Le stationnement dans les écoquartiers

Le stationnement automobile privé constitue un produit coûteux et non rentable. C’est notamment le cas des dispositifs de stationnement enterrés, dont le coût peut représenter de 10 à 15% du coût de construction d’un bâtiment, selon le bureau d’études ARCH’URBA. En outre, dans la quasi totalité des cas, ces places doivent être vendues en-dessous de leur prix de revient aux ménages qui en font l’acquisition.

On ne peut donc que recommander de dimensionner au plus juste les places de stationnement automobile à créer et de concevoir des projets envisageant d’autres solutions qu’un parking souterrain. D’autant que les économies réalisées en matière de stationnement automobile peuvent permettre:

• de financer des prestations environnementales plus qualitatives, notamment énergétiques;
• de proposer aux habitants des prix de vente ou de location moins élevés;
• d’augmenter la taille des logements;
• d’offrir davantage d’espaces verts de qualité.

Dans le cadre du concours national « EcoQuartier » la norme de stationnement la plus souvent retenue dans les projets d’écoquartiers se situe aux alentours de 1 place de stationnement par logement. Ces pratiques diffèrent par rapport à beaucoup d’écoquartiers étrangers, qui sont beaucoup plus proches du « zéro voiture ». Néanmoins, certaines candidatures ont diminué de manière ambitieuse le nombre de places de stationnement privé proposées aux résidents, en prévoyant par exemple la réalisation de:

• 0,7 places par logement pour les Docks de Saint Ouen;
• 0,5 places par logement pour le projet Danube à Strasbourg (voir ci-dessous).

Le stationnement en lien avec les activités s’avère souvent un peu plus restrictif, à condition toutefois que le quartier bénéficie d’une desserte efficace en transports collectifs, comme dans le quartier Danube à Strasbourg où les normes de stationnement prévues pour les immeubles de bureaux pourraient offrir au maximum 1 place de stationnement pour 5 employés voire même quatre fois moins.

danube

L’EcoQuartier Danube de Strasbourg: un exemple français de fortes restrictions sur le stationnement automobile

Le nombre de places de stationnement automobile prévu pour les habitants de ce quartier péricentral desservi par deux lignes de tramway est de 1 place pour 2 ménages ce qui constitue l’offre résidentielle la plus faible des candidatures « EcoQuartier. » Les immeubles de bureaux ne disposeront quant à eux que de 0,25 à 1 place de stationnement pour 100 m² de SHON et les commerces ne pourront posséder plus de 0,5 place pour 100m² de SHON.

L’offre totale de stationnement automobile dans le quartier est ainsi limitée à 400 places de stationnement, à répartir entre 650 logements, 11 500m² de SHON de bureaux, de commerces et de restaurants. A ces 400 places viendront seulement s’ajouter une centaine de places pour les visiteurs, dont aucune sur voirie.

Ces 400 places seront intégrées dans trois parcs de stationnement localisés à proximité immédiate des entrées du quartier et non à proximité immédiate des logements ou des bureaux, et ce afin d’initier une évolution des comportements vers un usage des modes de transport alternatifs à la voiture.

Source: Le stationnement dans les écoquartiers – Quelques pratiques intéressantes tirées du concours national 2009, CETE de Lyon.

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

5 commentaires sur “Le stationnement dans les écoquartiers

  1. Bernard G.

    Surface intérieure des pièces, en excluant celle occupée par l’épaisseur des cloisons et des murs. Pour faire court c’est la surface réellement utile.

  2. Alain Thébault

    Cher Bernard, pour faire court, tu as pris un raccourci !
    SHON : Surface Hors Oeuvre Nette
    C’est la surface cumulée de tous les planchers, y compris l’épaisseur des murs, de laquelle sont déduites notamment les surfaces correspondant à des hauteurs habitables <1,8 m, etc. Ainsi, de la SHOB (B pour Brute) que n’importe qui peut calculer depuis un plan, on obtient une SHON « plus ou moins » sincère pour l’assiette fiscale de tous les impôts locaux.
    La réforme du Permis de Construire de 2012 a supprimé les SHOB et SHON. C’est désormais la surface de plancher que les promoteurs doivent communiquer. Et là, oui, ça se rapproche bien plus d’une surface utile.
    http://www.developpement-durable.gouv.fr/Reforme-de-la-surface-de-plancher,25290.html
    En conclusion, quand on parle de 100m2 de SHON, il faut apprécier environ 90m2 de bureaux, ou 75m2 de logements, si les façades sont minces ou épaisses.

  3. Pédibuspedibus

    « L’écoquartier » « Terre Sud » à Bégles, près de Bordeaux, commune ayant pour maire Noël Mamère, avec la plaquette de présentation :

    http://www.ecoquartier-terresud.com/images/upload/presse/pdf/plaquette_terre_sud.pdf

    La plaquette date du début des années 2010, le quartier est sorti de terre depuis, et de bonnes pratiques de mobilité se sont installées depuis (captures de gougoule Street View dessous).

