (3eme remarque), une position sur la chaussée, surtout pas dans le caniveau (endroit le plus dangereux, le plus mortel pour le cycliste), surtout pas sur le trottoir, même en cas de piste cyclable sur trottoir (4eme question la plus posée), mais entre le 1/3 et la 1/2 de la chaussée, afin d être visible à travers la succession de pare-brises.

    Pour le casque, c est un peu plus long…
    faut que je leur parle des stat d accident des chauffeurs et passagers de voitures, et de cyclistes,
    et donc que je leur demande, s’ils mettent un casque quand ils montent en voiture, et, SURTOUT, si leurs passagers, dont leur enfants, ont l interdiction de monter dans leur voiture, quand ils n’ont pas de casque (les stat. d accidentologiesont formelles : c est eux qui risquent le plus la mort, et les trauma craniens).

    Pour l’éclairage… jugé parfois insuffisant,
    (et oui… je n ai pas le phare d’une moto),
    le pb, encore une fois, vient des automobilistes :

    depuis qq temps, même la journée, les automobilistes mettent, en ville éclairées, les feux de croisement,
    ainsi, ils ne voient que les feux des autres véhicules, et pas les autres véhicules….

    ils éclairent à plus de 30m devant eux, où ils font une tache de lumière.. or, en ville, il y a des carrefours tous les 50m, et des sorties bâteaux, des sorties de place de parking, et des descentes possibles de trottoir par les piétons tous les 2 mètres.

    Ainsi, ils ont un éclairage inadapté à la ville, où ils voient moins bien les « dangers » : ils n’éclairent ainsi, ne voient bien que les 3-4 véhicules qui els précédent… qui font rarement marche arrière = ils éclairent ce qu’il n est pas utile de bien voir, et mettent dans l ombre, ce qu’il serait essentiel de voir.

    Forcément.. puisqu’ils sont en feux de croisement et pas en veilleuses, et puisque les véhicules d en face, les éblouissant, y sont aussi ultra-majoritairement en feux de croisement, et pas en veilleuses; en me doublant, ils remarquent que j éclaire moins qu’une moto ou une voiture…

    (le pire… depuis 2 ans, de plus en plus de véhicules, et de plus en plus tôt dans la journée, roulent avec leurs feux de croisement allumés, mettant les autres en danger de mort…)


    L’utilisation du SAS vélo à chaque feu (même s’il n est pas matérialisé par de la peinture),
    et le passage la veille, l avant-veille et le mois dernier, sur la même route +/- aux même heures, sont d’autres protections :

    être plus visible aux feux + avoir des automobilistes qui s attendent à nous croiser.

    Le remontage au feu d après, pour rattraper un automobiliste qui fait un queue de poisson, colle trop, où fait une remarque à la con, participe à la survie en milieu urbain :

    Pas tellement pour les 3 minutes en discussion avec cet indélicat (pas sûr que celà lui fasse regretter son geste… celà peut marcher, mais c est juste un bonus) :

    Le but, c est les 10 ou 30 automoblistes qui voient qu’un cycliste rattrape et coiçe un automobiliste :
    pour leur faire passer l envie de me faire une queue de poisson/de me coller ou autre :
    qu’importe qu’ils me prennent pour un chiant, un con ou autre.
    Le SEUL but, pour moi, c est qu’ils tiennent compte de ma présence sur la route, et passent au large, sans me mettre en danger.
    S’ils le font par eux-même, très bien;
    si c est la peur que je les rattrape, pour ne pas perdre 5 minutes en discussion vaine… très bien AUSSI
    (je préfèrerai que TOUS les automobilistes se conduisent bien, par eux-même, et apprennent à conduire en ville, et découvrent le code de la route (au lieu de connaitre le code de la voiture); mais ce n est, malheureusement, pas le cas, loin de là).


