Ville contre automobiles

L’automobile a transformé radicalement nos villes, au point de s’imposer comme l’étalon de mesure de la planification urbaine. Architectes et urbanistes ont embrassé cette vision de la ville qui mène à des espaces pollués, peu sécuritaires, et dont les infrastructures pèsent lourd sur le trésor public. Devant l’urgence climatique, Olivier Ducharme veut renverser ce modèle pour redonner au piéton la place qui lui revient. Il mène dans ce livre une charge pour sortir de nos villes ces « requins d’acier », qu’ils soient électriques ou à essence, et remettre la vie de quartier et le transport collectif au centre de l’aménagement urbain. Pour se libérer des embouteillages et amorcer la transition écologique, nous devons avoir le courage politique de bannir l’auto solo de nos villes. L’automobile est un piège, il est temps de s’en libérer.

Extrait

Lorsque l’on marche dans une ville aujourd’hui, partout où l’on regarde, il y a une automobile. Si par chance il n’y en a pas, on retrouve tout de même ses traces: des rues asphaltées, des signalisations routières et des trottoirs pour rappeler aux piétons leur place dans le paysage urbain. La ville appartient à l’automobile. Elle en a pris possession en rasant des quartiers et en élargissant des rues. Elle est à la source d’une importante dégradation de la qualité de vie urbaine : nous devons toutes et tous nous accommoder de l’odeur, du bruit et de la dangerosité de ces «requins montés sur roues ».

L’arrivée des automobiles dans les villes a été un événement marquant du siècle dernier. De toutes les inventions que le vingtième siècle nous a léguées, l’automobile s’avère la plus dommageable pour la vie humaine. On pourrait facilement rétorquer: que fait-on de la bombe atomique? Certes, celle-ci a le pouvoir de supprimer toute vie humaine sur Terre, et le triste destin d’Hiroshima et de Nagasaki est là pour nous en convaincre. La bombe atomique reste cependant une menace «circonstancielle», alors que l’automobile s’est incrustée dans le quotidien le plus quotidien et a réussi à transformer le mode de vie de l’ensemble de la population.


Ville contre automobiles
Redonner l’espace urbain aux piétons
OLIVIER DUCHARME | ÉCOSOCIÉTÉ COLLECTION POLÉMOS | MARS 2021

Un commentaire sur “Ville contre automobiles

  1. vince

    On est bien d’accord s’il n’y avait un attachement viscéral de bon nombre à l’automobile tel qu’on le voit même à Paris, pourtant ville avec une majorité de piétons, où on en pouvait plus d’entendre les ville contre deux pauvres voies sur berge et aujourd’hui contre les pistes cyclables qui soi-disant saccagent Paris.

    On constate pourtant un progrès de la place du vélo et du piéton partout ou presque, c’est pas top mais ça progresse, chez les maires écolos même chez des maires de droite je peux citer Arnaud robinet à Reims etc.

    Il y a un mouvement malgré les hurlements.

     

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.