Le ridicule tue plus que la vitesse du vélo

Cyclicte-tunnel-mode-doux-oc

Les cons, ils l’ont vraiment fait… installer des radars pédagogiques pour les vélos.

Cela se passe à Lyon, où apparemment la vitesse des vélos devient un véritable problème.

Déjà en 2010, un cycliste en vélomobile s’était fait verbaliser à 20 km/h dans le parc de la Tête d’Or de Lyon, désert à 8h15 du matin. En on parle ici de « délit de grande vitesse » car le vélomobile en question s’était fait courser par « deux voitures de la police municipale et une de la police nationale ». Rien que ça!

Pas sûr qu’il y ait autant de voitures de police pour un braquage en centre-ville de Lyon l’après-midi…

En fait à Lyon, les élus aiment bien s’afficher avec des vélos, surtout lors des campagnes municipales. Une fois élus, ils envoient les voitures de police pour courser les vélomobiles…

C’est quand même assez incroyable, les excès de vitesse des bagnoles sont récurrents, avec des risques autrement plus importants pour la vie humaine, mais on cherche à verbaliser des vélos.

Dernier exemple, Lyon vient d’installer un radar pédagogique pour vélos dans le tunnel modes doux de la Croix-Rousse. En cause, des accidents entre vélos ou entre piétons et vélos.

Sauf que lorsqu’on regarde plus en détail le problème, on se demande si ce n’est pas l’aménagement en question qui pose problème. En particulier, regardez les commentaires…

Déjà, si piétons et cyclistes peuvent se retrouver ensemble sur la « piste cyclable », c’est qu’il y a probablement un problème.

Ensuite, on découvre que le tunnel en question est éclairé seulement pas intermittence pour laisser la place à des « projections lumineuses psychédéliques sur les murs » !

Et après, certains s’étonnent qu’il y ait des accidents! Résultat, vitesse limitée à 25 km/h et radar pédagogique avant campagne de verbalisation?

Morale de l’histoire: si vous voulez faire passer le vélo pour un mode dangereux, créez un aménagement cyclable merdique, mélangez les piétons et les vélos puis éteignez la lumière!

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

38 commentaires sur “Le ridicule tue plus que la vitesse du vélo

  1. Vincent

    | Dernier exemple, Lyon vient d’installer un radar pédagogique pour vélos dans le tunnel modes doux de la Croix-Rousse. En cause, des accidents entre vélos ou entre piétons et vélos.

    Lors d’une visite de Lyon il y a quelques mois, j’ai emprunté ce tunnel par hasard quelques jours seulement après son inauguration.

    Je me suis effectivement fait ces deux réflexions:
    1. encore une artère où on mélange piétons et cyclistes
    2. c’est très sombre

    Les deux mélangés, c’est en effet dangereux.

    La solution n’est pas de limiter les cyclistes à 10km/h (vitesse d’une jogger moyen) mais bien de 1) nettement séparer les piétons et les cyclistes (muret?) et 2) éclairer ce tunnel pour qu’on se voit!

    Encore un gadget fait par des ingénieurs qui ne se déplacent pas à vélo…

  2. Marshall

    Dommage qu’il n’y ai pas ça dans ma ville! je passerais mes week-end à faire exploser les scores

  3. rivsc

    Ecologie et tout. En pratique en fait on fait tout pour empêcher l’utilisation des vélos (chicane sur des sentiers autorisés aux vélos par exemple). L’avantage c’est que l’on ne peut mettre en doute la bonne foi des cyclistes sur leur vitesse, il n’y a pas forcément de compteur sur les vélos. A moins que ça ne devienne obligatoire…

  4. manuel_dacosta

    Si des « cyclistes » se vautrent dans un tunnel pour un soit disant « manque d’éclairage », c’est que ces personnes avaient besoin de roulettes sur leur vélo. Prenant ce tunnel souvent, c’est du billard. Rien à voir avec un chemin sinueux envahi de racines, de rigoles et de rochers. L’éclairage psyché suffit largement pour aller tout droit sur une surface plane.

    Les gens qui osent se plaindre de ça n’ont juste pas assez de skill pour monter sur un vélo et par extrapolation on peut se douter que ces personnes ont aussi très certainement de gros problèmes psychomoteurs qui les empêchent de mettre correctement un pied devant l’autre sans se rouler par terre et retourner chialer dans les bas de leurs mères.

    Quant au radar, quelle idée ingénieuse pour faire exploser des records de vitesse. Si le but était ailleurs, encore un bel exemple de la plus extrême et récurrente incompétence de notre « gériatocratie ».

  5. NoLevel

    Personnellement, j’ai un compteur sur mon vélo, et 20Km … C’est la vitesse à laquelle je suis après 3 coups de pédale !
    Pourquoi ne pas séparer clairement les flux de circulation, comme le dit Vincent ?
    Pourquoi ne pas mieux éclairer ce tunnel ?
    Pourquoi ne pas sensibiliser également les piétons aux risques de la circulation ? Combien de fois ai-je failli me prendre dans le buffet un piéton qui traverse une grande artère sans regarder, pensant qu’il n’y a pas de circulation car pas de voiture ?

    Il y a effectivement deux poids et deux mesures concernant les cyclistes, que l’on encourage d’un côté, et qu’on châtie de l’autre. Vivement que ça change !

  6. Vincent

    manuel_dacosta > Si des « cyclistes » se vautrent dans un tunnel pour un soit disant « manque d’éclairage », c’est que ces personnes avaient besoin de roulettes sur leur vélo.

