Brasília, l’inhumanité du tout auto

Coeur de Brasilia

Beaucoup de lecteurs du site Carfree rêvent de vivre, de pédaler quotidiennement dans une cité Carfree, ou, tout du moins dans une cité comme Copenhague. Moi aussi. Cependant le destin en a voulu autrement pendant les sept mois que nous avons vécu au Brésil… Les Brésiliens, ainsi que les habitants de cette ville, vous diront qu’il ne s’agit nullement du Brésil… mais de Brasília. Lire la suite…

Un bouchon de camions, jusqu’à la fin des temps (in)humains

Il y a les discours, les innombrables discoureurs. Je ne parle pas, exceptionnellement, des habituels salauds qui défendent ce monde et seront enterrés avec lui. Non. Je songe à tous ceux qui, de plus ou moins bonne foi, défendent le mythe du « développement durable ». C’est-à-dire, pour simplifier, tous ces Bisounours du funeste Grenelle de l’Environnement. Tous ceux qui prient pour que tout change, pourvu que rien ne bouge réellement. La nouvelle qui suit est dédiée aux naïfs, aux gogos, mais aussi aux duplices, aux Janus, à tous ceux qui entraînent des milliers d’autres dans l’ambivalence, et finalement l’impuissance. Lire la suite…

Efforts de Chercheurs

Une fois n’est pas coutume, les scientifiques s’occupent de santé publique et d’environnement dans un sens peu conforme à la « croissance économique »… Ils se sont intéressés au vélo en ville et à l’espérance de vie. Bien sûr ils ne sont pas allés jusqu’à faire un grand effort intellectuel. Bien campés dans leur routine technique, ils se sont contentés de soumettre la question à leur puissante et complexe machinerie statistique. Lire la suite…

Le ministère de l’impossible

Le ministère de la protection de la nature et de l’environnement est créé en 1971. Sous Pompidou. Mal barré : comment peut-il se faire une place dans une politique hyper productiviste ? Alors que le président de la République martèle qu’ « il faut adapter la ville à l’automobile », détruit des anciens quartiers pour dérouler des voies express, ferme des réseaux de chemin de fer, développe l’agriculture intensive à grands déversements d’engrais et de pesticides, Robert Poujade est réduit à l’impuissance. Ministre de 71 à 74, ce gaulliste droit analyse sans détour l’échec d’une politique écologique de façade. Lire la suite…

Plus d’autoroutes et de TGV égale plus d’inégalités

Il fut un temps où le progrès social rimait avec celui de la technologie malgré les coûts multiples qui pouvaient déjà en résulter. Les avantages tirés du progrès technique pouvaient justifier la dureté de la condition ouvrière comme celle des mineurs, ces soutiers de la première société industrielle. Les transports rapides, l’électricité, l’équipement des ménages profitaient à tous ou du moins, tous pouvaient espérer en profiter. C’est ainsi que Ford incita ses ouvriers à s’endetter pour acquérir une automobile. Cette situation dura en France jusqu’à la fin des « trente glorieuses ». Lire la suite…

L’Equation du nénuphar

L’équation du nénuphar illustre bien le phénomène de la croissance dans un milieu fermé. Imaginons un nénuphar planté dans un grand lac qui aurait la propriété héréditaire de produire, chaque jour, un autre nénuphar. Au bout de trente jours, la totalité du lac est couverte et l’espèce meurt étouffée, privée d’espace et de nourriture. Lire la suite…

Automobile, la vache sacrée du réchauffement climatique

L’Union européenne a depuis plusieurs années une politique plutôt active visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), du moins par rapport au reste du monde… Elle a été le principal défenseur du protocole de Kyoto, en s’engageant à réduire ses émissions de 8% de 2008 à 2012 par rapport à 1990. Comme le montre le graphique ci-dessus, l’Europe a réduit ses émissions de 11% en 2008 comparativement à 1990. Lire la suite…

Une récession temporaire… ou la fin de la croissance ?

Tout le monde s’accorde sur ce fait : notre économie est mal en point. Les symptômes inévitables comprennent un déclin des dépenses et de la confiance des consommateurs, ainsi qu’un repli des échanges commerciaux mondiaux et du crédit disponible. Ajoutez à cela un effondrement des valeurs immobilières, un carnage dans les industries automobiles et le transport aérien, et vous obtenez effectivement un tableau très sombre. Lire la suite…