    Avec sa page 9 qui nous dévoile son mastodonte à garer les gnognoles : 

    Pour réduire l’emprise au sol consacrée au parcage des véhicules et créer un quartier économe en stationnement, un parking résidentiel étagé va être édifié dès la 1ère phase de l’opération. Ce bâtiment s’inscrit directement dans la démarche privilégiant un nouveau mode de déplacement avec une circulation douce au sein du quartier et une absence de stationnement permanent dans les rues. Véritable garage collectif, le parking résidentiel proposera environ 570 places. Idéalement situé à proximité des résidences (150 m en moyenne) , chaque habitant pourra y accéder aisément. À terme, le parking couvrira 80% des besoins de stationnement des 600 logements de la phase 1. Nous avons conçu un parking aérien qui assure à la fois une économie d’espace en libérant le quartier Terre Sud des voitures et une économie d’énergie.

    Petite promotion du chef d’oeuvre par l’architecte himself:

    Nous avons conçu un parking aérien qui assure à la fois une économie d’espace en libérant le quartier Terre Sud des voitures et une économie d’énergie. A titre d’exemple, les plateaux du parking résidentiel étagé sont éclairés naturellement. La peau, en maille inox apporte légèreté, luminosité et élégance au bâtiment. La structure est imaginée pour s’adapter si besoin à d’autres usages comme des espaces bureaux.

    Et maintenant changement de décor ou plutôt envers du décor avec quelques photos du site en  juin 2013 et en août 2015, avec tous les trottoirs encombrés de bagnoles: 

    https://www.google.fr/maps/@44.7864855,-0.5618921,3a,75y,113.81h,94.12t/data=!3m6!1e1!3m4!1slDlg0e4Pwn3q-iZaaVaDaA!2e0!7i13312!8i6656

    https://www.google.fr/maps/@44.7856912,-0.561777,3a,75y,180h,94.12t/data=!3m6!1e1!3m4!1sv5wtdpP4Bt12pI1xwx7oKg!2e0!7i13312!8i6656

    https://www.google.fr/maps/@44.7864309,-0.562091,3a,75y,180h,94.12t/data=!3m6!1e1!3m4!1sXNCikXl5bBt38TBSJgpT7w!2e0!7i13312!8i6656

    et le parking en ouvrage… déserté :

    https://www.google.fr/maps/@44.786169,-0.5636363,3a,75y,90h,94.12t/data=!3m6!1e1!3m4!1sqH8t2v34o4-8s5guPwPh0g!2e0!7i13312!8i6656

    https://www.google.fr/maps/@44.7865907,-0.561835,3a,75y,270h,94.12t/data=!3m6!1e1!3m4!1sJBBu1L_1-wHlc1lkve9e6g!2e0!7i13312!8i6656

    Inutile de vous dire que le terminus de la ligne de tram a proximité de l’écoquartier est souvent pris d’assaut par les habitants…:

    https://www.google.fr/maps/@44.7869085,-0.5664852,3a,75y,180h,90t/data=!3m6!1e1!3m4!1sS2ZtaTJ5gus3ZAjN69Bzag!2e0!7i13312!8i6656

    Voilà donc où en est chez l’écolo médiatique, Mamère, dans l’agglo d’un présidentiable et ancien, mais fugace, ministre de l’environnement, Juppé…

    Retour sur la commune de notre ancien journaliste, ex élu EELV, avec les abords du tram, ici prolongé il y a deux ans, sensé permettre le report modal au détriment de l’automobile ; regardez bien les trottoirs, souvent à droite et à gauche de la ligne de tram, situation inchangée aujourd’hui, jamais contrôlée, jamais réprimée:

    gougoule street view, août 2015

    https://www.google.fr/maps/@44.8066703,-0.5512243,3a,75y,180h,90t/data=!3m6!1e1!3m4!1sDbvhvulkzN2HDrrDn6JXew!2e0!7i13312!8i6656

    https://www.google.fr/maps/@44.8062937,-0.5511683,3a,75y,307.71h,79.73t/data=!3m6!1e1!3m4!1s6nLILrld3Wqde02XYsYCHg!2e0!7i13312!8i6656

    https://www.google.fr/maps/@44.8062937,-0.5511683,3a,75y,90h,79.73t/data=!3m6!1e1!3m4!1s6nLILrld3Wqde02XYsYCHg!2e0!7i13312!8i6656

    https://www.google.fr/maps/@44.806036,-0.5512019,3a,75y,180h,79.73t/data=!3m6!1e1!3m4!1surL01pQr_U_moUgkt_R0EQ!2e0!7i13312!8i6656

     

    Un beau bordel, non…?

    Non mais j’y crois pas… écoquartier et écologie politique de mon culte, ouais…

    Pas cap. de me montrer mieux ailleurs…! Même pas à Marseille…!

    Un joli merdier tout ça quand même, et beaucoup de béton et de ferraille coulés pour pas grand-chose.

     

  4. Bernard G.

    @Alain Thébault : Au temps pour moi, j’ai tiré trop vite, à partir de souvenirs vagues et confus.

    @Pedibus : Vue typique des quartiers où les piétons ne sont pas assez nombreux pour qu’un imbécile motorisé saisisse que cet espace un peu surélevé n’est pas pour garer sa caisse.

    < https://www.google.fr/maps/@44.7864855,-0.5618921,3a,75y,113.81h,94.12t/data=!3m6!1e1!3m4!1slDlg0e4Pwn3q-iZaaVaDaA!2e0!7i13312!8i6656 > : C’est à se demander d’ailleurs pourquoi ils ont construit ce bête bout de rue ne desservant que le demi tour au fond ? Par contre, ce qui est bien c’est la noue au milieu, le fossé : hyper pratique pour  les canettes, les sacs plastiques ou les vieilles palettes…

Les commentaires sont clos.