Pollution automobile: prévenir plutôt que guérir…

Nous avons une fois de plus traversé en mars 2015 une semaine de pic de pollution atmosphérique (à l’instar de celle de mars 2014) condamnant les habitants des grandes villes à respirer un air dangereux pour leur santé, chargé de particules fines, de dioxyde d’azote, d’ozone et de dioxyde de souffre. En dehors de ces épisodes médiatisés, nous sommes pour la plupart quotidiennement exposés à des seuils supérieurs à ceux préconisés par les organisations internationales sans que des mesures de protection sanitaire ne soient prises. 


Nous savons pourtant désormais tous par l’OMS que l’effet cancérigène des particules fines est certain (environ 40.000 morts en France, 458.000 en Europe chaque année) et que les affections de longue durée (maladies respiratoires, cardio-vasculaires, allergies, asthme) représentent un coût exorbitant pour l’assurance maladie.


La détérioration de l’environnement de vie est également à l’origine des problèmes de santé mentale des Français (stress, anxiété, dépression…). Nous vivons plus vieux mais plus vieux en mauvaise santé.


Ainsi, il faudrait enfin revoir en profondeur notre modèle médical en passant du tout curatif, du tout pharmacologique (modèle qui profite aux laboratoires pharmaceutiques) à un modèle préventif en agissant pleinement sur les causes.


Pour cela, il faudrait notamment nous interroger sur la pertinence de nos modes de déplacement individuels en milieu urbain:


-ai-je besoin d’autant de puissance, de couple moteur, d’espace intérieur, de volume de chargement, de volume extérieur, de confort, d’un poids d’une tonne à une tonne et demi et d’un moteur diesel conçu à l’origine pour transporter des charges lourdes sur des longs trajets, pour effectuer seul un petit trajet?


-est-ce que je dégrade mon environnement et la santé d’autrui en me déplaçant?


-combien cela me coûte? sachant que le budget d’une automobile peut être très lourd pour un ménage.


Ces questions pourtant basiques ne sont pas dans notre schéma intellectuel. Nous avons été habitués comme cela, dans cette facilité, dans cet urbanisme où tout est conçu pour et autour de l’automobile, dans ce confort où l’automobile a cette faculté de nous couper de l’extérieur, d’étendre notre domicile, de nous donner un sentiment de sécurité, de supériorité, de toute puissance.

La publicité de l’industrie automobile, très présente et agressive, a sans doute aussi contribué à nous imposer ce modèle et à façonner nos imaginaires par une association de valeurs et de codes.
 L’industrie du cycle, particulièrement effacée du paysage médiatique, ne nous a jamais transmis de message du mieux être et du mieux se déplacer et n’a pas su nous imposer son modèle comme l’ont brillamment fait les industries automobile et pétrolière.


Maintenant que l’on assiste à l’échec du « tout automobile » et du « tout diesel », à nous consommateur, usager et contribuable de faire le bon choix.

Jazz

A propos de Jazz

Contributeur de Carfree France

8 commentaires sur “Pollution automobile: prévenir plutôt que guérir…

  1. Vincent

    > Ces questions pourtant basiques ne sont pas dans notre schéma intellectuel.

    Le moyen le plus efficace pour changer les comportements, c’est pas de faire de la morale ou de faire réfléchir : c’est de taper au portefeuille.

    Actuellement, la voiture est tout simplement trop bon marché pour que la plupart des automobilistes s’en passent, même quand ils pourraient objectivement s’en passer, ou réduire leur usage.

    En plus, maintenant que les gens sont allés se mettre dans le périurbain au foncier pas cher, où les distances sont trop importantes pour se déplacer autrement qu’en voiture et la densité de population trop faible pour avoir des transports en commun à la mesure des besoins… ça va être rock ‘n roll de faire revenir tout ce petit monde dans les centre-villes.

    Bonne nouvelle : le problème se règlera de lui-même à mesure que le pétrole sera moins accessible, en volume et en prix. Il serait bien que les élus anticipent, mais c’est trop demander. Il suffit de voir leurs réactions après cette conf’ de Jancovici à l’Assemblée:

    https://www.youtube.com/watch?v=xxbjx6K4xNw#t=50m20s

  2. Emmanuel

    Prendre un sujet au sérieux n’implique pas pour autant de raconter des énormités.