    Quelle arrogance…

  7. Quentin D

    Le problème de ce tunnel, c’est qu’il a été ouvert, en 2013, et qu’il ne répond pas à la loi d’accessibilité handicap 2005.

    En effet, il est trop peu éclairé et est donc inaccessible aux malvoyants.

    Si l’on prend l’article 14 de la loi et l’arrêté du 1er août 2006..

    Il est noté :
    Il doit permettre d’assurer des valeurs d’éclairement (Q/R) mesurées au sol d’au moins :

    20 lux en tout point du cheminement extérieur accessible (Q/R1, Q/R2);
    100 lux en tout point des circulations intérieures horizontales ;
    50 lux en tout point des circulations piétonnes des parcs de stationnement ;

    Le cas du tunnel peut-être comparé à une circulation horizontale intérieure, il devrait donc y avoir un éclairage au minimum de 100 lux sur tout le cheminement, ce qui n’est certainement pas le cas.

  8. Jean-Marc

    Un espace partagé, conçu comme espace partagé, peut être très bien, LécoLomobiLe.
    (celà permet de limiter la vitesse des cyclistes, et donc, en cas -rare- d incident, celà en limite la portée)

    Le pb, c est le non-espace généralement octroyé aux modes actifs.

    Chez moi, on a une rue piétonne autorisée aux cyclistes, le long du marché, de 10m de large = aucun pb.
    J y passe en vélo, en roulant doucement, à 10-15km./h, en faisant des détours à plus de 2m de chaque îlots de passant(s).

    Par contre, plus loin, on a la rue piétonne la plus vivante les soirs (la Primatiale) => terrasses dans la rue/ruelle => de 1.5m à 3m de large laissé pour le passage => quasi impossible d’y avançer à pied (et, en vélo, on marche lentement à coté, en le tenant à la main…)

    Je ne connais pas ce tunnel de lyon, donc je laisse nos amis lyonnais nous donner la mesure de cet espace pour les modes actifs.

    Par contre, je sais ce qu’il faut, pour avoir un espace sans conflits :

    au choix :

    – 8m ou plus d espace partagé,

    ou
    – espace séparé
    3 à 5m d espace piéton
    (3m : espace minimum nécessaire pour que 2 groupes de 2piétons se croisent sans se géner et sans se sentir oppressé)
    à doubler, à installer des 2 cotés de la voie « tous véhicules », si nécessaire

    ET
    2.4 à 3 m de partie cyclable à double sens, sans séparation médiane,
    pour que 2 cyclistes roulant de concert, puissent croiser, se faire doubler ou doubler un 3eme

    et là, pas de conflit : chacun ayant assez dans sa partie, peut y rester.

    Maintenant, attendons les mesures de largeur des lyonnais, pour savoir s’ils ont un espace dédié correct, permettant une cohabitation sans heurt.

    (ceci, en dehors du problème de l éclairage : c est un problème d occupation physique de l espace : même si les 3 cyclistes n arrivent que 6 ou 10 fois dans la journée, comme les 2 x 2 piétons, l aménagement doit être conçu pour qu’ils puissent se croiser sans pb… sinon, forcément, les uns et les autres vont déborder sur l autre espace; ces largeur sont des largeurs minimales : si le lieu est très passant, elles sont à augmenter, en particulier pour la partie trottoir).

  9. Jean-Marc

    « Je tiens à défendre le droit de marcher sur une piste cyclable ! « 

    Par définition, dans le droit français, une piste et bande cyclable sont réservées EXCLUSIVEMENT à l usage des cycles.

    Donc, en tant que piéton, tu n as pas le DROIT de les utiliser (sauf de les traverser ponctuellement, lors d’un trajet perpendiculaire).

    Les zones piétonnes autorisées aux cyclistes (piétons, cyclistes) et les zones vertes (cyclistes, animaux montés, piétons) sont là, pour permettent un espace partagé entre modes conviviaux.

    (ces 2 types de chaussées ne sont JAMAIS obligatoires pour les cycles, contrairement aux bandes et pistes cyclables, qui PEUVENT, exceptionnellement, parfois l’être)

    La législation entre ces 4 différentes types de chaussées différe…( absence/présence de séparation piéton/cycliste, aménagements obligatoires aux intersections, priorité des uns par rapport aux autres …)

    et la pertinence du choix d’un type de chaussée ou d’un autre en un lieu donné, peut souvent être discuté.

    Par contre, la législation sur les bandes/pistes cyclable et son usage exclusif est très claire.

    Ainsi, à la campagne,
    en cas de bande/piste cyclable longeant les voies « tous-véhicule », et en l’ABSENCE de trottoir,

    le piéton à 2 choix légaux :
    – marcher sur le bas-coté, sur le talus
    OU
    – marcher sur la chaussée tous véhicules

    avec une contrainte spéciale, s’il fait ce second choix :

    soit il est seul ou à 2 => il marche dans le sens opposé aux voitures, pour les voir, et être plus visible (faire un coucou de la main, quand on voit une voiture venir vers soi, ou étendre les bras latéralement, quand la voiture est à 20-25m)

    soit il est « nombreux » (sic), il fait partie d’un groupe. Ce groupe est alors assimilé à un véhicule (une colonie de vacance, une ruche, un camps scout, un pédibus pour aller à l école,…) => le groupe marche/trotte/court alors dans le sens des voitures, en double file indienne (2 par 2)

    Malheureusement, entre marcher sur le talus, très inconfortable, et marcher sur la chaussée tous véhicules, où il se sent en danger… mais où sa présence induirait une vitesse réduite, et une hausse de l attention des automobilistes (donc où il faudrait vraiment qu’il soit, pour le bien de tous… pour une route apaisée), le piéton préfère en général l illégalité, et la piste cyclable de faible largeur, où le croisement avec un cycliste est souvent problèmatique, voire impossible, quand le piéton est un joggeur/une joggeuse avec casque sur les oreilles, et faisant des arrêts pour faire des exercices (fentes, mouvements de balancier) SUR la piste/bande cyclable, en en occupant ainsi souvent les 2/3 ou 3/4….