    Si je conduisai comme 99,99% des automobilistes en ville, en roulant trop vite, en collant le véhicule me précédant,
    sans aucune visibilité, et sans possibilité de réagir à temps,
    celà ferai longtemps que je serai mort ou -au minimum- à l hosto…

    De même, je serai à l hosto, si je roulais à moins de 1.5m des trottoirs (avec, à tous moment, des piétons qui peuvent descendre sans prévenir, et SURTOUT, des portières ou des voitures qui peuvent sortir d’une file de voiture garées, sans prévenir)

    D ailleurs, une fois tous les 3-4 mois, quand je suis amené à conduire une véhicule à moteur, je conduis de la même façon qu’en vélo, j ai une conduite apaisée.
    En rulant à 45km/h en ville ou moins, avec plus de 8m me séparant du véhicule me précédant,
    Je m attend tjrs à me faire klaxonner… mais en fait, celà n arrive jamais…
    Ainsi, étonnament, malgré un mode de conduite ultra-majoritaire (supérieur à 95%),
    il n y a pas de forte pression sociale des autres automobilistes à rouler comme un con, à roulant en se mettant et en mettant les autres en danger
    (tout en consommant plus, et en usant plus la mécanique de sa voiture…)

    Du moins, dans ma ville…
    c est peut-etre, vu leurs réputations, différent à Paris ou Marseille.

  32. Jean-Marc

    précison :
    « ils éclairent ce qu’il n est pas utile de bien voir » = devant
    « et mettent dans l ombre, ce qu’il serait essentiel de voir. » = les cotés, les intersections : les 7-10 mètres à gauche et droite, entre 1 à 6m devant son véhicule.


    « en me doublant, ils remarquent que j éclaire moins qu’une moto ou une voiture… »

    en fait, je vois peu les occupants des voitures,
    donc mes collègues me voient,
    mais moi je ne vois qu’une enfilade de voitures (souvent aux vitres teintées), avec « personne » les conduisant, si bien (sauf coups de klaxon amical, ou ouverture de fenêtre) que je sais rarement s’ils m ont doublé, ou si je les ai doublé (selon si c’est en zone 70/en montée, ou non, ils me doublent ou je les double).

    La phrase exacte serait plutôt :

    « en me doublant, ou en se faisant doubler par moi, ils remarquent que j éclaire moins qu’une moto ou une voiture… »

    Je crois d ailleurs, que je les surprend surtout quand je les double,
    car ils me voient « surgir du néant », ma présence arrive « d un seul coup » devant leurs phares :
    ils éclairent devant… et, si je les double, j arrive par derrière… mais je ne suis bien détecté, par l’automobiliste inattentif, qu’une fois dans ses phares
    => en veilleuses, ils ne seraient pas autant focalisés sur ce qui se passe devant, ni sur les phares des autos d’en face…
    => une loupiote de cycliste leur sauterait plus facilement aux yeux..

    (on ne voit les étoiles que quand le soleil est « éteint »)


    « Ce n’est pas un mouvement anti-voiture, ou pire encore, un mouvement qui déteste les gens qui conduisent des voitures. les militants vélo demandent la sécurité, des pistes cyclables séparées, des carrefours plus sûrs, le respect dans la circulation. Il s’agit de planifier la ville en se souciant d’autre chose que seulement de la voiture. »

    =>
    pour moi :

    « Les militants vélo demandent la sécurité [..], le respect dans la circulation (la prise en compte de sa présence par les autres usagers). Il s’agit de planifier la ville en se souciant d’autre chose que -seulement- de la voiture. »

    Par contre, c est un combat anti-con à voitures, et anti-place unique accordée à la voiture, au détriment de tous les autres*

    donc, vu la situation actuelle, vu d où on part,
    c est (ou c est perçu/perceptible comme) un combat anti-voiture, et anti-planificateur urbain incompétent et inconséquent.

    Ces cons (sigle pour « conducteurs n ayant pas compris comment adapter leur mode de conduite à la ville, dans un milieu ouvert à tous, très différent d’une autoroute ou d’un circuit de course, avec de nombreuses intersections; mais qui -petite excuse- ne sont pas guidés vers la bonne conduite à adoptée par les urbanistes, qui ne créent pas les voies adaptées à un usage apaisé »),

