Montréal : Le trottoir passera du gris au vert au gré des habitants et de l’arrondissement

Ce n’est pas dans tout Montréal que cela se passe. C’est dans l’arrondissement Rosemont-La-Petite-Patrie, au coeur de l’île. Les habitants de l’arrondissement pourront désormais aménager l’espace sur leur trottoir de sorte à remplacer des carrés d’asphalte par des carrés sans asphalte (avec invitation à fleurir, au bon gré des habitants). Ils devront demander l’autorisation avant de casser des carrés d’asphalte installés à l’excès (enfin, c’est ce dont se rend compte l’arrondissement après les avoir fait installer) pour les reverdir ou pour toute autre reconquête. Lire la suite…

Non à l’asphaltage des chemins et des voies vertes

L’AFPAS, l’association pour la protection des animaux sauvages, dénonce, depuis 2007, l’asphaltage des chemins. La France, tout comme de nombreux pays européens, orchestre depuis quelques années la destruction de nos chemins. Sous prétexte de développer les transports doux et le tourisme rural, les élus urbanisent nos campagnes et l’asphalte envahit les paysages. Lire la suite…

Anarchologie

A travailler sur les besoins falsifiés de l’Homme, par la médiation, par la pseudo science, par le mythe du progrès, on finit par projeter sur un écran l’image d’une nature dénaturée, d’une nature qui n’a plus rien de naturel ! Qu’ils sont beaux et naturels, ces champs beaucerons surexploités jusqu’à la désertification d’un sol fertile, qu’elles sont belles, ces forêts monocultivées landaises où seule une essence forestière, celle essentielle au commerce, est tolérée, les autres étant systématiquement rejetées, coupées, arrachées, pour laisser place nette, qu’ils sont beaux, ces arbres, ces platanes alignés le long des routes ou circulent des millions de véhicules rejetant dans l’air leur dose de destruction climatique ! Lutter pour protéger cette « nature », c’est lutter pour protéger cette société de surconsommation, c’est une prise de conscience admise par le pouvoir parce qu’elle sert ses desseins. Lire la suite…

La nature et les droits de l’Homme sacrifiés sur l’autel de l’autoroute Moscou – Saint-Pétersbourg

Avec ses quelque 1.000 hectares, la forêt de Khimki constitue une des composantes majeure de la « ceinture verte » entourant Moscou. Sa faune et sa flore abritent de nombreuses espèces d’insectes et de plantes considérées en danger. Ce massif forestier précieux à plus d’un titre est toutefois appelé à être traversé par une liaison autoroutière Moscou – Saint-Pétersbourg voulue par les autorités russes. Le chantier et ses huit milliards d’euros représentent bien évidemment un enjeu financier considérable pour de nombreux intervenants – dont la société française Vinci – prêts à y sacrifier les droits de l’Homme et l’environnement. Lire la suite…

La mise à sac de la ville a commencé

Les Jours d’après le 12 avril

Les manifestants du comité de protection des arbres ont vite été submergés par la marée répressive déployée sur la ville. La milice privée du maire, la police nationale, la puissance de feu des engins de chantier, les huissiers de justice et autres agents technico-administratifs du « Sitcat » et de la municipalité ont vite eu raison des manifestants. Lire la suite…

ZAPA: Zones d’Actions Prioritaires pour l’Argent

Va t-on un jour s’emplir les poumons du bon air des villes et s’émerveiller enfin de la seule présence des magnifiques cabriolets de nos charmantes femmes et maîtresses, des 4×4 virils de nos puissants cadres dirigeants et des voitures de sport de notre jeunesse dorée luttant contre la précarité ? C’est l’attrayante promesse faite par les nouvelles Zones d’Actions Prioritaires pour l’Air, les ZAPA. Lire la suite…