    Les troupeaux de 10 joggeurs ou plus, bloquant toute la largeur de la bande/piste, discutant tous ensemble en plusieurs îlots, et pour qui le son d’une sonnette est inaudible au plus grand nombre, pose le même pb…

    Non seulement ils n ont pas le droit d être là, mais, au lieu de se faire le plus petit possible, et de laisser les personnes prioritaires passer avec le moins de désagrément possible, ils bloquent les seuls qui ont le droit d être là.

    Pourtant, vu leur nombre, sur la chaussée « tous véhicules », ils ne passeraient pas inaperçu = les voitures et camions s éloigneraient d eux.

  10. Pédibuspédibus

    boaaa

    vivent les mouches! avec leurs ventouses aux papattes:

    elles aux moins peuvent se cramponner aux façades!

    et circuler de guingois… à 90°

    mieux zencore que Rétropédaleur et sa démarche d’Égyptien, quand les bagnoles sont collées sur le trottoir…

    le mieux évidemment serait la piétonnisation poussée des agglomérations, comme paradis excluant franchement les motorisés individuels :

    mais c’est plus cher… politiquement…

  11. renaud

    Pour les non-lyonnais, Il est bon de savoir qu’à côté de ce tunnel mode doux a été conservé à l’identique le tunnel voiture, qui fait des écoles avoisinantes les plus polluées aux particules fines de la ville. La mairie n’ayant pas voulu lors des travaux, réduire d’une file ce tunnel voiture pour y aménager une voie pour les bus, ceux ci passent dans le tunnel « mode doux », réduisant d’autant la voie cycles et piétons.

  12. bat

    Je n’ai pas les dimensions de ce tunnel, mais il est assez surprenant d’imaginer qu’il réponde à de vraies normes.
    La proximité piétons/vélos est critique : conflit.
    Le pseudo-trottoir séparateur fait à peine quelques cm de haut, il est presque invisible (dans la pénombre encore pire!) : chutes.
    Les piétons sont collés contre un muret, et les cyclistes contre la paroi concave du tunnel (donc une marge significative de la piste cyclable n’est pas utilisable, à moins de savoir rouler penché) : conflits entre cyclistes.
    Les animations (sauf exceptions notables je l’admets) sont indignes du niveau des infographistes de la fin des années 90 (du siècle dernier, donc), et la musique semble choisie pour stresser (pour ceux qui connaissent, on se croirait dans l’ambiance des bâtiments industriels glauques et vides du jeu Myst) : bref, de quoi donner des envies suicidaires ou de meutre. Pas bon cocktail avec les usagers inconscients qui font n’importe quoi (vélos comme piétons, pas de discrimination ici. Moi-même j’ai eu des moments d’égarement face à ces vidéos immondes), ou les kikis et médors mal contrôlés.

    Mais la blague de ce tunnel ne s’arrête pas là. Il faut jeter un oeil aux accès cyclistes et piétons! Ou comment faire des millions en travaux pour tout faire sauf changer la circulation automobile. Donc les autres, les pauvres imbéciles que nous sommes, devons appuyer sur des boutons, passer sous terre, faire de l’équilibre sur les trottoirs, et emprunter des passages piétons non explicitement autorisés aux vélos pour circuler correctement.
    Franchement, le développement des modes doux à Lyon, c’est beaucoup de poudre aux yeux : y’a qu’à voir la proportion de « pistes cyclables » qui ne sont en fait que des bandes cyclables donc l’espace est prélevé non pas sur la chaussée, bien sûr, mais sur les trottoirs, poteaux et arbres nonobstant.

    Mais pendant que, au sol, la populace s’énerve, certains peuvent s’assoir dans leur voiture, foncer sur nos (trop nombreuses) grandes avenues bien larges et droites, et admirer à travers leur pare-brise là tour Inshitty qui monte, qui monte… les rêves de notre cher maire s’élevant loin, loin au-dessus de nos problèmes de mobilité quotidienne.

  13. Zorblog

    Le problème c’est qu’il faudrait savoir à quoi ça sert ce truc. J’ai mois même été évité de justesse par un cycliste, et c’était complètement de ma faute de piéton distrait. Distrait par les animations sur les murs. de plus, si je me souviens bien, la largeur des pistes piétons + cyclistes ne doit pas bien dépasser les 5 m. Alors c’est quoi, une salle de spectacle, vitrine de la ville de Lyon, ou un tunnel destiné aux déplacements? Il ne viendrait à personne l’idée d’animer les mures du tunnel autoroutier sous Fourvière; il me semble que tout le monde s’accorderai à dire que c’est trop dangereux …

  14. aurelien

    Je sors justement de ce tunnel et pour donner des informations aux non-Lyonnais je dirais :

    -qu’il est parfois assez sombre c’est vrai, peut-être trop pour des personnes qui ont une mauvaise vue, il y à des morceaux de chaussée totalement noir et cela peut être dangereux s’il y à des vélo en face et des piétons à côté.