    Ces cons,
    se mettent et mettent les autres, dont moi, en danger, par leur action .
    (et oui, c est très égoïste : mon but, à la fin de la journée, est d’être entier… que celà participe à la moindre dépendance au pétrole, à l amélioration des finances de la municipalité et du pays, à la fluidification de la circulation, à la baisse de la pollution,…, et même à l’amélioration de mon pouvoir d achat et de ma condition physique; c est juste des bonus… des bonus très plaisants, mais des bonus : le but est d abord de se déplacer facilement, et vite, partout, sans contrainte de carburant/parking/travaux/grêve/bouchons; et tout ceci, sans risque d être percuté par une personne inattentive ne sachant pas conduire en ville et ne méritant pas de conserver son permis ni son véhicule).


    illustration type de l auto-centrisme :
    les descentes bâteaux…

    le SEUL endroit (sauf passages piétons) autorisés à la circulation des piétons, aveugles, animaux en laisse/liberté, personnes en fauteuil, poussettes, rollers et cyclistes de moins de 8 ans, sont les trottoirs.

    Au moins, sur les trottoirs, les fauteuils, poussettes, rollers et cyclistes de moins de 8 ans sont prioritaires, sur les autres véhicules ? Sur les véhicules qui empruntent temporairement leur voie ?

    Même pas…
    imaginons le rêve, un trottoir de macadam bien lisse, facilement roulant…
    (j oublie les grilles, les potelets, les poteaux d affichages/signalisation, et autres réverbères et poubelles…)

    Tous les 10 mètres, il va y avoir une descente bâteau, qui peut être pavée, ou de tout autre révêtement : pas d’obligation de continuité de revêtement avec le trottoir + pente en oblique descendante, puis oblique montante, avant/après
    => un vrai casse-tête pour un aveugle, une personne en fauteuil, une personne avec poussette, ou un débutant en rollers ou vélo/tricycle :

    comment se fait-il que les descentes bâteaux ne soient pas interdites ??? que le trottoir n ait pas une continuité ? (avec, en plus de la disparition des bâteaux, la création de coussins berlinois aux carrefours, et à chaque passage piéton) ?

    Avec, pour chaque sortie de voiture (ex-sortie bâteau), une avançée en pente douce du caniveau, sur la chaussée tous véhicules :
    celà ferait une excroissance vers ces véhicules, les incitant à ralentir/se déporter légèrement sur la gauche, ce qui apaiserait leur vitsse, et augmenterait leur attention vis à vis de ce qui arrive des ex-bâteau, des trottoirs
    => celà serait bénéfique à la sécurité de tous, et pas seulement bénéfique au confort abusif de circulation de tous ces salauds de profiteurs en fauteuil…

    (ils n’ont qu’à descendre de leur fauteuil, pour passer le bâteau; de toute façon, ils n’ont parfois pas le choix : le bâteau est parfois protégé par plusieurs potelets anti – parking-sauvage sur le trottoir jouxtant le bâteau… laissant un espace insuffisant entre eux, pour qu’un fauteuil puisse passer…)

  33. Alex

    Les lumières qui marchent en vélo, sont les leds clignotantes. C’est ce que j’utilise et, par comparaisont au mode « fixe », il n’y a pas photo ! Je l’ai bien remarqué en tant que cycliste ET automobiliste.

    Mais bon, ici on parle que des bagnoles qui ne voient rien (je ne le réfute pas pour certains), encore faut-il que les vélos soient équipés d’éclairages ! Soyons honnête, il y a aussi beaucoup d’inconsients avec leurs biclous.

    Encore une fois, ce n’est pas Blanc ou Noir…..

  34. Jean-Marc

    « Les lumières qui […] Je l’ai bien remarqué en tant qu [..] automobiliste. »

    La nuit, quand les lumières sont allumées,
    en tant qu’automobiliste, en ville éclairée,
    roules-tu en feux de croisement OU en veilleuses ?

    Je ne connais pas ta réponse
    mais, SI tu roules en feux de croisement, ton avis n’a pas d’intéret :

    fait le test :
    dans une ruelle éclairée où tu es seul, avec ta voiture,
    quitte les feux de croisement, et passe aux veilleuses :

    tu va découvrir que tu n es plus seul :

    tu va voir les differents piétons, rollers, et cyclistes sur le trottoir,
    dont ceux qui vont traverser devant toi, entre 2 voitures,
    ou ceux qui marchent sur le trottoir perpendiculaire, en direction du passage piéton/de l intersection sans passage piéton.