Massacre à la tronçonneuse à Nîmes

Je vous écris de Nîmes où depuis le 31 janvier nous menons, quelques citoyens nîmois, une lutte acharnée pour conserver nos arbres protégés du secteur sauvegardé. Tout ça pour un Transport en Commun en Site Propre qui roulera au gasoil (Bus à Haut Niveau de Service)! 51 arbres, centenaires, bicentenaires et plus, ont été abattus. Lire la suite…

À quoi reconnaît-on un chef d’oeuvre ? (sur les gaz de schistes)

Mes aïeux, c’est triomphal ! Le texte que j’ai le vif plaisir de vous offrir ci-dessous a été écrit par une structure de lobbying appelée Amicale des Foreurs et des Métiers du pétrole. Je ne souhaite pas vous gâcher le plaisir de la découverte, mais dans le même temps, je vous invite à noter (au moins) deux points. Le premier, c’est que ces braves pious-pious  – la guerre de 14 est éternelle – ne savent pas quoi répondre à la société. Par exemple, sans seulement avancer une information, ils notent, espérant peut-être nous convaincre : « Les chiffres avancés parlant de millions de litres injectés sont fantaisistes ». Amis foreurs, vous êtes follement rassurants. Et le deuxième point, étrangement ressemblant, est qu’ils ne savent pas quoi répondre à la société. Nous savons que des centaines de produits chimiques différents, dont nombre sont cancérigènes, mutagènes, reprotoxiques, perturbateurs endocriniens, sont utilisés. Lire la suite…

1972 : un moment fondateur de l’écologie politique en France

En juin 1972 paraissait un numéro Hors Série du Nouvel Observateur intitulé « La dernière chance de la Terre ». Alain Hervé, directeur de la revue Le Sauvage nous rappelle cet événement historique : c’est lui qui a dirigé ce numéro spécial tiré à 200 000 exemplaire.

A la suite de ce succès Claude Perdriel lançait le mensuel Le Sauvage avec Alain Hervé comme rédacteur en chef. Le premier numéro paraissait sous le titre : « L’Utopie ou la mort ». Lire la suite…

La bande des Quatre se fout des gaz de schistes

Allons-y gaiement. Au point où j’en suis avec les associations écologistes officiellement estampillées, je n’ai plus grand-chose à perdre. Ce que je vais écrire n’est pas un bonheur, mais une profonde tristesse. D’abord, et pour vous mettre dans l’ambiance, j’accuse publiquement le WWF, Greenpeace, La fondation Nicolas Hulot et France Nature Environnement (FNE) d’avoir permis le déferlement de l’industrie criminelle des biocarburants – de leur vrai nom nécrocarburants – en France. En 2007, j’ai publié un livre sur le sujet – la faim, la bagnole, le blé et nous (Fayard) – qui annonçait l’essentiel, y compris les famines qui ont éclaté au printemps 2008. Car évidemment, lorsque l’on détourne des millions de tonnes, des dizaines de millions de tonnes de plantes alimentaires pour faire rouler des bagnoles, dans un monde qui compte un milliard d’affamés, il y a des conséquences. Lire la suite…

Dire « merci » quand on ne peut plus rien dire d’autre

Publicité automobile: l'ours polaire qui dit merci à l'automobiliste !
Publicité automobile: l’ours polaire qui dit merci à l’automobiliste !

Les signes de la délégation du pouvoir d’organiser la cité aux forces économiques, qui elles-mêmes ne jurent que par la sacro-sainte liberté du consommateur, se laissent à voir dans les remerciements, spatialement distribués, pour l’un ou l’autre comportement considéré comme « bon ». L’automobiliste qui respecte le seuil de vitesse autorisé, se verra signaler la qualité de sa démarche par un message automatique le remerciant de rouler à la vitesse permise ; durant les nombreux pics de pollution, les sociétés de transport remercieront les usagers d’avoir opté pour leur service ; lors de leur achat, les individus-consommateurs seront gratifiés pour avoir choisi les produits du « commerce équitable »… Lire la suite…