Truman City

Friedrich Engels écrivait en 1845 qu’une ville comme Londres est une chose étrange. La centralisation colossale, « cet entassement de deux millions et demi d’êtres humains en un seul point », a centuplé leur puissance. Avec le regard neuf d’un visiteur, Engels décrit toutes les merveilles produites par la concentration urbaine du travail et de l’activité, de l’industrie et des marchés. Les villes sont, sans aucun doute, des moteurs de création inégalés, et la Londres victorienne était la plus magnifique d’entre elles. Cependant, comme le note Engels, « les sacrifices que tout cela a coûté ne deviennent apparents que plus tard ».

« Ces Londoniens, écrit-il, ont été contraints de sacrifier les meilleures qualités de leur nature humaine, pour réaliser toutes les merveilles de la civilisation qui envahissent leur ville. Une centaine de pouvoirs qui sommeillaient en eux sont restés inactifs, ont été supprimés afin que quelques-uns puissent se développer plus pleinement et se multiplier en s’unissant à ceux des autres ».

En s’enfonçant dans les rues de la grande ville, Engels s’approche de ce que peu de bourgeois se soucient de voir: un archipel sans fin d’habitations sombres, humides, mal ventilées, dans des cours et des ruelles étroites « où la saleté et la ruine dépassent tout ce que l’on peut imaginer. » Dans cette terre stérile de briques et de ravins entre des murs abrupts, les gens meurent de faim, littéralement à côté de toutes les richesses du monde. Une fois laissé à la merci du marché, « le prolétaire est sans défense; livré à lui-même, il ne peut vivre un seul jour. La bourgeoisie a acquis le monopole de tous les moyens d’existence au sens le plus large du terme. »

Pour Engels, il est rapidement devenu évident que la ville elle-même, à l’ère industrielle, sert d’outil pour concentrer davantage le capital et la propriété. Tout comme le système féodal reposait sur une relation spatiale spécifique entre le féodal et l’ouvrier agricole, l’ère industrielle repose sur une centralisation des personnes qui plonge les travailleurs dans une guerre de chacun contre tous.

Engels et ses contemporains étaient assis au milieu du gué entre deux âges et beaucoup d’entre eux avaient la même idée. Ils voyaient de leurs propres yeux comment la classe ouvrière était soumise, comment des hommes et des femmes libres, une fois transformés en prolétariat industriel, étaient figés dans une dépendance organique et constante qui les privait de toutes leurs libertés potentielles.

Et comment la ville, selon les mots de Fernand Braudel, « a généralisé le marché à un haut niveau, » rendant chaque citadin dépendant du marché pour sa nourriture et son revenu.

C’est ainsi que les urbanistes progressistes, confrontés aux horribles villes de leur époque, ont cherché des formes alternatives. Il leur semblait évident qu’un retour à l’autosuffisance, au moins partielle, était une nécessité absolue. Cette conviction se reflète à la fois dans le roman utopique News from Nowhere de William Morris et dans Garden City d’Ebenezer Howards, ainsi que dans la vision américaine plus tardive de Broadacre city de Frank Lloyd Wrights, parmi beaucoup d’autres. Peter Hall écrit: « La vision de ces [urbanistes et architectes] anarchistes n’était pas simplement celle d’une forme bâtie alternative, mais celle d’une société alternative, ni capitaliste ni bureaucratique-sociale: une société basée sur la coopération volontaire entre les hommes et les femmes, travaillant et vivant dans de petites communautés autonomes » (Cities of Tomorrow). Ce rêve de restaurer une forme de vie villageoise perdue est devenu l’un des principaux moteurs de la plupart des planifications progressistes au cours du siècle dernier. Il s’agissait d’une idée très convaincante et donc souvent incluse dans la rhétorique, quelle que soit l’ampleur des projets.

La forme qu’elle recherchait pour la ville était un paysage urbain ouvert, décentralisé et multipolaire, avec tous les plaisirs et les avantages de la vie urbaine accessibles à tous sans qu’il soit nécessaire de sacrifier d’autres valeurs, telles que la vie communautaire à petite échelle et l’accès facile à la nature, et sans la concentration de capital et de pouvoir dont ils étaient témoins dans leurs propres villes.