    Un monde, peuplé de piétons, réverbères, voiture garées… mais parfois avec du monde à bord, va ainsi devenir visible…

    [même le ciel, au crépuscule et à l’aube (voire toute la nuit.. celà dépend de l’intensité de l éclairage public et de la luminosité du ciel) sera partiellement visible, entre les lampes des réverbères]

    seul défaut des veilleuses, si tu n es pas suivi par qq un en feux de croisement : l’arrivée à l’intersection

    => un appel de phare, à 5 mm du carrefour, pour se signaler aux automobilistes des voies perpendiculaires ne roulant pas encore en veilleuse, est préférable

    Sinon, je suis bien d accord, sur la meilleur visibilité du feu clignottant.

    (mais pas sur une mauvaise visibilité du fixe : le clignottant est MIEUX, celà ne veut pas dire que le fixe, légal, homologué, doive poser pb, SI les automobilistes ont -eux- le bon éclairage)

    Mais, si j ai un feu arrière clignottant, mon feu avant est fixe…
    ce qui renforce mon opinion,selon laquelle, les automobilistes qui me découvrent d’un seul coups, sont ceux en feux de croisement, dans un environnement de feux de croisement, et que je viens de doubler

    (et pas ceux qui me doublent, qui ont eu le temps de voir mon feu arrière clignottant pendant leur approche)

    Mon petit feu fixe est visible uniquement dans les rétros… au milieu des feux de croisements des voitures les suivants, si bien que les rétros sont souvent mis en mode nuit (où on ne voit que les phares, pas les cyclistes, ni leurs loupiotes..), quand le rétro central n’est pas mis en mode « vision du plafond », pour ne plus se prendre, dans les yeux, les feux des suiveurs…

  35. Jean-Marc

    Un point qui participe aussi à l’invisibilité de mon feu avant fixe, dans les rétros des automobilistes :

    la « mode » :

    la mode des SUV et monospaces, à carrosseries hautes : mon feux ne traverse pas les carrosseries…

    la mode des années 80 (mais qui se poursuit encore de nos jours) des vitres fumées, si bien que, si la voiture derrière la tienne est fumée, tu ne peux voir lla lampe du cycliste derrière elle, même si elle est de forme normale, de forme citadine ou berline, et pas haute sur roues.

    D ailleurs, légalement, les vitres fumées sont sanctionnables…
    pour mise en danger des autres, du fait de la mauvaise visibilité qu’elles induisent.

    Mais, ce n est quasi jamais sanctionné…
    car c est mieux d avoir des morts d automobilistes, que de modifier la mode…

    (l appréciation est à libre : chaque gendarme ou policier peut estimer que la visibilité est trop réduite -oupas- à travers ce vitrage, demandant une facture de changement de vitrages sous peine d amende (et, en général, sans amende : donc une facture bidon de « son » garagiste suffit.. pour ne pas subir l amende en suspens))

  36. Jean-Marc

    « SI tu roules en feux de croisement, ton avis n’a pas d’intéret  »

    explication : il existe deja des voitures (modifiée, ou d origine) à 4 feux avant, et même à 6 feux avant,

    Le jour, où la « mode » sera de conduire, en ville éclairée, avec 6 feux avant + anti-brouillard avant et arrière,
    les cyclistes feront quoi, face à cette course à l armement ?
    ils prendront des lampes sur piles, de 5 000 lumens ?
    Ce serait un non-sens complet…

    En n’oubliant surtout pas que,
    en ville,
    à tout moment,
    sur chaque route,
    peut « surgir par magie »
    et tout à fait légalement,
    un être SANS AUCUN ECLAIRAGE,
    sortant perpendiculairement à la voie,
    dans l espace entre deux voitures garées

    Donc, tout éclairage en ville doit être adaptée à une bonne vision de cet être, du piéton

    Les cyclistes n’ont pas à faire plus que l’éclairage légal;

    à suivre la course aux armements initiée les automobilistes, sous peine de voir les piétons tomber comme des mouches…

    [avant de tomber eux-même, une fois les rues nettoyées des piétons :
    cet éclairage excessif renforce le tout automobile, CONTRE tous les autres usagers (même les 2RM, dont les feux, de même puissance que ceux des voitures, ne se démarquent plus, dans le trafic)]

  37. Alex

    Que je roule en feux de croisement ou de position, cela ne change rien si je suis tout seul (comment mes propres phares pourraient m’aveugler ?). Par contre si les gens autours de moi sont en feux de position ou de croisement ==> là ça peut changer quelque chose.