    La mortalité en France est d’environ 40 000 à 50 000 personnes par mois selon les saisons. Si l’on vous suit, les particules seraient responsables d’environ un mois de mortalité. Qui peut croire cela ?? Tout le monde constate que les gens meurent de vieillesse, de cancer, d’accident.  Surtout de vieillesse, d’ailleurs, par bonheur. Comment pouvez-vous alors affirmer pareil chiffre avec autant d’aplomb ? Une simple connaissance des ordres de grandeur devrait vous inviter à davantage de retenue.

  3. Françoise

    Conférences de Jean-Marc Jancovici :

    Merci de nous avoir permis d’accéder aux différentes conférences de J.M.Jancovici. Il remet les pendules à l’heure concernant les avantages du nucléaire. Puisse-t-il être entendu ! Surtout par les écologistes qui, à l’heure actuelle, font beaucoup de mal à la cause du réchauffement climatique en répandant des idées fausses à ce sujet, comme j’ai pu le constater par moi-même à l’occasion de la dernière grande manifestation pour le climat qui à eu lieu à Paris fin 2014. En fait, Fukushima a été malheureusement bien plus catastrophique pour les idées fausses qu’il a contribué à répandre que pour les dégâts qu’il a pu provoquer.

  4. jazz

    « Prendre un sujet au sérieux n’implique pas pour autant de raconter des énormités.
    La mortalité en France est d’environ 40 000 à 50 000 personnes par mois selon les saisons. Si l’on vous suit, les particules seraient responsables d’environ un mois de mortalité. Qui peut croire cela ?? Tout le monde constate que les gens meurent de vieillesse, de cancer, d’accident.  Surtout de vieillesse, d’ailleurs, par bonheur. Comment pouvez-vous alors affirmer pareil chiffre avec autant d’aplomb ? Une simple connaissance des ordres de grandeur devrait vous inviter à davantage de retenue. »
    Merci pour votre commentaire Emmanuel. Je comprends votre étonnement, moi aussi j’ai été très surpris et effaré par ces chiffres mais je ne les ai pas inventés ; je n’ai repris que les données publiées. Peut-être aurais-je dû citer les sources : pour le chiffre de 458000 décès en Europe, cela provient de l’AEE (Agence européenne pour l’environnement) et des 40000 décès en France du ministère de l’environnement lui-même (lien de Carfree ci-dessous). Je regrette que ces chiffres aient occulté l’ensemble de l’article.

    http://carfree.fr/index.php/2011/02/10/40-000-morts-par-pollution-de-lair-le-diesel-responsable-mais-pas-coupable/

  5. Pédibuspedibus

    La mortalité et la morbidité induites par la seule pollution de l’air ne donnent que la partie émergée de l’iceberg pour ce qui concerne les externalités négatives socio environnementales de l’automobile : mais elles sont déjà énormes, convenons-en…

    Sans renvoyer aux proportions de notre glaçon, l’automobile tue encore, quatre ou cinq fois cette hécatombe, peut-être l’équivalent du tiers d’une classe d’âge, tellement se rétrécit la pyramide des âges vers soixante-quinze/quatre-vingt-cinq ans  : ce sont tous les seniors qui renoncent à marcher, en ville principalement, tellement leur environnement est semé d’obstacles sur l’itinéraire de la promenade quotidienne. Et là le stationnement automobile illicite sur trottoir et l’absence de répression policière sont criminels.

    Ces petits vieux se recroquevillent au domicile, se claquemurent, perdent tout ou partie du lien social que donne la pratique pédestre dans l’espace public. Et comme on parlait à l’époque de la canicule 2003, avec la pollution à l’ozone engendrée, on assiste à leur « disparition prématurée »… Quelle formule…

    Qu’on se le dise sur ce site : profondément délétère cette bagnole, décidément.

    Pour ceux qui veulent en savoir plus voir Lucie Richard:
    Living
    in a Well-Serviced Urban Area Is Associated With Maintenance of Frequent
    Walking Among Seniors in the VoisiNuAge Study[…] 2012
    The
    Role of Social Participation and Walking in Depression among Older Adults:
    Results from the VoisiNuAge Study 2013
    Longitudinal
    associations between walking frequency and depressive symptoms in older adults:
    results from the VoisiNuAge stud[…] 2013

  6. Emmanuel

    @jazz : que la voiture engendre de la pollution et que cette pollution soit nocive, nous en conviendrons aisément. En revanche il faut faire attention au sens des courbes, et respecter certaines vérités.

