Le développement du vélo à assistance électrique en France

Le Conseil National des Professions du Cycle (CNPC) vient de publier son rapport du marché du cycle 2008. Malgré une sensible baisse des ventes de vélos par rapport à 2007 (-3.5%), le marché du vélo à assistance électrique (VAE) a continué sa progression avec une forte croissance, + 50 %, représentant 15.700 unités.

Le marché du vélo mobilité (vélo déplacement, vélo moyen de transport) représente en France et en 2008 près de 22,5% des achats vélos. Ce marché est en croissance de + 4% en 2008 par rapport à 2007. C’est le marché vélo loisirs qui est en net recul avec -6% entre 2007 et 2008, du fait de la baisse des ventes de VTT.

La baisse globale des ventes de vélos par rapport à 2007 (-3.5%) concerne donc essentiellement la pratique du vélo loisirs, et non pas le vélo comme mode de déplacement. La France demeure malgré tout le 4ème pays consommateur de cycles par habitant avec 5,4 vélos pour 100 habitants, après le Japon, les Pays Bas et les Etats-Unis.

L’année 2008 est surtout marquée par une forte progression (+ de 50%) des ventes de vélo à assistance électrique, avec 15.700 unités vendues contre 10.000 unités vendues en 2007 et seulement 6.000 unités en 2006.

Il faut dire que la forte hausse du prix du baril en milieu d’année 2008 a très largement favorisé l’usage de ce moyen de transport alternatif à la voiture individuelle.

Malgré tout, le marché du VAE reste toujours marginal puisqu’il représente moins d’1 % des ventes de cycles en France qui s’élèvent à 3.417.100 unités pour 2008.

Par contre, si on compare le nombre de vélos à assistance électrique vendus en 2008 avec le nombre de voitures électriques vendues (100% électrique), le vélo gagne haut la main. En effet, selon Moteur Nature, il s’est vendu en France en 2008 seulement… 2 voitures électriques! Ce chiffre est à replacer dans le débat actuel sur l’avenir de la voiture électrique…

Consulter le communiqué de presse du CNPC

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

4 commentaires sur “Le développement du vélo à assistance électrique en France

  1. Philippe Schwoerer

    Pas étonnant qu’il n’y ait que 2 voitures électriques neuves vendues contre un grand nombre de vélos à assistance électrique :
    1 – Il n’y a quasiment pas d’offre de voitures électriques actuellement (sauf chez Newtéon et c’est très cher),
    2 – les quadricycles lourds et légers (Scarlette par exemple) ne sont pas comptabilisés comme des voitures.

    La législation étant plus légère pour les vélos, on compte bon nombre de fabricants ou revendeurs de vélos à assistance électrique avec une qualité très inégale.

  2. Gildas Lemaitre

    Pour compléter l’article :
    Une étude de marché de septembre 2006 (Createst) donne 60% de gens jugeant intéressant ou très intéressant le vélo électrique et 1300 personne sur 1500 interrogées pourraient envisager l’achat d’un vélo électrique si le prix était inférieur à 450 Euros

    Par ailleurs, on peut signaler un « Etat de l’art » assez complet, fait aussi en 2006 et disponible sur http://ertia2.free.fr/Niveau2/Trouvailles/Velo_electrique_-_Etat_de_l_art_2006.pdf

  3. Philippe Schwoerer

    Un VAE à moins de 450 euros : ça ne pourra pas être un bon vélo. On en trouve à ce prix là, fabriqué en Chine avec plein de trucs pas très conventionnels : cable électrique sans prise (on est obligé de couper le cable pour changer la roue), ampoules soudées à même le fil, cablage électrique réalisé en plusieurs bouts de sections différente…

    450 euros, c’est parfois rien que le prix de la batterie Lipo pour un VAE.

    Un matériel performant qu’on peut utiliser aussi bien en ville que sur route, même si on fait plus de 100 kgs : c’est plutôt au moins 1.000 euros en neuf.

    Le mien avait coûté dans les 1.400 euros avec les options, mais des batteries au plomb. Après 3 ans, il est toujours au top. A une époque je le prenais pour travailler, soit 50 km AR par jour. Un matos à 450 euros ne m’aurait pas permis une telle utilisation.

    En outre, j’ai souhaité privilégier une entreprise française, là où nos familles et amis sont susceptibles de trouver du travail (y penser, surtout en période de crise).

    Si on part du principe qu’un VAE peut remplacer une seconde voiture, 1.500 euros pour du matériel neuf de qualité prompt à soutenir l’économie de notre pays : c’est ce qui me semble être le plus citoyen.

  4. URB

    « Si on part du principe qu’un VAE peut remplacer une seconde voiture, 1.500 euros pour du matériel neuf de qualité prompt à soutenir l’économie de notre pays : c’est ce qui me semble être le plus citoyen. »

    C’est vrai.
    Mais juste pour savoir, est-ce la volonté de tout ceux qui ont répondu préférer avoir un VAE à 450 € de remplacer une deuxième voiture par un VAE ?

    Pour la personne convaincu et déterminer à ne prendre quasiment qu’un VAE, 1500€ c’est un prix raisonnable et normal.
    Pour la personne qui n’est pas complètement convaincu, motivé mais sans plus, 1500€ ça fait cher étant donné qu’elle ne va pas forcément l’utiliser tout le temps ou du moins régulièrement.

Les commentaires sont clos.