    Mais le problème est que, à part en coeur de ville, les feux de positions sont fait pour être VU et non pour VOIR. Or l’éclairage public suffit rarement pour VOIR la route. Donc l’automobiliste utilise majoritairement les feux de croisement, y compris en agglomération. C’est aberrant mais il faudrait modifier l’éclairage public en conséquence pour régler le problème.

    Personnellement en biclou, j’utilise cette loupiote là :

    http://www.decathlon.fr/vi00-verte-avant-id_8138647.html

    Je la trouve un peu cher, mais c’est très pratique et depuis je me sens mieux vu par les automobilistes (même si il reste des irréductibles ****). Le mode clignotant flash bien et « réveille » le conducteur (c’est celui que j’utilise ==> meilleure autonomie aussi) et la lampe est très peu encombrante, que ce soit sur le vélo, ou dans la poche ! Bref, je ne peut que la recommander.

  38. Struddelstruddel

    De JEAN-MARC : « Tous les 10 mètres, il va y avoir une descente bâteau, qui peut être pavée, ou de tout autre révêtement : pas d’obligation de continuité de revêtement avec le trottoir + pente en oblique descendante, puis oblique montante, avant/après
    => un vrai casse-tête pour un aveugle, une personne en fauteuil, une personne avec poussette, ou un débutant en rollers ou vélo/tricycle »

    En fait, même pour un piéton c’est très détestable, car ces bateaux sont en général légèrement en descente vers la chaussée, et c’est plutôt éprouvant pour les chevilles…

    Je me souviens d’une longue rue ( http://goo.gl/maps/LbIAh ) que je prenais chaque soir à une époque avec des bateaux devant chaque maison, il m’est arrivé deux ou trois fois de manquer de me tordre la cheville sur ces maudits bateaux suite à un faux pas…

    De ALEX « Les lumières qui marchent en vélo, sont les leds clignotantes. C’est ce que j’utilise et, par comparaisont au mode « fixe », il n’y a pas photo !  »

    C’est vrai, mais c’est interdit : réservé aux clignotants et aux véhicules d’urgence.

  39. Alex

    Interdit ? Et c’est en vente légalement ?

    De toute manière, vu que c’est la seule chose qui marche, je cours le risque de me sauver la vie!

  40. Struddelstruddel

    Oui c’est interdit par le code de la route, ça ne serait pas le premier exemple d’un article vendu légalement mais dont l’utilisation est frauduleuse.

    ________

    Pour les lumières actives, sont obligatoires de nuit et par faible luminosité : une lampe jaune ou blanche à l’avant non clignotante et non éblouissante, une lampe rouge à l’arrière non clignotante. Ces lampes doivent être homologuées TPLbi – TPLPbi ou TPLGPbi pour les feux avant et TPRbi – TPRPbi ou TPRGPbi pour les feux arrière.

    Pour les lumières passives, sont obligatoires un catadioptre blanc ou jaune à l’avant, un catadioptre rouge à l’arrière, des catadioptres oranges sur les roues et sur les pédales, et un gilet fluo à bandes réfléchissantes répondant aux normes EN 471 et EN 1150 hors agglomération de nuit et par faible luminosité.

    ____________

    J’ai déjà entendu des conducteurs s’énerver contre des lumières clignotantes car c’est fatigant pour les yeux.

    Pour ma part, je m’énerve contre les phares avant de bagnole qui m’éblouissent chaque fois qu’elles passent un dos d’âne, chacun son truc.

  41. Jean-Marc

    Oui, ce n est pas autorisé, mais même les policiers en vélo, ont des lampes arrières clignottantes.

    Et je n’imagine pas que policiers arrêter qq un pour un feu arrière clignottant…
    par contre, pour un feu avant clignottant… oui, je l’imagine bien.
    D ailleurs, çà m est deja arrivé, il y a 3-4 ans, quand j avais un feu avant clignottant.


