Du tramway au PLU, épilogue politique

Le préfet a déclaré « d’utilité publique » l’élimination de la trame arborée de la ville véhiculée par le tramway municipal et rejeté l’option de tram-train présentée par le front de convergence. Ces deux aspects de la problématique révélés par la population et les associations puis argumentés et défendus par le front de convergence ont donc été annihilés par la « déclaration d’utilité publique » du représentant local de l’État. Lire la suite…

Dictature et Kleptocratie Automobile

Le peuple révèle un modèle réduit de kleptocratie

Les amis de Ben Ali sont nombreux et haut-placés en France. Un carnet d’adresses bien rempli recouvrant l’ensemble des rouages et couleurs du pouvoir. Au gouvernement comme dans l’opposition, que des amis et, summum de la respectabilité, le parti de Ben Ali est membre de plein droit de l’internationale socialiste. Ami de la Sarkozie et élève exemplaire aux yeux sévères du FMI, c’est Ben Ali. Lire la suite…

Le Tramway, derrière son plébiscite publicitaire

arbres-abattus-a-tours

Quatrième partie

Dévastations délibérées « d’écosystèmes urbains », destruction nouvelle de la trame verte patrimoniale, espaces résiduels réservés aux marcheurs, réduction supplémentaire du domaine cyclable; à ce stade de l’analyse il devient difficile de considérer ces dégradations majeures du paysage urbain comme de simples dégâts collatéraux regrettables du tramway. Lire la suite…

Surprise du Tramway, Désastre sur le domaine cyclable

Troisième partie de « L’Anachronisme aggravé du tramway tourangeau »

surprise-du-tramway

Le Paris-Tours c’est fini ! Personnellement je m’en fous ! Mais si cette course cycliste ne peut plus arriver à Tours c’est qu’il s’est passé quelque chose de grave sur le domaine cyclable. Le projet du tramway n’a pas que prévu de détruire des allées arborées patrimoniales, domaine réservé des marcheurs, il a aussi la volonté de frapper puis de monopoliser une vaste part du domaine cyclable. Lire la suite…

L’Archipel Carcéral

panopticon

Les arbres ne sont d’aucune utilité pour le bon fonctionnement d’une prison, et il est très facile de généraliser cette évidence de « bon sens » à tout univers concentrationnaire. Alexandre Soljenitsyne, dans « Le Premier Cercle » rappelle que même la strate herbacée peut poser problème. Trop haute, un prisonnier peut avoir la mauvaise idée de s’y dissimuler, échapper à la surveillance des gardiens et tenter des choses répréhensibles. Obligeant l’administration du camp à rappeler son autorité, ce qu’elle veut par-dessus tout s’épargner, ce genre de tentation désespérée et parfois mortelle doit être prévenue. Le règlement exige une herbe toujours tondue rase pour éviter tout problème… Lire la suite…