    Le fait est que la situation atmosphérique s’est considérablement améliorée depuis longtemps, et continue de s’améliorer. Je déplore que l’amélioration ne soit pas davantage substantielle mais il faut veiller à éviter les contresens. Un article ici qui récapitule certains éléments, dans une démarche intellectuelle purement tournée vers l’analyse factuelle :

    http://verel.typepad.fr/verel/2014/03/tromperie-sur-la-pollution-de-lair.html

    En résumé, que 40 000 morts par ans soient concernés par la pollution et les particules fines n’indique RIEN , à part peut-être un beau chiffre énorme à agiter sous le nez de ses contradicteurs. Moi aussi je suis concerné, je vis en ville. Mais il faut employer ce chiffre avec l’honneteté de reconnaître si ces morts ne sont pas Causés par la pollution , ils sont juste concernés, de près ou de loin. Surtout de loin, probablement. Sinon nous connaîtrions tous de nombreuses personnes mortes de maladies pulmonaires, ou très affectées, ou qui nécessitent de lourds soins. Or ce n’est pas le cas, donc prudence, que diable.

  7. Emmanuel

    J’ai remonté vos lien jusquà la source de l’étude et le résultat est édifiant. Au sujets des décès prématurés :  » Cette estimation correspondait à des décès survenant à court terme chez des personnes souffrant d’une pathologie à risque (cardiovasculaire et/ou respiratoire). L’espérance de vie de ces personnes est réduite de quelques semaines en moyenne » . Donc les particules fines réduisent l’espérance de vie des insuffisants cardiaques et respiratoires de quelques semaines. Excusez-moi mais le ton de l’article faisait davantage penser à l’amiante, ou de vraies substances mortelles. 

    Ceux qui s’inquiètent de la santé de leur prochain devraient avant tout s’intéresser à ce qui brûle en intérieur, comme l’encens et le papier d’Arménie. Là on parle de vrais cancérigènes et d’espérance de vie réduite d’années !!

  8. jean-marc

    A- « Sinon nous connaîtrions tous de nombreuses personnes mortes de maladies pulmonaires, ou très affectées, ou qui nécessitent de lourds soins. »

    B- « Or ce n’est pas le cas, donc prudence, que diable. »

    A- Quel est le rapport entre toutes les morts avancées par la pollution de l air du aux transports, et les « personnes mortes de maladies pulmonaires » ???

    Cela revient à dire qu’on peut mourir avec un fusil en attrapant le tétanos…

    la majorité des problèmes des tranports, viennent de cancers (les particules fines, les COV, induisent des cancers et d autres dysfonctionnements, dont des dérèglements hormonaux), mais aussii l’obésité, les cancers de type 2, l hypertension, sont liés aux transports (mais aussi à l agro-industrie, aux plats tous préparés aux pesticides).

    le cancer, les AVC et ACV, sont les 3 premières cases de morts en pays occidentaux, et ont liés aux transports…

    et je dois dire, que des personnes emportées par des cancers, des arrêts cardiaques ou une embolie… à part les morts violentes faites par la route, représentent la quasi totalité des gens morts ‘naturellement‘ dans mon entourage…

     

    Un point essentiel à rajouter : obésité, allergies, intolérances, asthme, hypertension, diabète de type 2, tous liés en partie au transport automobile-par camion,  gâchent la vie quotidienne de millions de français.

    Si votre enfant (tous vos enfants…) a de l asthme, des allergies et des intolérances, il a beau être vivant (tant qu’un automobiliste ne l écrase pas: car il a eu l idée saugrenue de marcher en ville, lieu de vie, de rencontres et d’échanges, transformé en lieu de passage autoroutier), cela pourri sa vie et la votre…

     

    B- oui, svp, prudence, que diable :

    Ne dites plus n’importe quoi sans vous renseigner un peu sur le domaine

    (la mortalité indirecte par les transports routiers et la voiture)

Les commentaires sont clos.