    « comment mes propres phares pourraient m’aveugler ? »

    ils ne t aveuglent pas :
    ils créent une zone de forte luminosité (devant toi, 30m), et par, contrastre,
    ils créent une contre-zone (tout le reste) en sous-lunosité :

    l oeil humain et le cerveau humain sont ainsi fait, qu’on ne voit pas bien le moins lumineux, à coté du moins lumineux.

    Pourtant, le moins lumineux n est pas devenu moins lumineux, par l adjonction de lumière ailleurs : il est juste devenu moins visible

    Ainsi, en tournant le dos au soleil (donc, en n étant pas aveuglé par le soleil), vois-tu les étoiles, le jour ?
    Pourtant, je te garanti qu’elles sont là, qu’elles ne se couchent pas, la journée (sisi…)

    Mais le problème est que, à part en coeur de ville, les feux de positions sont fait pour être VU et non pour VOIR.
    Or l’éclairage public suffit rarement pour VOIR la route.

    (OK, j ai ma réponse : tu n as (quasi) jamais roulé en veilleuses, en ville, quand tu es le seul véhicule dans une rue… ni ailleurs…)

    As-tu deja MARCHÉ en ville, sous éclairage public ?
    tu vois tes pieds, je te le garanti, ainsi que la poubelle, et le réverbère, et…

    Par contre, sous éclairage public, il est difficile de rouler à 90km, et de voir les accidents de chaussées (les rustines sur la route), si bien qu’on peut se faire des frayeurs, des surprises, en roulant très vite, en veilleuses, sous éclarage public.

    MAIS, en roulant à une vitesse adaptée à la ville, l’éclairage public est très bien adapté.

    Mais, c est mieux de rouler (un peu trop vite) en veilleuse, et de se faire une légère frayeur, car on voit un trou sur la route seulement 2 sec avant de l atteindre,
    QUE de rouler en feux de croisement, de bien bien voir les trous de la route,
    mais de ne pas voir les piétons sur les trottoirs, qui s apprètent à traverser… car ils ne viennent pas de face, mais viennent des cotés, hors du champs d’éclairage de nos phares, voir dans l ombre de nos phares (nos phares éclairent le SUV derrière lequel ils se trouvent, et les feux de nos phares ne traversent pas la carrosserie de ce SUV garé… si bien qu’ils sont dans l ombre créée par nos phares…)

    Les réverbères sont fait pour VOIR les piétons, cyclistes et voitures.

    Si, en ville éclairée, tu ne VOIS pas une voiture, prend un chien d aveugle…
    Donc, ne t inquiète pas : même feux éteint, ta voiture est visible.
    A plus forte raison, si tu es en veilleuses.

    Les veilleuses sont fait pour être vu, c est vrai,
    mais justement :
    tu as un véhicule de 1.5t, de plus de 2m de large et de +/- 4 m de long :
    tu es visible, au départ, et les autres aussi.

    [d ailleurs, quand, en ville éclairée, une voiture est sans éclairage… qu’elle soit garée OU EN MOUVEMENT, je réussis à la voir… (le seul pb, si elle roule, elle est en infraction..
    mais sinon, en dehors du cadre légal, celà ne poserai aucun pb de visibilité, qu’elle roule en ville sans aucune lumière…)]

    Si tu as des difficultés, en veilleuses (ce qui m étonnes… mais admettons)
    C est grâce à ta vitesse inadaptée à l ‘éclairage urbain et/ou ta distance de sécu insuffisante laissée devant toi, pour avoir le temps de voir suffisement tôt les éventuels trous, qui font que tu as du mal à rouler en veilleuses en ville.

    [précision : moi, comme la majorité des cyclistes répondant sur ce site, on a un énorme avantage sur les automobilistes qui nous expliquent qu’il est impossible de faire du vélo, ou de conduire, en ville éclairée, en veilleuse, ou de … :
    nous pratiquons le vélo urbain, ainsi que -majoritairement- la conduite en voiture, si bien que, contrairement à tous ces « c est impossible » qui n’ont pas tenté l expérience, on sait de quoi on parle, sans à priori, et on l a véçus
    (tiens, 1 voiture sur 20-30, chez moi, roule en ville éclairée, en veilleuses… pourtant, je réussis à les voir… et j ai confiance quand je les croise : je sais que eux me vois bcp bcp mieux moi, même si je ne suis pas dans leur phares (ils peuvent être dans la voie venant en sens opposé, ou dans la voie d’à coté : je remarque moins facilement l’éclairage du véhicule qui me suit… surtout que, même s’il peut etre en veilleuse, son suiveur est généralement en feux de croisement, donc l’éclairage de son suiveur arrive dans les roues); pourtant, je ne pense pas qu’ils soient tous des cyclistes… donc, même des automobilistes roulent, par eux-même, en veilleuses (merci à eux !)]