Ironiquement, cette ligne progressiste de planification a fini par fusionner avec le mode de pensée plus technocratique représenté par Le Corbusier et/ou avec le paradigme dominant de la culture automobile.

Dans sa vision libertaire de Broadacre City, Frank Lloyd Wright avait envisagé un terrain de 1 à 4 acres par ménage (4.000 à 16.000 m²), comme une manifestation physique de leur indépendance et de leur autonomie.

La banlieue est devenue une pure autotopie; une société peut-être plus enfermée dans la dépendance à la distance que tout ce qui avait été vu auparavant.

Mais une fois devenue réalité, la banlieue est devenue une pure autotopie; une société peut-être plus enfermée dans la dépendance à la distance que tout ce qui avait été vu auparavant. Aucune autre population sur cette planète ne vote plus avec les yeux rivés sur le prix du carburant que les banlieusards américains. Le rêve d’un développement urbain plus décent et décentralisé a donc échoué. Au lieu de cela, au cours du dernier quart de siècle, un autre discours s’est frayé un chemin jusqu’au sommet de l’agenda: la ville compacte.

Le pendule oscille. Aujourd’hui, les urbanistes et les décideurs, de droite comme de gauche, s’accordent à dire que nous devons construire des villes plus denses et plus compactes afin de parvenir à la durabilité. Les villes du 18e siècle, que les progressistes de l’époque critiquaient tant, sont à nouveau considérées comme une forme idéale.

Cette fois, cependant, l’accent est mis sur la ville bourgeoise flâneuse que Friedrich Engels a vu en son temps, en révélant la saleté et l’oppression sur lesquelles elle reposait.

Vous, qui lisez cet article, êtes probablement, comme moi, critique à l’égard d’une société dépendante de l’automobile. Et vous êtes probablement, tout comme moi, tentés d’accepter, peut-être même d’embrasser, l’idée d’une ville plus compacte comme une nécessité impérative pour un environnement plus juste.

Pourtant, je pense qu’il est nécessaire de s’arrêter et de réfléchir un moment. Car à quel genre de vie adhérons-nous lorsque nous acceptons l’idée de la densification? Quels sont les intérêts qui bénéficient d’un tel programme? Et quelles formes possibles jetons-nous à la porte dans ce processus? Quatre réflexions:

Premièrement, nous devons comprendre que les discours sont des mécanismes puissants. Une fois que le discours de la densification a été établi comme un objectif supérieur et intégré dans les plans directeurs, il sert d’excuse parfaite aux promoteurs qui veulent construire aux mauvais endroits.

Le plan directeur actuel de Stockholm en est un exemple. Son objectif déclaré est de construire une ville plus compacte, résumé dans le credo « construire la ville vers l’intérieur »: « Construire la ville vers l’intérieur est la stratégie et la meilleure réponse à un Stockholm qui doit se développer de manière durable, ce qui signifie, entre autres, une réduction de la consommation d’énergie, un raccourcissement des itinéraires de transport et une augmentation des transports publics. (Plan directeur de Stockholm, 2000 ; 2007, cité par Karin Bradley).

Cela peut sembler écologique, mais dans la pratique, cela produit et légitime projet après projet les éléments suivants:
– Gentrification par le réaménagement de « zones sous-développées, » entraînant une ségrégation sociale accrue, une augmentation de la valeur des terrains (ce qui signifie des prix plus élevés) et l’expulsion des activités moins rentables (telles que les jardins familiaux).
– Densification dans les quartiers populaires déjà trop denses, entraînant une détérioration de l’environnement local.
– Exploitation des ceintures vertes (une qualité particulière à Stockholm), qui entraîne également une détérioration de l’environnement local ainsi qu’un allongement de la distance à parcourir pour se rendre dans la nature.
– Externalisation de la production à partir de zones de friches industrielles, ce qui signifie en réalité une ville moins intégrée sur le plan fonctionnel et des chaînes de transport plus longues.

