L’île des pêcheurs

Quatorzième épisode d’une série consacrée aux îles sans voitures. Vous souhaitez passer des vacances réellement sans voitures? Vous voulez voir comment la vie sans voitures est possible? Visitez les îles sans voitures! Aujourd’hui: L’Isola dei Pescatori (« île des pêcheurs ») située sur le lac Majeur en Italie.

L’île des pêcheurs, aussi connue sous le nom de Isola Superiore (en dialecte local Isola di Pescador), est la seule de l’archipel borroméen du lac Majeur (municipalité de Stresa) à être habitée en permanence.

Population: 50 hab. (2012)
Densité : 1 428,57 hab./km2
Longueur: 350 mètres
Largeur: 100 mètres

D’une largeur de 100 mètres et d’une longueur de 350 mètres, elle abrite un petit village avec des maisons à plusieurs étages caractéristiques (avec de longs balcons pour le séchage du poisson), une petite place, des ruelles étroites caractéristiques, la promenade au bord du lac et la rue principale pour permettre aux 57 habitants qui vivent de la pêche et du tourisme de se déplacer strictement à pied.

Habitée depuis au moins 900 ans, l’île possède une paroisse dédiée à Saint-Victor et un belvédère arboré.


Photo: Torsade de Pointes

En été, elle accueille un grand nombre de visiteurs qui se promènent dans les ruelles et achètent de l’artisanat local sur le petit et caractéristique marché. En août a lieu la célèbre procession de la statue de la Vierge Marie sur un bateau autour des îles, entouré par de nombreux bateaux de touristes et les habitants de la région.

Le village comporte une placette, d’étroites ruelles caractéristiques, un quai, et une rue principale, à la circulation strictement piétonnière. Alexandre Dumas visita l’île, et écrivit à son sujet dans ses Impressions de voyage, publiées en 1833 : « Une charmante plaisanterie, qui ressemble en petit à un village, et qui a des maisons, des rues, une église, un prêtre et des enfants de chœur… ». Le nord-est de l’île fait face à l’Isola Madre ; un banc faisant face à l’île est installé sur la cada (« queue ») de l’île, et est un point connu des touristes.


Photo: Archangel12

L’église était à l’origine une chapelle, datant du XIe siècle, dont le petit arc est conservé. Elle dépendait probablement de l’abbaye de San Donato di Sesto Calende et était dédiée à San Gandolfo. Elle a été agrandie en style gothique à la Renaissance lorsque l’abside originale est devenue une simple chapelle. En 1627, elle devint une église paroissiale et fut dédiée à Saint Victor.

A l’intérieur se trouvent des fresques du XVIe siècle et le maître-autel du XVIIe siècle avec les bustes des quatre évêques (Saint Ambroise de Milan, Saint Gaudentius de Novara, Saint François de Sales et Saint Charles Borromeo) – typique du culte ambrosien.


Photo: MarkusMark

Fêtes et traditions

Les habitants de l’île tiennent encore quelques fêtes locales traditionnelles. La plus célèbre est celle de Ferragosto qui pendant la soirée est caractérisée par la procession de bateaux de pêche illuminés qui portent la statue de l’Assomption autour de l’île. Au Carnaval, une longue table est dressée sur le rivage où les insulaires se rassemblent pour manger une bonne polenta et boire un bon verre de vin.

Le soir de la veille de l’Epiphanie, tous les enfants sont occupés à réveiller l’Epiphanie avec la « carga vegia ». Ils courent partout dans l’île, traînant derrière eux, attachés à une corde, des bidons, des casseroles, des couvercles et tout ce qui fait du bruit. Pendant la semaine d’août, il y a aussi le tournoi de quilles traditionnel.


Photo: Michael Fiegle

Le meilleur moment pour visiter l’île est le printemps et l’été, en fait, les restaurants et les hôtels ferment pour l’hiver. Un phénomène qui se produit périodiquement (habituellement en automne et au printemps) est celui des hautes eaux. Après de fortes pluies, le niveau du lac monte et l’eau envahit la promenade sur la rive jusqu’à ce qu’elle touche les maisons.

Mais les vieilles maisons font preuve de sagesse architecturale dans leur construction. Leurs seuils sont toujours situés dans les rues intérieures à des niveaux plus élevés que le rivage, de sorte que l’eau n’entre pas dans les maisons.

L’île des pêcheurs est assez petite, elle n’a que deux routes, l’une qui fait le tour de l’île et l’autre à l’intérieur qui mène à l’église de San Vittore.

Moyens d’accès

Pour aller sur l’Isola dei Pescatori, comptez environ 15 minutes de ferry depuis la ville de Stresa, pour un tarif moyen de quelques euros. La ville de Stresa possède quant à elle une gare ferroviaire située sur la ligne internationale Milan-Domodossola.

Source: Wikipédia
Photo du haut: Michele Ursino


Îles sans voitures
22 îles, 26 cartes, 168 photographies

Consulter ou commander le livre

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

2 commentaires sur “L’île des pêcheurs

  1. Bernard

    Bonjour

    Un jour vous pourrez faire un article « repoussoir » sur les îles qui, quoique de petite taille, sont envahies de voitures, comme Saint Pierre (et Miquelon)

    extrait de wikipedia : Les dimensions réduites de l’archipel et le fait que 90 % des 6 500 habitants vivent sur la plus petite île, Saint-Pierre (26 km2), font que le réseau routier est peu développé. Cependant le parc automobile est d’une importance considérable : 6700 véhicules (voitures, motos, fourgonnettes, camions) étaient immatriculés en 2013, soit plus d’un véhicule par habitant. Ford est la principale marque automobile présente avec 1500 véhicules, suivie de Renault (850 véhicules), Peugeot et Suzuki. Les marques américaines sont majoritaires.

    Saint-Pierre dispose de 10,5 km de routes nationales  et 40 km de routes de la collectivité territoriale.

    Assez effarant, non ?

     

     

  2. vince

    L’ïle aux Pêcheurs

    C’est un confetti, ce serait malheureux de trouver des voitures là-dessus. Où ne faut-il pas aller pour être au calme.

    Curieusement cela attire les touristes. Faudrait savoir les gars.

     

Les commentaires sont clos.