Paris propose de tripler le tarif du stationnement pour les SUV

La Ville de Paris organise dimanche 4 février 2024 une votation sur la place des SUV les plus lourds encombrants et polluants dans la capitale, et notamment sur un tarif spécial de stationnement pour ces véhicules.

Depuis dix ans, la place de la voiture individuelle a diminué à Paris du fait d’une politique volontariste de la municipalité. Dans le même temps, la taille et le poids moyens des véhicules n’ont eu de cesse d’augmenter en raison du développement exponentiel des SUV. Ces derniers, qui représentent désormais 40 % des ventes, présentent de nombreux problèmes de pollution, de sécurité et de partage équitable de l’espace public.

La proposition faite aux Parisiennes et Parisiens est de créer un tarif spécial pour les gros véhicules pour limiter leur présence dans la ville et les nuisances qu’ils génèrent.

Depuis trois décennies, la taille et le poids moyens des voitures en France augmentent, prenant de plus en plus de place sur la chaussée, les trottoirs et l’espace public en général : en moins de trente ans, les voitures se sont ainsi alourdies de près de 250 kilos. Le poids moyen d’un véhicule représentait 975 kilos en 1990, il est aujourd’hui de 1 233 kilos.

Enfin, du fait de leur taille toujours, les SUV sont aussi plus dangereux pour les piétons : en cas de collision avec un enfant, un adulte ou une personne âgée, ces accidents impliquant un SUV sont deux fois plus mortels pour les piétons qu’avec une voiture standard.

Tripler le tarif de stationnement pour les SUV

Pour un meilleur partage de l’espace public dans Paris, faire baisser la pollution et réduire les accidents, la Ville consultera donc, le 4 février, les Parisiennes et les Parisiens sur l’augmentation des tarifs de stationnement non résidentiel des SUV et 4×4. L’idée est donc de voter pour la création d’un tarif spécifique de stationnement destiné aux véhicules lourds, polluants et encombrants. La Ville de Paris propose un triplement des tarifs de stationnement visiteur pour les véhicules concernés.

Lire aussi :  La croissance verte est un leurre

Le vote s’effectuera dans l’arrondissement correspondant à l’adresse d’inscription sur les listes électorales. Les 38 lieux de vote seront installés dans la capitale, avec 222 bureaux de votes répartis dans tous les arrondissements. Le vote se déroulera entre 9 h et 19 h.

Tous les détails pratiques pour voter sont sur le site de la Ville de Paris.

3 commentaires sur “Paris propose de tripler le tarif du stationnement pour les SUV

  1. zaph

    bien sur qu’il faut interdire ces SUV en ville  et ce pour plusieurs raisons:

    – le surpoids engendre une sur usure des revêtements dont TOUS les contribuables participent à l’entretien,

    – la surlargeur des ces bouses fait qu’ en stationnement,’ ils dépassent des marquages et viennent empiéter sur les rares bandes cyclable, phénomène aggravé par les conducteurs de ces chars d’assaut, des vieillards cacochymes dont l’arthrose interdit de faire des manœuvres pour se garer correctement,

    – la hauteur de ces monstres empêche les conducteurs de voir un enfant d’1,25 m devant leur capot,

    – c’est une hérésie d’utiliser une machine de 2 tonnes pour déplacer 80 kg de viande sur pieds,

    – la rue est notre bien commun dont on doit en récupérer l’usage

     

  2. Bibinato

    Il n’était même pas question de les interdire, mais le commentaire juste avant (ou après) le mien montre bien que les quelques voix contre ont peut-être été le fait des gens qui se sont laissés prendre au raccourci « pour ou contre les SUV à Paris », alors que la question complète était « pour ou contre augmenter le tarif de stationnement des véhicules de plus de 1.6 tonnes ».

    Une des raisons de l’abstention ? vous aviez deux ou trois lieux différents par arrondissement pour voter, au lieu d’un bureau de vote par quartier, et si vous n’étiez pas bien attentifs, ou que votre navigateur internet était un peu trop protecteur, vous n’affichiez pas la carte indiquant là où il fallait se rendre. C’était dimanche matin, je me suis promenée ainsi dans mon vaste arrondissement de l’est parisien avant de pouvoir voter, mais d’autres ont du rentrer chez eux, dépités, ou choisir de passer du temps sur un de nos nombreux marchés du dimanche matin, où il fait si bon flâner à pied.

    Vu devant ma mairie, un petit groupe de militants politiques essayant de faire un peu de pédagogie citoyenne, et jouant avec stoïcisme le rôle de déversoir de toute la mauvaise humeur et la grincherie des boomers (et boomeuses !) de passage, jaloux de leur sacro-sainte liberté de circuler à bord de leurs bouses qui nous empoisonnent et raccourcissent leurs jours.

     » Ouin, ouin, je vais vous dire, moi, monsieur, ben la maire de Paris, elle aime pas les anciens, elle veut les cloitrer chez eux et les empêcher de bouger »…

     

Les commentaires sont clos.