    – mais surtout qu’il n’est pas bien aménagé avec un trottoir de petite taille pour les piétons et une piste cyclable de largeur minimum aussi, pas de quoi rouler à 2 X 2 donc, ou de marcher à 2 X 2. La photo d’illustration le montre bien d’ailleurs, et c’est tout le long comme ceci.

    – et surtout aussi, je dirais que le problème vient surtout des piétons qui en l’absence de voiture oublient totalement qu’ils ne sont pas seuls et comme dit plus haut, marche sur la piste et le font sans la moindre gêne et peut-être sans même se rendre compte qu’il gêne quelqu’un justement. Je dis souvent que le piéton c’est un bagnolard sans tôle autour de lui, bien évidemment ils ne sont pas tous irrespectueux, assoiffés de puissance et aigris mais les cyclistes ne sont pas non lus tous des rasés et dopés…

    Je me demande ce que font d’ailleurs ces piétons dans un tunnel de près de 2 km, il y à de jolis choses sur les murs effectivement, mais franchement je ne voit pas l’intérêt de passer une demie heure dans le noir, entre deux rivières très jolies avec des quais aménagés des deux côtés.

    Pour améliorer ce tunnel je propose :

    -soit en interdire l’accès aux piétons, ce tunnel est une sorte d’autoroute à vélo qui peuvent traverser une colline au sec quand il pleut, et ceci est formidable. Je ne l’empreinte que rarement mais 2 km sans voiture c’est un peu un rêve de cycliste qui se réalise, il ne reste donc que les piétons, qui à chaque fois que je l’ai pris n’étaient pas trop nombreux quand même. Le problème vient aussi des parents qui ne surveillent pas leur enfants à pied ou en vélo sur la piste alors qu’ils sont à 5 km/h.

    – soit transformer la voie de bus(actuellement séparée des deux autres voies par un mur) en voie bus + vélo séparée du trottoir par un mur. C’est la solution la plus appropriée je pense, j’ai du traverser ce tunnel une dizaine de fois et n’ai croisé un bus qu’une fois, la moitié du tunnel ne sert que 5% du temps (totalement approximatif mais je ne doit pas être très loin).

    En conclusion : c’est un très bel édifice qui mérite que l’on parle de lui et de ceux qui ont décidé de le construire car un aménagement aussi coûteux pour les modes doux c’est très rare je pense, en France en tout cas. Il reste à l’améliorer pour une meilleure circulation mais bien évidemment sanctionner des cyclistes pour excès de vitesse dans un tunnel qui leur est (en partie) dédié c’est quand même se tirer une balle dans le pied et ce serait bien dommage d’en arriver là.

  15. vesan

    Alors je ne connais pas Lyon ni – comme de juste – ce tunnel, mais un espace peu éclairé est toujours dangereux quand on vient d’être ébloui par le soleil (et Lyon c’est 2000 heures d’ensoleillement par an !).

    J’imagine donc le cycliste qui s’engage là-dedans pour la première fois, même à allure modérée, a fortiori lors d’une journée ensoleillée, a fortiori avec des verres solaires correcteurs sur les yeux… Eh bien, je dirais qu’il n’a plus qu’à faire demi-tour, enfin c’est ce que je ferais !
    (Ou alors que la ville de Lyon distribue effectivement des roulettes à l’entrée du tunnel.)

  16. pierre1911

    Utilisateur du tunnel 2 fois par jours et cycliste depuis de nombreuses années, le tunnel modes doux révèle bien les problèmes:
    – d’une part que la mairie de Lyon a une politique de façade et que les actions sont biens creuses. Le tunnel qui devait être un moyen pour les cyclistes et les piétons de « contourner » la colline de la croix rousse est devenu un hall d’exposition sur le savoir-faire lyonnais en matière d’éclairage au détriment de la sécurité des usagers. Le système d’éclairage est très majoritairement du temps éteint, alors qu’en action il est efficace.
    – les dites projections attirent dans un lieu de circulation des visiteurs dont l’objectif est ludique et donc avec l’attitude qui va avec. Ne fréquentant pas le lieu pour les mêmes raisons, ils n’ont pas conscience du danger.
    – que malgré l’absence de signalisation sur trop de vélos, ce qui est préjudiciable, étant équipé d’un flash arrière et de deux lampes puissantes à l’avant cela ne change pas grand-chose au comportement sus visé au dessus. Les enfants sans surveillance, les cyclistes qui s’arrêtent en plein milieu de la chaussé sont des dangers permanents.

    Tout est une question de bon sens. Pourquoi ne pas avoir installé ces projection dans l’autre tube ? Il est pourtant beaucoup plus fréquenté et les automobilistes disent s’ennuyer à 50 km/h….

    La mairie de Lyon a une politique déplorable en matière pour les aménagements cyclables . Depuis qu’elle a su prendre la décision audacieuse et risquée sur les vélos en libre-service (première mondiale), et que ce service a été reconnu par tout le monde comme une totale réussite, depuis 10 ans la mairie prend des décisions plus que discutables. Elle refuse t’entendre les associations locales d’usagers de la bicyclette qui se battent pour obtenir des infrastructures à minima.