Aucune de ces solutions ne semble particulièrement attrayante d’un point de vue écologique progressiste. En tant qu’urbaniste, j’ai vu comment cela fonctionne dans de nombreux plans municipaux. La stratégie de densification permet de dégager des projets d’exploitation qui, en réalité, détériorent l’environnement des habitants de la ville, et en particulier de la classe ouvrière.

Dans la pratique, la conséquence la plus évidente du discours sur la densification jusqu’à présent est que les villes deviennent plus exclusives socialement et plus homogènes sur le plan fonctionnel.

Lire aussi :  Government Motors: Quel avenir pour les salarié(e)s et la planète ?

Deuxièmement, tout comme la ville bourgeoise flâneuse à l’époque de Friedrich Engels n’était en réalité qu’une coulisse flottant sur une mer de pauvreté, nos villes denses flottent également sur une mer d’extraction de ressources naturelles et de production qui se déroule quelque part au loin. En poursuivant la construction de la ville vers l’intérieur, nous exportons continuellement une production non désirée mais néanmoins nécessaire au-delà des limites de la ville, et au-delà de notre vue, tout en balayant l’environnement total de la propagande consumériste de plus en plus près de nous. Alors que les villes de l’ère industrielle étaient des centres de production, les villes modernes de l’Occident sont principalement des centres de consommation, heureusement inconscients du coût réel de leur existence et de leur mode de vie. En tant que citoyens, nous sommes engloutis dans un monde factice, où seule une petite partie de la réalité est visible et où un aspect particulier – la vie commerciale, la consommation – se fraye constamment un chemin dans tous les coins de la vie. Nous devenons, comme Jim Carrey dans Truman Show, des prisonniers dans un monde « parfait ». Une prison brillante. Mais, tout de même, une prison.

De la même manière que la production échappe à notre vue dans une ville compacte, la nature elle-même est éloignée de notre proximité.

Troisièmement, de la même manière que la production échappe à notre vue dans une ville compacte, la nature elle-même est éloignée de notre proximité. Parfois remplacée par des éléments tels que des parcs de poche, des arbres de rue, des murs verts et des toits verts, qui sont tous des choses très agréables, mais qui, malheureusement, ne sont rien de plus qu’une garniture artificielle de « maquillage vert. »

Tout à fait dérisoire par rapport à l’empreinte écologique dont chaque citoyen a besoin pour sa survie. Par conséquent, le concept de ville « dense », tel qu’il est formulé et pratiqué, comporte en lui-même une aliénation continue de l’homme par rapport à la nature.

La raison pour laquelle cela pose problème est que la crise environnementale est, à la base, une crise de notre relation à la nature. Notre utilisation non durable des ressources et la crise climatique sont toutes deux des sous-produits de notre incapacité à nourrir les services biosystémiques dont nous dépendons, à fermer les cycles biogéochimiques et à ajuster notre utilisation des ressources à la capacité de charge de la nature. Cette incapacité découle d’une aliénation culturelle et géographique de la nature. En bref, en tant que culture, nous avons pensé que la nature devait être exploitée plutôt qu’entretenue afin d’assurer la croissance économique et le développement.

Ce que la ville dense et compacte fait à cette crise relationnelle n’est rien d’autre que d’accroître encore la distance mentale et physique entre le citadin et le monde extérieur dont il dépend. Il s’agit d’une « solution » du même type que celle qui consiste à présenter la ségrégation raciale comme une solution aux conflits ethniques et à l’exploitation. Nous devrions savoir maintenant que la ségrégation ne résout jamais les conflits entre deux groupes de personnes, mais qu’elle les rend plus difficiles à résoudre.

La ségrégation nourrit exactement les présomptions ignorantes qui constituent la base de tout conflit; la ségrégation établit la division entre l’intérieur et l’extérieur, entre nous et l’autre. Pire encore: la ségrégation crée une distance mentale et physique suffisante pour que l’acte d’oppression et d’exploitation devienne un dilemme moral de moindre importance pour la partie la plus forte.

À cet égard, la ville compacte n’est pas différente de la banlieue; toutes deux établissent un paysage artificiel et anthropogénique totalement englobant, avec peu de perspectives au-delà de l’épaisse trame de maisons, de rues et de lampadaires.

