L’industrie automobile ne mérite pas d’être aidée!

Si l’industrie automobile est en difficulté, c’est par sa faute! Elle récolte les conséquences de son absence d’anticipation et de sa mauvaise stratégie: au lieu de modérer ses produits dans le sens de la sobriété et de la lenteur, elle les a alourdis !

Elle a fait le choix de la vitesse et de la sur-protection au lieu d’aller dans le sens de voitures plus lentes, plus légères et plus silencieuse: donc, moins agressives pour la faune.

Elle a préféré une commercialisation favorisant les marges plutôt que le nombre:

L’industrie a opté pour la violence de quelques-uns aux dépens d’une mobilité apaisée pour tous.

Elle s’est obstinée à maintenir le changement manuel de vitesse qui complique la conduite et qui élitise les chauffeurs:

Elle a refusée d’intégrer la géolocalisation pour modérer vitesse et circulation et pour dissuader le trafic en ville ou l’autosolisme.

Après ce manque total de clairvoyance, on devrait venir l’aider au prétexte qu’elle emploie 10% de la population active.

Je refuse de justifier une industrie archaïque au seul prétexte qu’elle est un gros employeur. On ferait mieux d’employer les salariés et sous-traitants de cette industrie délétère à des tâches utiles pour l’environnement comme de reconvertir une grande partie du réseau routier et des autoroutes et comme de robotiser le trafic des poids lourds.

Occupons les gens à des tâches saines.

Source: http://agonieautomobile.blog.fr/

Gilles Chomel

A propos de Gilles Chomel

Administrateur des sites Agonie automobile, LécoLomobiLe et du Laboratoire Alternatif et Coopératif de Prospective Automobile