    Chaque jour je risque ma vie, parce que les autres usagers de la route ne souhaite ni partager ni respecter les cyclistes et la mairie de lyon ne fait rien pour empêcher cela.
    J’ai donc décidé de filmer systématiquement tous mes trajets et de compulser les meilleurs moments de cette arène qu’est devenue la route. Espérons que ce ne soit jamais a titre posthume que les images servent…

  17. Hervé Bordes

    je reviens d’un court séjour à Berlin… Les trottoirs sont partagés entre piétons et cyclistes, souvent.
    ma distraction classique de piéton est de parfois me retrouver sur la piste vélo, avec le chien… un bref coup de sonnette suffit à me remettre dans la bonne Voie.
    C’est la pratique de chacun en des lieux séparés qui feront que les uns accepteront les autres… donnez la priorité aux vélo, ce n’est pas dans les habitudes …et le piéton comme moi, baille aux corneilles souvent. Ce que je ne me permets pas en vélo.
    Interrogeons nous aussi sur notre propre pratique…
    Sur une petite route sinueuse de campagne, si je respecte les 1m50 demandés pour dépasser un piéton, je suis conduis souvent à m’arrêter

  18. Pascal

    Vous êtes trop marrants les cyclistes !!!!
    Vous avez les même arguments à la c… vis à vis des piétons, que les automobilistes vis à vis des vélos. Non mais, il faut vous relire un peu :

    « Personnellement, j’ai un compteur sur mon vélo, et 20Km … C’est la vitesse à laquelle je suis après 3 coups de pédale !
    Pourquoi ne pas séparer clairement les flux de circulation, comme le dit Vincent  »

    Tiens on a déjà entendu cela par les bagnolards pour les vélos : il faut séparer les vélos des voitures car ils ne vont pas assez vite et sont donc dangereux .

    autre exemple :

    « Il reste à l’améliorer pour une meilleure circulation mais bien évidemment sanctionner des cyclistes pour excès de vitesse dans un tunnel qui leur est (en partie) dédié c’est quand même se tirer une balle dans le pied et ce serait bien dommage d’en arriver là. »

    n’est ce pas aussi ce que disent les bagnolards ? Il ne faut pas limiter la vitesse des voitures car ça les emm… Et là dans ce cas là les cyclistes utilisent le même arguments !

    Ha, la connerie est bien universelle !

  19. Jean-Marc

    « Tiens on a déjà entendu cela par les bagnolards pour les vélos : il faut séparer les vélos des voitures car ils ne vont pas assez vite et sont donc dangereux . »

    C est vrai, qu’on entend certains automobilistes dire celà…
    (je me demande ce qu’ils ne disent pas… certains d entre eux sont une mine d humour involontaire ou de tristesse, selon si on prend leurs remarques avec détachement ou sérieusement)

    Mais, par définition, c est le plus rapide, et/ou le plus lourd qui est le plus dangereux, car c est celui qui a la plus grosse énergie cinétique.
    Il est donc le plus dangereux pour lui et les autres
    (Ec=1/2 mv², ce qui ne risque pas de changer…, ainsi, entre un cycliste à 60km/h (c est pour l exemple…) et un automobilise à 20km/h… c est l’automobiliste qui a la plus grosse énergie cinétique, donc dont la rencontre a le plus de conséquences fortement néfastes pour lui, ses passagers, et les personnes autour de son véhicule)

    Deux remarques :

    1- il y a une énorme différence entre un cycliste, un 2RM, une voiture ou un camion d un coté, cohabitant entre eux
    et
    un de ces véhicules et un piéton de l autre :

    les véhicules sus-nommés ont tous des trajectoires +/- prédictives : ils vont dans le sens de la chaussée (même sur un double-sens cyclable : c est juste une voie particulière de la chaussée), et y restent.

    un piéton, en particulier sur les trottoirs (et bande/piste cyclable) a une liberté de déplacements bien plus importante… qui nécessite donc de le croiser à plus grande distance, en prenant très attention à lui/ses réactions/ses changements de direction.

    2-il faut séparer les vélos des voitures car ils ne vont pas assez vite et sont donc dangereux

    Il ne faut pas confondre les potentialités et la réalité, confondre les départementales-nationales-autoroutes et la ville, où il y a des carrefours tous les 200m :

    En ville, hors zones à 70km/h et montées à plus de 6% (qui ne durent pas…), le cycliste va, sur la longueur du trajet, bien plus vite que les voitures :

    la voiture le double parfois dans la ligne droite, afin d être la première à piler comme un malade au feu suivant (en toute illégalité : le code dit qu’il faut rétrograder progressivement jusqu’en 2nde), où l attendent 3 voitures à l arrêt, attendant que le feu passe au vert; et le cycliste remonte -LÉGALEMENT- la file de ces 4 voitures arrêtées, pour s arrêter devant, dans le SAS vélo, et donc repartira devant ces 4 voitures quand le feu passera au vert.

    En général, entre 0 et 3 voitures qui me doublent entre 2 feux…. et j en double entre 2 et 10 à chaque feu (et même, quand je suis bien lançé, j en double 1 à 3 -par la gauche- dans la ligne droite, si nous sommes dans une zone à feux verts synchronisés).

  20. Jean-Marc

    Cependant, effectivement, comme je l ai dis dans mon commentaire précédent (http://carfree.fr/index.php/2014/05/20/un-quartier-sans-voiture-une-extravagance/#comment-31442 )

    faire du vélo ne protège pas de la connerie

    ainsi, j ai deja rencontré des cyclistes :

    aussi soupe au lait que des automobilistes
    aussi malpolis que des automobilistes
    aussi inciviques que des automobilistes

    ceci venant de la nature humaine, et du caractère et de l éducation de certaines personnes…