D’aucuns diront que cette ségrégation entre l’homme et la nature est de moindre importance, dès lors que nous sommes tous d’accord pour réduire successivement notre consommation d’énergie.

Je pense toutefois que cette opposition est erronée pour la simple raison que nous vivons dans une démocratie parlementaire et que, dans toute démocratie, le degré de prise en compte de l’environnement est en relation directe avec la conscience environnementale de l’ensemble de l’électorat. Un électorat très sensibilisé élit des dirigeants qui sont forts sur les questions environnementales, tandis qu’un électorat peu sensibilisé – et ayant une faible relation avec la nature – élit des dirigeants qui se préoccupent davantage d’autres choses.

Cette corrélation est visible lorsque l’on compare la sensibilisation politique à l’environnement en Suède, où les villes sont plutôt bien intégrées dans – et connectées à – leur montagne, malgré un degré élevé d’urbanisation, et aux États-Unis, où les grandes villes sont plus clairement séparées de leur environnement.

Quatrièmement, les stratégies de densification d’aujourd’hui reflètent une recentralisation qui découle d’un changement continu de l’économie. Tout comme l’ère industrielle sous le régime du libéralisme de Manchester avait besoin de centraliser les travailleurs afin de faire baisser les salaires et d’utiliser le travail de la classe ouvrière comme intrants dans la production, le pouvoir à l’ère de l’information et du néolibéralisme dépend du contrôle des zones où le public est constitué. Comme le note Lars-Mikael Raattamaa, « le contrôle s’exerce par la domination culturelle. La production du contrôle est la production de [l’espace reconnu comme public]. Pour réussir, il faut vivre là où vivent les gens qui réussissent. C’est ainsi que fonctionne la nouvelle discipline, la centralisation au lieu de la dispersion. »

J’invite tous les progressistes verts à adopter une attitude prudente à l’égard des programmes de densification et de l’idée de la ville compacte comme forme supérieure.

À l’ère de la créativité, la valeur produite par le « capital intellectuel » est exploitée et maîtrisée par le contrôle des interfaces où s’établissent les connexions, qu’elles soient physiques ou virtuelles. Là encore, une centralisation s’impose et, comme l’ont montré Saskia Sassen, Manuel Castels et d’autres, les villes de toutes tailles sont lancées dans un jeu où elles se battent pour attirer la « bonne population. » Dans cette lutte, les villes vont jusqu’à donner la priorité aux besoins et aux demandes de la mythique classe créative nomade, tout en niant les besoins d’autres groupes.

Ce changement de priorités est marqué par un déplacement de l’attention vers le centre-ville, où un aspect de l’urbanité – une « vie urbaine trépidante » – est soudain considéré comme la plus haute des vertus urbaines. Lorsque cette notion abstraite de vie urbaine est précisée, elle s’avère être synonyme d’une ville caractérisée par des magasins, des restaurants, des cafés et des institutions culturelles – autant d’activités inscrites dans une circulation économique et dont aucune n’est gratuite. Dans les visions, la rue parfaite est souvent imaginée comme une rue avec des petits commerces personnels et spécialisés. Mais dans la réalité, les petites unités sont le plus souvent dépassées par les chaînes mondiales et par l’internet, laissant un paysage de rue beaucoup plus conformiste, dominé par le capital transnational, sur l’autel duquel d’autres valeurs sont sacrifiées.

Pour les raisons évoquées ci-dessus, j’invite tous les progressistes verts à adopter une attitude prudente à l’égard des programmes de densification et de l’idée de la ville compacte comme forme supérieure.

Nous devons toujours nous attaquer aux mêmes problèmes que les urbanistes anarchistes du 19e siècle: comment préserver la liberté pour tous et lutter contre la centralisation du pouvoir, tout en ayant accès aux avantages de la vie urbaine et en construisant une société écologiquement durable.

Il ne s’agit pas d’une critique des villes en tant que telles. Comme le souligne à juste titre Mike Davis dans un entretien paru dans Occupied London (#1), le seul « substitut possible à l’intensification constante de la consommation privée ou individuelle est le luxe public de la ville. »

Erik Berg est membre du Parti de gauche suédois. Il travaille comme urbaniste et rédige des critiques d’architecture dans des magazines.