  42. Jean-Marc

    L oeil s adapte à la luminosité ambiante :

    passe d’une salle très lumineuse, à une salle dans la pénombre…

    pendant les premières secondes, tu auras l’impression d être dans le noir, de ne rien voir, dans la salle « sous-éclairée »,
    mais celà ne durera pas.

    (l’inverse est vrai aussi… il te faut aussi une période d adaptation en entrant dans la salle « sur-exposée »; si bien qu’en veilleuse, tu pestera un peu plus contre ces cons restant en feux de croisements… donc seuls les militants des veilleuses y restent… mais nous sommes plusieurs, et, au vu de la sécurité que celà apporte, j espère qu’on sera bientôt plus nombreux.

    Tiens, dans le code, il est pourtant bien précisé que, si on se retrouve en file indienne, si on suit qq un, qu’il faut réduire son éclairage (si on n y est pas deja, passer en croisement hors ville, en veilleuse en ville), pour ne pas l éblouir dans les rétros… pourtant, quand je croise une file de voiture, la 2eme, 3eme et 4eme sont autant en croisement que la 1ere… celà leur permet de bien bien voir la plaque minéralogique de la voiture les précédant… drôlement utile….)

  43. Jean-Marc

    « En fait, même pour un piéton c’est très détestable, car ces bateaux sont en général légèrement en descente vers la chaussée, et c’est plutôt éprouvant pour les chevilles… »

    C est vrai,
    (sans parler de ces bateaux en pavés… pour faire « authentique », « rustique », qui rajoutent encore une difficulté)
    Les trottoirs, et les bâteaux, sont peu adaptés au piéton.

    Exemple perso :
    j avais 5 km à faire en valise-chariot :
    très souvent, par le détour faire à un potelet/grille/poteau/autre ou par le passage d’un bateau, ma valise partait en vrille, se retournant.

    -> au bout de 2 km, je me suis mis sur la chaussée :
    c est devenu magique :
    plus de grilles/potelets/poteaux/réverbères/poubelles/bateaux/voitures garées illégalement,
    plus de descentes / montées à chaque carrefour, avec détour à faire pour atteindre l endroit de la descente/montée : tout devenait une trace directe, et bien lisse, et bien roulante, sans accidents de parcours…

    Je suis passé de l enfer, d’une impossibilité d avancer correctement,
    à une avançée fluide et directe, à un vrai plaisir.

    [bon, une voiture sur 30 me klaxonnait ou ouvrait sa fenêtre pour me faire une remarque…
    à ces derniers, je répondais que je roulais, que j étais un véhicule à roulettes.

    Légalement, j avais peut-etre tort*; mais, niveau confort du voyage, j avais 1 000 fois raison :
    le trottoir n est -actuellement- vraiment pas concu pour les valises-chariot (ni pour les aveugles, ni pour les fauteuils, ni pour les poussettes, ni pour les débutants en rollers/trotinettes, ni pour personne en fait…)]

    * valise-chariot sur chaussée : légal ou pas ?
    une vérif de la définition légale de « véhicule » serait quand même à faire;
    Un roller n est pas un véhicule (contrairement à un vélo), je ne sais pas ce qu’il en ait pour une valise-chariot, par un chariot tiré par un humain
    (en fait, une charette tirée par un humain ou un animal est un véhicule… et la valise-chariot ressemble plus à une (petite) charette qu’à une paire de roller ou qu’à un skate… donc c est sans doute légal)

  44. Struddelstruddel

    Ton chariot n’étant pas homologué « voie publique », théoriquement, il n’est pas légal de le faire circuler sur la chaussée, voilà pour la théorie.