    MAIS il y a une énorme différence entre un cycliste énervé faisant n’importe quoi et un automobiliste énervé faisant n’importe quoi :

    si l un raille la portière ou explose le rétro de l autre, il ne fait que des dégats matariels (illégaux, et très mal venus)
    si l autre fonce sur l un et lui roule dessus, il met volontairement une vie en danger; et, de fait, n a plus à avoir le droit concédé d’utiliser un objet avec lequel il met en danger de mort les autres.
    on n offre pas un pistolet à un suicidaire ou à un psychopathe…
    on n a pas à laisser un véhicule de plus d’1 tonne allant à plus de 100Km/h à qq un qui a PROUVÉ, PAR SES ACTES, qui s en sert comme d’une arme,
    et qu’il est totalement incapable de se contrôler son la pression (contrairement à ce qu’exige le code : maitre de son véhicule en toutes circonstances : même quand on t insulte, ou qu’on tort l antenne de ta radio…)

    Le pire, étant l automobiliste qui sort un nerf de boeuf ou autre barre de fer de sous son siège, et qui sort de sa voiture :
    la présence de cet objet, plaçé là intentionnellement, prouve qu’il y a préméditation… qu’il envisageait de se servir de cette arme…

    Là, je serai pour un retrait À VIE de l autorisation de conduire un véhicule aussi dangereux qu’une voiture, et l obligation de passer un contrôle psychiatrique, avec suivi psy minimum pour les 3 ans qui suivent.

    Bien sûr, foncer intentionnellement sur qq un en voiture est plus dangereux, plus mortel que de sortir un nerf de boeuf…
    donc la sanction doit aussi être exemplaire; mais, dans ce cas, la préméditation n est pas aussi prouvable (seule exception : la récidive…)

  21. aurelien

    Réponse à l’ami Pascal : un vélo à 25 km/h (mais s’il est pressé il peut aller bien plus vite) va donc 5 fois plus vite qu’un piéton pressé qui marche à 5 km/h, mais bon nombre de piétons ne dépassent pas les 3 voire 2 km/h. Je ne crois pas qu’en ville les voitures roulent à minimum 4 * 20 = 80 km/h (différence de vitesse entre un piéton pressé et un cycliste en promenade), voire même à plus de 10 * 25 = 250 km/h (différence entre un piéton à vitesse normale et un cycliste à allure normal). En sachant qu’un automobiliste est quand même en général beaucoup plus concentré sur ce qui se passe autour de lui qu’un piéton, que les piétons sont aussi assez régulièrement complètement arrêtés. Je crois que nous sommes d’accord maintenant ?

    Pour mon argument à moi : les voitures veulent aller toujours vite, et le peuvent. Un cycliste pèse disons maximum 100 kg et ne dépassera pas les 50 km/h.Une voiture (surtout la nouvelles mode des SUV) pèse plus de 2 tonnes et peut dépasser les 200 km/h. Le danger n’est donc pas le même il me semble, en voiture il est de base existant et ne fait qu’augmenter alors qu’un cycliste devient dangereux dès qu’il à un peu de vitesse mais dans tous les cas il ne sera jamais capable due tuer une famille de sanglier.

    Le problème c’est que les piétons ne se rendent pas compte du danger et ne se préoccupe que des voitures. Encore hier une femme avec une poussette est sortie de derrière une voiture sur la piste car elle avait vue les voitures arrêtées au feu, j’ai pilé et j’ai pu l’éviter, sa réaction ? « Oh pardon ! », si elle ne m’avait pas vu a temps et que je n’avais pas été attentif, j’aurai percuté sa poussette. Ils ne font pas attention à eux et les cyclistes doivent en permanence être prêt à réagir, je ne crois pas que les automobilistes fassent autant attention à ce qui se passe autour d’eux, quand ils passent un croisement au feu orange à plus de 50 km/h pour ne pas devoir s’arrêter au rouge par exemple.

    Donc oui il y à problème et il doit y avoir solutions, soit voies séparés, mais réellement et avec chacun assez de place de son côté, soit partagée, mais il faudrait éduquer les piétons pour qu’il sachent au moins ou se placer sur la voie et surtout fassent attention d’eux mêmes. La deuxième solution serait évidemment la meilleure mais franchement je n’y crois pas et la première serait beaucoup plus rapide à mettre en place.

    En conclusion ce sont les mêmes arguments que les bagnolards mais avec de vrais problèmes derrières et pas seulement de la mauvaise foie parce qu’il ne faut pas oublier que s’ils doivent freiner et attendre 5 secondes pour doubler un cycliste sur une nationale c’est leur choix. Ce n’est pas le cycliste qui à décidé d’avoir un véhicule tellement disproportionné qu’il ne peut pas croiser un autre véhicule en doublant un vélo alors que sa route est deux fois plus large qu’une piste cyclable.

  22. pierre1911

    Le débat se déplace sur d’autres problématiques.
    Le sujet initial « Y-t-il une raison valable de vouloir réglementer la vitesse des cyclistes dans une infrastructure nécessaire pour les modes doux dans la ville de LYON, initialement dédiée à leur usage et celui des pétions, parce que la dite infrastructure est devenue un hall d’exposition? »
    Que la mairie de Lyon n’est pas à son premier coup d’essais. Un des derniers exemples en date: il a fallut au moins deux accidents corporels de cyclistes pour qu’une infrastructure toute neuve parée de délimitation en acier dans le sol et donc transformé en patinoire dès la première trace d’humidité, pour que cette bande cyclable soit refaite alors que l’ouvrage avait moins d’un an… Cela fait des années que les associations locales tentent de donner les bonnes pratiques cyclistes, qu’elles relayent les informations d’organismes nationaux à la mairie et ce en vain.
    Que la mairie dit construire un tunnel « pour les cyclistes et les piétons » et qu’en l’espace de 6 mois les cyclistes deviennent les fautifs parce qu’ils empruntent l’infrastructure à plus de 20km/h…
    Que c’est exactement la même procédé qui a été utilisé sur les bas quais du rhone qui devaient comporter une piste cyclable et qui a été balisé comme une voie verte en définitive (=10km/h pour les cycles…).
    Le double sens cyclable à Lyon a été une autre illustration puisque plus de 80% des rues éligibles ont été sorties du plan. Motif de la mairie: trop dangereux. Quand on regarde d’un peu plus prêt les 20% restant, plus de la moitié de ces rues ne permettent pas de se croiser, les voitures devant nécessairement empiéter sur la piste cyclable pour pouvoir passer… Difficile de soutenir que les autres rues aient été écartées pour des raisons de risque.

