Prime Bruxell’Air : 3 ans après et 5000 primes plus tard

Trois ans après le lancement de l’offre Bruxell’air, Bruno De Lille, Secrétaire d’Etat à la Mobilité de la région Bruxelloise est fier du succès de l’opération : en témoigne ce billet sur son blog. Que l’on soit critique ou non face à cette mesure, c’est toujours mieux et bien plus concret que de repeindre en vert les autoroutes

Le Gouvernement bruxellois lançait la prime Bruxell’air en 2006. Depuis lors, 5.391 primes ont déjà été octroyées. Bruno De Lille, Secrétaire d’État à la Mobilité déclare: “Cela prouve que de plus en plus de Bruxellois sont prêts à bâtir une ville durable où l’on peut respirer librement. Il est donc évident que cette initiative sera poursuivie l’année prochaine.”

La prime Bruxell’air? La prime Bruxell’air est une initiative de la Région bruxelloise ayant comme objectif la lutte contre la pollution atmosphérique et la pression automobile. Le but est d’inciter les gens à échanger leur voiture contre d’autres moyens de transport plus écologiques: les transports en commun, le vélo, la marche à pied, ou le système de voitures partagées Cambio.

Les habitants de la Région bruxelloise qui radient leur plaque d’immatriculation, qu’ils détruisent ou non leur véhicule, peuvent demander une prime Bruxell’air. Elle consiste en l’obtention, pour le demandeur, d’une combinaison d’un abonnement de bus et d’un abonnement Cambio pour une période d’un an, ou d’une prime vélo et d’un abonnement Cambio.

Passer le cap des 5000 Fin octobre 2009, 5.391 primes avaient déjà été octroyées. 89% d’entre elles ont été accordées à des gens ayant fait radier leur plaque d’immatriculation et c’est la combinaison d’un abonnement MTB et d’un abonnement Cambio annuel qui a eu le plus de succès (3575 primes). Les 11% restants concernent les gens qui ont opté pour la radiation de leur plaque d’immatriculation et la destruction de leur véhicule. Depuis son lancement, début 2006, la prime connaît un succès important: environ 150 primes sont octroyées chaque mois.

Le Secrétaire d’État Bruno De Lille déclare: “C’est un beau chiffre, surtout lorsqu’on sait que la majorité des déplacements dans la Région concernent des courtes distances. Pas moins de 25% des déplacements en voiture au sein de la Région concernent des distances de moins de 1 kilomètre. Pour ce type de déplacements, il existe des alternatives écologiques, qui s’avèrent en outre souvent bien plus rapides. La prime Bruxell’air incite les gens à utiliser ces alternatives”.

La possibilité d’octroi de cette prime sera également maintenue en 2010. “La prime est un succès et favorise une mobilité différente et plus durable dans notre Région. C’est pourquoi, en 2010, un budget de 500.000 euros est également prévu pour la prime”, conclut Bruno De Lille. En même temps, le système sera évalué afin de toucher davantage de personnes et d’être encore plus efficace. Lors de l’évaluation, on vérifiera également s’il est possible d’intégrer le système de location de vélos, Villo!

Pour demander une prime Bruxell’air, il vous suffit d’aller sur le site web: www.prime-bruxellair.be

Source : http://www.brunodelille.be/fr/primes_bruxellesair_5_000_autos_de_moins

A propos de Pim

Co-administrateur et traducteur pour Carfree France

3 commentaires sur “Prime Bruxell’Air : 3 ans après et 5000 primes plus tard

  1. Laurent

    ok je prends la prime et j’abandonne ma moto qui pollue
    c’est très intéressant
    en revanche pour aller travailler – il me faut entre 1h à 1 h30 et pour rentrer chez moi de 1h10 à 1h30 donc je passe au minimum 2 heures ou 3 heures dans les transports, debout dans les bétaillères

    bref 30 minutes à l’aller et 30 minutes au retour, désolé je conserve cette vieille moto qui pue, j’oublie la prime c’est tellement plus confortable que les transports en commun
    la réalité est toujours plus complexe qu’une simple prime

  2. Pim Auteur

    Tu sais laurent, on ne te demande pas de raconter ta vie…. Cette mesure n’a pas pour finalité que tout le monde abandonne son véhicule. Il y a des gens pour qui c’est peut etre moins intéressant.
    [mode je raconte ma vie parce que l’internet 2.0 c’est ca! fessebouk et tout et tout]
    ben moi aucun souci, je mettrais 25min en temps théorique en bagnole pour aller bosser, 40 à 60 dans la réalité. En transport je mets en moyenne 45 min, et je suis assis plus de 90% du temps! Je peux dormir, me détendre, lire, écouter la musique, et surtout ne pas stresser au volant. Je n’y vois que des avantages.
    En terme de tarifs, ca me coute 1000eur/an remboursé 500 par l’employeur. Bref, ca me coute très peu comparé à la voiture. C’est aussi moins dangereux!
    [/mode je raconte ma vie]

    Ceci dit, une grande proportion de gens vont bosser en voiture en habitant à moins de 5km de leur lieu de travail, ce qui est complètement absurde. C’est un peu pour lutter contre ca que sert la mesure… Non?

  3. BruGeek

    J’ai juste peur que ça aboutisse à faire + de place aux navetteurs étrangers (wallons & flamands).
    [perso]
    et ben moi, j’ai un vélo, et j’ai pas droit à la prime passque j’ai pas de plaque à jeter…! Si j’avais eu 3 voitures, peut-être que j’aurai fait un effort.
    [/perso]

Les commentaires sont clos.