    Toujours en théorie, aucun de mes vélos n’est autorisé à rouler sur la chaussée puisque je les ai tous montés et qu’ils n’ont jamais été homologués par les mines pour avoir le droit de rouler sur la route.

    Mais bon, il me semble normal de favoriser au maximum sa sécurité tant qu’on ne met pas en danger les autres, je n’ai JAMAIS pris ces trottoirs complètement inadaptés à qui que ce soit avec la poussette, je ne prends que le contre-sens cyclable qui a été matérialisé sur la droite de la chaussée il y a quelques mois, bien plus adapté (qu’on ne voit pas encore ici : http://goo.gl/maps/cEI7G ).

  45. Jean-Marc

    De Alex
    « En appartement, on ne peut même pas pratiquer d’un instrument de musique, ni faire son jardin, ni bricoler, ni profiter de la vue. »

    outre que Struddel t avais deja partiellement répondu,
    et outre que tu ne connais vraiment pas bien l isolation accoustique des apparts modernes
    (j espère, pour toi, que ta maison est mieux isolée, phoniquement, que ce que tu imagines de tous les apparts)

    J ai un complément d info à te donner :

    A part pour les morts et les tétraplégiques (et encore), rien ne t obliges à rester constamment au même endroit, constamment dans ton appart.

    Par ex, tu peux faire de la méca auto ou vélo dans des assos (c.f. l heureux cyclage pour le vélo),
    de même que de la couture, du chant, du bricolage, de la rando à pied ou en vélo, et de très très nombreuses autres activités
    rien ne t obliges à tout faire « chez toi »,
    lieu de perdition bien connue…

    (regarde les chiffres des viols et meurtres avec arme à feu :
    contrairement au « bon sens »,
    vaut LARGEMENT mieux être dans la rue que chez soi… 8% de viols par des inconnus, des « gens de la rue »… le reste, c est le père, le frère, le cousin, le voisin, le collège, le copain sympa,.. de même pour les meurtres avec arme à feu (même à Marseille) : les familles où on risque le plus une morts violente (en dehors des accidents de la route), sont les familles qui possèdent une arme à feu, car, un jour, pour une raison ou une autre (colère, déprime, choses qui arrivent tjrs, un jour ou autre, à un des membre d’une famille), un des membre risque de s en servir contre un autre membre ou contre lui-même )

    quant à profiter de la vue… c est très suggestif :
    je ne vois pas grand chose de plus déprimant qu’un quartier résidentiel avec que des maisons aux 4 vents, toutes avec des murets et des portails fermés,
    sans aucun café, aucun boulanger, aucun épicier, aucune MJC, sans RIEN… aucune VIE….
    une prison, avec liberté d agir et de bouger restreinte, mais avec des prisonniers volontaires !

    (d’ailleurs, les habitants de tels lieux SOUFFRENT de cette situation, qui leur crée un mal-être :
    http://thefuturebuzz.com/2013/09/24/your-commute-is-likely-a-cause-of-unhappiness/ )

    et, où, la seule chose qu’on croise dans les rues, sont des voitures quittant au plus vite ce lieu de non-vie…

    Va faire un tour à High Park, au parc des Tuilleries ou dans un des parcs municipaux de ta ville (plus de 10 parcs municipaux, dans mon agglo…. et je ne dois même pas tous les connaitre….)

    Le jour où tu as un festival de BD, une rencontre des jardiniers (avec échange de graines et ventes de plantes) dans ta maison, (ou une autres des multiples manifestations ayant lieu en ville chaque semaine)
    fait moi signe,
    alors, peut-etre que ta maison sera un peu moins pire qu’un appart situé à proximité d’un parc, d’une médiathéque, d’une MJC, de multiples commerces de proxi et de pleins d autres choses auxquelles je ne pense pas, car pour moi, il est normal d y avoir accès dès que l envie m en prend :

    tout est à portée, entre 2 et 10 minutes, et j y vais quand je veux,
    contrairement au rurbain, qui a tout à 30-40 minutes (ou plus), et qui doit limiter, réfléchir et planifier chaque passage de 5 minutes à un endroit… car celà lui prend plus 1h30 [40+10 (cherche place parking)+5 (marche)+5 (activité)+5 (marche vers place parking)+40]

Les commentaires sont clos.