Source: Carbusters n°41, 2010.

5 commentaires sur “Truman City

  1. Joffrin

    De ‘Ici même’ à ‘City of Quartz II’

    ‘Ici même’ (Forest + Tardi) :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ici_m%C3%AAme

    On peut feuilleter ici :

    https://www.casterman.com/Bande-dessinee/Catalogue/ici-meme/9782203168237

    City of Quartz (Mike Davis) :

    https://www.editionsladecouverte.fr/city_of_quartz-9782707149565

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Résidence_fermée

    Ici même + city of quartz :

    https://marsactu.fr/residences-fermees-a-marseille-quelle-ville-est-on-en-train-de-construire/

    https://www.lemonde.fr/societe/video/2023/09/17/marseille-comment-les-residences-privees-ont-envahi-la-ville_6189779_3224.html


    Vidéo. Marseille : comment les résidences privées ont envahi la ville ?
    Vidéo – Dans la cité phocéenne, le phénomène est massif : près d’un logement sur trois se trouve aujourd’hui dans un espace résidentiel fermé.
    http://www.lemonde.fr

     

     
    City of Quartz II : la macro résidence fermée, la ville privée

    https://www.lesechos.fr/2015/08/sun-city-ville-privee-pour-seniors-aises-1107779

    https://www.courrierinternational.com/article/utopie-les-titans-de-la-silicon-valley-veulent-fonder-une-ville-ideale-en-californie

    Utopie. Les titans de la Silicon Valley veulent fonder une “ville idéale” en Californie
    Depuis 2017, une mystérieuse société achète discrètement des milliers d’hectares de terrains dans une zone agricole de la région de San Francisco. Cette semaine…
    http://www.courrierinternational.com

    https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/09/19/la-nouvelle-utopie-des-milliardaires-de-la-silicon-valley-le-projet-de-ville-aux-champs-de-sir-michael-moritz_6190016_3232.html
     

  2. Joffrin

    Un dernier point – important – : le projet annoncé ci-dessus est ‘carfree’.

    En effet, la « Truman city » des milliardaires californiens sera (si elle sera) une ville sans voiture, à l’intérieur.

    Ce détail a une importance colossale, au moins pour deux raisons :

    1) le principe qui consiste à se libérer de la voiture est donc reconnu par ceux qui peuvent se permettre de construire une ville (et reconstruire la ville) et il y a une ‘évolution’ ‘rationnelle’ dans l’évaluation de la balance entre les gains et des coûts de l’objet ; c’est un évènement qui a été déjà évoqué ici, dans ce site (page à retrouver), qui correspond à la recherche d’un nouvel urbanisme (que l’on appelle « ville du 1/4 d’heure », selon le principe d’un urbaniste sud américain qui travaille à Paris – sauf erreur – dont le nom est facile à retrouver) ;

    2) il n’est pas question pour des yankees plein aux as (ou des parisiens, ou des marseillais…) de se passer de voiture quand il faudra sortir de leur ‘méga résidence fermée’ ou ‘ville privée’ (ou de leur ville ‘écolo’) pour se distraire ou aller travailler, et ça ne changera pas fondamentalement la physionomie du coin : plus de trafic autoroutier sans doutes et, comme dans toutes les résidences fermées, là-bas ou ici, le principe de base c’est de l’économie politique de base donc, de l’économie politique du coût social : ça consiste à pouvoir ‘polluer’ (et coloniser) le voisin tout en privant le voisin de toute capacité à vous ‘polluer’, ce qui n’est ni plus ni moins que du darwinisme bête et très méchant (et Oscar Wilde disait ou écrivait : « Les Etats-Unis d’Amérique forment un pays qui est passé directement de la barbarie à la décadence sans jamais avoir connu la civilisation. » ; c’est ce qui fait la différence avec les parisiens et les marseillais ou autres, qui ont quand-même connu la civilisation et éventuellement aussi la barbarie, avant la décadence).

Les commentaires sont clos.