    Le dit tunnel est paré d’un éclairage efficace qui encore ce matin à 7h10 était mis au minimum et que ce soir comme hier au soir au retour, ce seront des projections qui prendront place, entraînant un flot de badauds qui prennent des photos et n’hésitent pas à s’écarter de la piste piéton et de venir au beau milieu de la piste cyclable pour satisfaire le besoin de leur grand angle.

    « Cyclistes vous êtes coupables », un slogan qui m’a traîné devant les tribunaux lyonnais… Parce que le chauffard en vélomobile: c’est bibi.

  23. Jean-Marc

    article sur ton incident :

    Pierre Delorme et son avocat ont joué jeudi sur la nullité des poursuites. L’article 9 du règlement du parc parle de bicyclettes et « autres engins à roulettes ». Or, l’engin qu’il arbore avec fierté est un tricycle, avec des roues, et non pas des roulettes. Un peu maigre peut-être, mais Me Bruschi a aussi soulevé une anomalie : pour qu’un rapport de police soit légal, il faut que les faits aient été constatés personnellement. Or, le rapport, postérieur au procès verbal, est signé par un autre agent. « Ce faux rapport est donc nul », assure Me Bruschi.

    [..] Le Procureur a toutefois maintenu, jeudi matin, la validité du procès verbal.

    Vous avez fait un appel, un pourvoit, depuis l article ?

    Car, mettre la justice en face de ses responsabilités (comme porter plainte contre ce tunnel étroit sous-éclairé, si on est une asso de cyclistes lyonnaise) permet de faire avançer les choses.

  24. pierre1911

    Concernant l’affaire sur la vitesse excessive, j’avais déclaré dès la sortie du tribunal que je ne ferais pas appel pour une raison très simple : « a l’instar des routes, les tribunaux sont suffisamment encombrés ». oui le jugement à de quoi faire rire et de toute façon les élus locaux (les mêmes qui prennent le décision de limiter la vitesse dans le tunnel 🙂 ) se sont totalement ridiculisés.L’incident a donné lieu à une vague de soutien qui a dépassé les frontières et j’ai reçu des chèques de 1c de toute la France!

    Concernant les affaires en justice, l’association la ville à vélo a déposé un recours contre la mairie suite à l’affaire des double sens cyclables. Elle avait raison de le faire L’association a perdu. J’ai assisté a des réunions où les deux parties étaient là et la mairie c’est gaussé du résultat.
    Le pan juridique n’est pas le seul front qui permet de faire avancer les choses. il ya les urnes et la communication.
    Les actions comme celle des 24h de pistes cyclables + le tribunal sont des moyens efficaces de faire passer des messages. La mairie a ce moment à tout fait pour nous rencontrer et essayé de dialoguer alors que jusqu’à présent elle nous toisais. Forcément la couverture médiatique était pour nous un argument puissant.

    Et je ne serai pas surpris que les élus en charge des mobilités douces soient abonnés à ce fil et aient des alertes automatiques sur google…. large sourire

  25. Zeed

    De Jean-Marc:  » je serai pour un retrait À VIE de l autorisation de conduire un véhicule aussi dangereux qu’une voiture, et l obligation de passer un contrôle psychiatrique, avec suivi psy minimum pour les 3 ans qui suivent.  »

    Moi,je serai aussi pour l’instauration d’un fichier National de délinquant de la route ( comme cela se fait pour les délinquants sexuels ) et le connard de bagnolard terroriste y serait inscrit A VIE,avec obligation de soins,bien entendu et ce sans possibilité de radiation de ce fichier!!

    Et il faudrait aussi que la circulation des MERDES de Ferrari,Porshe,Lambo et autres saloperies surpuissantes soit interdite sur TOUT le territoire!!

    Il faudrait instaurer un véritable régime de dictature en ce qui concerne la voiture!!!!

  26. pierre1911

    Faut-il crier victoire?
    Ce soir à 17h:
    – le radar a été décroché
    – le tunnel était un peu éclairé en sus des projections…..

  27. Jean-Marc

    Pierre @ 19h54 :
    un bon début, merci pour l info 🙂

    Pierre @ 13h50 :
    même si c est long ‘durée), et chiant…et chronophage (temps cumulé),
    celà aurait une bonne chose que tu poursuivres

    Tant pis…
    (chacun fait comme il veut/peut, et, égoïstement, j aurai préféré que tu fasses appel)

    Malheureusement, ce n est que partie remise :
    il y aura d autres cyclistes qui se retrouveront devant les tribunaux ^^

    Zeed :

    je ne sais pas si tu es sérieux ou pas,
    moi si, alors je vais détailler, pour les éventuels lecteurs qui pourraient croire à une caricature :

    une personne fonce volontairement sur une autre dans l intention manifeste de la blesser ou la tuer (et y arrive, ou pas)

    une personne sort une arme à feu et tire volontairement sur une autre dans l intention manifeste de la tuer

    dans ce 2eme cas,
    cette personne aura-t-elle encore le droit de faire partie d un club de tir sportif avec balles (et pas simples plombs) ?
    d avoir un permis de chasse ?
    aura-t-elle le droit de rester/devenir flic national ou militaire, avec une arme ?

    selon moi, si elle a volontairement tiré sur une personne hors légitime défense, elle ne devrait plus avoir ces droits, ces dérogations et je crois que c est bien le cas dans la loi
    (casier vierge pour être fonctionnaire, casier à fournir pour un port d arme)

    si ce n est de façon permanente.. au moins jusqu’à ce que son fichier soit redevennu vierge de cette action
    (certaines actions s effacent du casier dans le temps… mais un meurtre (et une tentative?), je pense qu’il reste indéfiniment… donc normalement, s »il n a plus ces droits, alors, c est de façon permanente).

    La même logique doit amener à la même réaction des juges/de la loi pour une mise en danger de la vie d autrui avec intention manisfeste de tuer ou blesser au moyen d’une voiture.

  28. wazabiii

    La seule solution est de séparer piste cyclable et voie piétonne. Quand je voie la merde chez moi quand des pietons ce baladent sur la piste cyclable. Il ne font attention a rien, marche nimporte comment et je ne parle meme pas quand sa y promène le toutou. Bref un bon aménagement evitera tout probleme entres pietons et cycliste.

  29. Pédibuspedibus

    De Wazabii : « La seule solution est de séparer piste cyclable et voie piétonne… »

    Le triple (voire plus…) avantage de mettre les cyclistes sur la chaussée:

    – pacifier le flux bagnolistique, en particulier quand l’espace est étroit, en l’allure du vélo commande celle des motorisés;

    – éviter le rythme « stop and go » du cycliste sur l’itinéraire ghetto avec les innombrables coupures où l’usage motorisé est systématiquement prioritaire;

    – retrouver l’urbanité de nos villes sur des trottoirs élargis et reconquis pédibulogiquement (!) où flânerie et déambulation rêveuse auront droit de cité
    (re !…).

  30. Pédibuspedibus

    – pacifier le flux bagnolistique, en particulier quand l’espace est étroit, en réglant l’allure des motorisés sur celle du vélo, la seconde commandant la première, d’autant plus facilement que la pratique cycliste sera massive et les représentations bagnolardes seront modifiées ;

  31. Jean-Marc

    « – éviter le rythme « stop and go » du cycliste sur l’itinéraire ghetto avec les innombrables coupures où l’usage motorisé est systématiquement prioritaire; »

    Les recommandations du CERTU, que nos politiques sont censer suivre dans tout ce qui touche les déplacements, disent clairement que les cyclistes doivent être prioritaires à toutes les intersections avec les voies « tous véhicules »

    (un cycliste lançé, ou partant de 0km, ou partant de 0km + pied posé au sol, n a pas la même facilité à revenir à 10km/h, qu’un automobiliste, pour qui celà ne demande qu’un très légère pression supémentaire sur la pédale)

    Malheureusement, très majoritairement, les municipalités ne tiennent pas compte de cette recommandation du CERTU…

    Outre le stop and go, il y a aussi les détours, et parcours aberrants, ainsi que l’absence de fléchage des destinations (obligé de loucher sur la voie tous-véhicules, si on ne l emprunte pas.. ce qui n est pas toujours facile, quand -parfois- plus de 10m et des arbres-arbustes les séparent)

    Des problèmes qu’on n a pas, si on utilise la voie tous-véhicules

  32. Laurent

    « Des problèmes qu’on n a pas, si on utilise la voie tous-véhicules ».
    Bien évidemment car nos aménageurs cyclables des municipalités pensent aux vélos, le cul assis sur le siège chauffé d’une auto.
    La volonté de la plupart des municipalités des grandes villes n’est pas d’être cyclable ou écolo mais de faire cyclable ou écolo.
    Pour beaucoup d’entre elles, le vélo n’est qu’un faire valoir communicationnel (n’avez vous point remarqué que les vélos sont sur-représentés dans les illustrations & photos des magazines municipaux ?).
    Et puis nos élus se vanteront d’aligner les kilomètres d’aménagements cyclables comme les gamins d’une école primaire pourraient le faire en comparant le nombre de billes qu’ils ont dans les poches.

  33. pierre1911

    Hélas, triple hélas, le radar installé au départ coté Est qui n’était plus là vendredi soir, ce radar ou son petit frère était installé coté Ouest ce matin….

  34. Pédibuspedibus

    De Laurent : « Et puis nos élus se vanteront d’aligner les kilomètres d’aménagements cyclables comme les gamins d’une école primaire pourraient le faire en comparant le nombre de billes qu’ils ont dans les poches. »

    Au marketing territorial s’ajoute désormais le décervelage design, pour camoufler l’insuffisance de l’offre de transports publics urbains : l’usager est par exemple mis à pied à Bordeaux, on l’incite à se passer du tram bondé en faisant usage de ses jambes… Pensez donc : 3 lignes de tram depuis le milieu de la dernière décennie, pour un coeur dense de 300.000 habitants et une agglomération de 800.000 habitants… et une part modale bagnole des deux tiers des déplacements!!!

    http://www.sudouest.fr/2014/08/08/bordeaux-les-usagers-des-transports-en-commun-incites-a-se-deplacer-a-pied-1637253-2780.php

    Si la solution du péage urbain et du stationnement payant sur l’intégralité du territoire urbain n’apparaît plus évidente, pour financer de vrais réseaux de TCSP lourds, alors mon pied au Q.

Les commentaires sont clos.